Le véritable Évangile proclamé !

Commenter cet article

À l’heure actuelle, bon nombre d’Églises « chrétiennes » pensent suivre ces instructions de Jésus : « Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle » (Marc 16 :15). Beaucoup d’efforts sincères ont été déployés pour prêcher un Évangile de grâce : Dieu aime tout le monde, Jésus est mort pour sauver les pécheurs, vous irez au paradis si vous acceptez Jésus comme votre Sauveur. Mais la plupart des soi-disant chrétiens ne réalisent pas qu’ils ont accepté un évangile différent de celui annoncé par Jésus et les apôtres !


Les prophéties bibliques révèlent que l’Évangile du Christ serait corrompu et le monde séduit par un faux évangile, mais elles révèlent aussi que le véritable Évangile sera restauré et proclamé juste avant le retour de Jésus-Christ. Ces prophéties sont en train de s’accomplir aujourd’hui !

Le véritable Évangile

Ouvrez les yeux et comparez l’Évangile proclamé par Jésus avec celui prêché dans la plupart des Églises actuelles. Le Christ n’a pas parcouru la terre en demandant aux gens de « donner leur cœur au Seigneur », et de faire une courte prière pour être sauvé.

De nombreux passages, dans les Écritures, rapportent : « Jésus s’en alla en Galilée, prêchant l’Évangile du royaume de Dieu, et disant : […] le royaume de Dieu approche. Repentez-vous et croyez à l’Évangile » (Marc 1 :14-15 ; Matthieu 4 :17, 23, BibleOstervald). Dans l’Évangile selon Matthieu, Jésus Se réfère à trois reprises seulement à Sa mort et à Sa résurrection, mais plus de trente fois au Royaume de Dieu à venir ! C’est à peu près la même chose dans les Évangiles selon Marc et Luc. Lorsque le Christ confia une mission à Ses disciples, « Il les envoya prêcher le royaume de Dieu » (Luc 9 :2). Il enseigna aussi que celui qui est converti, humble et propre à être enseigné sera « le plus grand dans le royaume des cieux » (Matthieu 18 :1-5). Et Il promit aux apôtres qu’ils seraient « assis sur douze trônes, [pour juger] les douze tribus d’Israël » dans le Royaume à venir (Matthieu 19 :21-30). Lorsque le Christ apparut à Ses disciples après Sa résurrection, le Royaume de Dieu était encore Son sujet principal (Actes 1 :1-7).

Les apôtres ont délivré le même message. Lorsque Philippe se rendit en Samarie, il « annonçait la bonne nouvelle du royaume de Dieu et du nom de Jésus-Christ » (Actes 8 :12). À la fin de son ministère, l’apôtre Paul continuait à « [prêcher] le royaume de Dieu et [à enseigner] ce qui concerne le Seigneur Jésus-Christ » (Actes 28 :23, 31). L’apôtre Jean explique que les croyants seront « des rois et des sacrificateurs » pour Dieu et qu’ils « régneront sur la terre » avec le Christ, pendant le Millénium (Apocalypse 1 :4-8 ; 5 :10 ; 20 :4-6). La Bible déclare que « personne n’est monté au ciel » (Jean 3 :13) – excepté Jésus-Christ – pas même le roi David (Actes 2 :29-34 ; 13 :36). Qu’est-il arrivé au message proclamé par Jésus et Ses apôtres ?

Un évangile différent

Jésus nous donne cet avertissement : « Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis » (Matthieu 7 :15-19). Il a prédit aussi, qu’aux temps de la fin, « plusieurs viendront sous mon nom […] et ils séduiront beaucoup de gens » (Matthieu 24 :3-5, 11). L’apôtre Paul a prévenu les anciens à Éphèse : « Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux » (Actes 20 :28-31). Paul exhorta les Corinthiens à ne pas se laisser séduire par des gens qui prêcheraient « un autre Jésus […] un autre esprit […] ou un autre évangile » (2 Corinthiens 11 :1-4). Mais la corruption du véritable Évangile commença à l’époque des premiers apôtres !

Dans l’une de ses lettres aux Galates, écrite vers l’an 52 apr. J.-C., l’apôtre Paul déclare : « Je m’étonne que vous vous détourniez si promptement […] pour passer à un autre évangile […] il y a des gens qui vous troublent, et qui veulent altérer l’Évangile de Christ » (Galates 1 :6-7). Dans cet exemple, de faux docteurs de la loi prétendaient qu’un homme devait être circoncis pour devenir chrétien – ce qui est faux (Galates 2 :3-5 ; 5 :1-15). Dans ces chapitres, l’apôtre Paul déclare également que personne n’est justifié par « les œuvres de la loi » (les ablutions rituelles, etc.).

Malheureusement, de faux enseignants tordent le sens de ces versets et affirment que l’observance des Dix Commandements, du sabbat et des Jours saints n’est plus nécessaire pour les chrétiens. Pourtant, Jésus observa les commandements, le sabbat et les Jours saints, et Il nous enseigne à faire de même (Matthieu 19 :16-22 ; Jean 14 :15 ; Luc 2 :41-42 ; 4 :16 ; Jean 7 :8-10). Ses disciples aussi ont observé et enseigné les mêmes choses (Actes 13 :42-44 ; 17 :2 ; 18 :21 ; Romains 2 :13 ; 1 Corinthiens 5 :8).

Contrairement à ce que bon nombre de gens croient et enseignent aujourd’hui, le véritable Évangile proclamé par Jésus et Ses apôtres fut corrompu dès les premiers siècles après le Christ, et remplacé par un faux évangile adopté par le « courant principal du christianisme » moderne – une mauvaise interprétation du véritable Évangile truffé d’idées païennes. Une telle affirmation vous choque peut-être, mais elle est fondée et réfléchie. L’Encyclopaedia Britannica révèle ceci : « Transporté dans un monde influencé par la pensée grecque, l’enseignement chrétien fut modifié inévitablement – pour ne pas dire transformé […] l’espoir du Messie fut oublié […] la notion du Royaume du Christ sur la terre […] a presque disparu, ne subsistant que dans quelques groupes obscurs […] le chemin qui mène au salut fut modifié, de même que la signification du salut […] particulièrement après que l’Empire romain eut adopté le salut chrétien […] un salut qui n’était plus la descente de la nouvelle Jérusalem sur la terre, mais l’ascension des saints dans les cieux ; on ne parlait plus de la résurrection du corps physique, mais de l’immortalité de l’âme » (“Christianity”, 11th ed. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article).

L’historien Edward Gibbon fait une observation similaire. Il écrit que la doctrine du Millénium – le règne terrestre du Christ et des saints dans le Royaume de Dieu – était soigneusement enseignée par les théologiens de l’Église primitive, et « semble avoir été le sentiment dominant des croyants orthodoxes » – mais cet enseignement fondamental fut mis de côté (The Declin and Fall of the Roman Empire, chapitre 15). Il déclare : « La doctrine du règne du Christ sur la terre commença à être considérée comme une allégorie sérieuse ; elle fut peu à peu considérée comme une idée incertaine et inutile, et fut enfin rejetée comme une invention absurde, hérétique et fanatique » (ibid.). Voilà ce qui s’est passé avec le véritable Évangile ! Gibbon rapporte également que l’Église primitive « faisait un tout de la loi de Moïse et de la doctrine du Christ […] rejetait l’immortalité de l’âme comme n’ayant aucune appartenance au livre biblique », et abhorrait les coutumes païennes comme les Saturnales – célébrées aujourd’hui sous le nom de Noël (ibid.) – or, ces doctrines sont maintenant les principes de base du christianisme !

La Bible révèle que plusieurs événements importants auront lieu juste avant la fin de cet âge. Jésus déclara que la proclamation du véritable Évangile préparerait le chemin pour Son second Avènement. Il prophétisa : « Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Matthieu 24 :14). La revue du Monde de Demain constitue une partie de ce témoignage – un témoignage qui, depuis plus d’un demi-siècle, a proclamé le véritable Évangile, par l’impression et la diffusion de millions de revues de par le monde. Les émissions du Monde de Demain et le site Internet www.mondedemain.org sont également des aspects clés de ce témoignage prophétique. Si vous désirez approfondir ce sujet important, lisez notre brochure intitulée La restauration du christianisme apostolique. Les prophéties sont en marche !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +