Q&R - La foi ou les œuvres ?

Commenter cet article

Un principe essentiel de la vie chrétienne est que « nous perdons ce que nous n’utilisons pas » !


Question :

Puisque la vie éternelle est un don de Dieu, à travers le Saint-Esprit, quel est le rôle des « bonnes œuvres » dans la vie d’un chrétien ?

Réponse :

Vous ne pouvez pas obliger Dieu à vous donner la vie éternelle par votre « justice » ou vos « bonnes œuvres ». Les Écritures nous rappellent que « nous sommes tous comme des impurs, et toute notre justice est comme un vêtement souillé ; nous sommes tous flétris comme une feuille, et nos crimes nous emportent comme le vent » (Ésaïe 64 :5). Nous avons tous besoin du salut, « car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3 :23).

Ceux qui pensent obtenir la vie éternelle en obéissant à la lettre de la loi devraient considérer le fait qu’ils n’ont pas affronté toutes les épreuves que Satan a en réserve. Avant sa conversion, Saul (qui devint l’apôtre Paul) pensait qu’il obéissait parfaitement à Dieu. « Si quelque autre croit pouvoir se confier en la chair, je le puis bien davantage, moi, circoncis le huitième jour, de la race d’Israël, de la tribu de Benjamin, Hébreu né d’Hébreux ; quant à la loi, pharisien ; quant au zèle, persécuteur de l’Église ; irréprochable, à l’égard de la justice de la loi » (Philippiens 3 :4-6). Saul pensait qu’il était juste aux yeux de Dieu, jusqu’à ce que le Christ ressuscité et glorifié ne le frappe sur la route de Damas (Actes 9 :1-4).

Les commandements sont importants. Lorsqu’un homme riche demanda à Jésus : « Bon maître, que dois-je faire pour hériter la vie éternelle ? », Jésus commença par le reprendre en lui disant que seul Dieu était « bon » (Marc 10 :17-18). Puis le Christ lui rappela les commandements de Dieu (verset 19). Après que l’homme eut affirmé qu’il observait fidèlement les commandements, le Christ lui dit : « Vends tout ce que tu as […] Puis viens, et suis-moi » (verset 21), mais l’homme riche « s’en alla tout triste » (verset 22). Jésus n’a pas dit à cet homme que l’observance des commandements n’avait plus d’importance. Au contraire, le Christ montra qu’en accordant plus d’importance aux richesses du monde qu’au Royaume de Dieu, cet homme ne faisait pas les œuvres que Dieu attendait de lui !

Nous sommes sauvés à travers le Saint-Esprit en nous. « Mais le consolateur, l’Esprit-Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses, et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Jean 14 :26). Nous recevons le Saint-Esprit après nous être repentis et avoir été baptisés : « Pierre leur dit : Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit. Car la promesse est pour vous, pour vos enfants, et pour tous ceux qui sont au loin, en aussi grand nombre que le Seigneur notre Dieu les appellera » (Actes 2 :38-39).

Nous sommes actuellement « en train d’être sauvés » (cf. 1 Corinthiens 1 :18 ; 2 Corinthiens 2 :15). Mais nous devons achever ce processus : « Celui qui persévérera jusqu’à la fin sera sauvé » (Matthieu 24 :13).

C’est une erreur d’opposer la « foi » aux « œuvres ». Voyez plutôt : « Mais quelqu’un dira : Toi, tu as la foi ; et moi, j’ai les œuvres. Montre-moi ta foi sans les œuvres, et moi, je te montrerai la foi par mes œuvres » (Jacques 2 :18). Ni la foi, ni le Saint-Esprit en nous, ne nous garantissent le salut. Si nous arrêtons de marcher dans la justice et que nous rejetons Dieu volontairement, Il peut décider de nous retirer le don du Saint-Esprit (Hébreux 6 :4-6). L’ancien roi David connaissait l’importance de l’Esprit divin et il demandait à Dieu de ne pas lui retirer (Psaume 51 :13). Nous devons faire attention à ne pas « éteindre » le Saint-Esprit que Dieu nous a donné (1 Thessaloniciens 5 :19).

Ceux qui croient en Dieu et en Ses promesses s’efforceront inévitablement d’obéir à Ses lois, et le Saint-Esprit en nous – un don immérité de Dieu le Père – nous aidera à obéir davantage à ces lois. Plus nous obéissons, en utilisant l’Esprit, plus nous commencerons à surmonter nos défauts en croissant dans la grâce et la connaissance. Nous devons utiliser le don de l’Esprit de Dieu – dont l’utilisation se manifeste à travers nos œuvres – ou nous le perdrons !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +