Q&R - Jean 6 :44

Commenter cet article

Sommes-nous libres, puisque nul ne peut venir à Dieu à moins que Dieu ne l’appelle ?


QUESTION :

Dans Jean 6 :44, il est écrit que nul ne peut trouver le véritable Dieu à moins que Dieu ne l’appelle. Je pensais que nous étions des personnes moralement libres, capables de choisir par nous-mêmes, mais il semblerait par cet « appel » que nous n’ayons pas le choix. Pouvez-vous expliquer ce passage ?

RÉPONSE :

Premièrement, nous devons comprendre que Dieu offrira, tôt ou tard, le salut à tous les êtres humains, chacun en son temps, comme il Lui plaît (Romains 9 :15 ; 1 Timothée 2 :3-5). Sa volonté est que tous reçoivent la vie éternelle et qu’aucun ne périsse (Jean 3 :16-17 ; 2 Pierre 3 :9). Cependant, beaucoup ne réalisent pas que Dieu n’appelle pas tout le monde maintenant. S’Il essayait, actuellement, de sauver toute l’humanité, nous pourrions dire que Son effort a été un échec retentissant. En revanche, si Dieu désirait véritablement sauver le monde entier maintenant, Il réussirait ! A-t-Il l’intention d’accorder le salut aux millions de gens qui sont morts, sans jamais avoir entendu le nom de Jésus-Christ ? Bien sûr que oui ! Les Écritures (Apocalypse 20) nous parlent d’une époque future où tous entendront le véritable Évangile et recevront l’appel de Dieu. Cependant, au sein de la présente génération mauvaise, Dieu a donné à quelques-uns seulement, appelés les « prémices » (Jacques 1 :18), la possibilité de répondre à l’Évangile.

Depuis le jour où Adam et Ève ont choisi de suivre Satan, au lieu de suivre les instructions de leur Créateur (Genèse 3), Dieu laissa l’humanité faire sa propre expérience, sans succès, et chercher de par elle-même les solutions aux problèmes du monde. La Bible et l’Histoire démontrent amplement l’échec désastreux des hommes à gérer leur environnement, et à se gouverner eux-mêmes. Dieu nous laisse apprendre, par nos épreuves et nos erreurs, que notre façon de faire les choses ne nous apporte ni la joie durable, ni le succès, ni la satisfaction que nous désirons. Cependant, au milieu de ce monde pécheur et malade, Dieu appelle un petit groupe d’individus, aujourd’hui, pour Le servir. Mais par la suite, tous seront appelés à devenir des membres de la famille divine (Matthieu 25 :34 ; Hébreux 2 :9-11). Dieu attire ou « entraîne » ceux qu’Il appelle à former le corps du Christ, qui est Son Église (1 Corinthiens 1 :2 ; 12 :13). Il nous amène à la repentance (2 Timothée 2 :25-26).

Après avoir été appelés et placés dans l’Église que le Christ a bâtie (Matthieu 16 :18) par la puissance du Saint-Esprit, nous sommes toujours des personnes moralement libres. Nous avons toujours la liberté de désobéir à la volonté de Dieu – mais l’amende pour continuer à violer, obstinément, la loi divine amènera en fin de compte une punition certaine et sévère. Le salaire du péché, c’est la mort (Romains 6 :23). Ceux qui ont été appelés maintenant à la repentance, et qui ont reçu l’Esprit de Dieu, ont une plus grande responsabilité. Ils doivent « faire mourir les œuvres de la chair », et vaincre le péché par la puissance du Saint-Esprit (Colossiens 3 :5-10).

Dans chaque époque, Dieu a appelé quelques individus, pour servir de témoignage à ce monde méchant et pécheur (Deutéronome 8 :19-20). Ésaïe 59 explique éloquemment ce que Dieu pense de la façon de vivre des hommes. Aujourd’hui encore, Dieu appelle des gens pour participer à Son avertissement final à ce monde moribond et désobéissant. Vous êtes entré en contact avec l’Œuvre que Dieu accomplit aujourd’hui à travers Son Église ; si vous recherchez sincèrement la vérité divine, et si vous souhaitez en apprendre davantage au sujet de Son plan, de votre place dans Son Royaume, continuez à lire nos publications. Demandez à Dieu de vous montrer ce que vous devriez faire, et ce qu’Il veut que vous fassiez. Si Dieu vous appelle, Il vous bénira, et vous aurez la possibilité de faire partie de la première résurrection (Apocalypse 20 :5-6) – de Le servir et de régner avec le Christ pendant le Millénium qui viendra bientôt. Quel appel inimaginable !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +