Des leçons de l’hiver

Commenter cet article

Alors que l’hiver 2013-2014 fut l’un des plus froids dans les annales récentes, de nombreux Canadiens trouveront déconcertant de réaliser qu’en 2015 nous serons encore confrontés à ce formidable adversaire qu’est l’hiver.


Oh Canada

Dans quelques régions de l’Est canadien, certains se demandent encore quand l’hiver 2013-2014 s’est achevé. De tout l’été, en Ontario, les températures ont atteint ou dépassé les 30°C (86°F) pendant seulement huit jours. Bien que les températures soient restées basses pendant toute l’année, la neige a fondu et la verdure a émergé triomphalement de cet océan de blanc, qui semblait menacer d’éradiquer les vives couleurs de la nature. Ce dernier hiver fut rude, même d’un point de vue canadien.

Le Canada est un pays qui prospère traditionnellement en hiver. Avec son armada de chasse-neige, de bottes d’hiver, de patins à glace, de Ski-Doo et autres, le Grand Nord est rarement ralenti par les températures et les conditions glaciales qui paralyseraient la plupart des pays. Au contraire, les Canadiens sont excités par l’hiver et son étreinte glaciale. Vaincre la plus rude des saisons semble être une source de fierté au Canada. Ils partagent souvent des histoires de survie hivernale qui n’ont pas besoin d’être exagérées, car les conditions sont vraiment extrêmes. Ceux qui viennent des pays plus cléments n’en croient pas leurs oreilles quand ils entendent des histoires d’eau bouillante qui gèle instantanément si on la lance en l’air – avant même de toucher le sol ! L’hiver définit la robustesse et l’endurance des Canadiens, mais celui de l’année dernière fut rigoureux même pour ces guerriers du froid.

Un autre hiver rigoureux à venir ?

Les conditions hivernales et les températures basses arrivées plus tôt que prévu avaient entamé les réserves personnelles de bois et de pétrole. En décembre 2013, une tempête de verglas  avait provoqué des pannes de courant généralisées. Les dégâts sur le réseau électrique étaient si importants que certains sont restés sans électricité pendant trois jours ou plus, dans un froid extrême. Les arbres et les branches qui jonchaient le sol en grand nombre, après la tempête, sont restés là jusqu’au printemps, car la glace n’a pas fondu pendant plusieurs mois et il était difficile d’acheminer de l’équipement dans les endroits n’utilisant pas de chasse-neige. Comme si cela ne suffisait pas, des chutes de neige régulières sont venues compliquer le problème. Nettoyer les entrées et les trottoirs devenait plus difficile et dangereux à cause de la couche de glace en dessous. L’hiver a empiété de plusieurs mois sur le printemps. Même dans les villes les plus « endurcies », comme Winnipeg, les Canadiens commençaient à se lasser de la saison traditionnellement associée à leur pays.

Début 2015, les Prairies et une grande partie de l’Est canadien risquent à nouveau d’affronter un hiver rigoureux. Chris Scott, météorologue en chef de Météo Média s’attend à voir des températures « plus froides » que la normale à cause des effets d’El Niño. Les amoureux de l’hiver attendaient les premières neiges avec impatience, mais elles pourraient annoncer un nouvel hiver sévère. Avec une température moyenne de -20,3°C (-4,54°F) entre décembre et février derniers à Winnipeg, un nouvel hiver rigoureux pourrait paraître inquiétant. Mais les Canadiens feront ce qu’ils ont toujours fait les hivers précédents. Ils suivent l’exemple des fourmis en se préparant !

Se préparer !

La Bible révèle un détail intéressant à propos de ce petit insecte besogneux, que les Canadiens imitent afin de survivre. « Va vers la fourmi, paresseux ; considère ses voies, et deviens sage. Elle n’a ni chef, ni inspecteur, ni maître ; elle prépare en été sa nourriture, elle amasse pendant la moisson de quoi manger » (Proverbes 6 :6-8). Instinctivement, la fourmi se prépare pour l’hiver. C’est vital, car pendant les mois d’hiver, les opportunités de trouver de la nourriture sont rares et les températures négatives peuvent être mortelles. Afin de survivre, les fourmis se préparent bien à l’avance.

Il en va de même pour les Canadiens, particulièrement ceux vivant dans les régions rurales. À l’approche de l’hiver, ils travaillent dur pour se préparer. Ils passent des heures à couper du bois et à le fendre, pour le mettre en réserve. On ramone les cheminées, on remplace les coupes-froid autour des portes, on isole les tuyaux et on équipe les voitures de pneus d’hiver. On prépare les souffleuses à neige et on sort les manteaux d’hiver, les tuques, les gants et les bottes d’hiver. Les plus aventureux sortent aussi les skis ou prévoient d’aller à la pêche sur la glace) – mais dans tous les cas, ils se préparent.

Les Écritures révèlent cette pépite de sagesse : « L’homme prudent voit le mal et se cache, mais les simples avancent et sont punis » (Proverbes 22 :3). Ne pas se préparer pour l’hiver peut coûter cher – voire être mortel. Voyager sur les routes glacées peut être un désastre. Même une chute de neige inattendue peut être fatale si l’on n’est pas préparé. Certains ont bêtement négligé de placer des fournitures d’urgence, comme des couvertures chaudes, dans leur voiture et ils se sont retrouvés coincés et frigorifiés à l’intérieur de leur véhicule, le long d’une route. Certains voyagent sans vêtements d’hiver, car ils pensent que tout se passera bien – même lorsque la météo annonce une tempête de neige ou du verglas ! Certains ont payé de leur vie ce manque de préparation, morts de froid dans la neige à quelques mètres de leur voiture, alors qu’ils allaient chercher de l’aide aux alentours. Un homme prudent anticipe de tels dangers et s’y prépare, comme le fait la majorité des Canadiens à l’approche de l’hiver.

Surveiller les signes

L’approche de l’hiver nous incite à nous préparer. De même, Jésus-Christ avertit Ses disciples de « veiller » et de « se tenir prêts » pour les événements à venir (Matthieu 24 :42, 44). Le Christ déclara que personne ne connaissait la date exacte de Son retour, mais Il mentionna qu’il y aurait des « signes annonciateurs » nous faisant savoir que le temps est proche, tout comme la couleur des feuilles d’automne nous avertit de l’arrivée imminente de l’hiver.

« Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous savez que l’été est proche. De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte. Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera point, que tout cela n’arrive » (Matthieu 24 :32-34). Cette parabole donne de l’espoir aux Canadiens car elle se réfère à l’arrivée du printemps, mais elle donne aussi de l’espoir pour le retour du Christ car, pendant Son règne, les nations profiteront d’un climat normal (“des pluies en leur saison”) et des bénédictions qui vont avec (Lévitique 26 :3-5). De plus, cette parabole révèle certains signes qui nous feront savoir que le retour du Christ, à la fin de cette ère, est proche. Alors que cette époque prophétisée se profile, nous devons être attentifs aux signes précurseurs et faire tout ce que nous pouvons pour nous préparer.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +