Le retour des épidémies

Commenter cet article

Le monde se dirige vers une terrible catastrophe en matière de santé publique. Après avoir diminué pendant environ un siècle, des anciens fléaux ressurgissent – telle une vengeance – sous des formes qui résistent aux antibiotiques modernes ! Aux États-Unis, les maladies infectieuses ont augmenté de presque 60% au cours des 25 dernières années, et maintenant elles sont responsables des 25% des décès. Selon l’Association américaine de médecine, « le problème est universel et très sérieux » (Journal of the American Medical Association, 7 février 2001, pages 601-602. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article). Le biologiste Alexander Tomaz déclare que « nous sommes au bord d’un cauchemar médical, de telle sorte que nous préférerions revenir à l’époque où il n’y avait pas d’antibiotiques » (Killer Germs, Zimmerman, 1996, page 55).


Les scientifiques n’avaient « pas prévu » cette surprenante réapparition des maladies infectieuses, car ils supposaient que les « anciens » fléaux tels le choléra, la diphtérie, la malaria et la tuberculose étaient contrôlés et presque éradiqués. Cependant, ces maladies mortelles – et de nombreuses autres maladies récentes – se propagent autour du globe. Nous ne pouvons pas ignorer ce qui se passe. Le retour spectaculaire des épidémies influencera le cours de l’Histoire.

Prophéties anciennes – fléaux modernes

Jésus a prédit qu’il y aurait une intensification des calamités, à l’échelle mondiale : des guerres, de la violence, des famines, des tremblements de terre et des pestes – des épidémies – juste avant Son second avènement (Matthieu 24 :7 ; Luc 21 :11). En parlant des temps de la fin, l’apôtre Jean mentionne un cheval verdâtre ou pâle, qui tuera un quart de la population mondiale par l’épée, par la famine et par les « bêtes sauvages de la terre » (Apocalypse 6 :8). Le mot grec traduit par « bêtes sauvages » est therion ; il signifie un animal dangereux ou une créature venimeuse. Les maladies causées par des bactéries ou des virus – appelés « bêtes microscopiques » en raison de leur très petite taille – sont favorisées par la confusion sociale, politique et économique des dernières décennies. La liberté sexuelle, les violentes agitations politiques, les catastrophes naturelles et les privations économiques facilitent la propagation des maladies. Pendant ce temps-là, les pilules miracles de la médecine – les antibiotiques – perdent leur efficacité sur les microbes dangereux !

Au cours des deux dernières décennies, 36 millions de personnes ont été infectées par le virus du SIDA, 22 millions en sont mortes laissant 11 millions d’orphelins. Cette nouvelle épidémie dévastatrice, causée par un virus qui détruit le système immunitaire, se propage rapidement parmi ceux qui consomment de la drogue et qui multiplient les relations illicites sexuelles. L’épidémie du SIDA est en train de dévaster des régions entières de l’Afrique sub-saharienne, et se répand de façon inquiétante en Asie, dans les régions très peuplées du sud-est. Le SIDA est devenu « un cauchemar viral qui ravage toutes les nations » (Zimmerman, page XI). Le Christ a déclaré qu’il y aurait de tels événements à la fin de notre ère (Matthieu 24 :21-22).

Cependant, il y a une menace encore plus grande que le SIDA – la réapparition de la tuberculose. C’est la maladie infectieuse et la plus mortelle dans le monde ; elle frappe actuellement plus de 2 milliards d’êtres humains – soit un tiers de la population mondiale (JAMA, 18 janvier 1995, page 220). Le virus de la tuberculose peut se cacher pendant les années sous une forme inactive, puis être activé par une mauvaise santé, la malnutrition, le stress, ou par une autre infection. Les personnes atteintes du SIDA sont particulièrement sensibles à la tuberculose, en raison de leur système immunitaire fragilisé. Un médecin a déclaré que « la médecine n’a jamais connu une panique semblable à celle qui est provoquée par l’association des deux fléaux du SIDA et de la tuberculose » (Zimmerman, page 86).

Il est effrayant de noter que les « zones chaudes » de la tuberculose – Afrique sub-saharienne et Asie du sud-est – sont les mêmes que celles du SIDA. On recense en Europe de l’Est dix fois plus de cas de tuberculose que de SIDA, et « la pire situation de cas de tuberculose résistant aux traitements » (Arizona Republic, 21 mars 1999). Les responsables de l’Organisation Mondiale de la Santé ont prévenu que « la tuberculose résistant aux médicaments pourrait devenir la principale épidémie de la prochaine décennie » avec l’immigration, le tourisme et les déplacements internationaux rapides (Ibid.). Ces facteurs pourraient répandre de la même manière des fièvres hémorragiques et mortelles, causées par les virus Ebola et Marburg. Le virus, véhiculé à l’ouest du Nil par les moustiques, est apparu récemment dans la ville de New-York – sa première apparition dans l’hémisphère Ouest – causant l’inquiétude parmi les responsables de la santé (JAMA, 2 mai 2000, page 2188). L’expansion rapide et simultanée de la population mondiale (plus de 6 milliards de gens) et des villes immenses et bondées, constituent les « ingrédients d’un désastre » (Zimmerman, page 222), « du plus grand désastre en matière de santé que le monde ait jamais connu » (Ibid., page 87).

Une leçon pour l’humanité

Il y a quelques milliers d’années, Dieu fit une alliance avec la nation de l’ancien Israël. Si elle obéissait à Ses lois, Il éloignerait les maladies du milieu d’elle (Exode 15 :26 ; 23 :22-25 ; Deutéronome 7 :12-15). Mais Il amènerait les malédictions – y compris des maladies terribles et incurables – si la nation Lui désobéissait délibérément (Lévitique 26 ; Deutéronome 28). Ces malédictions sont passées aujourd’hui aux descendants de l’ancien Israël, c’est-à-dire principalement aux peuples américain et de descendance britannique ; pour plus d’informations sur ce sujet, lisez notre brochure intitulée Les États-Unis et la Grande-Bretagne selon la prophétie.

Le Créateur de l’univers a donné des avertissements à Son peuple élu, en cas de désobéissance : « Je ferai venir sur vous des fléaux terribles, la consomption, la fièvre […] Je briserai la force qui fait votre orgueil […] J’enverrai contre vous les animaux sauvages [y compris les bêtes microscopiques], qui raviront vos enfants, qui extermineront votre bétail, et qui vous réduiront à un petit nombre ; et vos routes deviendront désertes » (Lévitique 26 :16-22, version synodale 1971). Ensuite, Il ajoute : « L’Éternel attachera à toi la peste, jusqu’à ce qu’elle te consume […] Ton bœuf sera égorgé sous tes yeux, et tu n’en mangeras pas […] L’Éternel te frappera miraculeusement, toi et ta postérité, par des plaies grandes et de longue durée, par des maladies graves et opiniâtres » (Deutéronome 28 :21, 31, 59). La Bible indique que ces malédictions s’appliqueraient aux générations futures d’Israël (Deutéronome 29 :14-15).

Ces prophéties sérieuses sont en marche avec les récentes épidémies qui ont ravagé la Grande-Bretagne, et qui ont donné l’alarme en Amérique et ailleurs. Le début de la maladie de la vache folle a coûté plus de 80 vies humaines, et des centaines de milliers de bêtes britanniques ont été détruites, coûtant 7,5 milliards de dollars au gouvernement. La « fierté de l’industrie du bœuf a été durement éprouvée » lorsque d’autres nations ont interdit les importations du bœuf britannique (London Daily News, 27 octobre 2000).

Ensuite, ce fut le tour de la maladie de la fièvre aphteuse. Des troupeaux d’ovins apparemment sains ont été abattus, afin de contrôler l’épidémie. Certains fermiers ont envisagé le suicide, face à ce désastre (Deutéronome 28 :34). D’autres, en regardant les nuages de fumée s’élever au-dessus de la campagne, où l’on brûlait les carcasses des animaux, ont parlé d’une « plaie aux proportions bibliques ». Les journalistes ont qualifié la Grande-Bretagne de « lépreux d’Europe » (Deutéronome 28 :37-42). Les déplacements, en Grande-Bretagne, étaient radicalement réduits. Les experts agricoles aux États-Unis et ailleurs ont clairement compris leur propre vulnérabilité (USA Today, 17 avril 2001).

Peu de personnes, aujourd’hui, voient le retour des épidémies comme une conséquence de la violation des lois du Tout-Puissant. On ne peut même pas suggérer un tel lien, sans qu’il soit tourné en dérision. Mais la Bible a prédit les plaies actuelles et futures – l’effet de ces plaies sera particulièrement sévère sur les peuples anglophones qui ont « abandonné l’alliance contractée avec l’Éternel », et qui n’ont tenu aucun compte de Ses lois (Deutéronome 29 :25). Le monde entier finira par comprendre cette leçon (Deutéronome 29 :24-28). Cette surprenante réapparition des épidémies est un avertissement que le retour du Christ est proche. Pour approfondir vos connaissances sur ce sujet vital, lisez notre brochure intitulée « Sept raisons pour lesquelles le doit revenir », et continuez à lire cette série !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +