Résurgence de la crise du sida

Le bureau Nouvelles et Prophéties
Commenter cet article

Contrairement à la croyance populaire, la crise du sida sévit toujours parmi nous. Les médias semblent « à l’aise » avec cette épidémie et y ont consacré peu d’attention ces dix dernières années. En 2016, année la plus récente détenant les statistiques les plus complètes sur le plan mondial, près de 37 millions de personnes vivent avec le sida et presque deux millions de nouveaux cas sont contractés chaque année (Aides.org). Les taux d’infection du VIH ont augmenté de 30% en Europe de l’Est et en Asie depuis 2010, et ils sont actuellement en augmentation dans 50 pays, (Le Matin.ch, 24 juillet 2018 ; Toulouse 7, 19 juillet 2018). Plus grave encore, le taux d’infection concerne les adolescents : « Toutes les 3 minutes, une adolescente [chez les 15-19 ans] est infectée par le VIH [...] a affirmé mercredi l’Unicef  » (Le Figaro, 25 juillet 2018). Beaucoup d’experts soupçonnent la complaisance d’être la principale raison de l’augmentation du sida/VIH ces dernières années. Un grand nombre d’individus, y compris des adolescents, ne voient plus le sida comme un risque sanitaire pour eux-mêmes ou les autres.

Des pandémies ont été prophétisées dans les pages de la Bible depuis des millénaires. Dieu a averti que des « maladies dévastatrices » et dégénératives telles que le sida s’abattraient sur ceux qui rejettent les lois divines protectrices d’un mode de vie sain (Lévitique 26 :14-16 ; Luc 21 :11). La Bible transmet des directives claires, qui, si elles étaient mises en pratique, élimineraient les causes et empêcheraient la propagation des maladies comme le sida (Lévitique 18 :22 ; 1 Corinthiens 6 :18 ; Éphésiens 5 :3). Le temps vient où le VIH et le sida ainsi que toutes les souffrances s’y rapportant et les autres maladies seront éliminés – lorsque Jésus-Christ reviendra établir Son Royaume ici-bas (Ésaïe 35 :4-6). Pour en savoir davantage sur les maladies à venir, lisez notre article intitulé : « Les épidémies : le quatrième cavalier ».