La merveilleuse main humaine

Commenter cet article

De nombreux musées préservent des chefs-d’œuvre artistiques à travers le monde. À Paris, au Louvre, vous pouvez admirer le génie de Léonard de Vinci reflété dans les traits du visage de la Joconde, ou encore la célèbre Victoire de Samothrace, une statue grecque représentant la déesse Niké. À Washington, au Musée national de l’air et de l’espace de la Smithsonian Institution, vous pouvez voir la fine fleur de l’ingénierie spatiale produite par les hommes.


 

Cependant, il n’y a peut-être pas de plus grande œuvre d’art, ou de plus grand travail d’ingénieur, qu’une simple main humaine. Il est assez facile de tenir la main pour acquise, mais c’est une merveille de conception, et elle reflète le travail, le talent et l’esprit d’un formidable concepteur.

Sir Isaac Newton – universitaire, mathématicien et l’un des plus grands esprits scientifiques de l’histoire humaine – est connu pour avoir dit : « En l’absence de toute autre preuve, le pouce seul me convaincrait de l’existence de Dieu. »

Parce que nous utilisons nos mains au quotidien, nous n’y prêtons peut-être pas attention. Après tout, nous avons grandi avec. Elles ont toujours été avec nous et nous nous en servons quotidiennement. Nous les utilisons pour boire notre café, pour composer un numéro de téléphone ou pour nouer nos lacets. Nous pouvons comparer nos mains à celles des autres et voir que les nôtres sont plus grandes ou plus petites, plus lisses ou plus calleuses.

Cependant, les faits anatomiques seuls nous invitent à réfléchir. Une main humaine normale est constituée de 29 os, 29 articulations, plus de 100 ligaments, 35 muscles, ainsi qu’un vaste réseau de nerfs et d’artères. Le contrôle du pouce mobilise à lui seul 9 muscles et les efforts coordonnés de 3 nerfs principaux de la main.

Un outil complexe

Ce ne sont pas les chiffres en soi qui rendent la main aussi impressionnante. La puissance de la conception de la main vient de ce que nous pouvons faire avec tous ces os, ces articulations, ces ligaments, ces muscles et ces nerfs.

Les capacités de la main humaine laissent sans voix. La main semble pouvoir réaliser un nombre infini de formes et de configurations à travers l’usage de ses doigts habiles. Environ un quart de la portion du cerveau dédiée aux mouvements est consacré au seul contrôle de la main. La combinaison particulière de force, de flexibilité, de dextérité et de motricité de nos mains est unique dans la création.

Alors que de nombreux muscles travaillent ensemble pour faire bouger les mains, il est remarquable de noter que les doigts en eux-mêmes – malgré tous les mouvements fantastiques qu’ils peuvent faire – ne contiennent aucun muscle ! Nos doigts bougent individuellement – avec un contrôle précis et sensible – grâce à l’action des tendons, eux-mêmes rattachés à des muscles se trouvant dans l’avant-bras ! Ces tendons sont tirés comme les ficelles d’une marionnette, dans une chorégraphie complexe et bien ordonnée – travaillant avec les muscles de la main afin de créer tous les mouvements qu’elle peut accomplir.

En plus de manipuler les choses autour de nous, les mains sont aussi de puissants organes sensoriels que nous utilisons, au travers du toucher, pour connaître davantage le monde qui nous entoure.

 

 

Au bout des doigts

L’extrémité de chaque doigt humain est un capteur sensoriel muni d’une incroyable capacité de détection – avec une précision que les meilleures machines, conçues par des ingénieurs, commencent à peine à atteindre dans le domaine de la robotique. Des études ont récemment montré que nos empreintes digitales – un motif unique au bout de chaque doigt – permettaient bien plus que d’identifier des criminels ; elles accentuent fortement les capacités sensorielles des doigts, augmentant ainsi le nombre d’informations transmises au cerveau sur les surfaces que nous touchons et que nous explorons. Les ongles – qui ressemblent à des tissus « morts » – sont eux-mêmes des capteurs finement ajustés qui transmettent les moindres pressions et mouvements à un réseau de nerfs situé dans la cuticule et le lit unguéal, permettant au cerveau de créer un modèle mental précis de ce que nos doigts touchent.

Il n’est pas surprenant d’apprendre que la mise au point d’une main humaine artificielle soit l’un des projets les plus intimidants pour les ingénieurs en robotique. La main humaine représente une merveille de design et d’ingénierie. Songez que la même main peut manier un marteau de forgeron avec force et puissance, tout en étant suffisamment sensible et délicate pour ressentir la présence d’un seul cheveu humain sur une surface lisse et de s’en saisir. La main est capable de se transformer en récipient pour transporter de l’eau jusqu’à la bouche, ou de se refermer pour former un poing utilisable comme une masse. Elle possède suffisamment de dextérité et de sensibilité pour réussir à nouer des lacets de chaussure les yeux fermés. C’est un outil « multifonctions », flexible et créé pour accomplir un nombre incalculable de tâches – aucune invention humaine n’a réussi à s’approcher de sa simplicité d’usage et sa puissance combinées.

La main humaine peut faire preuve d’une force et d’une endurance remarquables – l’outil le plus simple et le plus puissant des alpinistes, qui leur permet de soutenir le poids du corps pendant un certain temps, uniquement à la force des doigts. Cependant, elles sont aussi capables de communiquer l’amour d’un père ou d’une mère envers leur nourrisson, au travers des caresses les plus tendres ou des mouvements les plus délicats.

Les doigts sont solides, durables et robustes, possédant un des grips les plus puissants et formidables parmi toutes les créatures vivant sur terre. Leur agilité et leur dextérité permettent tellement de configurations possibles que des langages entiers basés sur les signes, destinés aux malentendants, ont pu être développés grâce à leur flexibilité.

L’œuvre de l’Esprit de Dieu

La main humaine, si facile à tenir pour acquise, représente une formidable réalisation de l’Esprit d’un Dieu aimant et affectueux – une preuve irréfutable de Ses talents d’artiste et d’ingénieur que nous tenons, pour ainsi dire, toujours en main.

Environ 3000 ans avant que Newton s’émerveille du design divin du pouce humain, le roi David de l’ancien Israël partageait les mêmes sentiments. En parlant peut-être du formidable niveau de conception de son propre corps humain – peut-être même en s’émerveillant de sa main – il observa : « Je te loue de ce que je suis une créature si merveilleuse. Tes œuvres sont admirables, et mon âme le reconnaît bien » (Psaume 139 :14).

Oui, Ses œuvres sont admirables. Nous sommes vraiment des créatures si merveilleuses !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +