Dans de verts pâturages

Commenter cet article

Alors que l’on nous presse de toute part à « être verts » dans tous les aspects de notre vie, nous pourrions perdre de vue les paroles du Psaume 23, qui est probablement le psaume le plus cité dans la Bible. J’aime particulièrement la façon dont il a été mis en musique dans un ancien cantique anglais, écrit par William Havergal, célèbre compositeur de cantiques (1793-1870).

Ce psaume commence ainsi : « L’Éternel est mon berger : je ne manquerai de rien. Il me fait reposer dans de verts pâturages, il me dirige près des eaux paisibles… » Ces magnifiques vers du roi David, roi de l’ancien Israël, évoquent une scène pastorale que de nombreuses personnes ne connaissent pas dans notre société moderne et urbanisée. Si vous n’avez jamais fait l’expérience de la paix et de la tranquillité dans un coin de campagne où des bovins broutent tranquillement de l’herbe grasse, vous pouvez perdre le sens profond des paroles écrites par le psalmiste. Alors que nous courons dans tous les sens, dans nos vies surchargées, en pensant souvent à nos problèmes quotidiens, nous oublions cette attitude de tranquillité ou ce sentiment de bien-être dont nous avons besoin pour trouver le véritable bonheur.

Peut-être que cela me touche davantage que d’autres personnes car mes souvenirs d’enfances sont rattachés à de telles scènes campagnardes. Mon grand-père, décédé depuis longtemps, était un éleveur de bétail. Pas un grand exploitant, mais un homme qui élevait des vaches Angus de pure race à Valley Angus Farms, sa ferme du sud de l’Arkansas. Pour lui, c’était une scène magnifique que de voir ses vaches paître au milieu de verts pâturages. Bien entendu, c’était son travail, mais c’était aussi une scène qui représentait les bénédictions de la vie, une scène qui représentait la paix et la prospérité. Cette scène était vraiment très poignante pour lui, peut-être à cause du travail difficile et de la ténacité dont il avait dû faire preuve pour survivre aux grandes inondations des vallées du Mississippi et de l’Arkansas en 1927, ainsi qu’à la Grande Dépression de 1929 puis à la Deuxième Guerre mondiale.

Bien que mon grand-père soit reconnaissant à Dieu pour ces bénédictions, il ne comprenait pas que l’incroyable prospérité et les bénédictions dont bénéficient les nations anglophones autour de la terre résultent directement des promesses faites par Dieu à Abraham, plusieurs milliers d’années en arrière. Mais, il n’avait pas perdu le sens profond des paroles du Psaume 23 à cause des périodes difficiles qu’il avait dû surmonter.

Avez-vous trouvé vos « verts pâturages » et vos « eaux paisibles » ? Quelque soit votre condition ou votre lieu de résidence, vous pouvez posséder ce sentiment de paix. Il vient de la compréhension du but de la vie et de la connaissance de ce que Dieu attend de nous, dans nos vies.

À l’époque des apôtres, Paul écrivit à l’Église à Philippes : « Ne vous inquiétez de rien ; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ » (Philippiens 4 :6-7). Puis, aux versets 8 et 9, il nous donne la clé pour atteindre cette paix : « Au reste, frères, que tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est aimable, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est vertueux et digne de louange, soit l’objet de vos pensées. Ce que vous avez appris, reçu et entendu de moi, et ce que vous avez vu en moi, pratiquez-le. Et le Dieu de paix sera avec vous. »

Si nous abordons nos vies quotidiennes avec ces principes divins et intemporels en tête, et que nous les mettons en pratique, nous pourrons bénéficier des bénédictions physiques et spirituelles décrites dans le magnifique Psaume 23.

Notre site Internet, www.mondedemain.org, contient une abondante littérature pour vous aider à cultiver vos verts pâturages, pendant cette vie et dans le monde à venir.