Qui a changé le sabbat au dimanche ?

Commenter cet article

La Bible décrit le sabbat du septième jour comme étant un jour sacré de repos. Pourquoi donc la vaste majorité du monde chrétien observe-t-elle le dimanche ?

La Bible montre clairement que Jésus-Christ a observé le sabbat du septième jour. Ses premiers disciples en firent de même. Cependant, de nos jours, la vaste majorité des gens se qualifiant de « chrétiens » observent le culte le dimanche et ils ne font rien pour sanctifier le sabbat du septième jour. Comment ce changement est-il intervenu ? Et que devrions-nous faire à cet égard ?


Les religions de ce monde ont établi de nombreuses fêtes et célébrations. Les musulmans se réunissent pour la prière et le prêche du vendredi. Les juifs observent le sabbat depuis des millénaires – du vendredi soir au coucher du soleil jusqu’au samedi soir au coucher du soleil.

Jésus-Christ observa le sabbat du septième jour, mais la plupart des « chrétiens » se réunissent le dimanche pour la messe ou le culte. Quel jour les chrétiens devraient-ils donc sanctifier – le premier ou le dernier jour de la semaine ?

Au fil des siècles, quelques civilisations ont mesuré le temps de différentes manières, par exemple avec des semaines de quatre ou dix jours. Mais l’Histoire montre que la semaine de sept jours est très ancienne. Des traces écrites datant de l’ancienne Babylone décrivent l’observance d’un cycle de sept jours. Le peuple juif a préservé un calendrier basé sur la semaine de sept jours et il n’a jamais perdu ce cycle à travers les millénaires. Même lorsque le pape Grégoire XIII révisa le calendrier en l’an 1582, il ne changea pas le cycle hebdomadaire. De nos jours, le sabbat du septième jour reste le même septième jour que celui observé par Jésus et l’Église chrétienne du premier siècle.

Peut-être avez-vous appris les Dix Commandements lorsque vous étiez enfant ? Le quatrième commandement nous donne cette instruction limpide : « Souviens-toi du jour du repos, pour le sanctifier. Tu travailleras six jours, et tu feras tout ton ouvrage. Mais le septième jour est le jour du repos de l’Éternel, ton Dieu » (Exode 20 :8-10). Pourtant, la majorité des « chrétiens » observent le dimanche, alors même que les véritables chrétiens du premier siècle gardaient le même septième jour que Jésus observait !

Pourquoi la plupart des gens se disant « chrétiens » ignorent-ils le sabbat du septième jour en se rendant au culte le dimanche, le premier jour de la semaine ? Que font-ils de l’exemple de Jésus et des chrétiens du premier siècle ? L’apôtre Paul exhorta les chrétiens à l’imiter, comme lui-même imitait le Christ (1 Corinthiens 11 :1) – et il observa toute sa vie le sabbat du septième jour, du coucher du soleil le vendredi soir au coucher du soleil le samedi soir. Il imita son Sauveur qui prêchait dans les synagogues pendant le sabbat (Luc 4 :16).

Des années après la mort, l’ensevelissement et la résurrection du Christ, l’apôtre Paul prêcha le sabbat aux juifs comme aux prosélytes dans la synagogue d’Antioche. Si les chrétiens étaient supposés observer le dimanche, ces prosélytes se seraient assurément réunis avec Paul le lendemain. Notez bien : « Comme ils sortaient de la synagogue des Juifs, les Gentils [prosélytes] les prièrent de leur annoncer les mêmes choses le sabbat suivant » (Actes 13 :42, Ostervald). Pas le dimanche !

Que se passa-t-il ? « Le sabbat suivant, presque toute la ville se rassembla pour entendre la parole de Dieu » (verset 44). Paul ne s’était pas réuni avec les prosélytes le dimanche, mais pendant le jour observé par les chrétiens du premier siècle : c’est-à-dire le sabbat du septième jour.

Qui a donc changé le sabbat au dimanche ? Qu’est-il arrivé au quatrième commandement déclarant que le peuple de Dieu doit sanctifier le septième jour ? C’est une question vitale pour tous les chrétiens !

Huit fois le “premier jour”

Certains pourraient dire : « Mais le dimanche n’est-il pas mentionné dans le Nouveau Testament ? » Vous serez peut-être surpris d’apprendre que vous ne trouverez pas une seule fois le mot « dimanche » dans le Nouveau Testament ! En revanche, vous trouverez huit références au « premier jour de la semaine ».  Six d’entre elles décrivent le jour suivant la résurrection de Jésus, dont nous parlerons un peu plus loin.

Qu’en est-il des deux autres ? Elles doivent assurément parler du culte du dimanche, non ?

Voici la première occurrence : « Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu’il pourra, selon sa prospérité, afin qu’on n’attende pas mon arrivée pour recueillir les dons » (1 Corinthiens 16 :2) Cela décrit-il une sorte de quête pendant le culte ? Non ! Comme dans Romains 15, Paul demanda ici aux Corinthiens de rassembler des biens et des denrées pour les frères et sœurs dans le besoin. Il ne leur demandait pas de rendre le culte, mais de rassembler des donations pour ceux dans le besoin à Jérusalem. Cette activité ne convenait pas à un jour de repos ; il s’agissait d’un effort physique de la part des membres de Corinthe.

Voyons l’autre verset : « Le premier jour de la semaine, nous étions réunis pour rompre le pain. Paul, qui devait partir le lendemain, s’entretenait avec les disciples, et il prolongea son discours jusqu’à minuit » (Actes 20 :7). Souvenez-vous que les jours étaient comptés d’un coucher de soleil à l’autre et le message de Paul se termina vers minuit le premier jour de la semaine. Cela signifie que Paul commença à parler le samedi et que son message se termina vers minuit dans la nuit du samedi au dimanche. Que firent Paul et ses compagnons après cette réunion ? Certains entreprirent le dur labeur de naviguer (versets 13-14), tandis que Paul marcha plusieurs heures – cela ne décrit pas vraiment un « repos de sabbat ». Ce passage n’est assurément pas un exemple montrant que le premier jour de la semaine fut considéré comme un sabbat.

Que dire de Jean 20 :19 ? « Le soir de ce jour, qui était le premier de la semaine, les portes du lieu où se trouvaient les disciples étant fermées, à cause de la crainte qu’ils avaient des Juifs, Jésus vint, se présenta au milieu d’eux, et leur dit : La paix soit avec vous ! » Notez le contexte : Jésus avait été crucifié quelques jours auparavant et les disciples ne comprenaient pas encore qu’Il avait été ressuscité (cf. Marc 16 :14 ; Luc 24 :37-41). Ils se cachaient ensemble, par crainte des Juifs qui avaient crucifié leur Sauveur. Lorsque Jésus leur apparut le premier jour de la semaine, Il n’arriva pas au milieu d’une assemblée du culte ! Au contraire, comme nous allons le voir, Il fut ressuscité des morts le jour précédent – le septième jour !

Qu’en est-il de la résurrection ?

Quand le dimanche a-t-il remplacé le sabbat du septième jour comme jour de repos dans le monde supposément chrétien ? L’Encyclopédie catholique explique que Tertullien « fut le premier auteur à mentionner expressément le repos du dimanche » (“Dimanche”, volume 14, page 335). Tertullien écrivit à ce sujet : « Il y a aussi divergence concernant l’agenouillement à la prière […] Pour nous, suivant la tradition, le seul jour de la résurrection nous devons éviter ce geste comme tout ce qui exprime l’angoisse et la douleur et ce qui est de même nature pour ne pas donner prise au diable » (La prière en Afrique chrétienne, éditions Migne, page 31, traduction A.-G. Hamman). Tertullien écrivit cela en 202 apr. J.-C., plus de 170 ans après les débuts de l’Église du Nouveau Testament !

Mais le dimanche était-il le jour de la résurrection du Seigneur comme l’écrivit Tertullien ? Non ! Lorsque Marie de Magdala arriva au tombeau de Jésus le dimanche matin, celui-ci était déjà vide : « Le premier jour de la semaine, Marie de Magdala se rendit au sépulcre dès le matin, comme il faisait encore obscur ; et elle vit que la pierre était ôtée du sépulcre. Elle courut vers Simon Pierre et vers l’autre disciple que Jésus aimait, et leur dit : Ils ont enlevé du sépulcre le Seigneur, et nous ne savons où ils l’ont mis » (Jean 20 :1-2).

Notez que Marie arriva au tombeau alors qu’il faisait encore sombre ! Le soleil ne s’était pas encore levé en ce dimanche matin et le corps de Jésus n’était plus là ! Jésus ne ressuscita pas au lever du soleil. En revanche, lorsque le soleil se leva le dimanche matin, Il était déjà ressuscité et le tombeau était vide. Souvenez-vous qu’Il avait promis qu’Il serait ressuscité exactement trois jours et trois nuits après Son ensevelissement, accomplissant ainsi le signe de Jonas (Matthieu 12 :40). Jésus fut enseveli peu avant le coucher du soleil au cours d’un jour de préparation précédant un Jour saint annuel (Jean 19 :31). Nous savons donc qu’Il fut ressuscité peu avant un coucher du soleil, trois jours plus tard. Marie découvrit le tombeau vide le dimanche matin, car Jésus fut ressuscité la veille peu avant le coucher du soleil – le samedi.

La plupart des gens supposent que le Christ est mort un vendredi car la Bible dit que le lendemain de Sa mort était un sabbat. Mais ils ne prêtent pas attention au fait que ce sabbat était « un grand jour » – autrement dit un Jour saint annuel, pas un sabbat hebdomadaire. En l’occurrence, ce « grand jour » faisait référence au Premier Jour de la Fête des Pains sans Levain qui eut lieu un jeudi cette année-là.

Comme nous pouvons le voir, l’idée de baser le culte du dimanche sur la résurrection du Christ n’émane pas de la Bible, mais plutôt de traditions humaines erronées. Jésus mit l’accent sur le signe de Jonas en tant que preuve de Sa messianité : « Une génération méchante et adultère demande un miracle ; il ne lui sera donné d’autre miracle que celui du prophète Jonas. Car, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre d’un grand poisson, de même le Fils de l’homme sera trois jours et trois nuits dans le sein de la terre » (Matthieu 12 :39-40).

Si Jésus a été ressuscité des morts le samedi peu avant le coucher du soleil, cela signifie qu’Il fut enseveli le mercredi peu avant le coucher du soleil. La tradition du « Vendredi saint » ne se trouve nulle part dans la Bible. La promesse faite par Jésus s’est accomplie. Il passa trois jours et trois nuits dans le tombeau – pas deux nuits et un jour comme l’implique la tradition du Vendredi saint. Pour en apprendre davantage au sujet des trois jours et des trois nuits, demandez notre brochure gratuite La vérité au sujet des Pâques.

L’Église chrétienne du premier siècle rendait le culte le septième jour de la semaine, que nous appelons désormais samedi. Mais lorsque l’empereur Constantin, un adorateur païen du Soleil, fit appliquer sa propre version de la chrétienté dans son empire, il imposa l’observation du dimanche. Il publia le décret suivant en 321 apr. J.-C. : « Pendant le vénérable jour du Soleil, que tous les magistrats et le peuple se reposent » (Encyclopedia of Religion Knowledge, Schaff-Herzog, volume 11, page 147). Dans certaines langues, le mot dimanche signifie « jour du Soleil » ; en anglais par exemple, Soleil se dit « sun », jour se dit « day » et dimanche se dit « Sunday » (jour du Soleil).

Quelques années plus tard, l’Église catholique adopta à son tour un décret effrayant pendant le Concile de Laodicée : « Que des chrétiens ne doivent pas judaïser et se reposer le samedi, mais travailler ce jour-là, préférant, si du moins ils le peuvent, se reposer le dimanche, en tant que chrétiens ; mais s’ils se trouvent judaïser, qu’ils soient anathèmes auprès du Christ » (La collection canonique d’Antioche, Aram Mardirossian, page 309). Autrement dit, les chrétiens observant le sabbat furent déclarés hérétiques.

Mais par quelle autorité l’Église catholique effectua-t-elle ce changement ? James Cardinal Gibbons, théologien catholique de renom, a écrit cette puissante déclaration : « Vous pouvez lire la Bible depuis la Genèse jusqu’à l’Apocalypse, et vous ne trouverez pas une seule ligne autorisant, établissant la sanctification du dimanche. Les Écritures ordonnent la religieuse observance du Sabbat, jour que nous ne sanctifions jamais » (La foi de nos pères, éditions Retaux-Bray, page 107, traduction Adolphe Saurel).

Ainsi, Gibbons déclara que si la Bible est votre autorité, vous n’avez aucune raison valable d’observer le dimanche. Il écrivit que « les Écritures ordonnent la religieuse observance du Sabbat, jour que nous ne sanctifions jamais ».

Gibbons et les autres autorités catholiques déclarent que l’Église catholique a changé l’observance du samedi au dimanche dans le monde chrétien de sa propre initiative, pas sur ordre des écrits du Nouveau Testament – cela eut lieu pendant le Concile de Laodicée au milieu du quatrième siècle !

Quelle déclaration fracassante ! Notre brochure gratuite Quel est le jour du sabbat chrétien ? contient de nombreux aveux similaires de la part de dirigeants baptistes, presbytériens, épiscopaux et d’autres religions. Ils sont tous d’accord pour dire que la Bible n’autorise nulle part le fait que le dimanche devienne un « nouveau » jour de sabbat.

Cela a-t-il de l’importance ? Ne pouvons-nous pas observer n’importe quel jour ?

Jésus donna une réponse limpide à cette question. Les Écritures rapportent qu’Il donna un avertissement très sérieux au sujet des traditions qui entrent en conflit avec les commandements de Dieu. Beaucoup d’Églises ont suivi une mauvaise voie, tout comme les pharisiens à l’époque de Jésus. Voici Son avertissement au sujet de telles pratiques : « C’est en vain qu’ils m’honorent, en donnant des préceptes qui sont des commandements d’hommes. Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes […] Vous rejetez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition » (Marc 7 :7-9).

J’espère que nous ferons tous attention à cet avertissement. Jésus a déclaré qu’Il est le Maître du sabbat. Il observa constamment le sabbat et Il ne transgressa pas la loi divine, comme certains théologiens le prétendent. Jésus a dit : « J’ai gardé les commandements de mon Père » (Jean 15 :10). Devrions-nous donc suivre l’exemple de Jésus-Christ et les instructions bibliques ? Ou devrions-nous nous y opposer et suivre la tradition des hommes ?

Quand a été établi le sabbat du septième jour ?

Nous avons vu que l’Église originelle du Nouveau Testament observait le sabbat du septième jour. Mais quand ce jour a-t-il été établi ? À l’époque de Moïse, au mont Sinaï ? Non ! Le sabbat fut établi bien plus tôt – dès la fondation du monde. « Ainsi furent achevés les cieux et la terre, et toute leur armée. Dieu acheva au septième jour son œuvre, qu’il avait faite ; et il se reposa au septième jour de toute son œuvre, qu’il avait faite. Dieu bénit le septième jour, et il le sanctifia, parce qu’en ce jour il se reposa de toute son œuvre qu’il avait créée en la faisant » (Genèse 2 :1-3). Oui, Dieu a établi le sabbat du septième jour dès la fondation de ce monde, bien avant l’époque de Moïse.

Notez ce que Jésus a déclaré : « Le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat » (Marc 2 :27-28). Le Fondateur du christianisme n’a pas dit : « Le sabbat a été fait pour le peuple juif. » Non, le sabbat a été fait pour l’homme, pour toute l’humanité, pour chaque être humain vivant sur la Terre.

Jésus fit une déclaration importante. A-t-Il dit qu’Il était le Maître du dimanche ? Absolument pas ! Il déclara que « le sabbat a été fait pour l’homme, et non l’homme pour le sabbat, de sorte que le Fils de l’homme est maître même du sabbat » (Marc 2 :27-28). Si Jésus est le Maître du sabbat, de quel jour est-il Maître ? Du dimanche ? Voyez plutôt : Jésus a dit Lui-même qu’Il était le Maître du sabbat et nous lisons qu’Il « est le même hier, aujourd’hui, et éternellement » (Hébreux 13 :8). Il est toujours le Maître du sabbat actuellement. Les Écritures nous exhortent à suivre Son exemple et celui des apôtres. L’apôtre Paul écrivit à l’Église de Corinthe : « Soyez mes imitateurs, comme je le suis moi-même de Christ » (1 Corinthiens 11 :1). L’apôtre Pierre nous exhorta aussi à suivre l’exemple du Christ : « C’est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces » (1 Pierre 2 :21). Oui, Jésus et les apôtres ont observé le sabbat du septième jour et Dieu veut que nous suivions leur exemple.

D’autres preuves

Le Nouveau Testament contient beaucoup d’autres preuves concernant l’observance du sabbat. Par exemple, ce jour représente le repos millénaire et c’est un mémorial du repos de Dieu après la création. « Il y a donc un repos de sabbat réservé au peuple de Dieu » (Hébreux 4 :9). Dans le texte original en grec, le mot « repos » est sabba­tismos, qui signifie un « sabbat respecté » (Concordance Strong française).  Et ce repos de sabbat pour le peuple de Dieu existe encore de nos jours !

Notez cette déclaration importante : « Car celui qui entre dans le repos de Dieu se repose de ses œuvres, comme Dieu s’est reposé des siennes » (Hébreux 4 :10). Le contexte parle à la fois d’un repos symbolique et d’un repos littéral. katapausis est un autre mot grec traduit par « repos » dans ce passage. Mais notez ce que Dieu dit au sujet de ceux qui entrent maintenant dans Son repos – c’est-à-dire ceux qui sont convertis et qui ont la volonté de suivre le Christ dès maintenant. En tant que véritables disciples du Christ, si nous devons cesser nos activités comme Dieu le fit, la question suivante se pose : de quelle manière Dieu a-t-Il cessé Ses activités ? Les Écritures nous donnent la réponse : « Car il a parlé quelque part ainsi du septième jour : Et Dieu se reposa de toutes ses œuvres le septième jour » (Hébreux 4 :4).

Il est de la responsabilité des chrétiens du Nouveau Testament d’observer le sabbat, comme le déclare le dictionnaire biblique Anchor : « L’observance physique du sabbat en tant que prescription pour le chrétien de la nouvelle alliance est affirmée par le “repos de sabbat” qui incarne le fait de cesser ses œuvres (Héb. 4:10), en commémoration du repos de Dieu à la création (comparez Héb. 4 :4 avec Gen. 2 :2) et elle manifeste la foi dans le salut fourni par le Christ » (volume 5, page 856).

C’est une déclaration très claire ! Oui, la Bible affirme que les chrétiens de la nouvelle alliance doivent « se souvenir du jour du repos, pour le sanctifier », comme le déclare le quatrième commandement (Exode 20 :8).

La question est de savoir quelle est votre autorité ? Est-ce la Bible ? Ou est-ce une Église ou une religion qui ne suit pas la Bible ?

Comme nous l’avons vu, plusieurs dirigeants religieux, y compris au sein de l’Église catholique et des groupes protestants, revendiquent leur tradition ou une décision administrative de leur Église, sans fondement biblique, pour justifier le fait d’observer le dimanche au lieu du sabbat. Voyez par exemple la déclaration faite en 1847 par Isaac Williams, un ministre anglican haut placé : « Où voyons-nous dans les Écritures que nous devrions observer le premier jour ? Il nous est ordonné d’observer le septième jour ; mais nous n’avons aucun commandement nous disant d’observer le premier jour […] La raison pour laquelle nous observons le premier jour de la semaine, au lieu du septième, est la même raison pour laquelle nous observons beaucoup d’autres choses : non parce que la Bible nous le dit, mais parce que l’Église nous l’ordonne » (Plain Ser­mons, volume 9, pages 267-269, c’est nous qui accentuons). Tous ces aveux sont surprenants.

Nous avons vu que l’Église chrétienne originelle observait le sabbat du septième jour, selon l’exemple laissé par le Christ et les apôtres. C’est l’empereur Constantin qui proclama le jour du Soleil (dimanche) comme étant le jour de culte à travers l’Empire romain. Au quatrième siècle de notre ère, le Concile catholique de Laodicée proclama le culte du dimanche et qualifia les chrétiens observant le sabbat d’hérétiques. De nos jours, les chrétiens observant le sabbat sont encore persécutés dans beaucoup de pays à travers le monde.

À qui la faute ?

Qui remplaça le sabbat par le dimanche ? La réponse est : personne ! Car l’homme ne peut pas changer ce que Dieu a décrété !

À travers Celui qui devint Jésus-Christ, le Dieu tout-puissant a établi le sabbat dès la fondation du monde pour tous les êtres humains. Dieu « a créé toutes choses par Jésus-Christ » (Éphésiens 3 :9, Ostervald) et le Christ est toujours le Maître du sabbat à notre époque, comme Il l’a déclaré dans Marc 2 :28. Souvenez-vous que « Jésus-Christ est le même hier, aujourd’hui, et éternellement » (Hébreux 13 :8). Oui, même de nos jours, les véritables chrétiens suivent l’exemple du Christ, de Ses apôtres et de l’Église du Nouveau Testament en observant le sabbat du septième jour.

Chers lecteurs et lectrices, nous vivons à l’époque de la fin des temps prophétisée dans la Bible. Nous attendons la venue du Royaume de Dieu qui sera dirigé par le Prince de la paix – Jésus-Christ, le Messie. En tant que Roi des rois et Seigneur des seigneurs, Il enseignera, Il dirigera, Il guidera et Il servira toutes les nations. Voici une dernière question : lorsque le Christ établira Son Royaume sur la Terre, quel sera le jour de culte pour toutes les nations ?

Notez ce que Dieu déclare : « Car, comme les nouveaux cieux et la nouvelle terre que je vais créer subsisteront devant moi, dit l’Éternel, ainsi subsisteront votre postérité et votre nom. À chaque nouvelle lune et à chaque sabbat, toute chair viendra m’adorer, dit l’Éternel » (Ésaïe 66 :22-23).

Obéirez-vous dès aujourd’hui à votre Sauveur et L’adorerez-vous le septième jour en tant que Maître du sabbat ? Priez à ce sujet afin de décider d’adorer Dieu en esprit et en vérité (Jean 4 :24). Nous attendons le jour où tous les peuples et toutes les nations à travers le monde adoreront le Christ devenu Roi. Le Messie établira la paix dans le monde, un gouvernement mondial et une véritable éducation, ainsi que la voie biblique de la vérité, de l’amour et de la vie. Toutes les nations observeront le véritable sabbat hebdomadaire et les Jours saints bibliques ! Quel formidable monde à venir de paix et de prospérité !