fbpx Accomplirez-vous des choses difficiles? | Le Monde de Demain

Accomplirez-vous des choses difficiles?

Commenter cet article

Choisir de faire ce qui est juste et non ce qui est facile peut non seulement vous rendre plus fort, mais aussi plus heureux !

En pleine pandémie, la vie peut être suffisamment difficile, sans que nous essayions de la compliquer davantage. Ne devrions-nous pas essayer de nous simplifier la vie dans les moments difficiles ? Mais contrairement à ce que beaucoup ont pu entendre, vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’une des meilleures façons d’améliorer votre vie est de sortir de votre zone de confort et d’apprendre à accomplir des choses difficiles !

Malheureusement, notre société semble aller dans la direction opposée. Jadis, en temps de crise, de nombreux adolescents devaient aider leur famille et ils commençaient à travailler avant d’avoir atteint l’âge adulte. Qu’en est-il de nos jours ? Jean Twenge, une professeure de psychologie à l’université d’État de San Diego, en Californie, a découvert qu’en « termes de comportements adultes, les jeunes de 18 ans se comportent actuellement comme les jeunes de 15 ans d’antan ».1 Bien avant la pandémie en cours, sa recherche a montré qu’à notre époque les jeunes adultes étaient beaucoup moins susceptibles d’assumer des responsabilités d’adultes que leurs parents ou leurs grands-parents. Mirjana Domakonda, psychiatre à l’université de Columbia, affirme que l’âge de « 25 ans correspond au nouveau 18 ans, et le retard de l’adolescence n’est plus une théorie, mais une réalité » (ibid.).

Quelles sont les implications pour notre avenir ? Les comportements que nous apprenons pendant notre jeunesse ont tendance à nous suivre tout au long de la vie. Les années marquant le début de l’âge adulte tombent précisément lorsque nous avons le plus d’énergie et de vitalité pour bâtir une carrière, un mariage et une famille. Bien entendu, tous les jeunes adultes ne fuient pas les responsabilités et ne perdent pas leur temps. Beaucoup font preuve de diligence, en préparant leur avenir et en travaillant dur. Beaucoup ont un comportement exemplaire et désintéressé au service des autres – mais ils doivent nager à contre-courant. Pour chaque jeune adulte énergique qui travaille dur et qui fait preuve de discipline, beaucoup d’autres « se laissent aller » et ratent des occasions de croître.

Que veut dire accomplir des choses difficiles ? Il peut s’agir de défis physiques, comme de courir un marathon ou d’accepter un emploi qui requiert d’utiliser vos muscles plus que vous en aviez l’habitude. Il peut s’agir d’une question d’éthique, en disant la vérité dans une situation où un mensonge vous aurait rapidement sorti d’affaire. Il peut s’agir de s’inscrire à un cours plus difficile à l’école, en prenant le risque d’obtenir une note plus basse, mais en ouvrant la porte à un nouveau savoir ou une nouvelle opportunité. Il peut aussi s’agir de défendre une opinion impopulaire afin de vous ranger du côté de Dieu, au risque de perdre des amis.

Qui a dit que ce serait difficile ?

Certains pourraient penser : « Mais je suis un(e) chrétien(ne) et Jésus a dit que c’était facile d’être chrétien. » Jésus nous donna assurément une promesse encourageante : « Chargez-vous de mon joug, et apprenez de moi, parce que je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos de vos âmes ; car mon joug est aisé, et mon fardeau léger » (Matthieu 11 :29-30, Ostervald). Mais cela signifie-t-il que nous pouvons rester dans l’inaction et éviter de prendre des décisions ? Non ! Notre Seigneur nous avertit également d’entrer « par la porte étroite. Car large est la porte, spacieux le chemin qui mènent à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là. Mais étroite est la porte, resserré le chemin qui mènent à la vie, et il y en a peu qui les trouvent » (Matthieu 7 :13-14).

Comment concilier ces deux passages ? Jésus enseigna un mode de vie et Il promit le don du Saint-Esprit à ceux qui se repentiraient, seraient baptisés et s’engageraient à vivre selon cette voie. Les choix qu’Il nous demande peuvent parfois être difficiles – mais en utilisant le Saint-Esprit, ils deviendront de plus en plus aisés au fur et à mesure qu’ils deviennent des habitudes.

En 2008, Alex et Brett Harris ont écrit un livre intitulé Génération challenge – Des jeunes se rebellent contre la facilité, dans lequel ils appelaient la jeunesse à faire preuve d’initiative et à prendre la bonne voie plutôt que le chemin de la facilité. Ils gèrent aussi le site Internet TheRebelution.com dont le mot d’ordre est de « se rebeller contre les faibles attentes ». Récemment, un article intitulé « 2021 ne se passera pas comme prévu – mais ne vous arrêtez pas à cela » encourageait les lecteurs à établir des habitudes bénéfiques :

« Prendre l’habitude de faire quelque chose signifie que, même si c’est parfois difficile, je m’y accroche jusqu’à ce que ça devienne une seconde nature […] Souvenez-vous qu’une habitude ne se développe pas du jour au lendemain et qu’il est parfois impossible de maintenir cette habitude – mais accrochez-vous et vous finirez par obtenir les résultats escomptés. »2

Plus nous entretenons la capacité à développer de petites habitudes, plus nous posons les bases pour développer de grandes habitudes qui nous aideront à persévérer dans les moments difficiles.

Est-il difficile de grandir ?

Bien que le monde occidental idolâtre la jeunesse perpétuelle, il est ironique qu’il méprise aussi les jeunes de bien des manières. Combien de fois avons-nous entendu des baby-boomers ou des individus de la génération X lancer des commentaires cruels et ignorants contre les milléniaux (génération Y) ou la génération Z ? Pourtant, il n’y a rien de nouveau. Voyez ce que l’apôtre Paul écrivit, il y a presque 2000 ans, au jeune évangéliste Timothée : « Que personne ne méprise ta jeunesse ; mais sois un modèle pour les fidèles, en parole, en conduite, en amour, en foi, en pureté » (1 Timothée 4 :12).

Il y a environ 3000 ans, le roi Salomon d’Israël écrivit que nous devrions profiter de nos jeunes années d’une manière particulière : « Jeune homme, réjouis-toi dans ta jeunesse, livre ton cœur à la joie pendant les jours de ta jeunesse, marche dans les voies de ton cœur et selon les regards de tes yeux ; mais sache que pour tout cela Dieu t’appellera en jugement » (Ecclésiaste 12 :1).

Oui, nous devons nous réjouir, mais nous devons toujours nous souvenir que Dieu est présent pour juger nos choix. Comme Salomon l’a écrit : « L’enfant laisse déjà voir par ses actions si sa conduite sera pure et droite » (Proverbes 20 :11). Les parents doivent encourager leurs enfants et leur fournir un bon exemple. Ils doivent aussi les corriger lorsque cela s’avère nécessaire. Ils ne doivent pas réduire leurs attentes ou trouver des excuses en cas d’échec – au contraire, ils doivent encourager leurs enfants à faire ce qui est juste, même lorsque c’est difficile.

Cependant, que faire si nous n’avons pas fait ce que nous aurions dû accomplir pendant notre jeunesse ? Il n’est jamais trop tard pour se repentir – changer de direction et s’engager dans la bonne voie – avec l’aide de notre Sauveur et avec le Saint-Esprit en nous. Dieu demande à tous les véritables chrétiens d’accomplir quelque chose de très difficile : sortir de ce monde et se préparer à devenir les prémices dans Son Royaume. Pourquoi est-ce si important ? Le salut est un don gratuit, non ? En effet, c’est bien le cas, mais notre récompense dépend de la façon dont nous utilisons ce don. Voyez la « parabole des mines » dans Luc 19. Un membre de la noblesse confia une mine (une ancienne unité monétaire) à chacun de ses serviteurs, puis il les récompensa en fonction du profit qu’ils avaient généré. Ce noble donna la plus grande récompense au serviteur le plus productif en lui disant : « C’est bien, bon serviteur ; parce que tu as été fidèle en peu de chose, reçois le gouvernement de dix villes » (Luc 19 :17).

Les chrétiens d’aujourd’hui recevront une formidable récompense s’ils se repentent et s’ils répondent à l’appel de Dieu. Nous pouvons devenir les prémices qui officieront dans le Royaume de Dieu, après le retour du Christ. Paul a demandé : « Ne savez-vous pas que les saints jugeront le monde ? » (1 Corinthiens 6 :2). Les chrétiens qui auront été fidèles avant le retour du Christ deviendront des juges – des dirigeants – dans le Royaume de Dieu. Il est temps de se préparer dès maintenant en faisant les bons choix, même lorsque c’est difficile.

Est-il difficile d’éviter l’apathie ?

Les chapitres 2 et 3 de l’Apocalypse décrivent sept congrégations historiques de l’Église du premier siècle – ainsi que les sept ères de l’Église allant de l’époque des apôtres jusqu’à la fin des temps. La dernière ère s’appelle Laodicée et elle décrit l’attitude de la plupart des chrétiens à l’époque du retour du Christ. L’avertissement lancé à Laodicée s’adresse à notre génération – à ceux vivant à la fin des temps et luttant contre la dangerosité de l’apathie spirituelle :

« Écris à l’ange de l’Église de Laodicée : Voici ce que dit l’Amen, le témoin fidèle et véritable, le principe de la création de Dieu : Je connais tes œuvres. Je sais que tu n’es ni froid ni bouillant. Puisses-tu être froid ou bouillant ! Ainsi, parce que tu es tiède, et que tu n’es ni froid ni bouillant, je te vomirai de ma bouche » (Apocalypse 3 :14-16).

Quel contraste avec l’Église de Philadelphie décrite aux versets précédents !

Laodicée est le reflet d’une société « tiède » et apathique dans son ensemble. Pensez-y : quelques générations plus tôt, travailler dur et faire preuve de discipline étaient des valeurs profondément ancrées dans la société occidentale. Les gens savaient que la réussite impliquait souvent de faire preuve de modération et de prendre des décisions qui ne sont pas toujours agréables ou confortables. De nos jours, ce concept semble complètement démodé pour beaucoup de gens ! Même les termes « autodiscipline » et « maîtrise de soi » semblent archaïques ! Pourtant, Dieu aime la maîtrise de soi. C’est un aspect du fruit de l’Esprit (Galates 5 :22) et l’apôtre Paul prêcha au sujet de la tempérance devant le gouverneur Félix (Actes 24 :25).

Est-il difficile d’obéir à Dieu ?

Il est parfois difficile d’obéir à Dieu, particulièrement lorsque nous nous retrouvons à contre-courant de la société. Par exemple, celle-ci trouve qu’il est difficile de contrôler son désir de posséder certains objets – d’où la dette croissante des achats à crédit. Cependant, le Christ enseigna Ses apôtres à ne pas mettre leur cœur dans les possessions. Il déclara qu’à moins d’avoir la volonté de Le faire passer avant toutes choses, nous ne pourrons pas être Ses disciples (Matthieu 19 :21).

De nos jours, il est parfois difficile d’observer le sabbat divin. Quelle ironie ! Le sabbat est un jour de repos, mais ceux qui font preuve de foi et de courage pour l’observer risquent d’être rejetés par leur famille, leurs amis et leurs proches. Nous risquons de perdre notre travail – ou de ne pas en trouver – si nous ne travaillons pas pendant le sabbat. Cependant, Jésus a promis que si notre priorité est de Lui obéir, alors Il prendra soin de nous – en s’assurant même que nous ayons de quoi manger et de quoi nous vêtir (Matthieu 6 :31-33) !

Si Dieu vous appelle et qu’Il ouvre votre esprit à la vérité, aurez-vous la volonté d’accomplir des choses difficiles ? Ce n’est pas le moment de vous « dégonfler » – c’est le moment d’être fort et de relever le défi ! C’est le moment d’aller contre la complaisance et l’apathie de notre société.

C’est le moment de vraiment nous soumettre à Dieu. C’est le moment de Le laisser nous renforcer afin d’accomplir des choses difficiles pour Le servir, même lorsque les autres ne le font pas. Dieu cherche des individus qui désirent Le servir, y compris dans les moments difficiles. Les Écritures nous encouragent en disant que « l’Éternel étend ses regards sur toute la terre, pour soutenir ceux dont le cœur est tout entier à lui » (2 Chroniques 16 :9). Des opportunités et des bénédictions éternelles attendent les véritables chrétiens qui ont la volonté de s’engager auprès de Dieu, de se soumettre à Ses voies et de surmonter leur propre nature, même lorsque c’est difficile – surtout lorsque c’est difficile !

 

  1. Extended Adolescence: When 25 Is the New 18”, ScientificAmerican.com, 19 septembre 2017
  2. 2021 won’t go as planned – but don’t let that stop you”, TheRebelution.com, 7 janvier 2021