Il est possible de mettre fin au sida

Commenter cet article

Une grande partie du monde occidental ne pense plus au sida, mais celui-ci continue de détruire des millions de vies. Cependant, il existe une méthode à l’efficacité prouvée pour enrayer cette maladie.


Les taux d’infection aux maladies sexuellement transmissibles sont en forte hausse dans le monde, atteignant des niveaux épidémiques dans certaines régions ! Mais quand avez-vous entendu parler pour la dernière fois du VIH ou du sida ? Le fléau mondial du sida a été délaissé par les médias dans les nations développées, bien qu’un grand nombre de gens continue de contracter le VIH chaque année. Cette maladie mortelle est toujours présente et elle ravage toujours les nations développées.

Est-il possible de mettre fin au sida ou de le prévenir ? La vérité enthousiasmante, mais aussi « dérangeante », est qu’il est possible d’enrayer ce fléau ! Saviez-vous que les gouvernements et les agences sanitaires mondiales, dont l’Organisation mondiale de la santé (OMS), savent exactement comment stopper la diffusion du VIH et du sida dès maintenant ? Cependant, ces gouvernements et ces agences refusent de promouvoir la seule méthode de prévention à l’efficacité prouvée contre le VIH et le sida. Le journal de santé publique Health Affairs rapportait en 2009 que le coût des traitements pour cette maladie pourrait atteindre 35 milliards de dollars annuels en 2031 rien que dans les pays développés. Pourquoi les dirigeants mondiaux et les agences de santé publique refusent donc de promouvoir activement le moyen le plus simple et le plus efficace d’enrayer cette épidémie ? De quoi ont-ils peur ?

 

L’étendue de l’infection VIH/sida

Selon le CDC (groupement des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies aux États-Unis), bien que le nombre total de nouveaux cas de VIH ait baissé, il y a quand même eu 1,8 million de nouveaux cas diagnostiqués dans le monde en 2016. Le VIH est le nom du virus provoquant le sida. Un million de personnes meurent du sida chaque année et 37,6 millions d’êtres humains vivent avec le VIH. Depuis le début de l’épidémie, vers 1981, 35 millions de gens sont morts des maladies liées au sida – environ la population de la Pologne, du Soudan ou de l’État de Californie. Imaginez l’éradication totale de la population d’un de ces États et vous visualiserez l’impact global du sida au cours des 37 dernières années.

Les habitants des nations développées sont affectés par les infections au VIH, mais à des taux bien plus bas que ceux vivant dans les nations en voie de développement. C’est peut-être la raison pour laquelle les habitants de ces nations développées entendent si peu parler du sida de nos jours. Selon le CDC, « l’Afrique subsaharienne porte le plus lourd fardeau du VIH/sida, avec deux tiers du total des nouvelles infections au VIH dans le monde en 2016. Les autres régions affectées de façon significative par le VIH/sida sont l’Asie, le Pacifique, l’Amérique latine, les Antilles, l’Europe de l’Est et l’Asie centrale. » En mai 2018, un article du New York Times, intitulé « Le sida se répand au Venezuela, mettant en danger une ancienne culture », rapportait que « suite à l’effondrement des programmes gouvernementaux, la maladie menace toute une population indigène, le peuple Warao, dans le delta de l’Orénoque ». Le Venezuela est un pays parmi tant d’autres à être dépassé par le problème du sida.

Les orphelins du sida sont un autre groupe de victimes qui a attiré l’attention mondiale ces dernières années. Selon l’ONG « AIDS Orphans » (Orphelins du sida), il y aurait plus de 25 millions d’enfants orphelins dans le monde à cause du sida. Imaginez si aucun de ces enfants n’avait dû endurer la mort de son père ou de sa mère, voire des deux parents, à cause de cette maladie ? Leur enfance et leur vie ne seraient-elles pas bien différentes ?

 

L’origine du sida

Le VIH, et l’épidémie mondiale à laquelle nous assistons, a été identifié pour la première fois en 1981 au cours de rares cas d’infections chez des hommes homosexuels, apparemment en bonne santé (source AIDS.gov). En l’espace d’un an, les symptômes du sida sont apparus chez des enfants qui avaient reçu du sang contaminé lors de transfusions. Moins d’un an plus tard, en 1983, les experts de santé publique ont découvert que le VIH, le virus qui provoque le sida, se transmettait aussi lors de rapports hétérosexuels.

La situation aux États-Unis est assez représentative de la tendance dans le monde occidental. Entre 2002 et 2011, les taux d’infection ont baissé chez tous les groupes de population, sauf chez les hommes homosexuels (JAMA, 23-30 juillet 2014). Les taux de VIH ont augmenté parmi les homosexuels âgés de 13-24 ans et les plus de 45 ans. Chez les 13-24 ans en particulier, les infections au VIH ont augmenté de plus de 130% (ibid.). En 2016, 77% des nouveaux cas de sida concernaient des hommes homosexuels et bisexuels, ainsi que des utilisateurs de drogues intraveineuses, contre 23% chez les hétérosexuels.

Globalement, plus de 13 millions de gens s’injectent des drogues selon l’ONU. Le virus du sida se transmet par relation sexuelle avec une personne infectée, en partageant des seringues contaminées, de la mère à l’enfant pendant la grossesse, l’accouchement ou l’allaitement, ainsi que lors de transfusions contenant du sang contaminé. Mais le sida est tout d’abord une maladie sexuelle transmissible (MST). Comme pour les autres MST, la meilleure façon de contrôler et de prévenir cette maladie mortelle est le comportement – comme les principales agences sanitaires le savent et l’enseignent. Cependant, il existe une méthode de prévention, à l’efficacité prouvée, contre le VIH/sida que les agences sanitaires et les gouvernements délaissent complètement car elle n’est pas politiquement correcte. Il s’agit d’une mesure éthique qui est de plus en plus anathème dans la société actuelle.

L’Organisation mondiale de la santé énumère six grandes stratégies pour réduire l’incidence du VIH/sida :

  1. L’utilisation du préservatif masculin et féminin
  2. Le dépistage et l’information à propos du VIH et des MST
  3. La circoncision volontaire
  4. Les médicaments antirétroviraux
  5. Les programmes d’utilisation des seringues pour les utilisateurs de drogues intraveineuses
  6. La réduction de la transmission du VIH mère-enfant (dont l’utilisation de médicaments antirétroviraux pour les mères infectées)

Quelle stratégie de prévention du sida est manifestement absente de cette liste ? Bien que l’OMS recommande la circoncision médicale pour prévenir le VIH/sida, même si cela n’est pas politiquement correct dans certains milieux, elle n’a pas le courage de recommander fermement l’action la moins chère et la plus efficace : que les rapports sexuels aient uniquement lieu entre un homme et une femme dans le cadre du mariage monogame !

 

La solution biblique pour mettre fin au sida !

Il y a environ 3500 ans, Dieu donna par l’intermédiaire de Son prophète Moïse des lois et des ordonnances simples destinées à rendre Son peuple unique et béni parmi les autres nations. Beaucoup de Ses instructions concernaient la santé publique et les infrastructures sociales, en plus des applications religieuses.

Dieu fit la promesse : « Si tu écoutes attentivement la voix de l’Éternel, ton Dieu, si tu fais ce qui est droit à ses yeux, si tu prêtes l’oreille à ses commandements, et si tu observes toutes ses lois, je ne te frapperai d’aucune des maladies dont j’ai frappé les Égyptiens ; car je suis l’Éternel qui te guérit » (Exode 15 :26).

L’Histoire montre que les habitants de l’Égypte antique souffraient des mêmes maux que notre société, avec des maladies cardiaques, des cancers, des MST et d’autres infections. Dieu déclara à la nation d’Israël que si elle obéissait à Ses lois, Il la protégerait de toutes sortes de maladies. Mais à quoi était liée la promesse surnaturelle de Dieu ?

Voyez l’avertissement suivant : « Mais si vous ne m’écoutez pas, et si vous ne pratiquez pas tous ces commandements, si vous méprisez mes ordonnances, et si votre âme a mes lois en aversion, pour ne pas pratiquer tous mes commandements, et pour enfreindre mon alliance, voici alors ce que je vous ferai : Je ferai venir sur vous la terreur, la consomption et la fièvre, qui consumeront vos yeux et accableront votre âme » (Lévitique 26 :14-16, Ostervald). Cela décrit bien les symptômes des infections opportunistes qui tuent les victimes du sida. La consomption est le « dépérissement observé dans une maladie grave et prolongée » (Le Grand Robert). Ces maladies détruisent le système immunitaire et le corps s’épuise, en « consumant » parfois littéralement la chair, voire les yeux, avant que le cœur ne cesse finalement de battre.

Il est important de se souvenir que l’Éternel des Israélites est Celui qui devint plus tard Jésus-Christ. L’apôtre Paul a mentionné dans Hébreux 13 :8 que ce Sauveur « est le même hier, aujourd’hui, et éternellement ». Il était le même Être, avec les mêmes exigences d’obéissance, il y a 3500 ans qu’aujourd’hui. Il veut bénir ceux qui Lui obéissent de nos jours en ne les frappant d’aucune de ces maladies (cf. Exode 15 :26), tout comme Il souhaitait le faire pour les anciens Israélites.

Il est frappant de réaliser que les scientifiques, les médecins et les responsables gouvernementaux savent que la solution biblique pour empêcher le sida fonctionne, mais ils sont trop effrayés pour la promouvoir. De nombreux responsables sont pleins de bonne volonté et ils consacrent leur carrière à aider les gens, mais ils évitent soigneusement de promouvoir cette méthode efficace de prévention.

Dans la Bible, le chapitre 20 du livre de l’Exode énumère les Dix Commandements. Au verset 14 de ce chapitre, Dieu donne un commandement bref et précis. Si les gens y obéissaient, le VIH/sida et plus généralement toutes les MST seraient éradiquées ! Ce commandement de base tient en six mots : « Tu ne commettras point d’adultère. » Jésus répéta ce commandement dans Matthieu 19 :17-18. L’apôtre Paul amplifia sa portée en écrivant dans 1 Corinthiens 6 :18 : « Fuyez la débauche » ou « Fuyez la fornication » (Ostervald).

De nos jours, « l’adultère » et la « fornication » sont des termes démodés. Et leur signification s’étiole alors que la définition même du mariage est en train de changer. Afin de mieux comprendre le moyen de prévention fourni par Dieu, nous devons comprendre ce que signifient l’adultère et la fornication selon la Bible.

 

Définir des mots “démodés”

Pour bien comprendre la signification de l’adultère et de la fornication, nous devons reconnaître qu’ils sont intrinsèquement liés à la définition biblique du mariage. Dans Genèse 2, Dieu définit le mariage entre un homme et une femme. Cette sorte de relation maritale hétérosexuelle était destinée à engendrer « une postérité de Dieu » (Malachie 2 :15, Ostervald). Dieu a également conçu le mariage pour permettre à un homme et une femme de devenir une seule chair, physiquement et spirituellement (Genèse 2 :24 ; cf. 1 Corinthiens 6 :16). Un mariage hétérosexuel et monogame est le seul contexte dans lequel Dieu a prévu les relations sexuelles. C’est l’Éternel qui a inventé la sexualité ! Il a conçu la sexualité comme une bénédiction pour un mari et une femme au sein du mariage. Et Il avait tout à fait le droit d’ordonner comment et quand celle-ci peut avoir lieu. Dieu a interdit la sexualité en dehors du mariage hétérosexuel – non seulement avant le mariage (la fornication), mais aussi avec une autre personne que le conjoint pendant le mariage (l’adultère).

Avec quelle efficacité des relations sexuelles confinées au sein d’un mariage monogame entre un homme et une femme pourraient-elles résoudre la propagation des MST comme la syphilis, le papillomavirus humain (condylomes et cancer du col de l’utérus), la gonorrhée, l’herpès génital, l’hépatite B, ainsi que le VIH/sida ? La réponse est que ces maladies disparaîtraient en une génération !

Pourquoi les gens sont-ils autant irrités à l’idée de confiner la sexualité  entre un homme et une femme au sein du mariage ? Peut-être parce que personne ne veut entendre qu’il existe un « bon » et un « mauvais » mode de vie. L’humanité veut être libre de faire ses propres choix et d’en ignorer les conséquences. Mais la douloureuse réalité est que nos actions entraînent toujours des conséquences. Dans le cas de la sexualité hors mariage, certaines de ces conséquences sont fatales !

Genèse 1 :26 nous rappelle que Dieu créa les êtres humains à Son image. Dieu nous a conçus en nous permettant d’éviter les nombreuses maladies et même les formes de dépression liées à la sexualité, si nous choisissons de vivre selon Sa définition du mariage. Dieu veut nous bénir et Il veut bénir notre vie. Il n’est pas un être égoïste et égotique qui attend dans l’ombre pour nous accabler dès que nous brisons Ses commandements. Dieu nous donne Ses commandements pour nous protéger et nous bénir (Deutéronome 5 :33), pas pour nous restreindre, nous punir et supprimer nos libertés, comme beaucoup le prétendent à tort.

Tristement, l’ironie au sujet du VIH/sida est que la Bible révèle la solution que le monde entier attend impatiemment – et nos dirigeants mondiaux savent que cette solution fonctionne. Aucun expert en santé publique ne contredira le fait que limiter les relations sexuelles au sein d’un mariage monogame et hétérosexuel permettrait d’empêcher la propagation des dizaines de MST, dont le sida ! La Bible révèle des comportements sanitaires préventifs qui sont efficaces à 100% pour juguler le sida ou les autres MST – et nos dirigeants savent que cela fonctionnerait ! De plus, ces méthodes préventives bibliques n’ont aucune contre-indication ni effet secondaire. Malheureusement, beaucoup de nos dirigeants ne s’intéressent pas à la santé de leur peuple. Ils sont plus intéressés à glaner des voix pour rester en place. C’est pourquoi ils manquent de courage pour faire face à la riposte politique et sociale qu’ils provoqueraient s’ils encourageaient les efforts de prévention divine.

 

Une vision pour l’avenir

À quoi ressemblerait le monde si tous ses habitants respectaient le septième commandement – « Tu ne commettras point d’adultère » ? Imaginez à quoi ressemblerait la société si les relations sexuelles avaient seulement lieu au sein du mariage entre un homme et une femme. Cela réglerait le problème des grossesses chez les adolescentes, ainsi que le phénomène de l’absence des pères et des familles monoparentales. Cela mettrait fin aux atrocités physiques et émotionnelles du viol. Les vies et les sociétés seraient transformées, car tous les enfants grandiraient au sein d’une famille constituée d’un père et d’une mère qui les aimeraient, et les deux parents seraient présents car aucun ne serait mort du sida. Les familles ne seraient-elles pas différentes si elles n’avaient pas à assister à la mort d’un être bien-aimé à cause des conséquences de cette maladie ? Plus de 35 millions de gens sont morts du sida et leurs proches les ont vus souffrir avant de s’éteindre. Beaucoup d’enfants ont vu mourir leurs parents. Le monde ne serait-il pas différent si ces 35 millions de gens n’étaient pas morts ? Les membres de leur famille et leurs amis auraient eu une vie bien différente s’ils n’avaient pas dû endurer une perte aussi terrible.

La souffrance liée au VIH/sida et aux autres MST n’est pas nécessaire. Elle peut être complètement évitée ! Et cette souffrance n’existera plus dans un avenir proche, après que Jésus-Christ reviendra et qu’Il établira ici-bas Son Royaume basé sur Ses lois aimantes et procurant la vie – des lois qui ont été conçues pour notre bien, comme Dieu l’explique (Deutéronome 10 :13). N’est-ce pas la sorte de vie que tout le monde aimerait connaître ?

Lorsque les lois divines concernant le mariage seront respectées, le sida disparaîtra et deviendra une chose du passé. Cette terrible maladie disparaîtra car les dirigeants de cette société à venir auront le courage, la sagesse et l’amour des gens qu’ils gouverneront, pour leur dire la vérité concernant le moyen d’éviter une telle souffrance inutile, et comment vivre une vie paisible et abondante. À quel point souhaitez-vous prendre part à une telle société ? À quel point espérez-vous une époque où les gens ne souffriront plus ? Attendez-vous avec impatience une époque où la détresse des orphelins du sida sera une chose du passé, qui n’existera plus que dans les livres d’Histoire ?

À travers la Bible, Dieu nous donne des moyens très efficaces pour empêcher, ou mettre fin, aux maladies et à leurs conséquences inévitables. Bien que la société actuelle ne veuille pas les écouter, vous pouvez choisir de suivre ces instructions bibliques dès maintenant. Si vous le faites, vous bénéficierez des bénédictions en matière de santé qui accompagnent l’obéissance aux lois et aux ordonnances divines.

Afin de posséder une vision plus détaillée sur la façon dont la vie peut changer lorsque nous suivons les directives bibliques, y compris en matière de santé, lisez nos brochures Le merveilleux monde de demain et Dieu guérit-Il de nos jours ?

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +