Respecter nos dirigeants

Commenter cet article

Ces dernières années, il semblerait que les moqueries à l’égard de nos dirigeants politiques soient devenues un sport national dans le monde francophone. Ainsi, une journaliste titrait : « Flamby, Tonton, Yoyo, Lapin Duracell, le meilleur des surnoms des politiques » (JOL Press, 3 octobre 2013). Le « meilleur » ? Est-ce vraiment le « meilleur » ou le « pire » ?


Du côté de la francophonie

De nos jours, tout semble permis, il n’y a quasiment plus de limite dans l’outrancier et le manque de respect. Des émissions satiriques, comme Les Guignols de l’info, sont même basées sur la moquerie de nos dirigeants. Souvent, les « humoristes » se cachent derrière la célèbre phrase de Pierre Desproges : « Peut-on rire de tout ? », à laquelle il répondit par l’affirmative (Tribunal des flagrants délires, France Inter, 28 septembre 1982).

Les journaux satiriques

S’il est vrai que la presse satirique contient souvent des informations véritables sur les déboires et les malversations de nos dirigeants, le style de ces journaux est basé sur la moquerie et le sarcasme. Dans ce domaine, Le Canard enchaîné est probablement la publication la plus célèbre. Cette presse satirique connaît aussi un grand succès en Afrique francophone avec des titres comme Le Lynx, Le Cafard Libéré, Le Journal du Jeudi ou Le Gri-Gri International.

Voyez la définition de la satire rapportée par un universitaire guinéen : « L’auteur va user des procédés les plus déloyaux, enfreindre les règles les plus élémentaires du discours honnête pour discréditer l’adversaire. Il cherche à “tuer les uns dans l’énoncé et à plaire aux autres dans la communication” […] Dans la satire, on retrouve la plupart des caractéristiques de l’argumentation déloyale : exagération et déformation manifestes des faits, déformation du discours de l’adversaire, usage d’attaques “basses”, allusions perfides, insinuations irréfutables, et usage (souvent irrégulier) de toutes les formes d’implicites » (La presse satirique en Afrique, Souleymane Bah, 2004, page 17).

Quel comportement adopter ?

Notez ce qu’écrivit le roi David : « Éternel, mets une garde à ma bouche, veille sur la porte de mes lèvres ! » (Psaume 141 :3). S’agit-il de paroles démodées ? David était-il « vieux jeu » ? Est-ce un enseignement de l’Ancien Testament qui n’est plus valable pour les chrétiens de nos jours ? Absolument pas ! Dans le Nouveau Testament, il nous est rappelé que David était un homme selon le cœur de Dieu (Actes 13 :22).

Le respect envers ceux qui sont au pouvoir est-il à jamais révolu ? Le Christ Lui-même répondit au gouverneur romain qui venait de Le condamner à mort : « Tu n’aurais sur moi aucun pouvoir, s’il ne t’avait été donné d’en haut » (Jean 19 :11).

Paul enseigna aux chrétiens à « être soumis aux magistrats et aux autorités » (Tite 3 :1). « Que toute personne soit soumise aux autorités supérieures ; car il n’y a point d’autorité qui ne vienne de Dieu, et les autorités qui existent ont été instituées de Dieu. C’est pourquoi celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi, et ceux qui résistent attireront une condamnation sur eux-mêmes » (Romains 13 :1-2).

Plus facile à dire qu’à faire ?

L’exemple de Paul

De passage à Jérusalem, l’apôtre Paul fut conduit devant la cour suprême juive, le sanhédrin, pour y être interrogé. Un homme lui coupa alors la parole en le faisant frapper sur la bouche. Paul s’emporta contre lui : « Dieu te frappera, muraille blanchie ! Tu es assis pour me juger selon la loi, et tu violes la loi en ordonnant qu’on me frappe ! » (Actes 23 :3). Or, cet homme était le souverain sacrificateur, mais Paul ne le savait pas encore. Voyez sa réaction : « Je ne savais pas, frères, que c’était le souverain sacrificateur ; car il est écrit : Tu ne parleras pas mal du chef de ton peuple » (verset 5). Il cessa immédiatement d’être sarcastique et il cita la loi divine. Oui, Paul mettait en pratique ce qu’il enseignait : « Celui qui s’oppose à l’autorité résiste à l’ordre que Dieu a établi. »

Même les anges !

La Bible est claire : nous ne devons pas nous moquer de nos dirigeants. De tous nos dirigeants ? Même les pires d’entre eux ? Même des dictateurs comme Hitler ou Staline qui ont fait tuer des millions de gens ? Aussi méchants soient-ils, Dieu a permis que ces dirigeants soient en place ! Dans Daniel 4 :17, nous lisons « que le Très-Haut domine sur le règne des hommes, qu’il le donne à qui il lui plaît, et qu’il y élève le plus vil des hommes. »

Pourtant, les anges eux-mêmes ne se moquent pas de ces dirigeants ! Les hommes « méprisent l’autorité. Audacieux et arrogants, ils ne craignent pas d’injurier les gloires, tandis que les anges, supérieurs en force et en puissance, ne portent pas contre elles de jugement injurieux devant le Seigneur » (2 Pierre 2 :10-11).

Le plus vil de tous les dirigeants, Satan le diable, « a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a pas de vérité en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est menteur et le père du mensonge » (Jean 8 :44). Mais en attendant le retour du Christ… il est encore le « prince de ce monde » (Jean 14 :30).

Pour cette raison, l’archange Michel lui-même n’osa pas parler contre Satan. Les hommes « méprisent l’autorité et injurient les gloires. Or, l’archange Michel, lorsqu’il contestait avec le diable et lui disputait le corps de Moïse, n’osa pas porter contre lui un jugement injurieux, mais il dit : Que le Seigneur te réprime ! » (Jude 8-9).

L’Autorité suprême

Il arrive parfois que les chrétiens doivent désobéir à leurs dirigeants, quand ces derniers leur demandent de faire des choses contraires à la loi divine, car « il faut obéir à Dieu plutôt qu’aux hommes » (Actes 5 :29). Mais cela ne devrait jamais être une excuse pour manquer de respect envers nos dirigeants.

De nos jours, les gens n’ont même plus peur de se moquer de Dieu. Des journaux populaires comme Charlie Hebdo font de nombreuses couvertures se moquant ouvertement de Dieu ou du Christ. Des humoristes font salle comble avec des spectacles ridiculisant l’existence même de Dieu. À force de se moquer de Dieu et de Le mépriser, il n’est pas surprenant que les hommes feront la guerre au Christ lorsqu’Il reviendra sur cette Terre (Apocalypse 17 :14) !

Ne vous laissez pas influencer par ce que vous entendez à la télévision, à la radio et sur Internet. Lorsque des gens se moquent de Dieu, tenez-vous à l’écart. Si vous ne pouvez pas vous éloigner (à l’école ou au travail), priez pour que Dieu protège votre esprit et que vous ne soyez pas influencé par ces idées. Faites la même chose avec les humoristes qui se moquent de Dieu et de nos dirigeants. Choisissez l’option la plus sage : Zappez ! Changez de chaîne !

Ne tombez pas dans ce piège ! Au contraire, faites « des prières, des supplications, des requêtes, des actions de grâces […] pour les rois et pour tous ceux qui sont élevés en dignité […] Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur » (1 Timothée 2 :1-3).

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +