Lire ce qui est vraiment écrit

Commenter cet article

Lisons-nous vraiment ce que la Bible dit ou ce que nous voulons bien y lire ?


Il arrive très souvent que les gens « lisent de travers ». Les instructions disent « faites ceci » mais les gens lisent « faites cela », parce qu’ils sont distraits, qu’ils pensent à autre chose ou qu’ils ont simplement mal lu les instructions – en lisant ce qu’ils pensaient y lire au lieu de ce qui est vraiment écrit.

Un de mes amis pensait un jour avoir gagné une grosse somme d’argent, après avoir reçu un bulletin de loterie par la poste. J’étais sceptique car j’avais déjà vu des courriers similaires qui essaient de vous faire croire que vous avez gagné, alors que ce n’est pas le cas. Il me demanda de venir et de le lire moi-même. J’ai rapidement parcouru le bulletin, puis je l’ai lu à voix haute à mon ami, en insistant sur les phrases clés. Il comprit alors qu’il avait « lu de travers ». Pour sa défense, je dois admettre que c’était très mal rédigé – peut-être dans le but volontaire d’embrouiller le destinataire.

Les gens lisent aussi la Bible de travers. Des croyances bien ancrées peuvent empêcher un individu de lire ce qu’un verset déclare réellement. Il y a tellement d’idées préconçues qui peuvent obscurcir l’esprit d’une personne. Nous pouvons alors « lire » nos propres idées dans la parole de Dieu – mais les Écritures doivent être lues avec prudence et objectivité afin d’y trouver ce que Dieu déclare réellement.

Par exemple, la Bible déclare sans ambages que les morts seront ressuscités (par ex. Luc 20 :35). Peu de gens argumenteraient contre l’idée de la résurrection, mais certains vont débattre du moment où elle aura lieu. La plupart de ceux qui se disent chrétiens croient que les morts vont immédiatement au paradis ou en enfer. Mais la Bible montre clairement qu’aucune résurrection des morts n’aura lieu avant le retour du Christ.

Paul montra clairement cela : « Voici, en effet, ce que nous vous déclarons d’après la parole du Seigneur : nous les vivants, restés pour l’avènement du Seigneur, nous ne devancerons pas ceux qui sont décédés. Car le Seigneur lui-même, à un signal donné, à la voix d’un archange, et au son de la trompette de Dieu, descendra du ciel, et les morts en Christ ressusciteront premièrement » (1 Thessaloniciens 4 :15-16).

Jésus déclara : « La volonté de celui qui m’a envoyé, c’est que je ne perde aucun de tous ceux qu’il m’a donnés, mais que je les ressuscite au dernier jour. La volonté de mon Père, c’est que quiconque voit le Fils et croit en lui ait la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour […] Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour » (Jean 6 :39-40, 54).

Lorsque Lazare mourut, Jésus le ressuscita à la vie physique et Il dit à Marthe : « Ton frère ressuscitera. Je sais, lui répondit Marthe, qu’il ressuscitera à la résurrection, au dernier jour » (Jean 11 :23-24). Marthe savait à quelle époque la résurrection aurait lieu.

Le Christ a également dit : « Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n’était pas, je vous l’aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m’en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi » (Jean 14 :2-3). Quand ? Nous trouvons encore la même réponse ! « Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés » (1 Corinthiens 15 :51-52).

 

Prêt à apprendre de nouvelles choses

Lire la parole de Dieu à travers le prisme de nos idées préconçues est un véritable obstacle pour découvrir nos erreurs. En effet, il est difficile d’apprendre quelque chose de nouveau, lorsque nous sommes pleinement convaincus de connaître déjà la réponse !

Mais si nous mettons de côté ce que nous pensions savoir, nous serons frappés de voir combien de vérités nous échappaient, alors qu’elles étaient juste sous nos yeux.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +