Découvrez vos talents !

Commenter cet article

Lorsque Steve Jobs mourut en 2011, à l’âge de 56 ans, il était connu pour avoir été le PDG d’Apple, une des entreprises technologiques les plus prospères au monde. Considéré comme un visionnaire ayant lancé les produits Apple, comme les Macintosh, iPod, iPhone et iPad, sa passion pour la tech­nologie n’aurait peut-être jamais été éveillée si sa jeu­nesse n’avait été influencée par deux périodes cruciales.


 

Le père adoptif de Jobs aimait travailler sur les auto­mobiles et il partagea son intérêt pour la mécanique avec son fils, dès son plus jeune âge. Bien que le jeune Steve n’aimât pas se salir les mains, il montra une grande cu­riosité pour les rudiments de l’électronique que son père lui enseignait. Cet intérêt augmenta lorsqu’il rencontra un voisin qui l’initia aux kits d’assemblages amateurs où il put construire du matériel électronique d’essai, des ra­dios et même des télévisions. Plus tard, Jobs expliquera que l’assemblage de ces kits lui avait « donné un très grand niveau de confiance en lui, et que par la pratique et l’apprentissage, on pouvait comprendre des choses en apparence très complexes dans son environnement » (interview de Steve Jobs en 1995 : “One-on-one”, Com­puterworld.com, 6 octobre 2011).

Ces expérimentations de jeunesse alimentèrent, sa vie durant, une profonde obsession pour la technologie, qui profita à des millions de gens. Cette focalisation sur les technologies devint une passion personnelle qui for­gea son caractère. Jobs n’a pas basé son existence sur un mode de vie chrétien, mais il fut un bon exemple du prin­cipe biblique : « Tout ce que ta main trouve à faire, fais-le selon ton pouvoir » (Écclésiaste 9 :10, version Ostervald).

Qui êtes-vous ?

Un des grands défis de l’adolescence est de découvrir « qui nous sommes » en tant qu’êtres humains uniques dans la société, et notamment de découvrir nos points forts et nos faiblesses – les domaines où nous sommes bons et ceux où nous pouvons nous améliorer. Pour de­venir mature, il est essentiel de comprendre que chaque être humain a des faiblesses mais aussi des points forts.

Dans une certaine mesure, l’image que nous avons de nous-mêmes dépend de ce que les autres pensent de nous. Si nous laissons la pression de nos pairs nous dicter des choix insensés et malsains, cela est néfaste. Cepen­dant, nous ne devons pas ignorer les conseils construc­tifs des gens et même leurs remontrances. À mesure que nous développons nos talents personnels, nous résisterons mieux aux influences néfastes exercées par la pression des autres. Je sais ce que c’est car, moi aussi, j’ai dû relever le défi de découvrir mes talents alors que je grandissais.

Une expérience personnelle

J’étais le plus jeune d’une fratrie de quatre garçons. Comme il n’y avait pas de grande différence d’âge entre nous, nous allions à l’école ensemble. À cette époque, on me connaissait généralement comme « le frère de Wayne » (ou de Cap ou de Jim). Au lycée, mes frères étaient connus pour leurs prouesses athlétiques. Comme je n’étais pas très sportif, les gens ne me voyaient pas de talent particulier, jusqu’à ce qu’une chose spéciale se soit produite pendant ma première année de lycée.

L’année précédente, Cap, Wayne et moi avions com­mencé à suivre des cours de guitare, pour répondre aux besoins de notre école. Mes frères se débrouillaient assez bien, mais ils se limitaient juste à apprendre ce que le professeur demandait, tandis que j’allais au-delà du minimum requis en apprenant à jouer par pur plaisir personnel. Je fus ainsi admis dans un groupe de jazz, où j’étais le seul guitariste.

Au début, j’étais intimidé à l’idée de monter sur scène avec des musiciens expérimentés qui jouaient en­semble depuis des années. Mais je voulais réaliser quelque chose que j’aimais et dans laquelle j’excellais. Les premières semaines, je me suis donc entraîné avec davantage d’application. Et comme j’avais à la fois la technique de base et le plaisir de jouer, j’atteignis un niveau suffisant pour intégrer le groupe.

Lorsque nous commençâmes à jouer en public, les gens se mirent à me remarquer comme « le guitariste ». Mon assurance grandissait au fur et à mesure que je dé­veloppais une aptitude qu’aucun de mes frères n’avait. De plus, je découvris que l’assurance acquise dans ce domaine spécifique s’étendait à d’autres centres d’inté­rêt, me donnant le courage d’explorer de nouveaux as­pects de mon développement personnel.

Découvrez qui vous êtes !

Peut-être n’avez-vous pas encore découvert les points forts qui définissent votre personnalité. Comment pouvez-vous repérer vos aptitudes et vos talents particuliers ? Voici trois points simples, tirés du livre King Me, de Steve Farrar :

  • Qu’aimez-vous faire ? Ne vous est-il jamais arrivé de perdre la notion du temps en faisant quelque chose ? C’est un signe positif montrant que c’est une activité que vous ai­mez. Vous serez probablement heureux de le faire sans qu’on vous le demande. C’est exactement ce que je ressentais en jouant de la guitare.
  • Dans quel domaine êtes-vous le plus à l’aise ? Ceci ne signifie pas que vous ne devrez jamais travailler dur pour développer et affûter vos compétences, mais si vous avez une aptitude naturelle dans un domaine, attendez-vous à y récolter les plus grandes récompenses, si vous faites les efforts nécessaires pour le développer.
  • Que remarquent les autres chez vous ? Lorsque vous vous appliquez à développer les talents que Dieu vous a donnés, les gens autour de vous le remarqueront – peut-être même dans des domaines où vous ne les avez pas encore remarqués. Si vous recevez beaucoup de com­pliments à propos d’une compétence particu­lière, faites-y attention et pensez à développer davantage ce talent.

Bien entendu, vous ne découvrirez jamais un talent naturel dans un domaine précis si vous n’essayez pas au moins une fois ! C’est pourquoi il est important de saisir chaque occasion constructive qui se présente à vous. Ne laissez pas la peur ou la méconnaissance vous retenir. Car il y a peut-être beaucoup plus d’opportuni­tés que vous ne le pensez – à l’école, à l’Église, ou parmi les membres de votre famille et vos amis. Acceptez de quitter votre zone de confort et d’élargir votre horizon par des expériences qui vous font sortir de la routine ha­bituelle. Cela pourrait être de participer à un camp d’été pour les jeunes, d’apprendre à jouer d’un instrument de musique, ou de faire un stage dans un domaine que vous aimeriez découvrir – ou tout simplement visiter un mu­sée sur un thème qui vous passionne.

Votre processus de découverte peut vous lancer dans une carrière qui vous comblera et qui pourra même tou­cher de nombreuses autres personnes, comme ce fut le cas pour Steve Jobs. Et si vous ne devenez pas « le pro­chain Steve Jobs », vous aurez la satisfaction d’avoir dé­veloppé des compétences agréables, comme ce fut mon cas en apprenant la guitare. Dans les Écritures, l’apôtre Paul décrit la vie d’un chrétien comme « le travail de votre amour » (1 Thessaloniciens 1 :3 ; Hébreux 6 :10). Cela peut aussi s’appliquer à vos talents personnels. Soyez certain que vous – et ceux qui vous entourent – en tirerez profit, à mesure que vous découvrez et dévelop­pez vos talents personnels uniques.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +