Notes de veille

Commenter cet article

Au cours de Son ministère terrestre, Jésus-Christ mit l’accent sur l’importance de veiller, ou de surveiller, l’époque à laquelle nous vivons et de prier afin que nous soyons prêts pour Son retour : « Ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez » (Marc 13 :37). Dans cette rubrique, nous souhaitons vous tenir informé des actualités et des événements dignes de retenir votre attention. Notre monde change rapidement et nous voulons vous aider à accomplir l’exhortation du Christ de veiller.


Marc 13 :37 | “Ce que je vous dis, je le dis à tous : Veillez.”

 

Catastrophe aux Bahamas

Le 1er septembre, l’ouragan Dorian, classé en catégorie 5, a dévasté le nord de l’archipel des Bahamas. Cet ouragan, « le plus puissant jamais enregistré aux Bahamas » a frappé l’archipel avec des rafales de vents atteignant 320 km/h (News-24.fr, 9 septembre 2019). Le dernier bilan au 30 septembre faisait état de 56 morts, mais il devrait s’alourdir.

Selon les Nations unies, 70.000 personnes ont besoin de nourriture et d’abri (RFI, 8 septembre 2019). La dévastation est profonde et extrême. Mark Green, directeur de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), a déclaré qu’il avait été « frappé par la nature ciblée de la dévastation » sur les îles Abacos, « comme si une bombe nucléaire avait été larguée » sur certaines zones. Les habitants n’ont ni nourriture, ni eau, ni médicaments, ni carburant.

La destruction totale des îles Abacos est alarmante et déchirante. Le fait que nous subissions de telles dévastations au 21ème siècle montre combien nous sommes vulnérables aux forces naturelles. Notre brochure Qui contrôle le temps ? explique ce qui relie ces forces extrêmes, la souveraineté de Dieu, les choix des hommes et notre avenir proche.

 

Le pouvoir filtrant des fruits de mer

Les mollusques et les crustacés – dont les homards, les huîtres, les moules et les crabes – sont consommés et appréciés dans le monde entier, mais peu de gens se rendent compte qu’ils dégustent des créatures que Dieu a créées pour un but bien différent. « Les moules qui filtrent jusqu’à 25 litres d’eau par jour ingèrent aussi des microplastiques, pesticides et bactéries […] Les moules qui pompent et filtrent l’eau pour se nourrir de phytoplancton, stockent au passage tout ce qui passe, d’où la nécessité de règles sanitaires strictes pour celles destinées à la consommation » (Futura-sciences, 12 août 2019).

Puisque les moules stockent les contaminants qu’elles filtrent, elles sont d’excellents bioindicateurs de la santé des eaux où elles évoluent. Les scientifiques utilisent désormais les moules pour déterminer quelles toxines sont présentes dans les milieux aquatiques et des chercheurs envisagent de « déployer » des moules et des huîtres pour débarrasser les eaux polluées des microplastiques, pesticides, bactéries et autres toxines environnementales.

Pourtant, ces mêmes scientifiques devraient revoir leur position lorsqu’ils déclarent que les moules sont propres à la consommation ! Dans notre revue de juillet-août 2019, l’article « Voulez-vous vraiment manger cela ? », rédigé par Dr Douglas Winnail, montre que les fruits de mer sont des charognards – les « éboueurs » du monde aquatique – et que Dieu n’a jamais prévu qu’ils soient une source de nourriture pour les êtres humains (Lévitique 11 :9-12).

 

Il n’y a pas de “gène gay”

Dans une étude menée sur près de 500.000 personnes aux États-Unis, au Royaume-Uni et en Suède, les chercheurs ont déterminé qu’il « n’existe pas de “gène gay” unique qui motive le comportement sexuel d’une personne ». En revanche, il existerait « des milliers d’autres marqueurs impliqués » dans l’orientation sexuelle (SciencePost.fr, 30 août 2019). Ces chercheurs en concluent que « le comportement sexuel […] n’est pas défini par un gène unique, mais par un mélange complexe d’influences génétiques et environnementales ». Autrement dit, l’homosexualité n’est pas présente dès la naissance. Un des co-auteurs de l’étude a déclaré : « De ce fait, il est impossible de prédire le comportement sexuel d’un individu à partir de son génome », démontrant que le « “gène gay” est un mythe », selon les termes du journal.

 

Des relations fragiles entre l’Allemagne et les États-Unis

Selon le journal allemand Der Spiegel : « Jamais depuis la fondation de l’Allemagne d’après-guerre les relations entre Berlin et les États-Unis n’ont été aussi fragiles qu’aujourd’hui » (21 août 2019). Le président Trump et la chancelière Merkel communiquent très peu et n’ont pas de bonnes relations. En plus des commentaires du président Trump selon lesquels l’Allemagne doit payer davantage pour la défense de l’Europe, l’ambassadeur des États-Unis en Allemagne a fait des déclarations provocatrices sur la politique intérieure de l’Allemagne.

Le journal note que la majorité des Allemands voient d’un mauvais œil leur relation avec l’Amérique. Plus de 40% des Allemands considèrent la Chine comme un partenaire plus fiable que les États-Unis.

Les événements actuels poussent l’Allemagne à jouer un rôle plus important sur la scène mondiale. Les prophéties bibliques révèlent qu’une Europe dirigée par l’Allemagne émergera pour jouer un rôle majeur qui affectera le monde dans les années précédant le retour de Jésus-Christ à la fin de cette ère. Pour en savoir plus sur cette superpuissance, demandez notre brochure gratuite La bête de l’Apocalypse.

 

Nouvelle découverte archéologique en faveur de la Bible

L’archéologie continue de renforcer l’exactitude historique de la Bible. « Les archéologues du  mont Sion et de la Vieille Ville de Jérusalem ont découvert […] une preuve de la conquête babylonienne de la ville » (Times of Israel, 14 août 2019).

Les archéologues ont mis au jour une boucle d’oreille en or au milieu de pointes de flèches et de tessons de poterie – des objets qui ne se trouvent généralement pas ensemble sur les sites de fouilles. Le professeur d’histoire Shimon Gibson a confié qu’il « est rare de retrouver des bijoux sur des lieux de bataille, car c’est exactement le type de chose que des assaillants pilleront » (ibid.). Il a ajouté que « la découverte de ce bijou rare est la première fois que des archéologues découvrent des preuves de la présence “d’élites”, semblant confirmer les descriptions bibliques de la richesse de Jérusalem avant la conquête de 587 à 586 av. J.-C. » et que cette découverte constitue « une indication claire de la richesse des habitants de la ville au moment du siège » (CNN, 14 août 2019).

La Bible rapporte la destruction de Jérusalem sous le règne babylonien de Nebucadnetsar – un événement qui a été conservé dans les Écritures depuis des milliers d’années (cf. 2 Rois 25, ainsi que Jérémie 39 et 52). Plus les découvertes historiques et scientifiques progressent, plus l’exactitude du texte biblique continue d’être confirmée.

 

Le corps des enfants envahis par du plastique

Entre 2014 et 2017, le ministère allemand de l’Environnement et l’institut Robert Koch ont examiné des échantillons de sang et d’urine de 2500 enfants. L’étude a découvert des sous-produits plastiques dans 97% de ces échantillons. Un des auteurs a déclaré : « Notre étude montre clairement que les ingrédients plastiques, qui sont de plus en plus utilisés dans la vie quotidienne, sont aussi de plus en plus présents dans le corps » (Deutsche Welle, 14 septembre 2019).

Selon ces chercheurs, « le plastique utilisé dans les produits d’entretien, les vêtements imperméables, les emballages alimentaires et les ustensiles de cuisine entrent souvent en contact avec le corps ». Cependant, les plastiques venant des ustensiles de cuisine antiadhésifs et des vêtements imperméables sont ceux qui préoccupent le plus les scientifiques, car ils sont dangereux pour le système reproductif et le foie. « Les sous-produits plastiques perturbent aussi les fonctions hormonales, pouvant entraîner de l’obésité, des troubles de la reproduction, des cancers et des retards de développement chez les enfants. » Les plus jeunes et ceux des familles les plus pauvres avaient les niveaux les plus élevés de particules de plastique dans leur corps.

 

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +