Aucun plaisir ?

J. Davy Crockett
Commenter cet article

Quelles sont les choses qui vous feraient plaisir ? C’est une question fréquente dans notre société hédoniste, en particulier dans le monde occidental, bien loin des récents événements dévastateurs qui ont secoué les pays asiatiques.

De nos jours, nombreux sont les plaisirs réservés aux pays développés. Nos nations bénéficient de moyens de transport et de communication modernes et efficaces. Les biens de consommation sont abondants. Les restaurants, les centres commerciaux, les lieux de villégiature sont très fréquentés. La vie semble confortable pour la majorité des Américains, des Canadiens et des Européens. D’autres pays développés sont également prospères.

Toutefois, la situation est bien différente pour un grand nombre d’habitants de cette planète. La souffrance de la majorité de ces personnes y est insoupçonnable. Enfants et adultes sont privés des besoins les plus élémentaires. Les habitants de nombreux pays sont affamés et vivent dans des conditions de vie que nous avons peine à imaginer. Pourtant, chaque jour, nos écrans de télévision diffusent ces informations.

Les réactions que provoquent ces images sont différentes. Certains les considèrent comme un problème mineur, tandis que d’autres se mettent à l’ouvrage, faisant ce qui est en leur pouvoir afin d’endiguer la souffrance. Quelques médecins bénévoles parcourent ces pays déshérités. Des denrées alimentaires affluent ici ou là, mais les aides arrivent souvent trop tard ou en trop faibles quantités.

Les organisations travaillant ardemment à éliminer la souffrance méritent des félicitations et des encouragements. Hélas, ces situations tragiques sont la conséquence de la nature humaine animée par la vanité, la jalousie, la convoitise ou la cupidité.

Je rédige cet article alors que beaucoup de personnes se découragent. Les nombreux problèmes mondiaux actuels résultent de décisions prises à la hâte, dont les fruits sont amers, se répercutant parfois sur plusieurs générations.

L’enseignement de la morale a disparu des systèmes d’éducation aux États-Unis, ainsi que dans la plupart des pays développés. Pour la majorité des gens, il n’y a plus « de bien ou de mal ». Il ne reste plus que le « comportement général », acceptable ou condamnable, selon la loi humaine. Le situationnisme peut être un concept mensonger, bien que communément accepté de nos jours. Celui-ci a pour conséquence des décisions inappropriées et vaines.

Les « délits de col blanc » sont souvent commis par des gens ayant perdu toute conscience morale. Ils ne connaissent pas, ou feignent d’ignorer, ce qui est bien ou mal. Les fraudes, les détournements de fonds et les pots de vin, si fréquents dans certains pays, ainsi que les cambriolages et les vols à l’étalage disparaîtraient tous si le commandement disant « tu ne déroberas point » était observé. Les agressions, les meurtres et les autres crimes avec violence, si répandus actuellement, deviendraient rares si le commandement « tu ne tueras point » était appliqué, y compris dans le sens mentionné par l’apôtre Jean : « Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu’aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui » (1 Jean 3 :15).

L’Éternel mentionne clairement qu’il y a des choses auxquelles Il ne « prend aucun plaisir ». Par exemple : « Ce que je désire, est-ce que le méchant meure ? dit le Seigneur, l’Éternel. N’est-ce pas qu’il change de conduite et qu’il vive ? » (Ézéchiel 18 :23). Le roi Salomon écrivit : « Car il n’aime pas les insensés » (Écclésiaste 5 :3). Dans Psaume 7 :12-13, le roi David écrivit : « Dieu est un juste juge, Dieu s’irrite en tout temps. Si le méchant ne se convertit pas. »

Cependant, il y a des comportements que notre Créateur apprécie. Et ils nous sont également rapportés dans les Écritures : « Mais la parure intérieure et cachée dans le cœur, la pureté incorruptible d’un esprit doux et paisible, qui est d’un grand prix devant Dieu » (1 Pierre 3 :4). Le prophète Michée résuma très succinctement : « On t’a fait connaître, ô homme, ce qui est bien ; et ce que l’Éternel demande de toi, c’est que tu pratiques la justice, que tu aimes la miséricorde, et que tu marches humblement avec ton Dieu » (Michée 6:8).

Si ces principes éternels étaient appliqués, les problèmes qui ravagent le monde aujourd’hui seraient résolus. Le Messie reviendra pour instaurer Son gouvernement qui établira la paix et la prospérité dans le monde. Cela arrivera, et vous pouvez approfondir le sujet en lisant notre brochure intitulée : Les Dix Commandements.