Élu par les hommes ou nommé par Dieu ?

Commenter cet article

Depuis le début de la Confédération, le Canada a tenu 42 élections fédérales, dont la plus récente a eu lieu le 19 octobre 2015. La campagne de 78 jours – plutôt longue selon les standards canadiens – fut constituée de rassemblements, de débats télévisés et du traditionnel porte-à-porte appelant les électeurs à voter pour leur parti.


 

Le Parti libéral du Canada, dirigé par Justin Trudeau, a remporté une victoire décisive – 39,5% des voix et 54% des sièges (184 sur 338) à la Chambre des communes, formant ainsi un gouvernement majoritaire.

Les fonctions de Stephen Harper, 22ème Premier ministre et dirigeant du parti conservateur, ont officiellement pris fin le 4 novembre 2015 lorsque Justin Trudeau a prêté serment, devenant ainsi le 23ème Premier ministre.

Justin Trudeau est le deuxième membre de la famille à occuper ce poste. Il habite désormais au 24 promenade Sussex, à Ottawa. Une adresse où il vécut jadis avec ses parents, lorsque son père fut le 15ème Premier ministre du Canada du 20 avril 1968 au 4 juin 1979, puis du 3 mars 1980 au 30 juin 1984.

Beaucoup de gens considèrent l’élection de M. Trudeau comme cruciale et ils se demandent quelle direction prendra le pays sous sa gouvernance, au cours des années de mandat du Parti libéral. Sa position controversée sur la légalisation de la marijuana était, par exemple, un appel évident envers de nombreux électeurs.

Changement et gouvernance ?

Peut-être pouvons-nous avoir un aperçu de l’avenir à l’énoncé du slogan du parti. Pendant la campagne électorale, les libéraux ont répété cette phrase : « Changer ensemble maintenant. » Nous verrons ce que cela signifiera réellement pendant les mois et les années à venir.

Le slogan du Nouveau parti démocrate était assez similaire : « Ensemble pour le changement ».  Celui du Parti conservateur étant : « Un leadership qui a fait ses preuves pour une économie plus forte. » Mais existe-t-il un parti politique, quelle que soit son orientation, proposant ce dont la nation a réellement besoin pour son bien-être ?

De nombreux Canadiens sont fiers de pouvoir exercer leur droit de vote en soutenant celui qu’ils pensent être le plus à même de servir les besoins du pays – et de représenter le Canada sur la scène mondiale – en se basant sur les programmes des partis. Ils contribuent souvent au financement de leur parti favori et ils prennent part à la campagne en espérant que leur vote fasse une différence. Beaucoup pensent que ne pas voter revient à se soustraire à ses responsabilités. Certains considèrent même que cela est antipatriotique.

Dans tout cela, le Dieu tout-puissant s’intéresse-t-Il au leadership canadien, ainsi qu’à celui des autres gouvernements dans le monde ? La réponse est oui ! Dieu est même Celui qui décide des autorités nationales.

Le prophète Daniel déclara au roi Nebucadnetsar de Babylone que « le Très-Haut domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plaît » (Daniel 4 :25). C’est aussi Lui « qui renverse et qui établit les rois » (Daniel 2 :21).

Oui, Dieu est impliqué dans le choix des dirigeants canadiens – et des autres pays.

Comme l’avait écrit notre rédacteur en chef, à propos des dernières élections américaines : « Où est Dieu dans tout cela ? Dès le début, les êtres humains ont essayé de gouverner par eux-mêmes en mettant de côté le leadership divin. La plupart des soi-disant chrétiens ne comprennent même pas le rapport de Jésus-Christ avec le gouvernement » (Tomorrow’s World, septembre-octobre 2012, page 5).

Notez aussi les paroles majestueuses du « chœur de l’Alléluia », extrait du Messie de Händel : « Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ ; et il régnera aux siècles des siècles. »

Ce sera finalement la solution à tous les maux de l’humanité – pas seulement pour le Canada.

Une responsabilité chrétienne

Quelle est donc la responsabilité d’un citoyen canadien et chrétien envers les gouvernements en place, avec l’assentiment de Dieu ?

Lorsque Jésus-Christ vécut sur la Terre, Il ne participa point aux structures gouvernementales de ce monde, mais Il exhorta les gens à se soumettre aux autorités – y compris en payant les impôts : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Matthieu 22 :21). Le Christ a établi un exemple de soumission aux lois et aux autorités civiles. Il attend de Ses disciples – à l’époque et maintenant – qu’ils fassent de même.

L’apôtre Paul a écrit : « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes » (Romains 13 :1-2). Paul explique ensuite : « C’est aussi pour cela que vous payez les impôts. Car les magistrats sont des ministres de Dieu entièrement appliqués à cette fonction. Rendez à tous ce qui leur est dû : l’impôt à qui vous devez l’impôt, le tribut à qui vous devez le tribut, la crainte à qui vous devez la crainte, l’honneur à qui vous devez l’honneur » (versets 6-7).

Prier pour les dirigeants

Paul nous enseigna aussi à prier pour ceux qui ont reçu l’autorité. « J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté » (1 Timothée 2 :1-2). La parole de Dieu contient de nombreuses instructions sur notre responsabilité à nous soumettre aux autorités, en tenant compte du fait qu’en cas d’opposition, les lois et les directives divines ont néanmoins préséance sur les ordonnances des gouvernements humains.

Les Canadiens sont réellement bénis de vivre dans une nation qui dispose d’un ensemble de lois et de bénéfices pour le bien de tous. Malgré leur fragilité et leur faiblesse humaine, il ne fait aucun doute qu’un certain nombre de dirigeants et de politiciens canadiens ont essayé de procurer ce qu’ils pensaient être le meilleur pour le peuple. Comme lors de ce dernier scrutin, Dieu permet que des dirigeants soient en place afin que Son plan s’accomplisse ici-bas. Cela procurera des bénédictions, ou des malédictions, pour le Canada – tout dépend du peuple et comment ce dernier répondra à Dieu.

Dieu est en charge. Un gouvernement démocratique est peut-être la meilleure chose que l’humanité puisse espérer réaliser par elle-même, mais comme l’avait déclaré Winston Churchill : « La démocratie est le pire système de gouvernement, à l’exception de tous les autres qui ont pu être expérimentés dans l’Histoire » (11 novembre 1947).

Nous verrons quelle direction prendra ce pays dans les années à venir. Mais gardons à l’esprit les paroles de l’apôtre Paul à Timothée : « J’exhorte donc, avant toutes choses, à faire des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces, pour tous les hommes, pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité, afin que nous menions une vie paisible et tranquille, en toute piété et honnêteté. »

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +