Plus de bonheur à donner qu’à recevoir

Commenter cet article

Un article paru récemment dans la revue Contact, et intitulé « Quand donner rend heureux », nous apprend que les Québécois donnent chaque année un milliard et demi de dollars aux différents organismes de charité. La conclusion de l’article est la suivante : « Non seulement cet argent profite à ceux qui le reçoivent, mais toutes les études et tous les intervenants interrogés pour cet article s’entendent sur une chose : donner rend heureux » (Contact, automne 2015, Université Laval, page 25). Pourquoi donner vaut-il mieux que recevoir ? Est-ce un principe nouveau ? Existe-t-il un mode de vie qui parlerait de ce principe ? Absolument ! Et la Bible répond à ces questions.


 

La parole divine nous enseigne que « toute grâce excellente et tout don parfait descendent d’en haut » (Jacques 1 :17). Dieu est celui qui nous donne la vie, notre famille, le travail que nous occupons et toutes les bénédictions que nous avons. En fait, Dieu nous dit même de nous inquiéter de rien, car tout nous vient de Lui (voir Matthieu 6 :25-34). Il nous donne tout ce dont nous avons besoin. Mais cette promesse est conditionnelle : Il nous bénit si nous Lui obéissons et si nous faisons notre part. Le Christ déclara : « Je suis venu afin que les brebis aient la vie, et qu’elles l’aient en abondance » (Jean 10 :10). Mais quelle est la part que Dieu nous demande de faire ?

Suivre l’exemple divin de donner

Notre part consiste notamment à suivre Son exemple. Puisque Dieu est heureux de donner, Il nous montre que, nous aussi, nous serons heureux si nous donnons. Dans Actes 20 :35, l’apôtre Paul écrivit : « Je vous ai montré de toutes manières que c’est en travaillant ainsi qu’il faut soutenir les faibles, et se rappeler les paroles du Seigneur, qui a dit lui-même : Il y a plus de bonheur à donner qu’à recevoir. »

L’apôtre Paul écrivit à maintes reprises que Dieu prend soin des pauvres, des veuves et des orphelins. Il dit aussi que nous devons faire de même et que Dieu s’attend à ce que nous donnions avec joie. « Sachez-le, celui qui sème peu moissonnera peu, et celui qui sème abondamment moissonnera abondamment. Que chacun donne comme il l’a résolu en son cœur, sans tristesse ni contrainte ; car Dieu aime celui qui donne avec joie. Et Dieu peut vous combler de toutes ses grâces, afin que, possédant toujours en toutes choses de quoi satisfaire à tous vos besoins, vous ayez encore en abondance pour toute bonne œuvre » (2 Corinthiens 9 :6-8).

Ces bonnes œuvres incluent, entre autres, la proclamation de la bonne nouvelle du Royaume de Dieu qui sera établi sur cette Terre dans un avenir proche. C’est la mission principale que Dieu a donnée à Son Église (Matthieu 24 :14) et c’est la mission de l’Église du Dieu Vivant.

C’est le but de la publication que vous lisez présentement. C’est le but de notre site Internet en français MondeDemain.org et dans plusieurs autres langues. C’est le but de nos émissions télévisées diffusées dans les pays francophones et sur les différentes plateformes Internet.

Une loi financière biblique

Quel est donc le principe biblique dont parle l’apôtre Paul, sous l’inspiration divine, dans 2 Corinthiens 9 ? Il s’agit du principe des dîmes et des offrandes. Le mot dîme signifie « un dixième », ou si vous préférez « 10% ». L’Éternel nous dit que si nous payons cette dîme, qui sert à la proclamation de l’Évangile, nous donnons à autrui pour permettre à celui-ci de recevoir la vérité qui nous « rendra libres » (Jean 8 :32, Martin). La vérité d’une voie de vie qui apporte la joie et le bonheur.

En effet, si nous payons la dîme, comme Dieu nous le demande, Il nous fait en retour une promesse extraordinaire : « Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison ; mettez-moi de la sorte à l’épreuve, dit l’Éternel des armées. Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance. Pour vous je menacerai celui qui dévore, et il ne vous détruira pas les fruits de la terre, et la vigne ne sera pas stérile dans vos campagnes, dit l’Éternel des armées. Toutes les nations vous diront heureux, car vous serez un pays de délices, dit l’Éternel des armées » (Malachie 3 :10-12).

Que se passe-t-il si nous refusons de payer cette dîme qui revient à Dieu ? « Un homme trompe-t-il Dieu ? Car vous me trompez, et vous dites : En quoi t’avons-nous trompé ? Dans les dîmes et les offrandes. Vous êtes frappés par la malédiction, et vous me trompez, la nation tout entière ! » (versets 8-9).

Mais comme nous l’avons vu précédemment, si nous donnons avec joie et sans contrainte notre dîme à Dieu, Il fera pleuvoir sur nos terres afin de bénir l’agriculture. Nos pays seront protégés et bénis abondamment.

Voyons l’exemple d’Ézéchias, roi de Juda, qui « fit ce qui est droit aux yeux de l’Éternel » (2 Chroniques 29 :2). Après avoir fait cesser l’adoration des idoles, il s’attacha à restaurer la loi divine parmi le peuple, dont la dîme : « Les enfants d’Israël […] apportèrent aussi en abondance la dîme de tout. De même, les enfants d’Israël et de Juda qui demeuraient dans les villes de Juda donnèrent la dîme du gros et du menu bétail, et la dîme des choses saintes qui étaient consacrées à l’Éternel, leur Dieu » (2 Chroniques 31 :5-6). Et grâce à cela, nous lisons que « l’Éternel a béni son peuple » (verset 10).

Pour approfondir ce sujet, lisez notre article intitulé « Serez-vous béni financièrement par Dieu ? » (Le Monde de Demain, mars-avril 2015, page 5).

Le Christ Lui-même enseigna que nous devons donner la dîme de notre revenu (Matthieu 23 :23). Il honora également la pauvre veuve qui donna généreusement au trésor du temple à Jérusalem : « Jésus, ayant levé les yeux, vit les riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc. Il vit aussi une pauvre veuve, qui y mettait deux petites pièces. Et il dit : Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres ; car c’est de leur superflu que tous ceux-là ont mis des offrandes dans le tronc, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle avait pour vivre » (Luc 21 :1-4).

Le Christ nous ordonne clairement de donner. Et ce commandement est accompagné d’une promesse. Si nous donnons, nous recevrons beaucoup plus en retour. Dieu promet de bénir ceux qui donnent fidèlement leurs dîmes et leurs offrandes à Son œuvre – ceux qui le font avec la bonne attitude d’aimer son prochain et de vouloir l’aider.

Comme nous le rappelle l’apôtre Paul, vous découvrirez ainsi qu’il y a vraiment « plus de bonheur à donner qu’à recevoir ».

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +