Q&R - Le baptême d’eau

Commenter cet article

Découvrez pourquoi la véritable Église de Dieu pratique le baptême d’eau par immersion complète.


QUESTION :

Plusieurs Églises utilisent de l’eau pour accomplir un rituel qu’elles appellent « baptême ». Quel est le but du baptême d’eau ? Quelle est la bonne façon de baptiser, selon la Bible ?

RÉPONSE :

Peu de personnes, dans le christianisme moderne, comprennent la véritable signification du baptême d’eau. Il y a également une grande confusion sur la manière dont le baptême devrait se faire. Certaines Églises aspergent ou versent un peu d’eau, alors que d’autres pratiquent l’immersion totale dans l’eau.

La plupart de ceux qui se disent chrétiens, aujourd’hui, pratiquent « l’aspersion ». Cependant, si le mot « aspersion » apparaît parfois dans le Nouveau Testament, ce n’est jamais en relation avec le baptême. Le mot « verser » est aussi mentionné plusieurs fois, mais jamais en relation avec le baptême.

Le mot « baptiser » vient du grec baptizo, signifiant « immerger », « plonger dans » ou « mettre dans ». Baptizo ne signifie ni « asperger », ni « verser ». Le mot grec pour « asperger » est rantizo, et pour « verser » cheo.

Donc, selon les mots utilisés dans la Bible, « asperger » ou « verser » ne sont pas baptizo. Baptême signifie immersion – être mis totalement sous l’eau.

La Bible nous dit que Jean-Baptiste baptisait « dans » la rivière Enon (Jean 3 :23). Si Jean avait pratiqué le baptême par aspersion, il ne lui aurait fallu qu’une infime quantité d’eau pour asperger les croyants repentants, ou d’une tasse pour verser. Mais baptiser requiert « beaucoup d’eau » (verset 23).

Bien que Jésus-Christ était sans péché, Il fut baptisé par Jean, pour laisser à Son Église un exemple à suivre (Matthieu 3 :13-15 ; 28 :19-20). Nous savons que Jésus a été immergé, car « il sortit de l’eau » (Matthieu 3 :16). Il ne pouvait pas « sortir de l’eau » s’Il avait été baptisé par aspersion, ou par un filet d’eau !

Lorsque Philippe baptisa l’eunuque éthiopien, ils « descendirent tous deux dans l’eau » (Actes 8 :38). Philippe n’aurait pas eu besoin d’aller « dans » l’eau pour asperger, ou pour verser de l’eau sur l’eunuque, si c’était la bonne manière de baptiser. Mais, pour plonger l’eunuque dans l’eau, Philippe devait aussi entrer dans l’eau.

Ces exemples montrent clairement que l’Église fondée par Jésus pratiquait le baptême par l’immersion totale dans l’eau. Et c’est ce baptême qui doit être pratiqué par Son Église, aujourd’hui !

Mais quel est au juste le but du baptême ? Que signifie le fait d’être immergé dans l’eau ? Le baptême d’eau n’a aucune conséquence mystique ou « magique ». Le seul effet physique, c’est que la personne est complètement mouillée de la tête aux pieds ! Mais Dieu ordonne le baptême comme un acte d’obéissance, par lequel nous prouvons notre foi en notre Sauveur vivant, Jésus-Christ, et dans Son sang qu’Il a versé pour le pardon de nos péchés. Dieu donne le don du Saint-Esprit au pécheur obéissant et pardonné (1 Pierre 1 :17-19 ; Apocalypse 1 :5 ; Actes 2 :38).

Pourquoi Dieu insiste-t-Il sur cet acte symbolique de l’immersion ? Le baptême symbolise la mort « du vieil homme », l’inhumation et la résurrection d’une « tombe » (Colossiens 2 :12-13 ; Romains 6 :3-13). Tout comme Jésus est mort pour nos péchés et a été inhumé, celui qui est baptisé meurt symboliquement et sa vie pécheresse est inhumée, puis il émerge de la « tombe » liquide dans laquelle il a été immergé. Tout comme Jésus a été ressuscité en « nouveauté de vie », notre sortie de l’eau du baptême symbolise notre résurrection pour une nouvelle vie dans l’obéissance à Dieu, libérée de nos anciens péchés, et de l’amende de la mort que ces péchés nous faisaient encourir (Romains 6 :23).

Le baptême est une manifestation symbolique de notre repentance sincère de nos péchés, et de notre désir d’enterrer notre vie pécheresse. Après le baptême, nous sortons de l’eau en reconnaissant que notre ancien moi, égoïste, vaniteux et pécheur, est mort, de sorte que nous pouvons commencer une nouvelle vie basée sur l’obéissance spirituelle aux commandements de Dieu, rendue possible par la puissance de Son Saint-Esprit.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +