La famine à venir : le troisième cavalier

Commenter cet article

Dans les nations d’Europe occidentale, d’Amérique du Nord et dans d’autres parties du monde où la nourriture est abondante – et où l’obésité est un problème constant – les mises en garde contre la famine peuvent sembler absurdes !


Pourtant, une grande partie de l’humanité souffre, quotidiennement, de la faim et des privations. Curieusement, de nombreux chefs religieux parlent d’amour, de paix et de tolérance, mais ils ignorent les prophéties des temps anciens relatives aux événements réels, que nous vivons aujourd’hui !

Jésus nous a prévenu que l’apparition de famines de plus en plus graves, à l’échelle mondiale, serait l’un des signes importants qui précéderait Son second Avènement (Matthieu 24 :3-8 ; Marc 13 :8 ; Luc 21 :11). Il utilise le symbole du troisième cavalier de l’Apocalypse – monté sur un cheval noir et tenant une balance dans la main – pour décrire une période de famines, qui marquera la fin de cet âge (Apocalypse 6 :5-6). D’après les prophéties, avant le retour du Christ, un quart de l’humanité périra, par les guerres, par les famines, à l’échelle mondiale, par les épidémies et par une série de catastrophes naturelles.

À notre époque moderne, cela ressemble à de la science fiction morbide, ou à une stratégie d’alarmistes pour effrayer les gens. C’est un sujet d’actualité dont on n’aime pas parler. Pourtant, les conditions actuelles montrent que le monde commence à ressembler à ce que la Bible a prédit depuis longtemps. Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, un tiers de la population mondiale souffre de la faim, et un autre tiers de malnutrition. Elle considère qu’un tiers seulement est bien nourri. Chaque année, des millions de personnes meurent de la faim – dont 100 millions d’enfants pour les seules années 90. Chaque minute, 23 enfants meurent de malnutrition et de maladies qu’on peut prévenir. Des famines provoquées par la sécheresse menacent la vie de 15 millions de personnes dans la Corne de l’Afrique (Ethiopie et Erythrée), et en Mauritanie (en Afrique du nord-est).

Dans les nations d’Afrique du Sud, ils sont 14 millions à lutter pour avoir suffisamment de nourriture. C’est la réalité de la vie d’aujourd’hui !

Bien que la plupart des souffrances actuelles de par le monde, provoquées par la famine, affectent le développement des régions en Afrique et en Asie du Sud-Est, les prophéties bibliques révèlent qu’une situation similaire se développera dans les riches nations occidentales. Il y a longtemps, Dieu dit à la maison d’Israël : « Un tiers de tes habitants mourra de la peste et sera consumé par la famine au milieu de toi ; un tiers tombera par l’épée [la guerre] autour de toi ; et j’en disperserai un tiers à tous les vents » (Ézéchiel 5 :12). Le manque de pluie et la sécheresse qui s’ensuit seront les grands facteurs qui contribueront à cette tragique situation (Lévitique 26 :19-20 ; Deutéronome 28 :23-24).

Le manque de pluie et les grandes sécheresses ne sont pas les seules causes des famines à notre époque. Un temps rigoureux ou imprévisible, lié aux conditions climatiques d’El Niño ou de La Niña, par exemple, peut provoquer des pluies torrentielles, des gelées et des tornades, qui détruisent les récoltes et qui entraînent une pénurie de nourriture. Les guerres, qui conduisent les fermiers à déserter la terre, réduisent la production de nourriture, perturbent les systèmes de distribution, et détruisent la nourriture entreposée. Souvent, les opposants politiques ont privé l’accès aux provisions. Dans certains pays d’Afrique, le rachat forcé des fermes a paralysé la production, supprimé des emplois, et augmenté le prix de la nourriture. La politique exercée sur les nations débiteuses par la Banque Mondiale, ou le Fond Monétaire International, a aussi engendré des conditions de famine dans certains milieux de la société. Les nations, qui ont été « encouragées » à augmenter leur production pour l’exportation au détriment de leurs besoins, deviennent souvent incapables de se subvenir à elles-mêmes. La diminution des petits fermiers ruraux au profit des grandes corporations conduit aussi beaucoup de personnes dans la pauvreté et les privations.

Nous finirons par payer le coût de la détérioration et de la destruction de l’environnement – et les factures continuent à grimper ! Les réserves de poissons dans les océans diminuent sérieusement, dévastées par les techniques de pêche industrielle. Des fléaux, comme la maladie de la vache folle, ont porté un sérieux préjudice à l’industrie du bœuf britannique, et menacé d’autres pays.

Des politiques malencontreuses menées par les gouvernements, amplifiées par la sécheresse, ont causé par le passé, des famines dévastatrices, et cela continue aujourd’hui. Les politiques coloniales britannique, hollandaise et française, ont fait des millions de morts en Irlande, en Afrique et en Asie du Sud (Floods, Famines, and Emperors, Fagan ; Late Victorian Holaucosts, Davis). Plus de 12 millions de personnes sont mortes de faim durant la politique dévastatrice de la Russie, de la collectivisation et de la centralisation – dont la rétention délibérée de Staline de la nourriture d’Ukraine, pour éliminer ses opposants politiques (Russia Under the Bolshevik Regime, Pipes ; The Harvest of Sorrow, Conquest). On estime que 30 millions de personnes sont mortes de faim durant le « grand bond en avant » de la Chine, à la fin des années 50, pour à peu près les mêmes raisons. Aujourd’hui, l’Union européenne veut centraliser le contrôle de l’approvisionnement alimentaire – l’agriculture, la pêche, le développement et la distribution alimentaire – une politique qui pourrait avoir des conséquences inquiétantes.

Lorsque Dieu fit sortir les Israélites d’Égypte, Moïse prophétisa que, s’ils obéissaient aux lois divines, ils seraient bénis par « des pluies en leur saison » et des récoltes abondantes. Mais, s’ils ignoraient les lois divines, Dieu briserait « l’orgueil de votre force », en rendant « votre ciel comme du fer, et votre terre comme de l’airain », et des épidémies désoleraient leurs troupeaux (Lévitique 26 :14-22). À cause de leur désobéissance, Dieu les mit aussi en garde en disant : « Vous sèmerez en vain vos semences : [car] vos ennemis les dévoreront », et « je vous briserai le bâton du pain [ou, je vous priverai de pain] » (Lévitique 26 :16, 26). Plus tard, outre la destruction de leurs récoltes par la sécheresse et les insectes, Dieu avertit Israël : « Tu seras tous les jours opprimé, dépouillé », et les troupeaux seront « enlevés devant toi », et « donnés à tes ennemis […] un peuple que tu n’auras point connu mangera le fruit de ton sol […] le spectacle que tu auras sous les yeux te jettera dans le délire » (Deutéronome 28 :23-42).

Ce que Dieu avait prédit s’accomplit aujourd’hui sur la Grande-Bretagne, et sur d’autres descendants modernes d’Israël, en Europe et en Afrique. Dans les années 70, afin de rejoindre le Marché commun, les dirigeants politiques britanniques renoncèrent au contrôle des zones de pêche les plus riches de par le monde. Ces dernières années, les Britanniques assistèrent, impuissants, à la destruction de leurs flottes de pêche en Écosse, en Angleterre et en Irlande, dictée par la réglementation de l’Union européenne, pendant que d’autres nations de l’Union européenne détruisaient des stocks abondants de poissons. En Afrique méridionale, des exploitations agricoles prospères ont été enlevées par la force à leurs propriétaires, qui ont été assassinés ou qui ont fui le pays. Si la Grande-Bretagne et les autres nations israélites modernes refusaient de rejoindre – ou décidaient de quitter – le puissant bloc qui émerge en Europe, la réglementation actuelle pourrait être utilisée pour étrangler ou affamer ces nations. Tout est en place, et l’Histoire révèle que cela a déjà été fait par le passé, ce qui nous rappelle l’avertissement prophétique d’Ézéchiel : « Je lancerai sur eux les flèches pernicieuses de la famine […] je briserai pour vous le bâton du pain » (Ézéchiel 5 :14-17). Dieu donna cet avertissement à Ses enfants rebelles : « J’accumulerai sur eux les maux […] ils seront desséchés par la faim » (Deutéronome 32 :23-24).

Nous sommes les témoins du début d’une période de crises. Les nations israélites modernes ont largement rejeté les lois divines, et ont donné au monde un mauvais exemple, en se précipitant sur la « pente glissante » de la décadence morale. Les prophéties bibliques montrent que Dieu est sur le point de nous corriger, d’une façon sans précédent, en utilisant des conditions climatiques dévastatrices, et des complots politiques des nations étrangères. Cela amènera les plus terribles famines que le monde ait jamais connues, car ces prophéties des temps de la fin sont réelles !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +