fbpx Êtes-vous impardonnable ? | Le Monde de Demain

Êtes-vous impardonnable ?

Commenter cet article

Avez-vous commis un péché si grave que vous ne pourriez plus être sauvé(e) ? Avez-vous peur de « recevoir ce que vous méritez » après votre mort ? Que déclare vraiment la Bible au sujet du pardon – et Dieu considère-t-Il que vous puissiez le recevoir ?

En début d’année, lorsque les tribunaux jugeant les divorces ont rouvert le 1er mars dans la ville de Xi’an – après que des millions de résidents eurent passé plus d’un mois à l’isolement avec leur famille pendant le confinement – les autorités ont rapporté un taux record de rendez-vous pour des divorces. Un auxiliaire de justice expliqua que « de nombreux couples avaient été bloqués ensemble à leur domicile pendant plus d’un mois, suscitant des conflits sous-jacents » (Global Times, 7 mars 2020).

Même en temps normal, beaucoup d’entre nous trouvent difficile de pardonner aux autres. En période de stress, il peut devenir encore plus difficile de pardonner à ceux qui nous entourent. En tant qu’êtres humains imparfaits, nous savons que nous avons besoin du pardon des autres. Mais nous pouvons nous sentir coupables, en pensant que nous ne méritons pas vraiment le pardon, bien que nous voudrions désespérément l’obtenir – particulièrement lorsque nous n’arrivons pas à pardonner aux autres.

Tout comme nous voulons être pardonnés dans nos relations humaines, à quel point désirons-nous le pardon de Dieu ? Beaucoup d’entre nous ont entendu parler du « péché impardonnable » et nous nous demandons si nous avons commis quelque chose de si grave au point que Dieu même ne puisse pas nous pardonner. Ce sérieux avertissement de Jésus-Christ nous est rapporté dans les Écritures : « Je vous le dis en vérité, tous les péchés seront pardonnés aux fils des hommes, et les blasphèmes qu’ils auront proférés ; mais quiconque blasphémera contre le Saint-Esprit n’obtiendra jamais de pardon : il est coupable d’un péché éternel » (Marc 3 :28-29).

Dans un instant de désespoir ou de dépression, peut-être avez-vous maudit Dieu ou douté de la réalité et de la puissance de Son Saint-Esprit. Cela signifie-t-il que vous soyez coupé à jamais de Dieu, sans espoir de rédemption ? Cette pensée a-t-elle déjà provoqué un désespoir encore plus grand ou avez-vous ressenti de la colère contre un Dieu qui vous enlèverait tout espoir de salut ?

La bonne nouvelle est que si vous avez ces craintes – si vous êtes réellement concerné et inquiet d’avoir commis le péché impardonnable, cela signifie que vous ne l’avez pas commis ! Comme nous allons le voir dans cet article, seuls ceux qui ne s’en soucient pas – ceux qui ont endurci leur cœur – peuvent commettre ce terrible péché. Si vous vous repentez, votre péché est pardonnable – et avec l’aide de Dieu, vous pouvez vous repentir si vous appliquez votre cœur à le faire !

Se repentir ou brûler

La Bible explique qu’une époque de jugement final va arriver – un étang de feu pour tous ceux qui persistent à pécher volontairement et qui insultent l’Esprit de grâce. Les Écritures avertissent tous ceux qui, en tant que chrétiens, « ont eu part au Saint-Esprit » (Hébreux 6 :4). Souvenez-vous que Dieu donne le Saint-Esprit « à ceux qui lui obéissent » (Actes 5 :32). Si des chrétiens obéissants reviennent volontairement vers le mal – en adoptant une attitude endurcie de désobéissance permanente – les Écritures enseignent qu’il est impossible pour eux d’être « encore renouvelés et amenés à la repentance, puisqu’ils crucifient pour leur part le Fils de Dieu et l’exposent à l’ignominie » (Hébreux 6 :6).

Cependant, nous devons comprendre que Dieu n’essaie pas d’inciter les gens à pécher afin d’avoir une excuse pour les détruire. Quant à Satan, il ne peut pas forcer les chrétiens à se détourner de Dieu contre leur volonté. La vérité est que Dieu veut que nous fassions partie de Sa famille et que nous partagions Son mode de vie aimant. Il veut que nous tirions les leçons de nos erreurs, que nous nous repentions et que nous changions de vie.

Êtes-vous troublé par votre conscience ? Les Écritures montrent que ceux qui ont vraiment commis le péché impardonnable ont « endurci » leur conscience – ils sont totalement engloutis dans leur rébellion contre Dieu. Ils ne sont pas inquiets d’avoir commis la transgression ultime. Il se peut qu’ils aient peur du châtiment ultime, mais cette peur ne les empêche pas de persister dans leurs voies méchantes et impies. Si vous êtes troublé par votre conscience, vous devez vous repentir et modifier votre comportement. Heureusement, si vous agissez en suivant votre conscience, que vous vous repentiez et que vous résistiez à Satan, vous serez libéré de la peur et de la culpabilité. Luc nous parla d’un publicain (un percepteur des impôts) dont l’attitude de repentance était acceptable aux yeux de Dieu (Luc 18 :9-14) et il montra avec l’exemple du pharisien qu’une attitude de propre justice n’est pas acceptable.

Ainsi, pouvez-vous vraiment vous repentir après une vie dans le péché ? Oui ! Quelle que soit la gravité de vos péchés, vous pouvez vous repentir. Cependant, afin de persévérer dans votre repentance, vous aurez besoin de l’aide de Dieu – et celle-ci ne s’obtient qu’à travers le don de Son Saint-Esprit. L’Esprit de Dieu est l’Esprit de puissance, d’amour et de sainteté. L’apôtre Paul a écrit : « C’est pourquoi je t’exhorte à ranimer la flamme du don de Dieu que tu as reçu par l’imposition de mes mains. Car ce n’est pas un esprit de timidité que Dieu nous a donné ; au contraire, son Esprit nous remplit de force, d’amour et de sagesse » (2 Timothée 1 :6-7).

Sans cette puissance spirituelle, vous et moi ne possédons pas la force surhumaine nécessaire pour revêtir le caractère saint et juste de Dieu dans notre vie. Il est formidable que Dieu veuille nous faire ce don – ce qu’il y a de plus précieux avec le don de Son Fils pour les péchés du monde. Mais que faisons-nous de ce don lorsque nous le recevons ? Au tout début de l’Église du Nouveau Testament, l’apôtre Pierre donna la réponse pendant le Jour de la Pentecôte : « Repentez-vous, et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ, pour le pardon de vos péchés ; et vous recevrez le don du Saint-Esprit » (Actes 2 :38).  Les chrétiens reçoivent ce don et celui-ci doit non seulement être conservé précieusement, mais aussi ravivé, comme Paul le rappela à Timothée.

Les chrétiens « convertis » sont ceux à qui Dieu a donné le Saint-Esprit (Romains 8 :9). Bien entendu, même les chrétiens convertis pécheront de temps à autre – mais le péché n’est pas leur mode de vie. Ils s’examinent régulièrement et ils s’efforcent de se repentir en permanence. Ils ont besoin d’un état d’esprit repentant, en cherchant toujours à corriger leur comportement et leur attitude. Dieu est patient, mais nous ne devons pas en abuser, car le temps est court. Ayez toujours le désir de vous repentir. Ayez toujours le désir d’améliorer votre vie – même si vous succombez parfois à la tentation dans les moments de faiblesse. Demandez à Dieu un esprit de repentance ! Et Dieu vous accordera la repentance (Actes 11 :18). Cela signifie qu’Il vous donnera la capacité de voir votre nature humaine – vos pensées et vos comportements impies – et vous vous désolerez de vos péchés, car vous désirerez fermement changer de mode de vie et recevoir Son pardon. Il est formidable de savoir que nous pouvons être pardonnés et purifiés par le sang du Christ (1 Jean 1 :7-10).

Blasphémer contre le Saint-Esprit ?

Jésus déclara que tous les péchés des personnes repentantes seront pardonnés. Le seul péché impardonnable est le blasphème contre le Saint-Esprit. Que cela signifie-t-il ? Comment pouvons-nous blasphémer contre le Saint-Esprit ?

