Q&R - Sortir du monde

Commenter cet article

Dans Apocalypse 18 :4, une voix du ciel ordonne : « Sortez du milieu d’elle, mon peuple, afin que vous ne participiez point à ses péchés, et que vous n’ayez point de part à ses fléaux ». Dans 2 Corinthiens 6 :17, il est écrit : « Sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur ; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai ».


QUESTION :

Dieu souhaite-Il que nous vivions comme des ermites dans le désert, loin de tout ce qui est impur ? Que signifient ces versets ?

RÉPONSE :

En premier lieu, il est important de bien comprendre le contexte de ces versets. Apocalypse 18 :4 demande aux chrétiens de sortir de « Babylone » (verset 2). Et dans 2 Corinthiens 6 :14-17, Paul exhorte les chrétiens à se dissocier des « infidèles » (verset 14).

Dans ce passage, « Babylone » ne se réfère pas à une ville en particulier, mais plutôt à un faux système religieux qui tire ses origines de l’ancienne Babylone païenne. Ce système est aujourd’hui beaucoup plus actif que la plupart des gens ne se rendent compte. Si vous souhaitez approfondir ce sujet, demandez notre brochure gratuite, Le christianisme contrefait de Satan. Si vous comprenez les véritables enseignements bibliques, mais si vous participez toujours aux traditions et aux rituels religieux qui renient ces enseignements, alors vous n’êtes pas encore sorti de Babylone.

Que signifie se « séparer » des infidèles (ou des non croyants), comme cela nous est commandé dans 2 Corinthiens 6 :17 ? Depuis des siècles, des groupes d’hommes et de femmes ont formé des communautés isolées, jusqu’à se retirer dans des monastères ou des couvents, afin de se séparer de ceux qui ne pratiquent pas leur religion avec la même vigueur. Mais un tel comportement reste superficiel et ne résout pas le véritable problème. Car la nature humaine et charnelle est présente là où il y a des êtres humains. Même en nous isolant de tout, nous pouvons être « dans le monde » si nous cherchons les choses du monde plus que celles de Dieu (Matthieu 6 :33).

Pour sortir du monde, nous devons changer notre nature. Nous sortons du monde en changeant nos voies – en renonçant aux mauvaises pratiques physiques et spirituelles qui rejettent Dieu. Chacun d’entre nous doit « ceindre les reins de son entendement » (1 Pierre 1 :13), c’est-à-dire protéger son esprit des influences néfastes et malsaines. Prêtons-nous l’oreille aux commérages et aux calomnies ? Nourrissons-nous nos pensées de violence et de haine ? Regardons-nous des films pornographiques ou des images avilissantes d’actes sexuels ? Ou suivons-nous plutôt cette recommandation : « Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées » (Philippiens 4 :8).

Si nous voulons rester proches de Dieu, demandons l’aide du Christ pour bien choisir nos activités et nos amis. La sélection dans nos fréquentations renforcera ou détruira nos efforts pour sortir du monde. « Ne vous y trompez pas : les mauvaises compagnies corrompent les bonnes mœurs. Revenez à vous-mêmes, comme il est convenable, et ne péchez point ; car quelques-uns ne connaissent pas Dieu, je le dis à votre honte » (1 Corinthiens 15 :33-34).

Nous ne pouvons pas sortir complètement du monde par nous-mêmes. Nous avons besoin du Saint-Esprit – que Dieu nous donne – pour que la loi divine soit gravée dans notre cœur. Par l’Esprit de Dieu en nous, nous apprendrons à aimer la loi et les voies divines, et nous parviendrons à Le connaître intimement. Comment savons-nous que nous Le connaissons ? « Si nous gardons ses commandements, nous savons par cela que nous l’avons connu. Celui qui dit : Je l’ai connu, et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur, et la vérité n’est point en lui. Mais l’amour de Dieu est véritablement parfait en celui qui garde sa parole : par cela nous savons que nous sommes en lui. Celui qui dit qu’il demeure en lui doit marcher aussi comme il a marché lui-même » (1 Jean 2 :3-6).

Malheureusement, des millions de gens qui se disent disciples du Christ ne cherchent même pas à « marcher comme il a marché lui-même ». Alors, suivrons-nous les traditions non bibliques des hommes, ou agirons-nous comme le Christ a agi ? La manière dont nous suivons Son exemple personnel dans l’observance du sabbat du septième jour est un signe-clé de notre fidélité à Dieu (Luc 4 :16-17). Pour plus de détails, lisez notre brochure, Quel est le jour du sabbat chrétien ? Le monde nous incite à observer le dimanche au lieu du sabbat – ou à ne rien célébrer. Céderons-nous à cette pression ? Ou « sortirons-nous » de ce monde pour vivre selon la voie divine ? Le choix appartient à chacun d’entre nous !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +