Retours, rébellions et Rome

Commenter cet article

« L’une des évolutions les plus significatives depuis la Réforme », c’est en ces termes que le journal londonien, Daily Telegraph (24 octobre 2009) titra l’événement. En octobre 2009, le pape Benoît XVI laissa tomber une bombe ecclésiastique sur le monde chrétien en approuvant l’Anglicanorum Coetibus, un nouveau programme permettant aux anglicans contrariés par la présence de prêtres homosexuels, l’ordination de femmes et l’acceptation de mariage entre individus du même sexe, de revenir au sein de l’Église catholique, tout en gardant la plupart de leurs disciples anglicans – y compris des prêtres mariés !


Cette annonce surprise par le Vatican – qui a choqué l’Église d’Angleterre – a été saluée par les responsables de l’Église catholique romaine comme l’œuvre du Saint-Esprit, guidant les différentes communautés dites chrétiennes « vers l’unité catholique » sous le Pape. Cependant, aussi bien l’Histoire que les prophéties bibliques qui sont en train de s’accomplir, aujourd’hui, nous donnent une perspective toute différente de ces récents développements remarquables !

Les tournants de l’Histoire

Cette annonce importante du Vatican est une tentative pour renverser le cours de l’Histoire ! L’Église anglicane – l’Église d’Angleterre – s’est séparée de l’Église de Rome en 1534, lorsque le roi Henri VIII se vit refuser, par le Vatican, l’annulation de son premier mariage. Depuis lors, l’Église anglicane a été au cœur de l’Angleterre protestante – cette petite nation insulaire résista aux diverses tentatives des souverains catholiques du continent, qui tentèrent de ramener par la force la Grande-Bretagne dans le giron de l’Église catholique romaine ! La défaite de l’Armada espagnole, envoyée par le roi catholique Philippe II d’Espagne, en 1588, fut accueillie en Grande-Bretagne comme « un acte de Dieu » pour préserver l’Angleterre protestante. Ces événements dramatiques en Grande-Bretagne, et dans d’autres parties de l’Europe, ont efficacement fait avancer la Réforme protestante. La déclaration récente pour faciliter le retour des anglicans dans l’Église catholique romaine sera un revirement important des tendances antérieures, et pourrait bien réussir là où l’Armada espagnole a échoué – la mort de l’Église anglicane et l’éclipse de l’Angleterre protestante.

Un autre ancien désaccord est également en passe d’être résolu. En 1054, le « grand schisme » divisa l’Église catholique romaine en deux, lorsque le pape de Rome et le patriarche de Constantinople s’excommunièrent mutuellement, pour des problèmes de théologie et d’autorité papale. Ces anciennes antipathies s’aggravèrent plus tard par la montée des marchands catholiques italiens à des postes importants dans les secteurs commercial et financier de Constantinople, où ils expulsèrent les marchands grecs natifs. Ce sourd mécontentement éclata en violence, lorsque les catholiques grecs de Constantinople attaquèrent les marchands romains catholiques. En 1204, les croisés de la quatrième croisade, envoyés par le pape Innocent III, conquirent et pillèrent la somptueuse ville de Constantinople. L’imposition de Rome des patriarches latins sur les grecs vaincus engendra la haine et la méfiance entre les branches orientale et occidentale de la « chrétienté », qui persista pendant plus de 950 ans.

Cependant, ces dernières décennies, les papes de l’Église catholique et les patriarches de l’Église orthodoxe ont avancé à petits pas vers une guérison du « grand schisme », en se rencontrant et en priant ensemble, et en envisageant ce qui autrefois était totalement impensable ! Ce mouvement vers la réconciliation est également conduit par des forces extérieures : la menace grandissante d’un islam radical, le déclin des valeurs morales dans la société occidentale, et les efforts des élites politiques de l’Europe d’exclure toute apparence de christianisme de la vie publique. Les dirigeants à Rome et à Constantinople se rendent compte que, à moins de s’unir, ils seront tôt ou tard relégués au second plan par les forces séculaires en pleine expansion.

Vu sous cet angle, l’invitation surprise du pape Benoît XVI, en faveur du retour des anglicans dans le giron de l’Église catholique romaine dans la dignité, est une étape capitale, et pourrait même être un prélude à la réunification avec les chrétiens orthodoxes de l’Orient – l’autre « poumon » de l’Église. Il nous faut aussi surveiller un autre tournant de l’Histoire – lequel a été prophétisé depuis longtemps dans la Bible.

Les prophéties des temps de la fin

Il y a presque 2000 ans, l’apôtre Jean eut une vision prophétique des événements qui surviendraient à la fin de cet âge, juste avant le retour de Jésus-Christ sur cette terre. Dans Apocalypse 13, Jean décrit deux bêtes. L’une symbolise une forte personnalité à la tête d’une organisation politique européenne, qui émergera de la dernière résurgence d’un système de gouvernement lié à l’ancien Empire romain (voir Daniel 2 :40-43). L’autre bête annonce l’apparition d’une figure religieuse influente, à la tête d’une Église qui soutient la légitimité de la première bête (voir Daniel 7 :8, 15-25). Un peu plus loin, Jean décrit cette organisation religieuse comme une « femme vêtue d’écarlate » à l’influence mondiale, « chevauchant », c’est-à-dire influençant, la bête politique qui s’élèvera en Europe (voir Apocalypse 17). Le nom de cette femme est « un mystère : Babylone la grande, la mère des prostituées et des abominations de la terre » (Apocalypse 17 :5).

Les protestants ont depuis longtemps associé cette représentation symbolique à l’Église catholique romaine (voir Halley’s Bible Handbook, 24ème édition), avec ses nombreuses coutumes religieuses et ses traditions qui tirent leurs origines des mystères de la religion de la Babylone antique (voir Les deux Babylones, Hislop). Il est intéressant de noter que les papes et les diplomates du Vatican ont, depuis des décennies, encouragé et fait la promotion de la formation d’une Europe unie. Est-ce une surprise, alors, si une telle entité est en train d’émerger, aujourd’hui, des cendres de l’Empire romain – exactement comme les prophéties dans les livres de Daniel et de l’Apocalypse le prédisent ?

Le prophète Ésaïe révèle d’autres détails supplémentaires sur les activités de cette organisation religieuse des temps de la fin. Cette « fille de Babylone » qui prétend rester « souveraine à toujours » (pensez ici à Rome, “la ville éternelle”), et affirme « moi, et rien que moi » (pensez à ceux qui clament être la seule véritable Église). Elle affirme : « Je ne serai jamais veuve, et je ne serai jamais privée d’enfants » (Ésaïe 47 :1-8) – cela demandera de gros efforts pour récupérer ses Églises « filles », qui se sont séparées pour un temps pour motif de protestation (Apocalypse 17 :5).

Nous sommes les témoins oculaires de ces prophéties en marche, aujourd’hui, et des efforts de l’Église catholique romaine pour ramener les autres prétendues Églises chrétiennes dans le giron catholique de l’Église-mère ! L’apôtre Paul rapporte également une prophétie de ce retour des filles, jadis protestantes, à l’Église catholique romaine, comme faisant partie d’une série d’événements dramatiques, qui auront lieu juste avant le retour de Jésus-Christ sur cette terre.

Les Écritures révèlent, qu’à la fin de cet âge, beaucoup de véritables chrétiens abandonneront leur foi pour retourner à des pratiques païennes (1 Timothée 4 :1). Ils retourneront à une forme païenne de faux christianisme ; d’autres abandonneront toute prétention au christianisme. Alors même que des véritables chrétiens abandonneront la foi qu’ils avaient autrefois, des ondes de choc se répandront au sein de la grande communauté prétendue chrétienne, lorsque les « filles » qui s’étaient détachées de Rome se réconcilieront avec leur « mère ». Les deux bêtes décrites ci-dessus inciteront des milliards d’êtres humains à adhérer à une fausse religion qui se rebellera contre les lois de Dieu et la vérité de Jésus-Christ.

Les anciennes prophéties, qui prédisent le retour des Églises-filles protestantes à l’Église-mère, et la rébellion de millions d’individus contre les enseignements du Dieu de la Bible, sont en train de s’accomplir, aujourd’hui, lors d’événements dramatiques qui précéderont le retour de Jésus-Christ sur cette terre, à la fin de cet âge ! Si vous souhaitez en apprendre davantage sur ce sujet important, lisez nos brochures gratuites, Le christianisme contrefait de Satan, et La bête de l’Apocalypse : Mythe, métaphore ou réalité ? Alors que nous nous approchons à grands pas de l’époque de la grande apostasie finale prophétisée, vous devez connaître la vérité au sujet de l’avenir de notre monde !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +