L’illusion œcuménique

Commenter cet article

Pendant ses 2000 ans d’histoire, le christianisme a connu de grands schismes et il s’est divisé en milliers de sectes. Cependant, des efforts importants sont en cours pour guérir ces divisions et rassembler les pièces éparpillées. Ce but peut sembler noble, voire divin, mais peu de gens réalisent que nous voyons une ancienne prophétie biblique prendre vie – ce sera un choc et une surprise pour ce monde égaré !


 

Un programme pour l’unité

Les efforts actuels pour guérir les divisions entre les différentes dénominations de la soi-disant chrétienté ont été activement soutenus par l’Église catholique. En 1964, un des objectifs du concile Vatican II était de « promouvoir la restauration de l’unité entre tous les chrétiens » et de faire revenir les dénominations protestantes dans le giron catholique. Le concile a modifié des pratiques vieilles de plusieurs siècles en qualifiant les membres baptisés des autres Églises de « frères séparés », et non plus « d’hérétiques » (“Décret sur l’œcuménisme”, 21 novembre 1964). L’Église catholique et l’Église orthodoxe d’Orient ont également décidé « d’enlever […] du milieu de l’Église les sentences d’excommunication de l’année 1054 » (“Déclaration commune du pape Paul VI et du patriarche Athénogoras”, 7 décembre 1965). Dès lors, plusieurs papes et patriarches ont pris l’habitude de se rencontrer et de prier ensemble dans leurs efforts pour promouvoir l’unité. Le patriarche orthodoxe représente environ 250 millions de croyants.

Dans les années 1990, les dirigeants de l’Église luthérienne ont signé un accord commun avec l’Église romaine sur la « justification » – un contentieux qui était une des raisons-clés de la Réforme protestante. Plus tard, les dirigeants méthodistes ont également signé ce document. À la même époque, plusieurs dirigeants évangéliques et catholiques ont signé un document appelé « Évangéliques et Catholiques ensemble » pour promouvoir la collaboration entre les deux groupes. Le Conseil œcuménique des Églises et des dirigeants proéminents comme Billy Graham ont encouragé ce mouvement d’unité entre les différentes dénominations dites chrétiennes. En janvier 2013, la Conférence des évêques catholiques des États-Unis et quatre congrégations de l’Église réformée ont signé un accord reconnaissant mutuellement leurs baptêmes. Les papes Jean-Paul II et Benoît XVI ont régulièrement prié avec les différents évêques de Canterbury (Église anglicane) pour l’unité de leurs Églises.

Pendant ses 25 années de pontificat, Jean-Paul II visita plus de cent pays pour promouvoir l’unité de l’Église. Il autorisa également des prêtres épiscopaux et leurs paroisses à réintégrer le catholicisme, tout en gardant leurs traditions de culte. Le pape Benoît XVI a travaillé sans relâche pour la « reconstruction d’une unité entière et visible des disciples du Christ » avec son message « d’unité dans la diversité et de diversité dans l’unité » (Foreign Affairs, mai-juin 2013). Le pape François a apaisé les réactions des protestants contre la papauté lors de sa première allocution, en s’attribuant seulement le titre « d’évêque de Rome ». Devant les mouvements charismatiques (estimés à 500.000 adeptes), François a déclaré que « nous sommes tous frères » et que les anciennes divisions devaient être mises de côté. Lors d’un rassemblement charismatique aux États-Unis, son message fut transmis par l’évêque épiscopal Tony Palmer (décédé en juillet 2014) qui déclara : « Le protestantisme est fini » et « L’Église protestante n’a plus de raison d’être […] nous sommes tous catholiques. »

Les Écritures sont ignorées

Les dirigeants œcuméniques déclarent que ce mouvement unitaire est la volonté de Dieu, en se basant sur la prière de Jésus pour Ses disciples, « afin qu’ils soient un comme nous » (Jean 17 :11). Cependant, ils ignorent d’autres déclarations dans les Écritures. Jésus dit aussi : « Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m’as donnés, parce qu’ils sont à toi » (Jean 17 :9) et « Nul ne peut venir à moi, si le Père qui m’a envoyé ne l’attire » (Jean 6 :44), montrant ainsi que les gens ne peuvent pas décider par eux-mêmes d’entrer dans l’Église de Dieu. Ils doivent être appelés !

Lorsque le pape Jean-Paul II rencontra d’autres dirigeants religieux et pria avec eux (y compris des musulmans, des hindous et des prêtres animistes) à Assisi, en Italie, il assura que « nous prions tous le même Dieu ». Cependant, Jésus fit cette déclaration catégorique : « Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi » (Jean 14 :6) et Il qualifia les dirigeants religieux de Son époque « d’aveugles qui conduisent des aveugles » (Matthieu 15 :14). Le pape Benoît XVI déclara que ceux « qui s’engagent pour la paix […] bien que ne partageant pas la foi biblique […] sont réellement en marche vers la vraie Jérusalem [vers le salut] » (Audience générale, 30 novembre 2005). La Bible déclare pourtant que Jésus-Christ est la seule voie de salut : « Car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. (Actes 4 :10-12). En constatant les différences entre les Écritures et les déclarations des dirigeants œcuméniques, nous devons nous souvenir de l’avertissement d’Ésaïe : « À la loi et au témoignage ! Si l’on ne parle pas ainsi, il n’y aura point d’aurore [de vérité] pour le peuple » (Ésaïe 8 :20) !

Une signification prophétique

Les prophéties bibliques prédisent que juste avant le retour de Jésus-Christ, une « Église-mère » tentera de réunir ses filles pour essayer de former une seule religion mondiale. Apocalypse 17 :1-5 décrit une femme (une Église) comme une « grande prostituée » et « la mère des prostituées », montant une bête. Ses croyances et ses pratiques religieuses remontent à l’ancienne Babylone. Cette femme est assise sur sept montagnes (Apocalypse 17 :9) – Rome est bâtie sur sept montagnes. Elle prétend dominer « à toujours » (Ésaïe 47 :7) – Rome est appelée la cité « éternelle ». Elle dit : « Moi, et nulle autre que moi ! » (Ésaïe 47 :8, Ostervald) – l’Église catholique prétend être la seule véritable Église et le fait qu’elle ne sera « jamais privée d’enfants » (Ésaïe 47 :8) indique un effort œcuménique pour réunir ses filles « protestataires » qui étaient parties. Cela se produit de nos jours !

Apocalypse 13 montre que l’ascension de cette bête puissante surprendra le monde (verset 3). Elle sera aidée par un personnage religieux important, faisant des prodiges, à la tête d’une grande fausse Église. Les Écritures montrent que Satan donnera l’autorité à la bête et au faux prophète, et qu’ensemble, ils séduiront le monde à vénérer leur fausse religion. Les chapitres 2 et 7 de Daniel montrent que cette bête et ce prophète des temps de la fin s’élèveront en Europe et qu’ils auront des liens avec la Rome antique et les « Saints Empires romains » précédents. Nous ne devrions pas être surpris de voir que plusieurs papes catholiques ont activement soutenu l’ascension de l’Union européenne, dans laquelle ils ont essayé d’insuffler des valeurs catholiques. Le mouvement œcuménique actuel culminera avec l’apparition de ces deux personnages importants qui tromperont le monde avec leurs enseignements sataniques – et cela aura lieu juste avant le retour de Jésus-Christ. Vous devez être vigilant, car ces anciennes prophéties sont en marche : elles surprendront et elles égareront le monde !