fbpx Dieu oubliera-t-il vos enfants? | Le Monde de Demain

Dieu oubliera-t-il vos enfants?

Dieu oubliera-t-il vos enfants?

Une grande transformation se produit sous nos yeux, alors que les jeunes adultes abandonnent les valeurs traditionnelles et entrent dans un monde nouveau qui présage de grands dangers pour l’avenir. Comment les parents peuvent-ils protéger leurs enfants contre des idées et des valeurs si différentes des leurs ?

[Le texte ci-dessous est l’adaptation de la transcription de cette émission du Monde de Demain.]

Qu’arrive-t-il à nos enfants ? Une grande transformation se produit juste sous nos yeux, alors que les jeunes adultes abandonnent les valeurs traditionnelles et entrent dans un monde nouveau qui présage de grands dangers pour l’avenir.

Je n’ai pas besoin de vous dire que les temps changent, et à une vitesse vertigineuse. Beaucoup s’inquiètent de ce qu’ils voient. Le monde a toujours eu des défis à relever, mais quelque chose de radical est en train de se produire, en particulier chez ceux que l’on appelle la « génération Y » et la « génération Z ».

Que réserve l’avenir à nos enfants et petits-enfants ? Où se dirige le monde et quelles sont les causes ? Comment les parents peuvent-ils protéger leurs enfants contre des idées et des valeurs si différentes des leurs, des idées qu’ils reconnaissent comme dangereuses, pour leurs enfants et pour la société dans son ensemble ? Des réponses existent ! Restez à l’écoute !

Une idéologie progressiste

Dans l’émission d’aujourd’hui, nous posons la question de savoir si Dieu oubliera vos enfants. Et nous trouverons les réponses dans les pages de la Bible. Des tendances alarmantes devraient préoccuper tous les parents et grands-parents.

Considérez les tendances progressistes qui émergent parmi les Américains classés dans la génération Y et la génération Z. On peut plaider en faveur d’idées plus sociales, comme les soins de santé universels, mais ce qui est troublant, c’est que de nombreux individus qui promeuvent ce programme socialo-progressiste sont aussi des réactionnaires qui veulent faire taire la liberté d’expression et toute opposition ; et cette combinaison est très troublante.

Quiconque refuse de se plier à la ligne politiquement correcte est intimidé et dénoncé. Et ce phénomène n’est pas propre à l’Amérique. Cela se passe en Europe, au Royaume-Uni, en Australie et au Canada. Des réunions sont perturbées et parfois des émeutes s’ensuivent. Certains professeurs abaissent ouvertement les notes de ceux qui refusent de céder à leurs idées progressistes. Et une panoplie de pronoms doit être utilisée pour décrire ses camarades de classe. Des nouveaux pronoms sont inventés et même remplacent les pronoms spécifiques au genre, comme il, elle et lui. Quelle ironie que les mêmes personnes qui appellent à la tolérance, à la diversité et à la lutte contre les brimades soient devenues intolérantes en excluant tous ceux qui pensent différemment d’elles.

Cependant, tous les jeunes adultes ne cèdent pas à ces assauts contre la langue ni au politiquement correct forcé, et certains utilisent l’absurde pour démontrer l’absurdité. Par exemple, pour protester contre l’apparition de ces règles d’utilisation de pronoms partout sur les campus, ce titre est apparu dans le Washington Free Beacon : « Un étudiant de l’université du Michigan est désormais officiellement appelé “Sa Majesté”. »

La vie universitaire n’est plus ce qu’elle était. Aujourd’hui, nous entendons parler de zones de liberté d’expression sur les campus, d’avertissements de provocation, de micro agressions et, pour ceux qui ont subi une défaite dans les urnes, on leur accorde des jours de congé, accompagnés d’animaux en peluche. Alors, comment en sommes-nous arrivés là ?

Il est facile de considérer ces changements uniquement en termes de politique, mais ils sont bien plus profonds que cela. La politique reflète les valeurs d’une société, et les valeurs ne naissent pas d’un espace vide. Le monde sombre dans le chaos, dans une large mesure, parce que nous n’avons pas de consensus sur la source des valeurs morales. Ce n’est pas que l’humanité n’a pas essayé de trouver un consensus, mais sans une puissance supérieure à l’homme, en fin de compte, ce n’est rien de plus que des opinions personnelles.

Différentes sortes de valeurs

Il y a quelques années, ayant reconnu que beaucoup n’accepteraient pas l’autorité biblique, certains ont tenté de s’entendre sur des valeurs sur lesquelles tout le monde pouvait s’accorder. L’un de ces efforts est venu de l’ancien Secrétaire américain à l’éducation, William Bennett, et de son ouvrage traitant des vertus. Je l’ai cité à plusieurs reprises, en le lisant à l’occasion de nos camps d’été de l’Église du Dieu Vivant. Dans ce livre, M. Bennett a compilé des histoires courtes sur les dix vertus suivantes :

  • L’autodiscipline
  • La compassion
  • La responsabilité
  • L’amitié
  • Le travail
  • Le courage
  • La persévérance
  • L’honnêteté
  • La loyauté
  • La foi

C’était une tentative admirable de promouvoir des valeurs positives, mais lorsqu’on y regarde de plus près, tout le monde n’est pas d’accord sur elles. Par exemple, examinons « l’honnêteté ».

À quel point le proverbial vendeur de voitures d’occasion est-il honnête ? Qu’en est-il des politiciens élus ? Et ne laissons pas les médias s’en tirer à bon compte ! Mais ne nous arrêtons pas aux vendeurs de voitures, aux politiciens et aux médias. Beaucoup plus près de nous, combien de parents mentent à leurs enfants au sujet du Père Noël ou du lapin de Pâques ? Réfléchissez-y ! Sommes-nous tous d’accord pour dire que l’honnêteté est une vertu ? Apparemment non !

Ensuite, il y a la vertu du « travail ». Tout le monde est-il d’accord pour dire que le travail honnête est une vertu ? Encore une fois, apparemment non. Aujourd’hui, nous entendons des appels à un salaire garanti pour tous, même pour les personnes valides qui choisissent de ne pas travailler. Il y a toujours eu des profiteurs, mais voilà que des politiciens souhaitent inscrire dans la loi le droit d’être paresseux.

C’est un contraste direct avec la soi-disant éthique de travail judéo-chrétienne, une caractéristique de la culture occidentale. Une promesse de revenu garanti pour ceux qui refusent de travailler contredit une injonction biblique. Notez : « Si quelqu’un ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus » (2 Thessaloniciens 3 :10). Une fois que vous enlevez Dieu du tableau, il n’y a plus de consensus !

Ensuite, je vais expliquer comment nous nous retrouvons dans un tel désordre comme nous le voyons autour de nous.

Selon le centre de recherche Pew, les milléniaux, ou la génération Y, sont classés comme ceux qui sont nés entre 1981 et 1996, et la génération Z comme ceux qui sont nés après 1997. Il est facile de considérer chaque groupe comme monolithique, chacun marchant au même pas, se conformant à un même ensemble de valeurs, mais c’est inexact et injuste. Bien qu’il existe certains stéréotypes, chaque groupe est composé d’individus. En même temps, chaque groupe a été, et est, fortement influencé par son éducation et ses pairs.

La génération de mes parents, par exemple, a été fortement influencée par la Grande Dépression et la Seconde Guerre mondiale. Ma génération par la guerre du Vietnam et l’introduction de drogues récréatives parmi une frange de la jeunesse. Mais tous les membres de la génération de mes parents n’ont pas tiré les mêmes leçons de la dépression et tous les membres de ma génération n’ont pas méprisé l’armée et consommé des drogues.

Il en va de même pour la génération Y et la génération Z. Néanmoins, nous constatons une radicalisation généralisée chez les jeunes, qui rejettent la sagesse des générations précédentes. Pourquoi ? Voici quelques exemples de sagesse rejetée, au péril de ceux qui la rejettent :

« Ne vous y trompez pas : on ne se moque pas de Dieu. Ce qu’un homme aura semé, il le moissonnera aussi. Celui qui sème pour sa chair moissonnera de la chair la corruption » (Galates 6 :7-8).

Le livre biblique d’Osée nous donne cet avertissement : « Puisqu’ils ont semé du vent, ils moissonneront la tempête » (Osée 8 :7). En d’autres termes, nous nous attirons de nombreux malheurs et la situation va empirer avant de s’améliorer.

Le christianisme a trop longtemps été réduit à des contes de fées, tels que le lapin de Pâques et le Père Noël. Aujourd’hui, de nombreuses Églises se concentrent sur le divertissement et exigent peu de leurs fidèles. La musique, bien qu’importante, est devenue l’événement principal. Et ne vous attendez pas à ce que les gens s’habillent pour Dieu – venez tel que vous êtes. D’autres Églises se concentrent sur des rituels répétitifs. Le véritable Évangile a été remplacé par des Évangiles promouvant la grâce sans œuvres, la santé et la prospérité financière.

Le faux christianisme a obscurci le véritable but de l’humanité. L’Évangile que Jésus a prêché pendant trois ans et demi avant Sa mort, Son ensevelissement et Sa résurrection, ne fait plus partie du message. Les gens ont été contrôlés pendant des siècles par la peur de brûler pour toujours dans le feu de l’enfer, quelque chose que les gens ne peuvent plus concilier avec un Dieu d’amour, et quelque chose, soit dit en passant, que la Bible n’enseigne pas. Et des prêtres prédateurs ont détruit la foi de beaucoup de gens désabusés.

Un monde qui a rejeté Dieu

Après avoir rejeté Dieu, où en sommes-nous maintenant ? La Bible donne des réponses surprenantes. La deuxième lettre de Paul à Timothée donne une prédiction de la fin des temps, notre époque actuelle : « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles » (2 Timothée 3 :1).

Nous avons lu ce verset à de nombreuses reprises au Monde de Demain, mais faisons-le à nouveau, car il décrit avec précision ces derniers jours d’égarement de l’humanité.

« Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait le force » (2 Timothée 3 :2-5).

Le fait est que beaucoup trop de gens rejettent Dieu et la Bible prédit une conséquence spécifique en contrepartie.

Comment se fait-il que de nombreux enfants rejettent les valeurs de leurs parents ? Comment se fait-il que, pour beaucoup, la joie d’avoir des enfants se transforme en conflit et en éloignement, en un cauchemar de drogues et en petits-enfants conçus hors mariage ? Même les petits enfants défient ouvertement leurs parents et l’autorité des adultes en général. Il n’en a pas toujours été ainsi, mais ce que nous voyons aujourd’hui a été prédit il y a longtemps par le prophète Ésaïe.

« Mon peuple a pour oppresseurs des enfants, et des femmes dominent sur lui ; mon peuple, ceux qui te conduisent t’égarent, et ils corrompent la voie dans laquelle tu marches » (Ésaïe 3 :12).

La majorité du monde occidental ne prend pas Dieu au sérieux. Même parmi ceux qui se disent chrétiens, nombreux sont ceux qui rejettent Ses commandements, affirmant qu’ils ont été abolis lors de la crucifixion, et les remplacent par des règles édictées par des hommes. Des fêtes issues du paganisme sont substituées aux Jours saints que Dieu a réservés pour le culte et l’enseignement spirituel.

Nos dirigeants se battent et se chamaillent comme des enfants. Combien de fois entendons-nous la question : « Où est l’adulte dans cette pièce ? » Et considérez les scandales sexuels sans fin qui secouent les couloirs des gouvernements, de l’industrie et des médias. Et lorsqu’il s’agit de célébrités, il semble n’y avoir aucune honte. N’est-ce pas là une description exacte de notre époque dans Jérémie 5 ?

« Tes fils m’ont abandonné […] je les ai rassasiés, et ils ont commis adultère ; ils se pressent en foule dans la maison de la prostituée. Ils sont comme des chevaux bien nourris, qui courent çà et là ; ils hennissent chacun après la femme de son prochain » (Jérémie 5 :7-8, Ostervald).

Dieu prend-Il cela à la légère ? Pas du tout. « Ne châtierais-je pas ces choses-là, dit l’Éternel, ne me vengerais-je pas d’une pareille nation ? » (Jérémie 5 :9).

Quelqu’un pourrait suggérer à tort que cela ne s’appliquait qu’aux Juifs de cette époque, mais même si c’était le cas, nous voyons ce que pense Dieu dans cette affaire. Dieu ne prend pas ce genre de comportement à la légère. Et ce passage du quatrième chapitre de Jérémie ne nous décrit-il pas également ?

« Certainement mon peuple est fou, il ne me connaît pas ; ce sont des enfants insensés, dépourvus d’intelligence ; ils sont habiles pour faire le mal, mais ils ne savent pas faire le bien » (Jérémie 4 :22).

Lorsque les adultes se comportent comme des enfants gâtés, que pouvons-nous attendre de leurs enfants ? Et Dieu oubliera-t-Il vos enfants ? Voici la réponse tirée directement de la Bible.

« Mon peuple est détruit, parce qu’il lui manque la connaissance […] puisque tu as oublié la loi de ton Dieu, j’oublierai aussi tes enfants » (Osée 4 :6).

Quelle ironie, à l’ère de l’information, alors que le savoir explose comme jamais auparavant, Dieu dit que Son peuple est détruit par le manque de connaissance. Oui, nous sommes avisés pour faire le mal, mais nous n’avons pas la connaissance pour faire le bien. La connaissance que nous avons rejetée et oubliée est la loi de Dieu, et Dieu nous dit qu’à cause de cela, Il oubliera nos enfants !

Une influence néfaste sur les enfants

Aujourd’hui, nos enfants sont manipulés et mal éduqués, influencés par des professeurs progressistes et des médias complaisants. Nous voyons aujourd’hui des enfants qui ne savent pas s’ils sont des garçons ou des filles. Le simple fait de suggérer ce qui était presque universellement accepté il y a encore quelques années, à savoir qu’il n’y a que deux sexes, suffit désormais à être censuré. La liberté d’expression est en train de mourir.

Les dommages causés à nos enfants commencent très tôt. Comme si élever des enfants n’était pas assez difficile en temps normal, les enfants de maternelle sont aujourd’hui endoctrinés par des idées qu’ils sont trop jeunes pour comprendre. Les ingénieurs sociaux sont à l’œuvre depuis des décennies, comme en témoigne le livre de 1989, Heather a deux mamans. Ce livre est annoncé comme approprié pour les enfants de 3 ans et plus et c’est loin d’être la seule influence précoce sur les enfants. Ces tentatives de désorienter nos enfants n’ont fait qu’empirer.

Vous avez probablement vu des reportages sur les ateliers de lecture par des drag queens. Il s’agit de drag queens, vêtus de leurs plus beaux atours, qui lisent des histoires à de jeunes enfants. Cela a lieu dans des « bibliothèques, écoles, librairies, musées, camps d’été, programmes extrascolaires et autres espaces communautaires ».

Leur site officiel poursuit en expliquant que le but de l’initiative est de…

« … capter l’imagination et le côté amusant de la fluidité de genre de l’enfance, tout en donnant aux enfants les rôles modèles séducteurs, positifs et assumés des queers. Dans des espaces comme celui-ci, les enfants peuvent voir des personnes qui défient les restrictions de genre rigides et imaginer un monde où les gens peuvent se présenter comme ils le souhaitent, où s’habiller comme ils le souhaitent » (Drag Queen Story Hour, 2018).

Il est difficile d’imaginer pourquoi un parent responsable emmènerait son enfant à de tels événements, mais ces ateliers ont des antennes dispersées aux États-Unis, à Porto Rico, en Suède et au Japon.

Même si vous n’y emmèneriez probablement pas votre enfant, d’autres parents le font ! Le fait est que si vous voulez que votre enfant soit compatissant, mais pas endoctriné dans ce « meilleur des mondes », vous devez être vigilant et commencer à contrecarrer ces influences dès le plus jeune âge.

Un nombre croissant de parents retirent leurs enfants des écoles publiques pour les éduquer à la maison. Cela permet d’éviter cet exutoire pour l’endoctrinement politiquement correct, mais est-ce la solution idéale ?

Tous les parents n’ont pas les moyens ou la capacité de scolariser leurs enfants à la maison, et l’éducation formelle officielle est loin d’être la seule source d’erreur dans notre monde actuel. De nombreux enfants scolarisés à la maison passent des heures chaque semaine sur des sites de réseaux sociaux, qui présentent de nombreux risques. Les théories du complot et la désinformation abondent sur Internet, comme la promotion de l’idée que la Terre est plate.

Les enfants sont facilement manipulables, comme on a pu le constater lorsqu’un groupe d’entre eux a fait irruption dans le bureau de la sénatrice américaine Dianne Feinstein pour lui demander de soutenir le nouveau Deal vert. On leur avait fait croire que le monde n’avait plus que douze ans à vivre en raison du changement climatique. La sénatrice Feinstein n’a été ni convaincue ni amusée.

Voici un autre mal concernant Internet. Dr Paul McClure de l’université de Lynchburg évoque le danger du syncrétisme religieux, c’est-à-dire le mélange de doctrines et de pratiques entre diverses religions. En effet, chaque personne développerait sa propre religion. Cela peut sembler bon à certains dans notre monde postmoderne, mais la vérité n’est-elle pas plus importante que les croyances individuelles ? Et ne tombez pas dans l’absurdité de dire qu’il n’y a pas de vérités absolues. McClure explique le problème dans son traité intitulé « La foi et Facebook dans une ère plurielle : Les effets des sites de réseaux sociaux sur les croyances religieuses des jeunes adultes ».

En se basant sur les données de la National Study of Youth and Religion, McClure a écrit :

« L’évolution récente de la technologie a accéléré la croissance des industries de la pornographie et des jeux d’argent. D’autres études ont montré que l’utilisation d’Internet peut être à l’origine de comportements antisociaux chez les adolescents et que les réseaux sociaux sont cités comme des facteurs contributifs dans les procédures de divorce. Les parents s’inquiètent particulièrement des effets latents des technologies modernes. Selon ces parents inquiets, Facebook, Instagram et Twitter exposent non seulement les adolescents à une pluralité de visions du monde qui peuvent être en désaccord avec ce qu’ils ont appris à la maison [Mais] en conséquence, les nouvelles technologies sociales constituent souvent une menace pour les parents qui souhaitent transmettre des enseignements moraux ou religieux spécifiques à leurs enfants » (“Faith and Facebook in a Pluralistic Age”, Paul McClure, Sociological Perspectives, 2018, page 819).

McClure poursuit en expliquant cette conséquence involontaire des réseaux sociaux :

« Je trouve que les jeunes adultes qui utilisent les réseaux sociaux sont plus susceptibles de penser qu’il est acceptable de choisir leurs croyances religieuses, et de pratiquer plusieurs religions indépendamment de ce que leur tradition religieuse enseigne […] Ces résultats suggèrent que l’exposition à des réseaux plus larges par le biais des médias sociaux conduit à une acceptation accrue des croyances et pratiques syncrétistes » (page 818).

Tout aussi troublant est le fait que l’évolution des lois et des modèles d’immigration a contribué à l’afflux des religions orientales. En raison de l’influence de ces religions orientales, nous constatons en Amérique et dans d’autres nations occidentales une augmentation de l’astrologie, du végétarisme, de la méditation transcendantale et de la croyance en la transmigration des âmes – toutes des idées contraires aux doctrines bibliques.

La Bible nous dit que si nous oublions Dieu et Ses valeurs, Il oubliera nos enfants, mais la Bible nous donne aussi de bonnes nouvelles. Nous lisons ces paroles réconfortantes du prophète Ésaïe concernant l’avenir, après avoir appris une leçon des plus douloureuses : « Tous tes fils seront disciples de l’Éternel, et grande sera la prospérité de tes fils » (Ésaïe 54 :13).

Dans cette émission, nous avons brièvement exploré le problème. Nous avons vu que notre rejet de Dieu a entraîné un rejet croissant de nos enfants par Dieu. Cependant, il existe des stratégies que vous pouvez employer pour protéger vos enfants. Il est possible d’élever de bons enfants dans un monde mauvais.