Une union politique en Europe !

Commenter cet article

Alors que de nombreux politiciens et observateurs s’agitent dans tous les sens, en craignant les dettes grecque, espagnole et italienne, un observateur reste particulièrement calme. Pourquoi ? Car il a vu arriver la situation actuelle avant les autres, et sa vision des choses englobe 50 années d’histoire de l’Union européenne. Qui est cet homme ?

Son nom est Jacques Attali, conseiller du président français François Mitterrand, puis de l’ancien président de l’Europe, Jacques Delors.

Après l’élection de François Hollande à la présidence de la République française, Jacques Attali a abordé plusieurs fois son sujet favori en interview : l’union politique en Europe. Il affirme que seule une crise peut amener l’Europe à se rassembler au sein d’une union politique plus intégrée. Il cite en exemple des situations critiques en Europe, comme en 1958 et 1984, lorsque les spécialistes annonçaient la fin du rêve européen ; cependant, ces épreuves ont eu pour effet de renforcer l’unité européenne. Dans le premier cas, le renforcement des liens financiers à conduit à la création de la Communauté économique européenne (CEE), tandis que l’autre crise a finalement apporté le traité de Maastricht ainsi que l’Union économique et monétaire européenne (UEM).

Attali déclare que le défi actuel pour sauver l’euro marquera une étape essentielle dans le rapprochement de l’union politique. Il a récemment déclaré dans une interview : « Le seul moyen de sauver la monnaie unique et de sortir l’Europe de la crise tout en maintenant le niveau de vie des citoyens est de modifier les traités européens en faveur d’une union plus intégrée » (EurActiv, 18 avril 2012). Le mécanisme est le même que pour les êtres humains. Si nous sommes riches et en bonne santé, nous n’avons pas besoin de changer nos habitudes. Mais si nous sommes menacés, alors nous devons entreprendre de grands changements.

C’est actuellement le problème de l’Union européenne. Attali pense que l’Europe se porte beaucoup mieux que les États-Unis en déclarant que la crise américaine est beaucoup plus grave, mais que « l’Europe en tant qu’entité n’a pas de dette » (Europe1, 8 janvier 2012). Il fait souvent référence aux anciens dirigeants européens, comme Jacques Delors, qui s’impliquèrent dans la construction d’une union monétaire dans les années 1980. À cette époque, l’Europe était divisée entre les francs, les marks, les florins, les lires et les drachmes.

Maintenant, les eurocrates affirment que l’union monétaire n’est plus suffisante, et que l’Europe ne peut réussir qu’en passant par une union politique totale qui se soumettrait à l’autorité d’un gouvernement fédéral. Une telle intégration rassemblerait le conglomérat actuel de 27 nations en une puissance unifiée. Cela signifierait aussi une politique étrangère, une armée et un budget communs.

Quelle est la direction prise par l’Europe ? Il semble que les socialistes européens soient davantage visionnaires, tandis que les conservateurs essaient d’empêcher une intégration trop forte. Avec François Hollande, les socialistes français occupent non seulement l’Élysée, mais ils détiennent également la majorité à l’Assemblée nationale. Attali pourrait bien revenir sur le devant de la scène. Le président Hollande avait travaillé quelque temps avec lui dans les années 1980 et ce conseiller pourrait donner une orientation claire au nouveau président français sans expérience.

La vision d’ensemble de Jacques Attali est évidente dans l’interview accordée à EurActiv : « L’Europe serait la première puissance économique au monde si elle était plus unie ; elle pourrait être la grande gagnante de la mondialisation, à la croisée des routes commerciales et des réseaux de connaissance. »

Une question reste en suspens : « Que se passera-t-il lors de la prochaine crise ? » Si, comme Attali le prétend, la crise actuelle conduit à une union politique plus intégrée, la prochaine crise pourrait conduire à l’émergence d’un homme fort en Europe.

Les prophéties bibliques indiquent qu’un tel scénario aura lieu. Dans les prochaines années, attendez-vous à voir apparaître un puissant dictateur européen. Pour en apprendre davantage sur ces événements à venir, lisez notre article L’arrivée d’une entité forte, ainsi que la brochure La bête de l’Apocalypse – Mythe, métaphore ou réalité à venir ?