L’infatigable cœur humain

Commenter cet article

Il n’est pas très volumineux – il est légèrement plus grand que votre poing fermé, mais sa petite taille abrite le rôle unique et vital qu’il joue dans votre vie. Sans lui, vous seriez mort ! Chaque heure, chaque minute et chaque seconde, votre vie dépend totalement de lui, mais tant qu’il ne lui arrive rien de grave, nous ne pensons pas à nous y attarder.

 

De quoi s’agit-il ? Du cœur humain – une merveille biologique de la création divine qui ferait la fierté de n’importe quel ingénieur sur cette planète. Voyons quelques raisons pour lesquelles nous devrions apprécier ce chef-d’œuvre de notre Créateur, ce miracle qui bat constamment et silencieusement dans notre thorax.

Un des buts du cœur est de maintenir la circulation sanguine dans notre corps, en collectant l’oxygène nécessaire dans les poumons pour le distribuer au reste du corps. À lui seul, le cœur reçoit du sang provenant de deux sources différentes – les poumons et le corps – puis il le renvoie dans deux directions différentes. Le design tellement ingénieux, et pourtant simple, de la structure cardiaque rend cela possible.

Tout d’abord, le cœur reçoit du sang dans les deux cavités supérieures, l’atrium. L’atrium droit se remplit de sang « usé » et vide d’oxygène venant du corps, tandis que l’atrium gauche se remplit de sang « frais » riche en oxygène en provenance des poumons. Avec une compression, l’atrium envoie le sang contenu vers deux ventricules musculaires plus grands, situés juste en dessous. Puis, avec une seconde compression, le ventricule droit envoie le sang « usé » vers les poumons pour se recharger en oxygène, tandis que le ventricule gauche envoie simultanément le sang « frais » dans le reste du corps.

Aussi merveilleuses que soient ces cavités musculaires, elles ne pourraient pas fonctionner sans les quatre valves anti-retour qui s’ouvrent et se ferment avec précision pour laisser passer le sang dans la bonne direction. En fait, c’est la synchronisation parfaite de ces valves – par paire – qui produit le son familier du « tap-poum » de votre battement cardiaque. « Tap » : deux valves sous l’atrium se ferment brusquement alors que les ventricules envoient le sang dans le corps. « Poum » : ces valves se rouvrent tandis que l’autre paire se ferme, afin que les ventricules se remplissent à nouveau.

« Tap-poum… tap-poum… tap-poum… » Ce bruit émanant de notre thorax représente la danse finement conçue des muscles, des nerfs et des valves qui vous maintiennent en vie, seconde après seconde !

Travailler dur pour la vie !

Quand cette danse commence-t-elle ? Votre cœur a commencé à battre trois semaines seulement après votre conception, lorsque vous aviez la taille d’une graine de pavot ! Avant même que vous ayez un cerveau, votre cœur travaillait déjà dur en accomplissant le rôle qu’il assurera tout le reste de votre vie.

En ayant cela à l’esprit, tentez l’expérience suivante : fermez rapidement votre poing, avant de l’ouvrir et de le refermer rapidement, au rythme de 70 battements par minute. Combien de temps faudra-t-il pour que les muscles de votre main et de votre bras soient fatigués ?

En comparaison, le cœur travaille continuellement, en se reposant seulement une fraction de seconde entre chaque battement. Afin d’accomplir cette tâche littéralement infatigable, Dieu a équipé cet organe de muscles cardiaques spécialisés qui contiennent 15 à 30 fois plus de « générateurs d’énergie » (les mitochondries) par volume que les autres muscles.

Grâce à cela, le cœur enregistre des statistiques impressionnantes ! Le cœur d’une personne de 75 ans aura battu en moyenne plus de 2,7 milliards de fois ! En une seule journée, un cœur bat en général autour de 100.000 fois. En 75 ans de fonctionnement, un cœur aura pompé environ 200 millions de litres de sang – suffisamment pour remplir trois à quatre navires pétroliers longue distance !

Aussi impressionnant que cela puisse paraître, le cœur doit être bien plus qu’une simple « pompe » pour nous maintenir en vie. Il doit « connaître » les besoins de notre corps, à chaque instant, afin de répondre immédiatement à un changement de rythme – avec une précision et une exactitude extrêmes – et remplir son rôle. Dans le cas contraire, le simple fait de nous lever nous ferait perdre l’équilibre ou perdre connaissance !

Mais comment le cœur « connaît-il » nos besoins ? Afin de « décider » quel doit être notre rythme cardiaque à chaque instant, il doit traiter de façon intelligente des informations simultanées venant de trois sources : le cerveau, le niveau hormonal dans le sang et le système nerveux interne du cœur – avec son propre ensemble d’environ 40.000 neurones, très similaires aux neurones du cerveau !

En plus de son système nerveux unique, le cœur possède sa propre source d’énergie interne ! Des groupes de neurones spécialisés dans le cœur génèrent des impulsions électriques qui permettent à la fois à ses muscles de se contracter et aussi de réguler ces impulsions, afin qu’elles soient décalées d’une fraction de seconde pour permettre à l’atrium et aux ventricules d’être synchronisés, battements après battements.

D’autres mystères dans le cœur

Tout cela pourrait laisser à penser que nous comprenons pleinement le cœur humain – un des organes les plus étudiés de l’ensemble du corps – mais cette merveille de la création divine recèle encore de nombreux secrets.

Par exemple, en avril 2016, des chercheurs de l’université de Waterloo, au Canada, ont annoncé qu’il semblait y avoir une certaine corrélation entre le rythme cardiaque et la sagesse des individus. Ils ont découvert que les personnes ayant les plus grandes variations de rythme cardiaque seraient davantage sujettes à montrer des jugements moins partiaux sur les propos d’une tierce partie.

Qui aurait imaginé que notre rythme cardiaque puisse avoir un lien avec la sagesse dans la perception et le jugement ?

On pourrait être tenté de considérer des versets bibliques tels que Proverbes 2 :10-11 : « Car la sagesse viendra dans ton cœur, et la connaissance fera les délices de ton âme ; la réflexion veillera sur toi, l’intelligence te gardera. »

Plus nous étudions cette merveille qui bat dans notre thorax, plus il devient logique que Dieu utilise le cœur pour symboliser le centre de nos émotions, de nos sentiments et de nos attentions – le centre de notre vie. De la même manière qu’il est essentiel de maintenir notre cœur en excellente condition physique afin d’être en bonne santé et d’avoir une longue vie, Dieu nous dit aussi : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui viennent les sources de la vie » (Proverbes 4 :23).

Notre vie dépend de ce système très « intelligent » et merveilleusement coordonné qui effectue son travail sans faillir, chaque jour de notre vie – une pompe biomécanique au design ingénieux et une machine traitant des informations afin de fournir une réponse immédiate et incroyablement précise.

Lorsque vous avez besoin de vous souvenir de la grandeur de Dieu et combien Son amour pour nous se manifeste à travers la façon dont Il nous a conçus, placez vos doigts sur votre poignet ou votre cou afin de ressentir ces pulsations pendant instants – écoutez le rythme cardiaque de votre cœur qui chante constamment les louanges de son Ingénieur remarquable. Laissez chaque battement vous rappeler que vous êtes vraiment « fait d’une étrange et merveilleuse manière » (Psaume 139 :14, Ostervald) !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +