La prière ou la douleur ?

Adam West
Commenter cet article

Récemment, les médias ont mentionné que le pape Jean-Paul II pratiquait l’autoflagellation avec une ceinture, afin de partager les souffrances du Christ. Il faisait cela pour se rapprocher de Jésus. Mère Teresa semblait aussi pratiquer l’autoflagellation, une tradition généralement acceptée et approuvée par l’Église catholique. Mais que déclare la Bible à ce sujet ?

Dans 1 Corinthiens 13, nous lisons : « Quand je parlerais les langues des hommes et des anges, si je n’ai pas l’amour, je suis un airain qui résonne, ou une cymbale qui retentit […] Et quand je distribuerais tous mes biens pour la nourriture des pauvres, quand je livrerais même mon corps pour être brûlé, si je n’ai pas l’amour, cela ne me sert à rien » (versets 1 et 3).

Non, nous ne devons pas nous autoflageller avec une ceinture ou nous infliger des souffrances, et encore moins brûler nos corps, comme l’ont fait des moines pendant la Guerre du Vietnam. Ils s’étaient immolés par le feu lors de suicides rituels pour protester contre les lois antibouddhistes du gouvernement. Se fouetter avec une ceinture n’a aucune commune mesure avec un suicide rituel par le feu, mais la leçon est la même. Pour se rapprocher de Dieu – à la fois du Père et de Jésus-Christ – nous devons seulement Lui demander, Le chercher et frapper à la porte. Dieu écoute toujours et Il répondra si nous Le supplions avec diligence et sincérité.

« Les catholiques ne sont pas les seuls à décider de s’infliger des souffrances pour des raisons religieuses. Pendant la période de deuil d’Achoura, des musulmans chiites se fouettent jusqu’à ce que le sang coule, tandis que le jeûne est pratiqué dans d’autres religions, comme chez les juifs pendant le Yom Kippour, le Jour des Expiations » (CNN International, 29 janvier 2010. C’est nous qui traduisons).

Effectivement, il est vrai que le jeûne est pratiqué dans plusieurs religions, mais l’article omet de mentionner qu’il y a des exemples de jeûne dans la Bible. Dans Marc 2 :19-20, Jésus Lui-même fit cette réponse aux pharisiens quand ils Lui demandèrent pourquoi Ses disciples ne jeûnaient pas : « Les amis de l’époux peuvent-ils jeûner pendant que l’époux est avec eux ? Aussi longtemps qu’ils ont avec eux l’époux, ils ne peuvent jeûner. Les jours viendront où l’époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront en ce jour-là ». Jésus déclara clairement que le moment viendra où Ses disciples devraient jeûner.

Dieu ne prête pas attention à l’autoflagellation. Considérez l’exemple d’Élie et des prophètes de Baal. Les prophètes de Baal « crièrent à haute voix, et ils se firent, selon leur coutume, des incisions avec des épées et avec des lances, jusqu’à ce que le sang coule sur eux » (1 Rois 18 :28), cependant il ne se passa rien. Baal ne les entendit point. De son côté, Élie fit simplement une prière, courte mais sincère, au véritable Dieu vivant qui entendit et qui répondit. Que se passa-t-il ?

Dieu répondit à Élie en envoyant le feu du ciel pour consumer les offrandes, le feu absorba même l’eau qui avait été versée autour de l’autel. Quel fut l’impact du comportement d’Élie sur les Israélites qui avaient détourné leurs cœurs de Dieu ? Dans 1 Rois 18 :39, nous lisons : « Quand tout le peuple vit cela, ils tombèrent sur leur visage et dirent : C’est l’Éternel qui est Dieu ! C’est l’Éternel qui est Dieu ! » Voilà une illustration de la puissance de la prière.

C’est la véritable puissance de la prière adressée au Dieu créateur. Certes, nous devons endurer certaines souffrances pendant cette vie, mais Dieu ne nous demande pas de nous causer nous-mêmes des souffrances. Le jour viendra où Jean-Paul II, Mère Teresa et les moines bouddhistes qui sacrifièrent leurs vies auront l’opportunité de comprendre ce que Dieu demande à ceux qui Le cherchent, Lui obéissent, Le connaissent et Le servent.

Si vous souhaitez en apprendre davantage sur la puissance de la prière, lisez notre brochure gratuite intitulée Douze clés pour des prières exaucées.