Le “péché” d’ingratitude

Roger Meyer (rédacteur invité)
Commenter cet article

Un jour ou l’autre, il nous est tous arrivé de rendre service à quelqu’un et de ne même pas entendre un simple « merci » en retour. Cela nous attriste ou nous blesse, parfois cela peut même nous fâcher un peu quand nous avons vraiment fait des efforts pour aider cette personne. Il nous arrive de penser : « Mais comment peuvent-ils ne pas apprécier ce que j’ai fait pour eux ? » Si vous rechercher sur Google des mots-clés comme « ingratitude », « personnes ingrates » ou « ingrats », vous obtiendrez des millions de résultats.

Apparemment, l’ingratitude est chose courante.

C’est une tendance de notre époque. Dans sa lettre à Timothée, Paul avait écrit que l’ingratitude serait un des maux des derniers jours : « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront […] ingrats » (2 Timothée 3 :1-2). Nous ne devrions donc pas être surpris de voir de l’ingratitude.

Chacun d’entre nous a eu son lot d’expériences avec des personnes ingrates. Et les personnes lambda ne sont pas les seules à avoir été victimes de l’ingratitude des autres. La plupart des grands de ce monde ont eu suffisamment d’expériences avec ce problème pour pouvoir en parler. Benjamin Franklin a dit : « La plupart des gens vous rendent la pareille pour des petites choses, ils vous remercient pour les moyennes et ils vous remboursent les grandes choses… avec de l’ingratitude ».

William Shakespeare aborda souvent ce sujet dans ses pièces de théâtre. Il avait par exemple écrit : « Je hais plus dans un homme l’ingratitude que le mensonge, la fausseté, la babillarde ivresse, ou tout autre vice honteux, dont le germe impur corrompt notre sang » (La douzième nuit, Acte III, Ed. Ladvocat. Traduction Pierre Letourneur). Même la royauté n’est pas épargnée, Louis XIV avait dit : « Toutes les fois que je donne une place vacante, je fais cent mécontents et un ingrat ».

En combattant mes propres rancœurs contre les personnes ingrates, je me suis remis en tête le point de vue, plein de bonté, de Dieu. Le Christ a dit : « Aimez vos ennemis, faites du bien, et prêtez sans rien espérer. Et votre récompense sera grande, et vous serez fils du Très-Haut, car il est bon pour les ingrats et pour les méchants » (Luc 6 :35). Quand nous faisons un don, nous ne devrions rien attendre en retour. Quand nous donnons de notre temps, de notre énergie et de nos ressources pour aider une personne, nous ne devrions rien attendre en retour, pas même un simple « merci ».

Les personnes ingrates sont des personnes qui ont des problèmes personnels, comme l’égocentrisme, le manque d’affection pour les autres, l’impolitesse, la colère ou la haine. Les conséquences de ces attitudes sont une mauvaise santé, des sentiments négatifs et du stress. Heureusement, ils ont la possibilité de commencer à se voir tels qu’ils sont et se décider à changer. Et ils seront beaucoup plus heureux s’ils le font. Mais personne ne peut le faire à leur place.

Individuellement, nous devons être certains que nous avons été et que nous sommes véritablement reconnaissants. Quand nous connaissons les conséquences, nous ne voulons assurément pas être reconnus coupables du péché d’ingratitude. Nous pouvons être reconnaissants pour tant de choses. Nous devrions « rendre continuellement grâces à Dieu le Père pour toutes choses, au nom de notre Seigneur Jésus-Christ » (Éphèsiens 5 :20).

Malheureusement, l’Éternel Dieu a été victime d’ingratitude plus que n’importe quel être mortel. Pour tout ce qu’Il a donné à l’humanité, depuis sa création jusqu’à maintenant, Dieu a entendu très peu de prières de remerciement. Cependant, Dieu continue de nous donner de la nourriture, des vêtements et de prendre soin des croyants, comme des non-croyants. Il donne la pluie aux « justes et aux injustes ». Parfois, Il retire ces bénédictions quand Il doit corriger les gens, mais tout ce qu’Il donne, Il le donne de manière désintéressée.

Nous verrons bientôt une époque où Dieu répandra de formidables bénédictions sur toute l’humanité. Le Christ reviendra sur terre pour établir Son Royaume. Une paix, une joie et une prospérité sans précédent seront données à l’humanité, enfin reconnaissante.