“Il dit les choses telles qu’elles sont !”

Commenter cet article

C’est avec beaucoup de tristesse que nous vous annonçons le décès de M. Roderick C. Meredith, le rédacteur en chef du Monde de Demain et l’évangéliste qui présidait l’Église du Dieu Vivant. Il souffrait d’un cancer et il est décédé paisiblement le 18 mai 2017. Il aurait eu 87 ans au mois de juin.

De grandes obsèques ont eu lieu, dans l’auditorium rempli d’un établissement secondaire, avec des connaissances venues d’Australie, de Belgique, du Canada et des États-Unis. La cérémonie a commencé avec une vidéo de 18 minutes d’hommages de la part de ministres de l’Église du Dieu Vivant à travers le monde. Deux de ses quatre fils ont parlé de sa foi, de sa persévérance et de son dévouement inébranlable pour la vérité de Dieu et pour Son Œuvre de prédication de l’Évangile dans le monde. M. Richard Ames, présentateur des émissions télévisées en anglais du Monde de Demain et beau-frère de M. Meredith, a fait part de ses sentiments et il a rappelé que notre espoir résidait dans la résurrection des morts.

La cérémonie d’obsèques s’est achevée avec la chanson préférée de M. Meredith « I’ll Walk with God » (Je marcherai avec Dieu), chantée par le célèbre ténor Mario Lanza. Dans le film Le Prince étudiant, on entend cette chanson lorsque Karl Franz chante devant le cercueil de son grand-père, tout en mesurant l’ampleur de la tâche dans son nouveau rôle de roi. Comme le personnage fictif de Karl Franz, M. Meredith approchait son rôle de dirigeant avec beaucoup d’humilité et il comprenait pleinement qu’il devait marcher avec Dieu. Je ne pouvais qu’être ému en écoutant cette chanson tout en regardant le cercueil de M. Meredith sur l’estrade.

Nous n’avons pas été surpris par son décès. Les dernières semaines, il ne pouvait plus marcher, mais comme son fils nous l’a rappelé, il ne cessa jamais de marcher avec Dieu. M. Meredith disait souvent : « J’ai vécu une vie bien remplie. Je n’ai pas peur de la mort. Ma vie est entre les mains de Dieu et je suis prêt à m’endormir et à me réveiller lors de la résurrection. » Dans son esprit, il n’y avait aucun doute sur la réalité de la vie et sur la nature de notre espoir.

 

Une vie remarquable

Il y a beaucoup à dire sur la vie de cet homme remarquable. Au lycée, il était un champion de sprint et il remporta aussi un titre de « gants d’or » à la boxe dans sa ville natale de Joplin, aux États-Unis. Qu’il s’agisse de boxer ou d’autre chose, c’est peut-être cette forte détermination qui l’a conduit à accomplir autant de choses. Il fut assommé plusieurs fois par la vie, mais il n’a jamais baissé les bras.

Après avoir découvert la vérité biblique, il s’inscrivit à l’Ambassador College, à Pasadena, en Californie, où il devint un proche de M. Herbert W. Armstrong. En 1952, il fit partie des quatre premiers évangélistes ordonnés par M. Armstrong, puis il passa les 64 années suivantes de sa vie dans l’Œuvre que le Christ entama au travers de M. Armstrong. Il était bien connu pour enseigner les Évangiles, le livre des Actes et les épîtres de Paul à l’Ambassador College. À différentes époques, il présida également chacun des trois campus de l’Ambassador College à Pasadena (Californie), à Big Sandy (Texas) et à Bricket Wood (Angleterre). Il servit aussi comme directeur de l’administration de l’Église Universelle de Dieu pendant plusieurs années et il s’occupa de nombreuses congrégations.

Après le décès de M. Armstrong, son successeur écarta M. Meredith et d’autres hommes fidèles, afin de conduire l’Église dans une direction radicalement différente, en abandonnant des vérités bibliques pour plaire au monde. Finalement, M. Meredith fut mis dehors car il refusait d’accepter cette apostasie. Il avait alors le choix de prendre sa retraite ou de faire revivre l’Œuvre que Dieu avait débutée avec M. Armstrong. Il choisit la deuxième option et, à l’âge de 62 ans, il démarra l’Église Mondiale de Dieu, qui devint l’Église du Dieu Vivant quelques années plus tard, afin de restaurer le christianisme originel. D’autres le rejoignirent rapidement alors qu’il devenait évident que l’Église Universelle de Dieu s’enfonçait dans l’apostasie chrétienne.

Après une paralysie partielle, suite un AVC en 2008, M. Meredith continua de prêcher l’Évangile du Royaume de Dieu au monde et à paître le troupeau. Son plus grand souhait était que l’Œuvre dans laquelle il travailla continue d’aller de l’avant, avec force et dans l’unité, sous l’autorité de Jésus-Christ. Jusqu’en février de cette année, il travaillait activement dans l’Œuvre, il venait tous les jours au bureau, il dirigeait des réunions, il rédigeait des lettres et des articles. Son héritage perdure dans l’Église du Dieu Vivant qui a grandi sous sa direction pour atteindre 350 congrégations dans 55 pays.

Preuve de son impact, nous avons reçu des hommages d’un peu partout dans le monde : Allemagne, France, Royaume-Uni, Irlande, Australie, Philippines, Papouasie-Nouvelle-Guinée, République Démocratique du Congo, Togo, Afrique du Sud, île Maurice, Haïti, Sainte-Lucie, Guadeloupe, Guyane, États-Unis, Canada et bien d’autres !

 

Une passion pour prêcher la vérité

J’ai souvent entendu la phrase suivante au sujet de M. Meredith : « Il dit les choses telles qu’elles sont ! » Combien de fois n’ai-je souri intérieurement en me rappelant le commentaire d’un jeune homme qui assistait à une Conférence du Monde de Demain : « J’aime vraiment ce vieux monsieur. Il dit les choses telles qu’elles sont. » M. Meredith avait fait une grande impression sur ce jeune homme et sur d’autres. Ils reconnaissaient l’intensité, la sincérité et la franchise avec lesquelles il parlait, en tant que présentateur principal du Monde de Demain.

Les gens nous demandent souvent quelles sont nos croyances et M. Meredith avait résumé cela dans sa brochure La restauration du christianisme originel. S’ils font preuve d’honnêteté, à peu près tous les théologiens admettront que Jésus et Ses apôtres ne reconnaîtraient pas le christianisme ambiant de nos jours. M. Meredith expliqua cette réalité dans cette brochure. J’espère que vous lisez également sa série sur la Réforme protestante, qui continue dans ce numéro. La base de cette série est la thèse qu’il avait écrite pour son diplôme de master. Il travailla avec diligence pendant les derniers mois de sa vie pour s’assurer que la véritable histoire de ce mouvement soit préservée et connue. Cette série montre que la Réforme protestante ne correspond pas à l’image qui en est souvent donnée.

Sa brochure sur l’Antéchrist expose également la vérité de façon courageuse. Comme il le disait souvent avec puissance et passion : « Dépoussiérez votre Bible ! Ne me croyez pas sur parole ! Croyez ce que je dis parce que vous le lisez dans la Bible ! » Il mettait souvent son audience au défi de vérifier ce qu’il disait ! Autrement dit, de vérifier ce qu’il enseignait et de prouver par vous-même s’il avait tort ou raison. Entendez-vous souvent des ministres vous mettre ainsi au défi ?

M. Meredith manquera à ses anciens étudiants, à ceux qui ont servi avec lui dans le ministère de l’Église du Dieu Vivant, aux membres de l’Église de Dieu dans le monde, à sa famille et à ses amis. Il laisse derrière lui une sœur (l’épouse de M. Richard Ames), six enfants, dix petits-enfants et quatre arrière-petits-enfants.

M. Meredith a couru une grande course. Il a combattu le bon combat. Il a gardé la foi. Désormais, sa couronne de justice lui est réservée. Il se repose dans le Seigneur et nous attendons avec impatience de le revoir à la résurrection des justes, lors du retour de notre Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +