Tourner le dos au flirt, pas aux bonnes fréquentations

Commenter cet article

De nombreux parents cherchent des directives claires et pratiques pouvant les aider à orienter leurs enfants pendant leurs années d’apprentissage. En particulier, comment pouvons-nous aider nos enfants à poser les jalons pour un mariage réussi et heureux ?

Pendant plus de 20 ans, le bestseller J’ai tourné le dos au flirt de Joshua Harris proposait un espoir aux parents. Les enseignements et la philosophie de Harris ont touché la corde sensible de millions de jeunes et généré toute une idéologie. Ironie de l’histoire, Harris lui-même a changé son point de vue en 2018 en délaissant cette idéologie et en divorçant une année plus tard de la femme qu’il avait rencontrée et fréquentée en suivant les principes édictés dans son propre livre.

Mieux vaut partir sur des bases plus solides en ne nous tournant pas vers des idéologies ou des modes en termes de fréquentations, mais en nous appuyant plutôt sur des principes qui ne reposent pas sur un auteur ou un orateur populaire.

Les livres de Harris contenaient à la fois des principes solides et d’autres issus de l’imagination humaine – avec de bonnes intentions. Mais quelle que soit la justesse des principes mentionnés dans ses livres, ils ont été discrédités par ses décisions ultérieures.

Existe-t-il des principes bibliques au sujet des fréquentations pour les jeunes qui s’approchent de l’âge adulte ?

La réponse est oui. Et ils n’ont rien à voir avec le flirt. Au contraire, ils enseignent la bonne façon de fréquenter en comprenant comment nos enfants ont été conçus par leur Créateur pour devenir des adultes.

Que signifie “sortir ensemble” ?

Commençons par définir les termes. Le monde a corrompu les expressions « fréquentations », « rendez-vous » ou « sorties » dans ce contexte. Au départ, cela désigne seulement une activité pendant laquelle des individus du sexe opposé apprécient la compagnie de l’autre. Une sortie peut inclure un ou deux couples, voire davantage de personnes pour une « sortie en groupe ». Il peut s’agir d’une conversation autour d’un café, une promenade dans un parc ou une activité plus sportive comme l’ascension d’un mur d’escalade. Une sortie peut être très intime, comme un dîner aux chandelles, ou impersonnelle avec une dizaine de personnes allant à la plage.

Puisqu’une « sortie » ou un « rendez-vous » peut inclure un large éventail d’activités, avec un nombre variable de participants, que devons-nous enseigner à nos enfants au sujet des sorties et des fréquentations ? Ils voudront sortir – et ce n’est pas une mauvaise chose ! Passer du temps avec des personnes de l’autre sexe est un désir naturel conçu par Dieu. Proverbes 30 décrit poétiquement cette attraction naturelle : « Il y a trois choses qui sont trop merveilleuses pour moi, et même quatre que je ne comprends pas : le chemin que suit l’aigle dans le ciel, celui du serpent sur le rocher, celui du navire en haute mer et celui de l’homme chez la jeune fille » (versets 18-19, Semeur).

Vu qu’il existe de nombreuses idées et points de vue à ce sujet, quels sont les bons principes que nous pouvons utiliser en tant que parents pour aider nos enfants à passer d’une « sortie de groupe » à un rendez-vous en tête-à-tête, pour finalement fréquenter quelqu’un sérieusement dans le but de se marier ? La réponse implique de comprendre les trois étapes principales du développement d’un enfant.

Des étapes pour apprendre

La première étape est l’enfance – elle se termine généralement vers 12-13 ans. Pendant cette période, l’enfant dépend de ses parents pour son bien-être. La parole de Dieu dit que « La folie est attachée au cœur de l’enfant ; la verge de la correction l’éloignera de lui » (Proverbes 22 :15). Pendant cette étape, les enfants sont physiquement et émotionnellement immatures. À cet âge-là, ils se tournent plus facilement vers leurs parents que vers les autres enfants et c’est tout à fait naturel. Ils apprennent à devenir responsables et une sortie ou un rendez-vous « amoureux » ne devrait même pas entrer en ligne de considération.

La deuxième étape est appelée l’adolescence et elle s’étale plus ou moins de 13 à 18 ans, bien que le niveau de maturité varie d’un enfant à un autre. Pendant ces années, nos enfants apprennent à exercer une indépendance limitée, mais ils dépendent toujours de leurs parents pour leur bien-être physique. Les activités de groupe sont particulièrement importantes pendant ces années-là afin d’apprendre des leçons très utiles et d’acquérir des compétences dont nos enfants auront besoin pendant leur vie.

Au cours de cette étape, les jeunes se tournent davantage vers leurs pairs, en apprenant à développer des relations personnelles. Ils apprennent que le fait d’être aimables et amicaux forge de bonnes amitiés aussi bien avec des filles que des garçons. Des parents sages les guideront et les encourageront à faire la connaissance et à interagir avec beaucoup de jeunes différents des deux sexes. Les parents qui conseillent leurs adolescents à ne pas être exclusifs dans leurs relations, aussi bien pour les filles que les garçons, les entraînent à respecter le principe divin de traiter tout le monde avec respect, pas seulement ceux/celles qui les impressionnent ou bien ceux qu’ils ou elles voudraient impressionner (cf. Actes 10 :34).

En grandissant, ils deviennent de plus en plus matures d’un point de vue physique, mais leur maturité émotionnelle est encore loin d’être ce qu’elle sera à l’âge adulte. Pendant l’adolescence, les hormones apportent des transformations et ils commencent à ressentir de l’attraction pour le sexe opposé. Pour les jeunes hommes, les passages bibliques les avertissant de contrôler leur désir à l’égard des jeunes femmes (par ex. Proverbes 6 :25 ; Matthieu 5 :28) prennent tout leur sens, alors qu’ils commencent à regarder les filles différemment de lorsqu’ils étaient enfants. Cependant, bien que les jeunes puissent faire preuve de responsabilité et prendre de bonnes décisions au cours de cette étape, ils ne sont pas encore prêts à prendre un engagement permanent comme le mariage.

Les parents qui insistent à ce que leurs adolescents évitent de former des relations exclusives leur rendent un grand service en les aidant à ne pas franchir des limites physiques et émotionnelles importantes. Mais ils les aident aussi à développer des compétences pour forger de nombreuses amitiés qui leur donnent la liberté de découvrir et d’identifier les traits de caractère qu’ils espèrent trouver chez leur partenaire, le moment venu.

Il est important de comprendre qu’un « rendez-vous » ou une « sortie » n’implique pas une relation exclusive. Dans les dernières années de cette deuxième étape, nos adolescents peuvent être suffisamment responsables pour sortir avec un autre couple, voire un rendez-vous en tête-à-tête si les circonstances s’y prêtent. Bien entendu, c’est la maturité, pas seulement l’âge, qui doit être prise en compte. Pour ceux qui sont prêts, les fréquentations peuvent faire partie de leur entraînement, en leur donnant l’occasion de mettre en pratique l’amabilité, la politesse et le respect. Les garçons peuvent pratiquer le fait de « prendre l’initiative » et les filles peuvent exercer la compétence de se laisser guider par un jeune homme.

Il est important de se souvenir que même à la fin de l’adolescence, nos enfants en sont encore à une étape où ils ne sont pas prêts à prendre un engagement pour la vie entière. Généralement, ils ne sont pas prêts en termes de finance, d’éducation et de maturité émotionnelle pour s’engager dans le mariage (cf. Proverbes 24 :27). Pendant cette étape, qu’il s’agisse de sorties en groupe ou en tête-à-tête, ce n’est pas encore le moment de fréquenter d’une manière exclusive.

Une fondation pour leur avenir

Lorsque ces étapes ont été franchies avec succès, nos enfants sont bien mieux préparés à entrer dans la troisième étape, l’entrée dans la vie adulte – une étape avec ses propres caractéristiques, ses opportunités d’apprendre, de croître et, peut-être, de trouver un conjoint. En définitive, Dieu nous a conçus à éprouver ce désir : trouver notre alter ego, notre complément et un partenaire qui tiendra ses engagements (Genèse 2 :24). Les bonnes fréquentations – celles qui sont appropriées à toutes les étapes de la jeunesse – aident à poser les jalons pour un mariage durable.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +