Est-il normal d’être “normal” ?

Commenter cet article

Voici quelques années, ma fille de 9 ans me demanda pourquoi notre famille était différente. Elle avait noté que nous nous comportions différemment des autres familles dans le quartier et elle voulait savoir pourquoi nous n’étions pas « normaux ».


 

La plupart des gens veulent être acceptés par leurs semblables. C’est une tendance naturelle chez les humains et cela se ressent encore plus fortement chez les enfants. Ils veulent être intégrés au « clan ». Les adultes matures peuvent reconnaître la nécessité d’être « différents », mais pour les enfants, c’est très difficile à accepter.

En entendant la question de ma fille, j’ai eu de la compassion pour ce qu’elle ressentait. Ayant grandi dans une famille qui observait le sabbat du septième jour, j’ai pris conscience relativement tôt que j’étais « différent » des enfants qui m’entouraient. Lorsque je suis entré à l’école publique, j’ai rapidement appris qu’aller à l’Église le samedi n’était « pas normal ». La plupart de mes camarades de classe « allaient à l’Église » le dimanche, pas le samedi.

De la même manière, il n’était pas « normal » que notre famille n’observe pas Noël (une célébration qui n’existe pas dans la Bible, comme nos lecteurs le savent – pour en savoir plus à ce sujet, lisez notre brochure Les Jours saints : Le magistral plan divin). Il était également anormal de partir avec ma famille pendant huit jours, fin septembre/début octobre, pour observer la « Fête des Tabernacles ». Pour moi, cette Fête était merveilleuse. Mais pour mes camarades de classe, cela leur paraissait étrange, voire dangereux.

Puisque j’observais le sabbat, je n’ai jamais participé aux tournois de football le vendredi soir ou le samedi. Cependant, ces activités semblaient tout à fait « normales » pour mes camarades.

En me penchant sur mon enfance, je réalise aussi combien notre société a changé au cours des 20 à 30 dernières années. Je réalise combien mes camarades et moi prenions beaucoup de choses pour acquises. Beaucoup de choses « normales » à cette époque ne sont plus aussi normales de nos jours.

Une nouvelle norme ?

Lorsque j’étais adolescent, nous commencions à voir de nombreuses familles monoparentales, mais personne ne remettait sérieusement en cause le fait qu’une famille normale soit composée de deux parents : un père et une mère. De nos jours, des « guerriers de la justice sociale » militent pour imposer une « nouvelle norme » dans la société.

Voyez par vous-même. En septembre 2013, la série américaine The New Normal (La nouvelle norme) produite par NBC a commencé à être diffusée en français, en Belgique et en Suisse. La série était classée dans la catégorie « comédie », mais lisez le synopsis : Un couple homosexuel décide de faire appel à une mère-porteuse pour fonder une famille. Un de leurs enfants a « deux papas » et une mère-porteuse, tandis que l’autre enfant à deux pères adoptifs ainsi qu’un père absent que nous ne voyons jamais. Cette « comédie » se moque des valeurs traditionnelles de la famille, en poussant les gens à redéfinir la « famille » selon leurs envies. Dans cette série, la grand-mère est qualifiée « d’esprit étroit » – d’intolérante et même d’homophobe – car elle prône des valeurs que la société prenait pour acquises 20 ou 30 ans plus tôt.

Une comédie ? De telles attaques contre la famille ne sont pas amusantes.

Une société normale ?

En ayant cela en tête, j’ai pu aider ma fille à comprendre les conséquences d’être « normale » dans la société actuelle. Même dans notre petite rue, il est normal qu’un enfant du voisinage vive avec un seul parent pour cause de divorce ou d’abandon. Il est normal pour les enfants de sortir tard le soir, sans surveillance, et de s’attirer beaucoup d’ennuis car il n’y a pas une mère, un père ou un grand-parent pour faire attention à ce que font leurs enfants.

Certains seront peut-être surpris d’apprendre que Dieu avait prédit ce problème depuis longtemps. Il inspira l’apôtre Paul à écrire une lettre au jeune ministre Timothée, en décrivant les attitudes qui deviendraient « normales » au cours des années précédant le retour de Jésus-Christ : « Sache que, dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles. Car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, fanfarons, hautains, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, irréligieux, insensibles, déloyaux, calomniateurs, intempérants, cruels, ennemis des gens de bien, traîtres, emportés, enflés d’orgueil, aimant le plaisir plus que Dieu, ayant l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force. Éloigne-toi de ces hommes-là » (2 Timothée 3 :1-5).

Paul comprenait que dans les derniers jours, les gens seraient égoïstes et arrogants, prêts à se mettre en valeur. Les enfants manqueraient de respect à leurs parents. Les gens seraient ingrats et manqueraient de reconnaissance pour les aspects positifs de leur vie. Ils manqueraient de contrôle de soi et ils seraient fiers d’eux-mêmes.

En bref, ils aimeraient uniquement leur propre personne – cela créerait une société où l’obéissance à Dieu et l’amour chrétien désintéressé deviendraient totalement anormaux ! Si nous sommes honnêtes avec nous-mêmes, être étiqueté de « normal » dans la société actuelle revient à souhaiter ressembler à un genre de personne que nous ne voulons pas être !

Quelle est la vraie norme ?

De nos jours, il est anormal d’observer le sabbat du septième jour, la Fête des Tabernacles ou tout autre Jour saint divin. Il n’est pas normal d’obéir à Dieu ni de vivre en suivant l’exemple établi par Jésus-Christ pour Ses disciples. Mais dans les années à venir, ce monde changera totalement.

Dieu inspira le prophète Ésaïe à écrire cette merveilleuse prophétie : « Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l’appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. Donner à l’empire de l’accroissement, et une paix sans fin au trône de David et à son royaume, l’affermir et le soutenir par le droit et par la justice, dès maintenant et à toujours : voilà ce que fera le zèle de l’Éternel des armées » (Ésaïe 9 :5-6). Notez aussi les paroles de Zacharie : « Tous ceux qui resteront de toutes les nations venues contre Jérusalem monteront chaque année pour adorer le roi, l’Éternel des armées, et pour célébrer la fête des tabernacles. S’il y a des familles de la terre qui ne montent pas à Jérusalem pour adorer le roi, l’Éternel des armées, la pluie ne tombera pas sur elles » (Zacharie 14 :16-17).

Ces versets illustrent un avenir merveilleux. Dieu régnera sur le monde entier et Il attendra des gens qu’ils vivent selon Ses voies. L’observance des sabbats hebdomadaires et annuels de Dieu peut sembler anormale de nos jours, mais il viendra une époque où toutes les nations observeront la Fête des Tabernacles, le sabbat du septième jour et toutes les lois divines, que le Christ n’est pas venu abolir, mais accomplir (Matthieu 5 :17). L’égoïsme humain sera remplacé par l’humilité, le respect, la reconnaissance et la politesse envers nos voisins.

Ceux qui ont choisi, maintenant, d’aller contre la norme actuelle – en observant le sabbat divin du septième jour et les Jours saints – représentent l’avant-garde de ceux qui enseigneront à l’humanité ce qu’est la vraie norme. Je vous exhorte à demander à Dieu le courage et la force d’avancer contre vents et marées, en refusant de vous conformer à ce que le monde trouve normal – et en commençant à vivre dès aujourd’hui selon le mode vie que Dieu considère comme normal.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +