Oui ou non ?

Commenter cet article

En me rendant du cabinet de l’avocat à la défense vers le tribunal, où je devais témoigner dans un litige concernant un contrat d’assurance, j’ai mentionné à l’avocat que je ne prêterais pas serment. Il me regarda avec étonnement et me demanda : « Est-ce un motif religieux ? » Je lui répondis : « Jésus à dit de ne jurer aucunement » (Matthieu 5 :34) et je lui ai expliqué que je prenais Ses mots au pied de la lettre. Nous avons marché en silence, et rapidement, nous étions assis dans le tribunal et le juge ouvrait la séance.

Après quelques plaisanteries, le juge demanda au greffier de prendre le serment de ceux qui allaient témoigner. L’avocat de la défense commença à parler, mais il ne prononça que des balbutiements, apparemment embarrassé pour expliquer ma situation. Le juge semblait un peu déconcerté, alors je pris la parole en disant : « Votre honneur, je pense que mon avocat essaie d’expliquer que je ne prêterai pas serment. » Le juge parut alors un peu irrité et il me répondit : « Mais vous allez quand même vous lever, n’est-ce pas ? » Alors que les témoins se levèrent ensuite du banc, le juge prononça : « Ceux qui témoigneront devant cette cour, allez-vous prêter serment ou affirmer [il prononça ces deux mots en effectuant un large mouvement de la main dans ma direction] de dire toute la vérité, rien que la vérité ? »

À partir de là, l’épreuve a commencé. Et par la suite, nous avons perdu cette affaire.

Les serments – en particulier dans le secteur judiciaire – sont très courants dans notre société. De nombreux documents officiels doivent être authentifiés par un notaire ou un officiel – une authentification mentionnant souvent que le signataire a prêté serment ou juré de dire la vérité. Par exemple, de nombreux formulaires d’assurances réclament une « déposition sous serment » lors de la déclaration d’un sinistre. Parfois, des contrats de prêts, des promesses de vente, des documents de propriété et des fiches fiscales demandent au signataire de « jurer » que les informations données sont justes.

« Quel est le problème ? », demanderez-vous peut-être. « Pourquoi est-ce si important ? » Ce sont de bonnes questions, particulièrement pour les personnes voulant vivre de toute parole qui sort de la bouche de Dieu (Matthieu 4 :4). Dans le sermon sur la montagne, Jésus-Christ donna des instructions en privé à Ses disciples à ce sujet : « Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne te parjureras point, mais tu t’acquitteras envers le Seigneur de ce que tu as déclaré par serment. Mais moi, je vous dis de ne jurer aucunement, ni par le ciel, parce que c’est le trône de Dieu ; ni par la terre, parce que c’est son marchepied ; ni par Jérusalem, parce que c’est la ville du grand roi. Ne jure pas non plus par ta tête, car tu ne peux rendre blanc ou noir un seul cheveu. Que votre parole soit oui, oui, non, non ; ce qu’on y ajoute vient du malin » (Matthieu 5 :33-37).

Jacques – le demi-frère de Jésus – réaffirma ce principe lorsqu’il déclara : « Avant toutes choses, mes frères, ne jurez ni par le ciel, ni par la terre, ni par aucun autre serment. Mais que votre oui soit oui, et que votre non soit non, afin que vous ne tombiez pas sous le jugement » (Jacques 5 :12).

Un sujet simple ? Oui. Mais un sujet qui revêt une grand importance aux yeux de Dieu et qui devrait également être important pour nous. Dans la plupart des juridictions, la loi permet de déclarer sur l’honneur au lieu de jurer, ainsi la personne peut répondre « Je déclare sur l’honneur », au lieu de « Je le jure », dans les tribunaux ou pour la signature de documents officiels.

Jacques nous dit également : « Que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler » (Jacques 1 :19). Lorsque nous parlons, nous devons nous exprimer avec clarté, sans employer un double langage, afin que les gens comprennent nos « oui » et nos « non », sans avoir besoin de prêter serment. Pour en apprendre davantage, lisez notre brochure intitulée Les Dix Commandements. Vous y apprendrez comment récolter les nombreuses bénédictions de Dieu en vivant selon le mode de vie qui Lui plaît.