L’Europe – La construction d’une bête !

Commenter cet article

Alors que l’attention mondiale est focalisée sur le terrorisme, sur l’escalade de la violence au Moyen-Orient et sur les craintes de la récession économique, de grands événements prophétiques sont en train de se développer au cœur de l’Europe.


Comme le fit remarquer un éditorial, « le “projet” européen se met en place à un rythme accéléré » (The Sunday Times, 16 décembre 2002. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article). Depuis des décennies, l’Église de Dieu a prédit ce qui est en train de s’accomplir aujourd’hui, en Europe, et a annoncé les terribles conséquences qu’auront ces événements pour l’Amérique et les peuples d’origine britannique.

Premièrement l’Euro

Depuis le 1er janvier 2002, douze membres de l’Union européenne utilisent une monnaie commune – l’euro. Cette grande étape historique est un pas significatif et symbolique vers l’intégration européenne. Malgré les nombreuses inquiétudes, le remplacement de douze monnaies différentes par une seule – l’euro – a été conçu pour aider les Européens à s’élever au-dessus de leurs différences nationales. Évidemment, la Grande-Bretagne, le Danemark et la Suède ont choisi de ne pas y participer. Cependant, l’euro n’est que la partie visible de l’iceberg des changements rapides, qui prennent place en Europe. En décembre 2001, les dirigeants européens se sont mis d’accord pour finaliser les plans d’une armée européenne, qui deviendra opérationnelle en 2004. Depuis, l’Europe représente la première puissance mondiale d’intervention internationale, cette Force de Réaction Rapide sera un atout réel pour l’Europe dans les affaires mondiales. Dans les années à venir, l’Europe n’aura plus besoin de jouer un rôle de second violon après l’Amérique, avec laquelle elle était souvent en désaccord.

Sous couvert de la lutte contre le terrorisme, les dirigeants de l’Union européenne ont approuvé la mise en place d’un mandat d’arrestation unique, qui exige une coopération sans précédent entre les différents organismes exécutifs européens. Opérationnel en 2004, le mandat d’arrêt permettra à un juge d’un pays d’ordonner l’arrestation, l’extradition et l’incarcération d’un ressortissant étranger, sans procès et sans preuve convaincante ! Un journal britannique a mis en garde contre « une augmentation importante des pouvoirs du corps juridique, les dangers [de cette procédure] sont immenses. La liberté individuelle est traitée d’une façon plus que cavalière. Les anciennes garanties sont sacrifiées » (London Daily Mail, 13 décembre 2001). Une décision récente de la Cour de justice européenne est encore plus sinistre, car elle accorde à l’Union européenne le pouvoir de réprimer la critique pour protéger sa réputation. Cela signifie que la Cour peut sévir contre n’importe qui – y compris les écrivains, les journaux, les commentateurs et les politiques ; elle peut censurer les dirigeants européens ou les politiques. Ce pouvoir, qui ressemble aux méthodes utilisées par les gouvernements fascistes des années 1920 et 1930 en réprimant les différences d’opinion, supprime la liberté d’expression. Les attaques terroristes du 11 septembre contre l’Amérique ont accéléré l’emploi du temps des partisans de l’intégration européenne et de la création d’un super État européen !

En mars 2002, une commission spéciale a commencé à débattre sur les façons de tracer la future silhouette de l’Union européenne et de réformer ses institutions. L’ancien président français, Valéry Giscard d’Estaing, est à la tête de cette Commission qui fera des recommandations en 2004. Lui et ses députés sont des fédéralistes convaincus, qui soutiennent une union très fermée et l’abandon définitif de la souveraineté nationale. La commission travaillera en faveur de l’élaboration d’une Constitution européenne, et débattra sur la possibilité de l’élection d’un Président de l’Europe. Un journaliste fit remarquer qu’un « président directement élu deviendrait la figure politique la plus puissante en Europe » (Daily Mail, 16 décembre 2001). Malgré les efforts pour propulser l’Europe vers un super État, les hommes politiques britanniques insistent pour que la commission ne fasse pas glisser l’Europe vers le fédéralisme, mais encourage la cohésion d’États-nations souverains. Un éditorial déclare : « L’Europe est en train de bouger. Mais pas nécessairement comme le voudrait la Grande-Bretagne » (The Sunday Times, 16 décembre 2001). Quel rapport y a-t-il entre ce qui se passe en Europe et les prophéties bibliques, et où cela nous mènera-t-il ?

Le danger à venir

La vision de la grande statue du prophète Daniel symbolisait quatre empires ,qui domineraient une grande partie du monde méditerranéen jusqu’au retour du Christ (Daniel 2 :31-41). Le quatrième empire est clairement identifié comme étant Rome. Les pieds de cette statue en fer et en argile représentent la phase finale d’un empire associé à Rome. Cette puissance des temps de la fin sera « en partie fort et en partie fragile », car elle est composée d’éléments qui n’adhèrent pas naturellement entre eux (Daniel 2 :41-43). Ceci décrit exactement l’émergence de l’Union européenne où l’Empire romain et le saint Empire romain ont régné autrefois. Les dirigeants de l’Union européenne reconnaissent qu’ils sont en train de bâtir sur des fondations historiques. Cependant, les actions conjointes des nations ayant des langues, des traditions et des coutumes différentes – et une histoire marquée par les guerres et les querelles – ne seront pas faciles. Dans sa forme finale, cette union ne durera que trois ans et demi (Daniel 7 :25 ; Apocalypse 11 :2).

Dans une autre vision de Daniel, Dieu a dépeint ces quatre empires comme des bêtes voraces. La quatrième bête (Rome) est décrite comme une créature rapace et guerrière ayant dix cornes – indiquant dix résurrections successives (Daniel 7 :19-25). Cette bête changera les temps et les lois, et elle persécutera les véritables chrétiens (Daniel 7 :21-25). D’autres prophéties indiquent qu’un individu charismatique sera par la suite à la tête de cette puissance européenne ; il obtiendra son poste par la duplicité en se présentant comme un pacificateur, mais il deviendra un tyran (Daniel 9 :26-27 ; 11 :20-32). La renaissance de cette bête puissante, guidée par Satan et associée à Rome, secouera le monde (Apocalypse 13 :1-7). Cela aura lieu lorsque les dix rois abandonneront volontairement leur souveraineté à un dirigeant puissant (Apocalypse 17 :12-13). Cette renaissance du système romain sera un acteur indispensable dans l’économie mondiale, avant sa mort soudaine au retour de Jésus-Christ (Apocalypse 18). Les prophéties contenues dans les livres d’Amos, d’Osée, d’Ésaïe 10 et de Jérémie 30, signalent que ce grand colosse des temps de la fin, à domination allemande, se tournera contre l’Amérique et contre les peuples d’origine britannique. Il les emmènera en captivité à cause de leurs péchés nationaux. Pour approfondir ce sujet important, étudiez notre brochure intitulée Les États-Unis et la Grande-Bretagne selon la prophétie.

Tous ces détails prophétisés commencent à prendre forme en Europe. L’Allemagne est de nouveau en train de surgir comme le candidat naturel pour créer une Europe unifiée, en suivant les traces de tous ceux qui essayèrent de rétablir l’héritage de Rome – y compris Charlemagne, les rois allemands et autrichiens du saint Empire romain, Napoléon et Mussolini. Il reste à voir quel sera le titre donné au dirigeant du super État européen moderne. La machinerie politique qui s’installe aujourd’hui permettra à ce leader d’assumer les pouvoirs totalitaires, lorsque cela deviendra « nécessaire » – ou possible ! Alors que les planificateurs idéalistes s’imaginent qu’une Europe fondée sur le partage des ressources, une monnaie et des lois communes amènera la paix et la prospérité sur le continent (et sur le monde), les prophéties bibliques déclarent exactement le contraire. L’Europe qui est en train de se rassembler – avec les encouragements de l’Amérique et l’approbation de la Grande-Bretagne – deviendra par la suite un rival dangereux et meurtrier, avant le retour de Jésus-Christ. Un reporter affirme que les hommes d’État européens ont inconsciemment, par leurs actions, « alimenté ce qui deviendra le chaudron du diable » (The Sunday Times, 16 décembre 2001). Les avertissements sont en train de résonner ! Il est nécessaire que nous observions attentivement les événements mondiaux, et que nous croissions comme des chrétiens, car les prophéties sont en marche – surtout en Europe !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +