L’ascension et la chute des nations

Commenter cet article

L’Histoire est parsemée de vestiges et de cendres des grands empires qui ont disparu. Les nations actuelles peuvent-elles apprendre les leçons que leurs prédécesseurs ont ignorées ?


La Chine est en train de retrouver son statut de superpuissance économique et politique. L’Empire britannique s’est effondré et le Royaume-Uni pourrait ne pas survivre au Brexit. Depuis environ 6000 ans, la civilisation a vu de puissantes nations s’élever et s’effondrer, depuis l’ancienne Babylone jusqu’à nos jours. Une dernière superpuissance, ou un dernier empire prophétisé doit encore apparaître.

En début d’année, Gerald Weston, le rédacteur en chef de cette revue, rappelait que les États-Unis s’approchaient de la fin de leur domination mondiale :

« Les États-Unis sont encore la nation dominante dans le monde, mais cela ne durera pas toujours, à la grande surprise de nombreux Américains. Aucun empire n’a perduré éternellement. Nous pouvons imaginer que les citoyens des civilisations passées espéraient que leur gouvernement perdure. La cité “imprenable” de Babylone et son puissant empire tombèrent en une seule nuit aux mains des Mèdes et des Perses. Ils n’avaient pas vu venir leur chute. L’Empire perse s’effondra à son tour suite aux conquêtes téméraires d’Alexandre le Grand et de son Empire gréco-macédonien, qui lui-même tomba sous les coups de Rome. Comme nous le savons, la puissance et la domination romaines touchèrent aussi à leur fin. Beaucoup de gens dans le monde cherchent à faire tomber les États-Unis, mais peu de gens savent comment remplir ce vide, ni quelles en seront les conséquences » (“Notre meilleur espoir”, Le Monde de Demain, janvier-février 2019).

Pendant plus de 200 ans, les États-Unis ont été une grande puissance sur la scène mondiale. Mais dans les années qui ont suivi la chute de l’Union soviétique et dans le sillage de la guerre universelle contre le terrorisme, les États-Unis sont sur le déclin, tandis que d’autres puissances mondiales augmentent leur force politique, économique et militaire.

Cela ne devrait pas nous surprendre. Les empires mondiaux du passé ont disparu. L’historien grec Hérodote écrivit ainsi au sujet du grand Empire babylonien qui avait conquis de nombreuses nations, dont le royaume de Juda : « Babylone est la plus célèbre et la plus forte […] Elle est si magnifique, que nous n'en connaissons pas une qu’on puisse lui comparer » (Histoire d’Hérodote, tome 1, librairie Charpentier, pages 113-114, traduction Pierre-Henri Larcher).

Qu’est-il arrivé à Babylone ? Sa dépravation a provoqué un jugement divin. Alors que nous voyons le Dieu de la Bible être rejeté autour de nous, devrions-nous espérer un avenir différent pour nos nations ? Notez la célèbre phrase du philosophe Georg Hegel : « L’histoire et l’expérience enseignent que les peuples n’ont absolument rien appris de l’histoire » (La philosophie de l’histoire, La Pochotèque, page 119, traduction Myriam Bienenstock).

Que pouvons-nous apprendre du passé ? Que révèle la Bible au sujet de l’avenir ? Le prophète Daniel avait annoncé l’ascension et la chute de grands empires, dont l’Empire romain. Qu’est-il arrivé à cet empire ? Il perdura plus de 500 ans après la République romaine, mais la première mouture de ce puissant empire prit fin en 476 apr. J.-C.

Les empires modernes ont connu le même sort. Au 20ème siècle, le « Troisième Reich » allemand étendit son contrôle sur une grande partie de l’Europe et de l’Afrique du Nord. Une des ambitions d’Adolf Hitler était de conquérir l’Union soviétique, mais il échoua. Les alliés finirent par terrasser le Troisième Reich. L’Union soviétique était constituée de 15 républiques qui s’étendaient sur près de 18.000 km d’est en ouest. Cette superpuissance s’enorgueillissait de son idéologie communiste. Elle se battit pour gagner le cœur des peuples et des nations dans le monde – mais elle finit également par échouer.

 

La chute prophétisée des nations !

Qui aurait pu prédire la chute d’une telle superpuissance ? Vous serez peut-être surpris d’apprendre qu’un petit groupe de chrétiens croyant à la Bible comprenait que les nations d’Europe de l’Est allaient échapper à la main de fer soviétique. Comment ces gens le savaient-ils ? Les prophéties bibliques annoncent la montée d’une autre superpuissance, appelée la « bête » dans le livre de l’Apocalypse. Il y a plus de 65 ans, M. Herbert Armstrong avait écrit avec assurance que l’Allemagne de l’Est et de l’Ouest seraient réunifiées, et que la Russie « serait forcée à relâcher son contrôle sur la Hongrie, la Tchécoslovaquie et une partie de l’Autriche » (The Good News, avril 1952).

Peu après l’invasion de la Hongrie par la Russie en 1956, de nombreux « spécialistes » croyaient que le « rideau de fer » allait isoler pour toujours les nations d’Europe de l’Est. Mais la revue The Plain Truth (publiée en français à partir de 1963 sous le titre La Pure Vérité) faisait cette déclaration surprenante : « La voie se prépare pour l’arrivée d’une troisième force colossale sur la scène politique mondiale – une fédération de nations européennes qui sera plus puissante que la Russie ou les États-Unis ! […] Nous avons montré, des années à l’avance, ce qui arriverait à l’Empire russe malade en Europe de l’Est » (décembre 1956).

Au début du 20ème siècle, les gens disaient que « le soleil ne se couche jamais sur l’Empire britannique ». Mais en l’espace d’un siècle, cet empire s’est effondré. Après une ultime expansion à la fin de la Seconde Guerre mondiale, un processus de décolonisation s’enclencha rapidement et en 1960 la Grande-Bretagne avait déjà abandonné les territoires comprenant l’Inde, le Pakistan, la Birmanie, le Sri Lanka, l’Irak, le Ghana, le Nigeria, la Somalie, de vastes portions de l’Afrique subsaharienne, une partie de l’Égypte et du Soudan, ainsi que son mandat en Palestine – sans oublier la restitution de Hong Kong à la Chine en 1997. Pendant une ou deux générations, la Grande-Bretagne chercha à retrouver sa gloire passée au sein de l’Union européenne, mais cette tentative s’est évanouie avec le déclenchement du Brexit, après que les électeurs britanniques ont voté pour quitter l’Union européenne. De la même manière, en 80 ans, les possessions françaises sont passées de 12 millions de km² à l’aube de la Seconde Guerre mondiale à moins de 120.000 km² de nos jours.

Le président américain Donald Trump a fait campagne sous le slogan Make America Great Again (Rendre sa grandeur à l’Amérique). Réussira-t-il ou les États-Unis vont-ils décliner comme la Grande-Bretagne, la Grèce et Rome ? Vous pouvez savoir quelles nations et quels empires s’élèveront et disparaîtront au 21ème siècle. Les prophéties bibliques révèlent l’avenir des nations si vous connaissez les clés vous permettant d’identifier les descendants actuels des anciennes nations bibliques.

 

Se souvenir ou répéter le passé

Le célèbre philosophe George Santayana nous rappela que « ceux qui ne peuvent se souvenir du passé sont condamnés à le répéter » (“Vie de raison”, dicocitations.lemonde.fr). Dans le monde occidental, apprendrons-nous les leçons de l’Histoire ? Ou suivrons-nous le même chemin que les grands royaumes et les empires qui se sont élevés et qui se sont effondrés avant nous ?

Le roi babylonien Belschatsar fait partie des dirigeants qui auraient dû apprendre les leçons de l’Histoire. Cependant, il persista dans son mode de vie impie en entraînant son peuple dans la débauche. Son empire en paya le prix. Cette leçon importante est rapportée par l’Histoire – et dans les pages de la Bible. Le prophète Daniel se trouvait dans la cité de Babylone la nuit où elle fut conquise par l’armée perse. Par l’intermédiaire de Daniel, Dieu fit savoir au roi Belschatsar ce qui allait lui arriver, ainsi qu’à son empire. Ces événements sont rapportés au chapitre 5 du livre de Daniel. Le roi Belschatsar organisa un festin pour les nobles de sa cour. Ils burent du vin dans des coupes d’or pillées dans le temple de Dieu à Jérusalem. Au même moment, « apparurent les doigts d’une main d’homme, et ils écrivirent, en face du chandelier, sur la chaux de la muraille du palais royal. Le roi vit cette extrémité de main qui écrivait. Alors le roi changea de couleur, et ses pensées le troublèrent ; les jointures de ses reins se relâchèrent, et ses genoux se heurtèrent l’un contre l’autre » (Daniel 5 :5-6).

Le roi fit venir Daniel pour interpréter l’inscription. Mais qu’avait-elle de mystérieux ? « Voici l’écriture qui a été tracée : Compté, compté, pesé, et divisé. Et voici l’explication de ces mots. Compté : Dieu a compté ton règne, et y a mis fin. Pesé : Tu as été pesé dans la balance, et tu as été trouvé léger. Divisé : Ton royaume sera divisé, et donné aux Mèdes et aux Perses » (versets 25-28). Puis « cette même nuit, Belschatsar, roi des Chaldéens, fut tué. Et Darius, le Mède, s’empara du royaume, étant âgé de soixante-deux ans » (versets 30-31).

De nos jours, les signaux d’avertissements s’adressent aux nations de souche israélite – dont les États-Unis, la Grande-Bretagne, la France, le Canada, la Suisse, les Pays-Bas, la Belgique et les pays scandinaves. En effet, nos nations occidentales deviennent de plus en plus décadentes et immorales. Si nous continuons à ignorer, à mépriser et à rejeter les Dix Commandements, ainsi que la parole de Dieu (la Bible), nous subirons davantage de catastrophes – jusqu’à ce que nous comprenions que nous devons chercher Dieu de tout notre cœur ! Le prophète Ésaïe nous adressa cette exhortation, cet encouragement et cette promesse : « Cherchez l’Éternel pendant qu’il se trouve ; invoquez-le, tandis qu’il est près. Que le méchant abandonne sa voie, et l’homme d’iniquité ses pensées ; qu’il retourne à l’Éternel, qui aura pitié de lui, à notre Dieu, qui ne se lasse pas de pardonner » (Ésaïe 55 :6-7).

Nous devons agir spirituellement dès maintenant ! Bien entendu, certains resteront sceptiques. Mais ceux qui cherchent Dieu à travers Sa parole recevront la compréhension et la paix d’esprit.

 

Une ancienne leçon

Comme nous l’avons vu, les empires s’élèvent, déclinent et disparaissent. Les nations occidentales apprendront-elles les leçons de l’Histoire ? Le roi Belschatsar avait ignoré les leçons qu’il aurait dû apprendre du roi Nebucadnetsar, un de ses prédécesseurs sur le trône de l’empire babylonien. Daniel rappela à Belschatsar les leçons qu’il aurait dû apprendre :

« Ô roi, le Dieu suprême avait donné à Nebucadnetsar, ton père [ton ancêtre], l’empire, la grandeur, la gloire et la magnificence ; et à cause de la grandeur qu’il lui avait donnée, tous les peuples, les nations, les hommes de toutes langues étaient dans la crainte et tremblaient devant lui. Le roi faisait mourir ceux qu’il voulait, et il laissait la vie à ceux qu’il voulait ; il élevait ceux qu’il voulait, et il abaissait ceux qu’il voulait. Mais lorsque son cœur s’éleva et que son esprit s’endurcit jusqu’à l’arrogance, il fut précipité de son trône royal et dépouillé de sa gloire ; il fut chassé du milieu des enfants des hommes, son cœur devint semblable à celui des bêtes, et sa demeure fut avec les ânes sauvages ; on lui donna comme aux bœufs de l’herbe à manger, et son corps fut trempé de la rosée du ciel, jusqu’à ce qu’il reconnaisse que le Dieu suprême domine sur le règne des hommes et qu’il le donne à qui il lui plaît » (Daniel 5 :18-21).

Nebucadnetsar avait essayé de régner sans reconnaître Dieu et il en subit des conséquences terribles ! Belschatsar ignora la leçon et il en paya le prix fort (Daniel 5 :22). Devrions-nous aussi apprendre les leçons de la manière difficile, ou devrions-nous prêter attention à Dieu et à Sa parole, la Bible ?

Lorsque Nebucadnetsar eut un songe qu’aucun de ses conseillers ne put lui expliquer, le prophète Daniel lui révéla non seulement le rêve, mais aussi son interprétation : « Ô roi, tu regardais, et tu voyais une grande statue ; cette statue était immense, et d’une splendeur extraordinaire ; elle était debout devant toi, et son aspect était terrible. La tête de cette statue était d’or pur ; sa poitrine et ses bras étaient d’argent ; son ventre et ses cuisses étaient d’airain ; ses jambes, de fer ; ses pieds, en partie de fer et en partie d’argile » (Daniel 2 :31-33).

Puis Daniel lui en révéla la signification : « Ô roi, tu es le roi des rois, car le Dieu des cieux t’a donné l’empire, la puissance, la force et la gloire ; il a remis entre tes mains, en quelque lieu qu’ils habitent, les enfants des hommes, les bêtes des champs et les oiseaux du ciel, et il t’a fait dominer sur eux tous : c’est toi qui es la tête d’or » (versets 37-38).

Dieu révéla à cette occasion la puissance et l’autorité que Lui-même, le Créateur de l’univers, donnait à la « tête d’or » – à Nebucadnetsar et à son royaume. Cependant, le songe annonçait aussi la fin de son royaume et l’établissement de ceux qui lui succéderaient : « Après toi, il s’élèvera un autre royaume, moindre que le tien ; puis un troisième royaume, qui sera d’airain, et qui dominera sur toute la terre. Il y aura un quatrième royaume, fort comme du fer ; de même que le fer brise et rompt tout, il brisera et rompra tout, comme le fer qui met tout en pièces » (versets 39-40).

Quels empires étaient décrits dans ce rêve ? De nos jours, des érudits bibliques réputés s’accordent sur leur identité. La tête d’or représentait l’Empire babylonien de 625 à 539 av. J.-C. Celui-ci fut remplacé par l’Empire médo-perse, représenté par la poitrine et les bras d’argent, de 558 à 330 av. J.-C. Le ventre et les cuisses d’airain représentaient l’Empire gréco-macédonien d’Alexandre le Grand, de 333 à 31 av. J.-C. Les jambes de fer symbolisaient l’Empire romain de 31 av. J.-C. à 476 apr. J.-C.

 

Une dernière résurgence

Finalement, les dix orteils, au bout des pieds de fer et d’argile, représentent une résurgence à venir de l’Empire romain. Les fondateurs modernes de l’Union européenne prirent l’Empire romain comme modèle en toute connaissance de cause. Même le Premier ministre actuel du Royaume-Uni, Boris Johnson, versé dans la littérature classique de la Rome et de la Grèce antiques, a salué les meilleurs aspects de l’Empire romain dans son livre Le rêve de Rome(1). Comme un critique le fit remarquer : « Le problème avec l’Union européenne, conclut Boris Johnson […] est qu’elle n’est rien d’autre que l’Empire romain » (The Guardian, 4 février 2006).

Le songe de Nebucadnetsar révèle que même la résurgence de l’Empire romain sera temporaire. Elle sera remplacée par ce que nous pourrions appeler un cinquième royaume – le Royaume de Dieu. « Tu regardais, lorsqu’une pierre se détacha sans le secours d’aucune main, frappa les pieds de fer et d’argile de la statue, et les mit en pièces. Alors le fer, l’argile, l’airain, l’argent et l’or, furent brisés ensemble, et devinrent comme la balle qui s’échappe d’une aire en été ; le vent les emporta, et nulle trace n’en fut retrouvée. Mais la pierre qui avait frappé la statue devint une grande montagne, et remplit toute la terre » (versets 34-35).

Que représente cette pierre qui détruisit la statue ? « Dans le temps de ces rois [symbolisés par les dix orteils], le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’un autre peuple ; il brisera et détruira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement » (verset 44).

 

Une nation peut-elle se repentir ?

Les sociétés qui se sont repenties de leurs voies pécheresses font figure d’exception dans l’Histoire. Ninive, la capitale de l’ancienne Assyrie, en fait partie – et cela a retardé le jugement de Dieu. Le prophète Jonas transmit l’avertissement de Dieu aux habitants de Ninive. « Jonas fit d’abord dans la ville une journée de marche ; il criait et disait : Encore quarante jours, et Ninive est détruite ! Les gens de Ninive crurent à Dieu, ils publièrent un jeûne, et se revêtirent de sacs, depuis les plus grands jusqu’aux plus petits. La chose parvint au roi de Ninive ; il se leva de son trône, ôta son manteau, se couvrit d’un sac, et s’assit sur la cendre » (Jonas 3 :4-6). Pouvez-vous imaginer de nos jours des dirigeants mondiaux s’humilier ainsi devant Dieu ?

Les Assyriens répondirent à l’avertissement de Jonas. Ils se repentirent de leurs voies pécheresses et Dieu les épargna. Cela eut lieu au 8ème siècle av. J.-C. – Dieu épargna Ninive pendant de nombreuses années. Il utilisa même cette nation pour punir l’ancien Israël et l’emmener en captivité. Après sa capture par les Assyriens, le « royaume du Nord » – Israël – se perdit dans l’Histoire et ses habitants commencèrent à être connus sous le nom des « dix tribus perdues ».

Le prophète Ésaïe rapporta l’objectif de Dieu lorsqu’Il utilisa l’Assyrie pour punir Israël : « Ha ! l’Assyrie, verge de ma colère ! Et le bâton qui est dans leur main, c’est mon indignation ! Je l’enverrai contre une nation profane ; et je lui donnerai un mandat contre le peuple de ma fureur, pour le butiner et le piller, et pour le fouler aux pieds comme la boue des rues. Mais lui n’en juge pas ainsi, et son cœur ne pense pas ainsi ; car il a au cœur de dévaster et de retrancher des nations, pas en petit nombre » (Ésaïe 10 :5-7, Darby).

Dieu avait averti le royaume d’Israël de se repentir, mais les habitants refusèrent de changer. En conséquence, les Assyriens conquirent les dix tribus de la maison d’Israël et les emmenèrent en captivité à l’est de l’Assyrie autour de l’an 721 av. J.-C.

Finalement, le répit de l’Assyrie fut aussi temporaire que son attitude de repentance. L’Histoire documente la cruauté de la nation et Dieu permit aux Mèdes de détruire Ninive en 612 av. J.-C.

Dieu envoya aussi des avertissements au royaume de Juda, mais la nation persista dans ses péchés. Dieu utilisa cette fois-ci le royaume de Babylone, sous le roi Nebucadnetsar, pour punir la maison de Juda. La majorité des Juifs furent déportés vers Babylone pendant une vingtaine d’années, jusqu’à la destruction de Jérusalem en 586 av. J.-C. Un jeune homme, Daniel, et trois de ses amis furent emmenés captifs et éduqués selon la culture et la littérature de Babylone. Mais ces jeunes hommes gardèrent fidèlement les valeurs divines qu’ils avaient apprises en Juda. Ainsi, Dieu put utiliser Daniel pour interpréter le songe de Nebucadnetsar – et apporter la bonne nouvelle d’un grand Royaume à venir qui durera éternellement !

 

Vous repentirez-vous ?

Même si votre nation ne prête pas l’oreille à la parole de Dieu, vous serez béni individuellement si vous croyez et agissez selon les vérités divines qui révèlent l’avenir des nations actuelles descendant des dix tribus perdues – dont les États-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, la France, la Belgique, la Suisse et la plupart des pays au nord-ouest de l’Europe. Si vous souhaitez en apprendre davantage sur l’ascension et la chute des nations de souche israélite, contactez le bureau régional le plus proche de votre domicile (adresses en page 4) pour recevoir un exemplaire gratuit de nos brochures Les États-Unis et la Grande-Bretagne selon la prophétie et Les pays de langue française selon la prophétie. Ces ouvrages vous dévoileront les origines bibliques des nations occidentales à travers la Bible et l’Histoire. Les prophéties bibliques révèlent ce que les historiens, les dirigeants mondiaux et les analystes politiques ne savent pas !

En tant que lecteur régulier du Monde de Demain, vous savez que la plupart des prophéties bibliques ont une « dualité » – un accomplissement passé, doublé d’un accomplissement à venir. Selon ce principe, les prophéties montrent que les descendants actuels des Assyriens puniront une fois encore les descendants des dix tribus perdues d’Israël à la fin des temps. Serez-vous prêt lorsque cela arrivera ? Connaissez-vous les signes à surveiller ? Continuez à lire le Monde de Demain et à étudier la Bible. Vous commencerez à comprendre les événements mondiaux sous l’éclairage des prophéties bibliques.

Que notre nation apprenne ou non les leçons de l’Histoire, vous et moi pouvons – et devons – nous repentir individuellement. Le jour du jugement divin contre l’échec des voies humaines est pour bientôt. Les nations et les individus qui se seront tournés vers Dieu seront bénis. N’attendez pas que votre pays change. Commencez dès à présent à chercher Dieu de tout votre cœur !

 

(1) The Dream of Rome

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +