fbpx Protéger nos enfants de la fausse Histoire | Le Monde de Demain

Protéger nos enfants de la fausse Histoire

Commenter cet article

« Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter » – George Santayana.

Les journaux sont remplis d’histoires sensationnelles de dirigeants politiques et de médias accusés de tordre les faits, voire de mentir – les fake news (fausses nouvelles). Mais une tendance aussi perturbante se développe de nos jours : la fausse Histoire. En entendant ce mot, certains auront en tête un professeur ennuyeux marmonnant son cours, tandis que la classe luttait pour ne pas s’endormir. Peut-être se demanderont-ils : En quoi un sujet aussi soporifique et fastidieux que l’Histoire peut-il être important ?

Tous ses aspects sont importants ! De nos jours, beaucoup de nos enfants apprennent une distorsion ridicule, voire dangereuse, du passé. Un panorama erroné de l’Histoire déforme leur vision d’eux-mêmes ; cela affecte aussi leurs choix actuels et futurs. Si vous ne croyez pas qu’une version faussée du passé est désormais enseignée, considérez les points suivants :

  • Open Syllabus rapporte que Le manifeste communiste de Karl Marx est le sixième texte le plus mentionné dans le programme d’Histoire – et le deuxième le plus mentionné en dehors des manuels scolaires (seule La République de Platon le devance).
  • Dans son enquête Global 100, la Ligue anti-diffamation rapporte que seulement 54% des gens dans le monde ont entendu parler de l’Holocauste – et 32% d’entre eux pensent que c’est un mythe ou que c’est très exagéré.
  • En 2016, un sondage de YouGov montrait que 26% des milléniaux croyaient que George Bush Jr était responsable de plus de morts que Joseph Staline.

Il n’est pas difficile de se rendre compte que les jeunes générations reçoivent une éducation bien différente de celle de leurs parents et de leurs grands-parents. Pourtant, il est essentiel que tous les enfants apprennent une version fidèle des leçons et des épreuves de l’expérience humaine. Le passé nous enseigne comment gérer le présent. De plus, il affecte notre vision de l’avenir ! En fait, il peut même déterminer si nous aurons un avenir.

Un récit fidèle du passé nous enseigne à éviter les erreurs de nos prédécesseurs. Comme l’apôtre Paul l’a écrit, en parlant du périple des Israélites dans le désert : « Ces choses leur sont arrivées pour servir d’exemples, et elles ont été écrites pour notre instruction, à nous qui sommes parvenus à la fin des siècles » (1 Corinthiens 10 :11). De nombreux philosophes laïcs ont exprimé la même idée, comme George Santayana : « Ceux qui ne se souviennent pas du passé sont condamnés à le répéter » (Vie de Raison ; cité dans Les chercheurs de dieux, Claude Roy, éditions Gallimard, page 225).

Un jour, le relais de la vérité sera passé à nos enfants et ils devront à leur tour le transmettre à leur progéniture. Ce processus est décrit dans les Écritures : « Il a établi un témoignage en Jacob, il a mis une loi en Israël, et il a ordonné à nos pères de l’enseigner à leurs enfants, pour qu’elle soit connue de la génération future, des enfants qui naîtraient, et que, devenus grands, ils en parlent à leurs enfants, afin qu’ils mettent en Dieu leur confiance » (Psaume 78 :5-7).

Nous devons assurément transmettre une vision fidèle de l’Histoire à nos enfants. Mais comment enclencher ce processus essentiel ?

La Bible : un héritage vivant

La Bible n’est pas seulement un livre que nous lisons pour trouver du réconfort dans les moments difficiles. Ce n’est pas seulement un livre qui nous donne de l’inspiration et de l’encouragement. La Bible est le livre qui fournit la fondation pour comprendre notre expérience humaine, en nous donnant une perspective plus large de la portée de l’Histoire humaine. Elle devrait être le livre sur lequel nous établissons notre compréhension de l’Histoire, depuis la création de l’humanité jusqu’à notre époque.

Mais la plupart des gens qui possèdent une Bible ne la lisent même pas. Elle ne fait pas partie de leur vie quotidienne. Ils ne la considèrent pas comme une source historique crédible et elle n’influence pas leur présent. Comment voyez-vous la Bible ? Avez-vous accepté le mensonge disant que la Bible ne serait qu’un recueil de mythes et de légendes – qu’elle n’est pas pertinente pour notre vie au 21ème siècle, sauf pour fournir quelques mots de réconfort ou d’encouragement ?

Nous devrions tous nous poser cette question importante, particulièrement si nous nous soucions de la prochaine génération. Notez ce que l’apôtre Paul a écrit : « Toute Écriture est inspirée de Dieu, et utile pour enseigner, pour convaincre, pour corriger, pour instruire dans la justice, afin que l’homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne œuvre » (2 Timothée 3 :16-17).

Nous ne pouvons pas sélectionner les passages que nous aimons dans la parole de Dieu et rejeter le reste. Nous devons laisser la Bible tout entière nous enseigner et nous éduquer au sujet du Dieu vivant. Nous devons l’utiliser pour transmettre à nos enfants à la fois la compréhension de l’expérience humaine au fil de l’Histoire, ainsi que la connaissance de ce que Dieu attend de chacun d’entre nous. Le Dieu qui a inspiré la totalité de la Bible a l’autorité sur notre vie. Son Livre devrait modeler notre compréhension et guider nos décisions. Comme Jésus-Christ l’a expliqué dans Matthieu 4 :4 : « Il est écrit : L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »

La véritable Histoire est dans la Bible

Tout le monde ne croit pas que la Bible contienne la véritable Histoire. Richard Dawkins, un biologiste évolutionniste et un célèbre auteur athée, a écrit :

« Pour être honnête, une grande partie de la Bible n’est pas systématiquement mauvaise, mais tout simplement bizarre, comme si vous vous trouviez devant une anthologie constituée par un bric-à-brac hétéroclite de documents disparates, qui ont été composés, puis revus, traduits, déformés, et “améliorés” par des centaines d’auteurs, de correcteurs et de copistes anonymes, inconnus de nous et surtout les uns des autres sur neuf siècles » (Pour en finir avec Dieu, éditions Robert Laffont, traduction Marie-France Desjeux-Lefort).

La Bible est-elle vraiment un bric-à-brac hétéroclite bizarre et incertain ? Non ! En fait, cet article est bien trop court pour contenir les preuves montrant la validé de la Bible. (Pour découvrir ce sujet en profondeur, lisez notre brochure gratuite La Bible : Réalité ou fiction ?) Examinons une seule preuve de sa validité : la précision de sa conservation.

L’auteur Josh McDowell nous indique le nombre de fragments de manuscrits disponibles pour attester d’anciens écrits. En dehors des textes bibliques, l’Iliade d’Homère possède un des records avec plus de 1800 fragments connus. Il reste un peu plus de 250 fragments de La Guerre des Gaules de César, 210 pour Les dialogues de Platon et 33 pour les récits de l’historien romain Tacite. Quant à Hérodote, souvent appelé le « père de l’Histoire », une centaine de fragments de ses écrits ont été préservés (Josh.org ; Le Verdict : complément d’enquête, 2004, éditions Vida).

Combien de manuscrits entiers et de fragments du Nouveau Testament ont survécu ? Plus de 24.000 ! Oui, il y a plus de 24.000 textes et fragments de textes qui attestent de la précision et de la fiabilité du Nouveau Testament. Posez-vous la question : pourquoi le monde occidental n’accorde-t-il pas à la Bible le même niveau de fiabilité qu’aux textes d’Hérodote, de Tacite et de Platon, alors que les preuves de sa validité sont bien plus importantes ?

La réponse est que notre culture a des préjugés à peine cachés contre la Bible. La parole de Dieu est attaquée de toutes parts – mais elle reste véritable. « Le fondement de ta parole est la vérité, et toutes les lois de ta justice sont éternelles » (Psaume 119 :160). Paul fit écho à cela en écrivant : « Que Dieu […] soit reconnu pour vrai, et tout homme pour menteur » (Romains 3 :4).

Le Dieu de la Bible est le Dieu de vérité. Nous devons être des hommes et des femmes de vérité. Nous devons enseigner la vérité à nos enfants et ne pas permettre qu’ils soient troublés avec les idées erronées de la fausse Histoire. Laissez la Bible fournir la fondation solide de la vérité historique – pour vous-même et pour votre famille.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +