“Mort ou vif”

Brian Pomicter
Commenter cet article

Tous ceux qui ont vu des films de cowboys dans l’Ouest américain se souviennent des affiches « Wanted : Dead or Alive » (Recherché : Mort ou vif), montrant la photo d’un criminel et la somme d’argent offerte pour sa capture – ou son meurtre. Le crime commis par la personne recherchée pouvait aller du vol à l'assassinat. L’affiche laissait entendre que le criminel représentait une telle menace pour la bienséance et la sécurité de la société que son élimination était justifiée.

Parfois, les autorités envoyaient même une troupe aux ordres d’un shérif pour poursuivre sans relâche ces criminels. Un proverbe dit que « la voie des perfides est rude » (Proverbes 13 :15). La vie n’était pas facile pour ces hommes recherchés.

Peu d’entre nous se considèrent comme des criminels, au point même d’avoir notre affiche « Wanted » placardée un peu partout, avec notre photo dessus. Qui parmi nous a volé une banque, pillé une diligence ou tué un homme en duel ? Assurément, pour la grande majorité d’entre nous, nos écarts de conduite sont trop banals pour que nous devenions des criminels.

Cependant, la vérité est que chacun d’entre nous, vous et moi, sommes des criminels et des meurtriers devant Dieu. Nous avons transgressé les lois de Dieu, les Dix Commandements et nous sommes responsables de la mort de Son Fils, Jésus-Christ. En tant que notre Sauveur personnel, Jésus-Christ est mort pour chacun d’entre nous, individuellement. La transgression de la loi de Dieu est un péché (1 Jean 3 :4) et nos péchés provoquent une peine de mort sur chacun d’entre nous.

Mais notre destin est plus optimiste que celui des criminels dans le Far-West. Ils étaient jetés en prison ou exécutés. Paul déclara dans Romains 6 :23 que « le salaire du péché c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur ».

Malgré nos fautes passées, Dieu nous offre une meilleure option que la prison ou la peine de mort. Au lieu de nous poursuivre avec une troupe pour tirer vengeance, Il nous propose un programme de réhabilitation. Cela commence avec une sorte « d’exécution » – la mort de notre « ancienne personnalité » lors du baptême, après nous être repentis de nos péchés. Mais après avoir été baptisés, « engendrés » comme disciples du Christ, notre programme de réhabilitation nous impose de changer de mode de vie tout entier. Nous devons avoir les yeux fixés sur le but, au lieu de nous inquiéter de notre propre personne. Il existe un meilleur mode de vie. Jésus déclara qu’il y a « plus de bonheur à donner qu’à recevoir » (Actes 20 :35) et en venant sur terre, son but était « que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance » (Jean 10 :10).

Cette vie abondante n’est pas réservée uniquement à ceux qui se soumettent actuellement à Dieu, mais elle sera aussi proposée à tous ceux qui ont vécu et qui sont morts. Lorsque Paul envoya l’évangéliste Timothée prêcher la parole, il lui dit que « Jésus-Christ […] doit juger les vivants et les morts […] au nom de son avènement et de son royaume » (2 Timothée 4 :1).

À Son second Avènement, Jésus-Christ évaluera ceux qui sont restés fermes dans Ses voies. Ceux qui sont morts en Christ ressusciteront. Puis, après le règne millénaire de Jésus, ceux qui n’ont jamais eu l’opportunité de connaître le véritable Dieu seront jugés, ou évalués, pendant Son règne (Apocalypse 20 :4-5). Ceux qui sont morts sans connaître le Christ seront ressuscités à la vie physique pendant une période de temps que Jésus appelle le Dernier Grand Jour (voir Jean 6 :33-40). Pendant cette époque, tous auront l’opportunité d’apprendre les lois de Dieu et de changer leurs vieilles habitudes et leur ancien mode de vie.

Personne n’est destiné à devenir un fugitif ou un criminel. Dieu veut que tous les êtres humains, ceux qui vivent aujourd’hui comme ceux qui sont morts et qui attendent d’être ressuscités, puissent prendre part à Son grand plan et à Son dessein pour l’humanité. Pour en apprendre davantage à ce sujet, lisez notre brochure Aujourd’hui est-ce le seul jour de salut ?