Blasphémer signifie parler irrévérencieusement ou dénigrer Dieu, ainsi que les choses sacrées. Un des récits de l’Évangile nous en donne un puissant exemple : « Alors on lui amena un démoniaque aveugle et muet, et [Jésus] le guérit, de sorte que le muet parlait et voyait. Toute la foule étonnée disait : N’est-ce point là le Fils de David ? » (Matthieu 12 :22-23).

La foule reconnaissait que le Messie prophétisé, le Fils de David, était capable d’accomplir ce miracle – mais les pharisiens affirmaient faussement que Jésus utilisait la puissance de Satan : « Les pharisiens, ayant entendu cela, dirent : Cet homme ne chasse les démons que par Béelzébul, prince des démons » (Matthieu 12 :24).

Ces accusateurs blasphémaient – ils parlaient spécifiquement en mal de l’œuvre miraculeuse accomplie par Dieu au travers du Saint-Esprit, en prétendant que c’était la puissance du diable. Jésus les avertit sévèrement contre cette forme de blasphème : « C’est pourquoi je vous dis : Tout péché et tout blasphème sera pardonné aux hommes, mais le blasphème contre l’Esprit ne sera point pardonné. Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné ; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir » (Matthieu 12 :31-32).

Nous devons tous écouter cet avertissement. L’apôtre Paul avertit les chrétiens que « si nous péchons volontairement après avoir reçu la connaissance de la vérité, il ne reste plus de sacrifice pour les péchés » (Hébreux 10 :26).

Celui qui pèche volontairement est réfractaire. Il ou elle a pleinement conscience de faire le mal. Les personnes qui pèchent de la sorte n’envisagent même pas de se repentir et de désirer revenir au mode de vie divin (cf. 1 Timothée 4 :2). Les méchants invétérés ne sont pas aveuglés comme le reste du monde. Contrairement aux ignorants, ils ont « la connaissance de la vérité ». Ils connaissent les implications du sacrifice du Christ, mais ils le profanent délibérément. De tels individus sont dans « une attente terrible du jugement et l’ardeur d’un feu qui dévorera les rebelles » (Hébreux 10 :27) :

« Celui qui a violé la loi de Moïse meurt sans miséricorde, sur la déposition de deux ou de trois témoins ; de quel pire châtiment pensez-vous que sera jugé digne celui qui aura foulé aux pieds le Fils de Dieu, qui aura tenu pour profane le sang de l’alliance, par lequel il a été sanctifié, et qui aura outragé l’Esprit de la grâce ? » (Hébreux 10 :28-29).

Vous ne pouvez pas fouler aux pieds le Christ si vous n’en avez jamais vraiment entendu parler. Vous ne pouvez pas parler mal de ce que vous ne connaissez pas. Une des vérités les plus réconfortantes et encourageantes de la Bible est qu’au cours de l’Histoire, la plupart des gens ont été aveuglés spirituellement – mais beaucoup imaginent qu’ils sont perdus pour toujours. La vaste majorité des milliards d’êtres humains qui ont vécu sont morts sans même avoir entendu le nom de Jésus-Christ. Et même parmi ceux qui ont entendu Son nom, la plupart n’ont jamais entendu le véritable message qu’Il a prêché – le véritable Évangile du Royaume de Dieu. Sans la vérité divine, ces gens étaient assurément charnels et préoccupés par le monde. Certains furent même vicieux. Et ils seront jugés, tout comme les habitants impies de Sodome et Gomorrhe seront jugés. Mais ces personnes aveuglées ont-elles commis le péché impardonnable ? Voyez ce que Jésus déclara en parlant des villes qui auraient dû se repentir suite aux prédications de Ses disciples : « Je vous le dis en vérité : au jour du jugement, le pays de Sodome et de Gomorrhe sera traité moins rigoureusement que cette ville-là » (Matthieu 10 :15). Cela montre que même les habitants pervertis de Sodome et Gomorrhe recevront une opportunité de salut. Tout comme les milliards d’êtres humains qui ont vécu et qui sont morts sans connaître le message du Christ. Pour eux, Dieu prépare le jugement du grand trône blanc (Apocalypse 20 :11-15) pendant lequel ils recevront la vérité pour la première fois, et ils auront l’occasion de l’accepter ou de la rejeter.

Endurcissez-vous votre cœur ?

Peut-être vous demandez-vous comment et pourquoi quelqu’un prendrait la décision catastrophique de blasphémer contre le Saint-Esprit et de se rebeller intentionnellement contre Dieu. M. Herbert Armstrong, notre prédécesseur dans cette Œuvre décrivit comment il était possible de faire ce choix : « Ceci peut provenir d’un faux raisonnement, d’un désir erroné qui l’incite à prendre une décision déterminée, permanente, quant à sa façon de vivre ; l’individu éprouve du ressentiment soit envers Dieu, soit envers une autre personne qui peut lui avoir fait du tort. Cela peut également provenir de ce qu’il permet au ressentiment de le rendre amer au point de le faire vouloir se détourner de Dieu » (Qu’entend-on par “le péché impardonnable” ?, 1973, pages 24-25).

Nous entendons rarement quelqu’un se lever un matin et se dire : « À partir d’aujourd’hui, je vais me tourner complètement contre Dieu. » La plupart du temps, c’est un processus graduel qui commence avec des négligences intolérables et répétées dans nos priorités spirituelles. Une telle négligence conduit à une attitude de « laisser-aller » – pouvant conduire à endurcir le cœur et à commettre le péché impardonnable. « C’est pourquoi nous devons d’autant plus nous attacher aux choses que nous avons entendues, de peur que nous ne soyons emportés loin d’elles » (Hébreux 2 :1). Autrement, « comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut ? » (verset 3). Oui, en tant que chrétiens, nous devons chercher activement le Seigneur pendant qu’Il se trouve. Persévérez sincèrement dans la prière et l’étude de la Bible. Choisissez de rester spirituellement éveillé. Nous devons nous engager à rester spirituellement actifs et alertes !

Évitez la rancœur !

Les préjudices conduisent souvent au ressentiment, puis le ressentiment peut se transformer en haine et en rancœur. Ressentez-vous de la haine à l’égard d’un individu ? Nous devons toujours être sur nos gardes face à de tels sentiments. Souvenez-vous : « Quiconque hait son frère est un meurtrier, et vous savez qu’aucun meurtrier n’a la vie éternelle demeurant en lui » (1 Jean 3 :15). Si vous ressentez ces sentiments, vous devez les vaincre en décidant de craindre Dieu et en choisissant de comprendre la gravité de la haine et du ressentiment.

Dans le sermon sur la montagne, Jésus révéla l’antidote contre ces sentiments de haine et de désir de revanche :

« Vous avez appris qu’il a été dit : Tu aimeras ton prochain, et tu haïras ton ennemi. Mais moi, je vous dis : Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent, afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et il fait pleuvoir sur les justes et sur les injustes » (Matthieu 5 :43-45).

À quel point cette instruction est-elle importante ? Rappelez-vous ce que Jésus a enseigné dans la prière modèle – souvent appelée la prière du Seigneur : « Pardonne-nous nos offenses, comme nous aussi nous pardonnons à ceux qui nous ont offensés » (Matthieu 6 :12). Priez-vous de la sorte ? Pardonnez-vous aux autres avec le même empressement dont vous aimeriez bénéficier lorsque Dieu vous accorde Son pardon ?

Oui, c’est un mode de vie révolutionnaire. C’est l’antithèse de la philosophie actuelle basée sur l’égoïsme, la convoitise et le « moi d’abord ». Mais c’est le mode de vie enseigné par le Fils de Dieu et le mode de vie que tous apprendront au cours du Millénium – le règne millénaire à venir du Christ sur la Terre. Essayez-le ! Mettez-vous littéralement à genoux et priez pour le bien-être d’un individu que vous haïssez peut-être. Vous serez surpris de constater combien cela allègera votre stress. Bien entendu, certains d’entre nous ne peuvent plus se mettre à genoux en raison de l’âge, mais faites de votre mieux et sachez que Dieu connaît votre attitude et votre cœur, même si vous n’êtes « à genoux » qu’au sens figuré.

Lorsque vous priez, ayez confiance que Dieu punira l’injustice par Ses jugements. Comme l’apôtre Paul l’a écrit : « Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère ; car il est écrit : À moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur » (Romains 12 :19). Le moment venu, nous devrons tous nous présenter devant le tribunal du Christ (Romains 14 :10). Ayez confiance en Dieu pour punir le méchant, car Il a dit qu’Il le fera.  

Soyez un pacificateur !

Notez encore un autre élément pour vaincre la rancœur : « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. Veillez à ce que personne ne se prive de la grâce de Dieu ; à ce qu’aucune racine d’amertume, poussant des rejetons, ne produise du trouble, et que plusieurs n’en soient infectés » (Hébreux 12 :14-15).

Jésus a déclaré dans le sermon sur la montagne : « Heureux ceux qui procurent la paix, car ils seront appelés fils de Dieu ! » (Matthieu 5 :9), et encore : « Faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent » (Matthieu 5 :44). Relèverez-vous ce défi ? Vous humilierez-vous devant Dieu en priant pour vos ennemis ? Vous aurez alors effectué un grand pas pour vaincre la racine de la rancœur qui pourrait être en vous.

Il est également possible de perdre le Saint-Esprit par négligence – et de s’engager dans la voie du péché impardonnable. Négligez-vous la prière, l’étude de la Bible et la fraternisation avec d’autres chrétiens convertis ?

Ce monde peut paraître tellement attractif qu’il peut nous distraire de nos priorités spirituelles. Quel est votre but personnel dans la vie ? Jésus a dit : « Cherchez premièrement le royaume et la justice de Dieu ; et toutes ces choses vous seront données par-dessus » (Matthieu 6 :33). Notre Sauveur affirme que cela devrait être notre but dans la vie ! Le fait de négliger nos priorités spirituelles conduit à la faiblesse spirituelle et cela nous expose à la rancœur qui, à son tour, peut finalement nous pousser à rejeter Dieu.

Ayez de l’espoir en l’avenir !

Lorsque Dieu donna Ses promesses au patriarche Abraham, leur réalisation semblait impossible en apparence. Mais notez ce que la Bible rapporte au sujet de l’attitude d’Abraham : « Espérant contre toute espérance, il crut et devint ainsi le père d’un grand nombre de nations, selon ce qui lui avait été dit : Telle sera ta postérité » (Romains 4 :18).

Abraham espéra contre toute espérance. Et nous avons non seulement une espérance, mais aussi une promesse – celle d’un nouveau monde, le Royaume de Dieu sur Terre et le règne millénaire de Jésus-Christ. Jésus a promis de revenir sur cette Terre pour établir une paix mondiale et durable. Vous pouvez avoir une assurance, une attente et un espoir pour l’avenir. Paul écrivit encore : « Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ » (Éphésiens 2 :13).

Engagez-vous à changer !

Si vous vous sentez coupé de Dieu, vous pouvez être réconcilié ! Vous avez de l’espoir. Vous pouvez être réconcilié par le sang du Christ. Si vous souhaitez être conseillé par un ministre, contactez le bureau régional le plus proche de chez vous (coordonnées à la page 4 de cette revue).

Si vous vous engagez à changer de vie – si vous êtes réellement désolé d’avoir péché et que vous voulez vous repentir – vous serez pardonné. Une clé essentielle pour éviter le péché impardonnable est de maintenir en permanence une attitude de repentance. « Si nous confessons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner, et pour nous purifier de toute iniquité » (1 Jean 1 :9).

Nous devons confesser nos péchés à notre Dieu et à notre Sauveur. Oui, Dieu veut être proche de vous – pas seulement des personnes que le monde considère comme « importantes » ou « spéciales ». Pensez au récit du publicain : Jésus déclara qu’il rentra justifié chez lui, plutôt que le pharisien. Ce publicain pria : « Ô Dieu, sois apaisé envers moi, qui suis un pécheur » (Luc 18 :13). Si vous reconnaissez que vous êtes un pécheur qui désire sincèrement le pardon, alors vous n’avez pas commis le péché impardonnable – oui, vous êtes pardonnable !

Que Dieu vous aide à Le chercher de tout votre cœur, car Il est capable de pardonner vos péchés et de vous purifier de toute iniquité. Si nous maintenons cette attitude de repentance, nous savons que nous n’avons pas commis – et que nous ne commettrons pas – le péché impardonnable !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +