Si le Seigneur est Dieu

Commenter cet article

La vie est courte ! Bien plus courte que nous l’imaginions lorsque nous avons commencé à prendre conscience que celle-ci s’arrêterait un jour. Les jeunes amoureux voient parfois de façon romantique leur mariage, l’éducation de leurs enfants et le fait de vieillir ensemble, mais avec le temps la réalité n’est pas si romantique et la vieillesse apporte son lot de problèmes et de constats. L’un d’entre eux est que la vie est courte et que le temps s’écoule rapidement.


Malheureusement, la majorité des gens ne connaît pas le but de l’existence. Pour eux, la vie consiste à s’amuser le plus possible. Ils ne pensent pas qu’il y ait un but au-delà de la mort. Peu de gens trouvent vraiment passionnant le concept du paradis, mais beaucoup vont à leur Église pour éviter ce qui pourrait leur arriver au cas où ils n’iraient pas au paradis. Ils ont une religion « au cas où », car peu de gens font des efforts pour se préparer à ce qui les attend après la mort ! L’immédiateté l’emporte.

 

Hésiter entre deux opinions

Qu’en est-il de vous ? Vivez-vous comme si vous recherchiez vraiment l’immortalité ? Soyons clairs : soit il y a un au-delà après la mort, soit il n’y en a pas. Il n’y a pas d’autre alternative ! Vivez-vous en ayant la résurrection en tête ? Ou au contraire, avez-vous une religion ou allez-vous à l’Église une heure par semaine juste au cas où il existerait un au-delà et une certaine forme de jugement ?

En assistant récemment à une représentation de l’oratorio « Élias » de Mendelssohn avec des amis, j’ai remarqué que peu de gens regardaient dans le programme quelles étaient les paroles. À moins que leurs oreilles ne soient très supérieures aux miennes, il est difficile de suivre le récit. Ce concert avait lieu à Charlotte, en Caroline du Nord, où la culture de la Bible est très présente et il est probable que beaucoup étaient familiers avec ce récit biblique. Mais je me demandais : « Combien comprennent vraiment ce message ? » Probablement très peu et je vais en expliquer la raison.

Que voulait vraiment dire Élias (ou Élie) lorsqu’il demanda : « Jusqu’à quand boiterez-vous des deux côtés ? Si l’Éternel est Dieu, allez après lui ; si c’est Baal, allez après lui ! » (1 Rois 18 :21). Cette question ne concernait-elle que son époque ? Après tout, qui adore Baal de nos jours ?

Voyez l’éclairage apporté par ce commentaire biblique : « “Jusqu’à quand boiterez-vous des deux côtés ?” Le péché du peuple n’était pas d’avoir rejeté l’adoration de Yahvé, mais d’avoir essayé d’y combiner celle de Baal. Un tel syncrétisme est toujours apparenté à une largesse d’esprit, tandis que l’opposé s’apparente à une étroitesse d’esprit. Mais le Yahvé d’Israël ne laissait pas de place pour d’autres dieux » (New Bible Commentary Revised, page 343).

De nos jours, il est indiscutable que la religion dominante portant le nom de christianisme est un syncrétisme – un mélange de pratiques bibliques et païennes. Le jour de culte (dimanche) vient du mithraïsme, une forme d’adoration du soleil. La date choisie pour célébrer la naissance du Christ est l’anniversaire de Mithra, le « dieu » de ce système. Presque toutes les traditions de Noël ont été « empruntées » à des pratiques païennes. Les traditions des Pâques actuelles sont issues des légendes de la déesse de la fertilité Ishtar (aussi appelée Astarté). Les lapins et les œufs sont des symboles de la fertilité et ils n’ont aucun lien avec la crucifixion et la résurrection du Christ.

 

Un évangile différent ?

Dans le christianisme actuel, les instructions bibliques les plus simples sont rejetées. Le sabbat du septième jour – un des Dix Commandements – est rejeté, de même que les Jours saints annuels observés par le Christ, par Ses apôtres et par le christianisme du premier siècle. Mais la séduction va beaucoup plus loin.

Au-delà de ce problème de jours, tout l’Évangile apporté par le Christ a été substitué par « un autre évangile ». De nos jours, les gens ne reconnaîtraient pas le véritable Jésus-Christ. Un esprit totalement différent du christianisme originel règne dans le « christianisme » actuel (2 Corinthiens 11 :4). La doctrine païenne de l’immortalité de l’âme est acceptée presque universellement par les prétendus chrétiens, alors que la Bible n’enseigne pas cela. Au contraire, il faut « que ce corps mortel revête l’immortalité » (1 Corinthiens 15 :53). La fausse doctrine de l’immortalité de l’âme ne résiste pas à la lecture de Romains 6 :23 : « Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. » Oui, le péché engendre la mort, pas une vie éternelle en enfer. Nous ne possédons pas encore la vie éternelle, ce sera un « don de Dieu ». Et ce n’est qu’un point parmi tant d’autres.

Les gens comprennent-ils cela ? Apparemment non ! Ils ne le comprenaient pas à l’époque d’Élie et il en est de même à notre époque. Les faits semblent n’avoir aucune importance. Les gens continuent d’adorer Dieu d’une façon qui Lui déplaît, car ils ne craignent pas Sa parole. L’idée même de craindre la parole de Dieu est un concept inconnu et difficile pour eux. Cependant, Dieu nous dit par le prophète Ésaïe : « Et voici à qui je regarde : à celui qui est humble, qui a l’esprit abattu, et qui tremble à ma parole […] Puisqu’ils ont choisi leurs voies et que leur âme prend plaisir à leurs abominations, moi aussi, je choisirai leur ruine, et je ferai venir sur eux ce qu’ils redoutent ; parce que j’ai appelé et nul n’a répondu, j’ai parlé et ils n’ont point écouté, mais ils ont fait ce qui est mal à mes yeux, et ils ont choisi ce qui me déplaît » (Ésaïe 66 :2-4, Ostervald).

Mendelssohn a mis en musique les paroles d’Élie et du serviteur du roi comme un témoignage pour le public et, au fil des siècles, Dieu a appelé des gens pour remplir de tels rôles. Le jour arrive où deux individus recevront une puissance venue de Dieu pour témoigner de façon miraculeuse contre notre monde rebelle. « Je donnerai à mes deux témoins le pouvoir de prophétiser, revêtus de sacs, pendant mille deux cent soixante jours […] Ils ont le pouvoir de fermer le ciel, afin qu’il ne tombe point de pluie pendant les jours de leur prophétie; et ils ont le pouvoir de changer les eaux en sang, et de frapper la terre de toute espèce de plaies, chaque fois qu’ils le voudront » (Apocalypse 11 :3, 6).

Le rôle de ces deux individus ressemblera à celui des prophètes des temps anciens, en accomplissant des miracles et en expliquant aux nations la nécessité de se repentir. Malheureusement, l’histoire de l’ancien Israël montre que peu de gens se repentent et changent, même en présence de miracles divins et de la manifestation de la puissance de Dieu. Et lorsqu’ils le font, ils retournent rapidement à leurs confortables habitudes pécheresses. L’Histoire montre que ce fut le cas pour l’ancien Israël, qui fut averti à de nombreuses reprises des conséquences de ses choix, mais qui n’a jamais saisi la vue d’ensemble.

De la même manière, les peuples actuels ne comprennent pas ! Certains sont séduits en croyant à l’évolution athéiste. D’autres ont grandi dans des cultures non-chrétiennes. Mais ceux qui grandissent dans ce qu’ils croient être des religions basées sur la Bible sont également séduits. Ils sont séduits en pensant qu’ils peuvent mélanger des doctrines et des pratiques païennes à celles de la Bible. Dieu n’est pas davantage satisfait de nos jours qu’Il ne L’était lorsqu’Achab et Jézabel mélangèrent l’adoration de Baal avec celle du vrai Dieu.

Qu’en est-il de vous ?  S’il existe une vie après la mort, vos choix actuels sont importants ! Comprenez-vous cela ? Dans l’affirmative, qu’allez-vous faire ? Allez-vous continuer à mélanger « l’adoration de Baal » avec celle du vrai Dieu ? Ou aurez-vous le courage de changer votre vie et de rencontrer d’autres personnes qui « ne s’agenouillent pas devant Baal » ? Si vous êtes intéressé de rencontrer ces gens, veuillez contacter notre bureau régional le plus proche de chez vous, dont vous trouverez les adresses en page 4 de cette revue.