fbpx Briser le cycle de la solitude | Le Monde de Demain

Briser le cycle de la solitude

Commenter cet article

Dieu nous a montré un mode de vie, révélé dans les pages de la Bible, qui peut nous aider à mettre fin à la douleur de la solitude. Allez vers Lui et vous pourrez vous libérer de la solitude !

Antoine est déprimé. À 16 ans, il espérait avoir une petite amie. Dans les couloirs de l’école, il voit des couples rire et se tenir la main. Antoine aimerait avoir le courage de parler aux jolies filles qu’il voit, mais il est trop effrayé. Plus il y pense, plus il est frustré et désespéré.

Anaïs a 14 ans et chaque jour elle trouve une maison vide en rentrant de l’école. Ses parents travaillent et Anaïs a appris à se débrouiller seule. Lorsqu’elle était plus jeune, elle avait une relation proche avec sa mère, mais elle trouve que plus personne ne prend le temps de se préoccuper d’elle. Elle se sent perdue dans le monde compliqué de l’adolescence et elle aimerait bien retrouver cette relation de proximité.

La vie de Michel, 14 ans, n’a jamais été simple. Il ne connaît pas son père. Sa mère fait de son mieux pour être un bon parent, mais elle a ses propres problèmes. Michel a récemment été accepté dans le groupe des « marginaux » de sa classe, un groupe de garçons dont les vêtements et la musique qu’ils écoutent reflètent la rage qui infuse en chacun d’entre eux. Ils ont commencé à voler de la nourriture et de l’alcool pour partager avec leurs amis lorsqu’ils se retrouvent. Michel sait bien qu’il ne fréquente pas le meilleur groupe d’amis pour lui, mais au moins, ils le comprennent et ils l’acceptent.

Quel est le point commun entre tous ces jeunes ? Ils sont seuls.

Qu’est-ce que la solitude ? Il n’y a pas de réponse simple, car elle peut être causée par un grand nombre de facteurs. Certains ressentent que personne ne partage leurs valeurs. D’autres qu’ils n’ont personne avec qui partager leur vie. D’autres encore que personne ne se préoccupe d’eux. Ces sentiments peuvent conduire à l’isolement et à l’aliénation, ainsi qu’à une profonde tristesse, voire à l’abattement, rendant la vie ordinaire bien plus douloureuse que leur entourage ne peut l’imaginer.

Nous avons besoin des autres

Pour les prisonniers, la mise en isolement est considérée comme une punition sévère. Malgré la tentation de paraître brave – « Je n’ai besoin de personne » – le fait est que les humains sont des êtres sociables et nous avons besoin du contact avec les autres pour notre bien-être.

Pourquoi ? Une raison physiologique pourrait être que notre système limbique, la partie du cerveau qui contrôle les émotions, est sujette à la « régulation limbique » par l’influence émotionnelle que les autres exercent sur nous. En se basant sur la recherche neurologique, des scientifiques ont trouvé que les liens avec les autres étaient naturels et importants : « Notre architecture neuronale place les relations au centre de notre vie, où elles ont une force stabilisatrice lorsqu’elles sont intenses et chaleureuses. Quand les gens sont meurtris et déséquilibrés, ils se tournent vers des liens de régulation : groupes, clubs, animaux de compagnie, mariage, amitiés, masseurs, chiropracteurs, Internet. Ils ont tous le potentiel de créer un lien émotionnel. »1

Lorsque le Dieu de la Bible fit la remarque suivante au sujet d’Adam, il montra que les humains ont besoin des autres : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » (Genèse 2 :18). Cette simple déclaration en dit beaucoup sur notre besoin fondamental de nouer des relations, sans lesquelles nous devenons solitaires.

Gérer l’adolescence

Les adolescents ressentent une pression particulière dès qu’il s’agit de réussir leurs liens sociaux. Avec la maturité vient le besoin de trouver une identité. Les adolescents réagissent au renforcement positif ou négatif de leurs semblables, en apprenant quels comportements sont acceptés ou non. Mais dans le même temps, des changements indépendants de leur volonté se produisent – les hormones influencent le développement physique, tandis que la mue de la voix, l’acné et la croissance soudaine abîment l’image de soi. C’est une période inconfortable pour tout le monde.

Cependant, c’est aussi une période pendant laquelle il est essentiel de développer de bonnes amitiés. Les adolescents qui y parviennent posent les bases de l’estime de soi et de l’acceptation à l’âge adulte. Mais certains entrent dans l’âge adulte en étant remplis de doutes, car ils ont l’impression de ne jamais avoir appris à établir des liens personnels satisfaisants.

La solitude est un mode de vie pour bien trop de jeunes et elle est souvent aggravée par des facteurs échappant à leur contrôle. Qu’il s’agisse du divorce de leurs parents, d’une relation abusive ou de problèmes à l’école, il est difficile de séparer les « raisons » de la solitude et de la douleur que cette dernière engendre.

Êtes-vous solitaire ? Il est possible que vous ayez commis une erreur et que vous en subissiez les conséquences. Mais même si vous savez que ce n’est pas de votre faute, cela vous fait mal au cœur. Cette douleur peut conduire au désespoir et à la dépression. Parfois, les gens se tournent vers des comportements destructeurs afin de gérer la situation – ou d’appeler au secours – comme l’automutilation, l’abus d’alcool, la prise de drogue ou les activités sexuelles. Malheureusement, de telles tentatives conduisent inévitablement à davantage de désespoir et à une dépression plus profonde.

Briser le cycle et se libérer

Presque tout le monde fait l’expérience de la solitude de temps en temps, mais c’est généralement temporaire. En revanche, la solitude chronique, celle qui ne cesse jamais, est un problème bien différent. Même si nous ne sommes pas responsables de la cause de notre solitude, c’est notre faute si nous négligeons des étapes simples qui peuvent empêcher la solitude temporaire de se transformer en dépression. Quelles sont ces étapes ?

  • Prenez soin de votre santé. Certaines dépressions sont dues à des réactions chimiques. Ce que nous ingérons peut affecter nos émotions. Assurez-vous de manger en abondance des fruits et des légumes frais, ainsi que de boire de l’eau en abondance. Ne vous contentez pas de plats préparés et de boissons sucrées. Faites de l’exercice. Le simple fait de marcher 30 minutes, trois ou quatre fois par semaine, peut faire une grande différence !
  • Allez vers les autres. D’autres personnes ont les mêmes centres d’intérêt que vous ou croient aux mêmes choses que vous. Cela peut être difficile au début, mais faire l’effort de rencontrer une de ces personnes changera votre vie. Allez vers ceux qui partagent vos centres d’intérêt et votre solitude cessera rapidement. Une des meilleures façons de briser la solitude est de réaliser qu’il y a d’autres personnes solitaires et que vous pourriez être en mesure de les aider. Y a-t-il quelqu’un dans votre entourage qui a besoin d’aide ? Il peut s’agir de choses simples telles que tenir compagnie à une personne âgée isolée et l’écouter, ou bien encourager une nièce ou un neveu en jouant ensemble au ballon. Faire la différence dans la vie de quelqu’un d’autre fera aussi une grande différence dans votre propre vie.
  • Allez vers Dieu. Si vous n’avez pas encore essayé, cela peut sembler être un cliché, mais c’est vrai : vous n’êtes jamais seul(e) lorsque vous êtes avec Dieu. Comment pouvez-vous construire une relation avec Lui ? Commencez par exemple à lire les Psaumes. Vous y trouverez une description de toutes les émotions humaines – la colère, la dépression et la confusion, mais aussi la joie et le bonheur. Le roi David s’adressait à Dieu dans la douleur comme dans la joie et nous pouvons en faire de même ! Dieu veut que nous partagions nos émotions les plus profondes avec Lui ! Nous ne Le choquerons ni ne L’accablerons jamais en faisant ainsi. De plus, nous serons toujours réconfortés de savoir qu’Il prend soin de nous et qu’Il désire le meilleur pour nous.

Dieu nous a montré un mode de vie, révélé dans les pages de la Bible, qui peut nous aider à mettre fin à la douleur de la solitude. Allez vers Lui et vous pourrez vous libérer de la solitude !

1A General Theory of Love, Thomas Lewis, Fari Amini et Richard Lannon, page 170

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +