Harmaguédon ?

Commenter cet article

Le profil du nouveau siècle s’annonce-t-il par une dévastation nucléaire universelle, ou amènera-t-il une ère de paix durable ?
La « bataille d’Harmaguédon » prophétisée anéantira-t-elle notre planète ?
L’humanité y survivra-t-elle ? Que dit la Bible ?
Harmaguédon sera-t-elle vraiment réelle ?


Au cours de la « guerre froide » des années 50, la menace d’une guerre atomique planait comme un nuage au-dessus des États-Unis et de l’Union soviétique, et les pays voisins s’activaient à construire des abris anti-nucléaires. En 1962, les événements de Cuba effrayèrent le monde qui se crut au bord d’une guerre atomique. Dans les années 70 et 80, les essais nucléaires de la Chine indiquèrent à ses rivales qu’une nouvelle superpuissance géopolitique était en train de s’élever.

Depuis ces cinquante dernières années, l’humanité vit sous la menace d’une destruction soudaine et violente. Au cours de la dernière décennie, depuis l’éclatement de l’Union soviétique, beaucoup ont diminué leurs craintes d’une éventuelle catastrophe nucléaire. Mais, en sommes-nous totalement à l’abri ? Aujourd’hui encore, la Russie et les États-Unis sont capables de lancer des missiles nucléaire quinze minutes après une sommation. Des états belliqueux continuent à produire des armes atomiques, et la menace du terrorisme nucléaire tend à s’accroître, alors que la technologie permet la miniaturisation de plus en plus poussée d’engins qu’un nombre grandissant de scientifiques sont capables de créer.

La terreur peut même venir de l’espace. Selon le général Joseph Ashy, commandant en chef du Commandement Spatial des États-Unis : « Nous allons vers une bataille de l’espace et nous allons vers une bataille dans l’espace [...] C’est pourquoi les États-Unis ont des programmes dirigés vers l’énergie et les mécanismes de destruction [...] Un jour, nous viserons nos cibles terrestres – navires, avions, lieux – de l’espace » (citation de &ldquoWaging War in Space”, The Nation, 27 décembre 1999. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article).

Face à ces dangers encore très réels, faut-il s’attendre à une autre guerre mondiale ? Les prophéties bibliques nous répondent. La plupart des étudiants de la Bible ont déjà entendu parler de l’événement culminant des temps de la fin, connu comme « la bataille d’Harmaguédon ». Mais quelle est cette bataille, et comment votre famille et vous-même pourriez-vous en être affectés ?

Le livre de l’Apocalypse – le dernier livre de la Bible – révèle l’endroit du lieu de rassemblement pour la plus grande bataille de l’Histoire : « Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon » (Apocalypse 16 :16). Comment et pourquoi les armées se rassembleront-elles en ce lieu ? Deux versets plus haut, nous lisons : « Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant » (Apocalypse 16 :14).

Notez cela ! La bataille finale n’est pas appelée bataille d’Harmaguédon. Elle est appelée « le combat du grand jour du Dieu tout-puissant ». Mais les préparatifs de cette bataille commencent à Harmaguédon. Quel est cet endroit ? Le mot Harmaguédon est la transcription littérale de l’original hébreu har megiddo, qui signifie « colline de Meguiddo » ou « la montagne de Meguiddo ».

Meguiddo est localisée à environ 55 miles au nord de Jérusalem, en Israël. Anciennement, elle surveillait la principale route commerciale entre l’Égypte et Damas. Elle avait vue également sur la plus vaste plaine d’Israël, appelée la vallée de Jizreel ou la plaine d’Esdralon. L’Ancien Testament contient le récit de plusieurs batailles importantes, qui se déroulèrent en cet endroit. Au cours de la Première Guerre mondiale, le général britannique Allenby battit les forces militaires turques en ce lieu, qui fut connu comme la « bataille de Meguiddo ».

À cause de tous les combats historiques qui se déroulèrent à Meguiddo, le mot « Harmaguédon » en est arrivé à symboliser toute confrontation guerrière, destructrice et décisive, de grande envergure. Les hommes ont inventé beaucoup d’armes terribles pour décimer les masses. Ces armes auront-elles un rôles dans notre Harmaguédon ?

L’ère atomique commence

Les hommes n’ont cessé de se battre au cours des millénaires. Cependant, il n’y a que 60 ans qu’une nouvelle arme, d’une capacité inégalée jusqu’alors, fut utilisée pour la première fois. Les États- Unis venaient de larguer la bombe atomique sur les villes d’Hiroshima et de Nagasaki, au Japon les 4 et 6 août 1945. Une nouvelle ère de destruction en masse venait de s’ouvrir.

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, le général Douglas MacArthur, commandant suprême des Forces Alliées, accepta la reddition inconditionnelle du Japon. À bord du navire de guerre U.S.S Missouri, le général MacArthur souligna le danger et le choix que devra affronter l’humanité, en entrant dans cette ère nouvelle :

Les alliances militaires, l’équilibre des forces, les ligues de nations – tout cela échoue ; il ne reste que le dur creuset de la guerre. La destructivité absolue de la guerre fait maintenant barrage à cette alternative. Nous avons eu notre dernière chance. Si nous n’expérimentons pas un autre système, plus grand et plus équitable, notre Harmaguédon sera à notre porte. Le problème est fondamentalement théologique et concerne une recrudescence spirituelle et une amélioration du caractère humain, synchro-nisés avec l’incomparable développement de la science, de l’art, de la littérature et de toutes les avancées matérielles et culturelles des deux mille dernières années. Nous avons besoin de l’esprit, si nous voulons sauver la chair.

Les êtres humains continueront à rechercher un chemin pour la paix. Mais, sans la connaissance du Dieu créateur et de Son gouvernement suprême sur la terre, les nations finiront par échouer. Il y a près de 2000 ans, l’apôtre Paul fit part, dans ses écrits de la violence des hommes et de leurs tendances hostiles à Dieu : « Ils ont les pieds légers pour répandre le sang ; la destruction et le malheur sont sur leur route ; ils ne connaissent pas le chemin de la paix ; la crainte de Dieu n’est pas devant leurs yeux » (Romains 3 :15-18).

Y a-t-il aujourd’hui un danger de guerre nucléaire ? Il est possible que divers traités internationaux aient pu calmer les peurs de la guerre froide ; depuis 1968, plus de 180 nations ont signé le traité de non prolifération de l’armement nucléaire. Mais, plusieurs nations nucléaires n’ont pas signé le traité, et beaucoup d’entre celles qui ont signé sont soupçonnées d’en violer les termes. Des groupements terroristes continuent également à agir sans tenir compte de la loi internationale.

En sus du soucis nucléaire, l’armement chimique et bactériologique devient une menace croissante. Une nouvelle menace apparaît à l’horizon : avec l’appréhension nucléaire, bactériologique et chimique (NBC), des armes de destructions massives, d’une nouvelle catégorie – génétique, nanotechnologie et robotique (GNR) – promettent de nouvelles horreurs pour le 21ème siècle.

Dans son essai alarmant « Why the Future Doesn’t Need Us » (Wired Magazine, avril 2000, pages 238-262), Bill Joy, le fondateur de Sun Microsystems, et pionnier de l’âge des mini-ordinateurs, contemple les effets de ces nouvelles technologies GNR, appliquées à une humanité en guerre : « Je pense qu’il n’est pas exagéré de dire que nous sommes à la pointe de la perfection dans le mal poussé à l’extrême, et le mal a la possibilité de se répandre bien au-delà des armes de destruction massive, destinées aux états-nations, en tombant aux mains d’extrémistes individuels notoires. »

Bill Joy n’est pas le seul à estimer de la sorte. Le journaliste Gideon Roses rend l’analyse suivante : « Le problème vraiment difficile viendra d’une nouvelle sorte de prolifération concernant l’acquisition d’armements chimiques, bactériologiques et de cyber-armes par des acteurs indépendants tels que des groupes terroristes, des sectes ou des individus aigris. Ces armes sont faciles à fabriquer, difficiles à détecter et à parer. Cela signifie que, même si les États-Unis dépensent des dizaines de millions de dollars pour un système destiné à frapper en vol les missiles nord-coréens, nous aurons encore à traiter le même problème pressant pour arrêter les agissements des sectes de la fin du monde, ou de futurs bombardiers sans pilote armés de virus mortels » (Will Èveryone have the Bomb ? Time Magazine, 22 mai 2000, page 103).

En plus de toutes nos avancées scientifiques en matière d’armement, la méchanceté de l’homme envers l’homme n’a pas cessé. Du Kosovo au Cachemire, du Timor oriental à la Tchétchénie, les guerres et les massacres persistent. Depuis la Seconde Guerre mondiale, des atrocités contre des nations ou des peuples continuent sans baisser d’intensité. Selon le Newsweek : « La Convention contre le Génocide rend illégaux les actes commis avec intention de détruire, en totalité ou en partie, un groupement national, ethnique, racial ou religieux. Les atrocités d’après guerre [incluent] : Bosnie : 300.000 morts, 2 millions de déportés ; Cambodge : 1 million de morts, 500.000 déportés ; Rwanda : 1 million de morts, 3,5 millions de déportés. »

Face à une telle méchanceté, nous pouvons voir pourquoi le jugement est en train de tomber sur la terre. Il y a, cependant, d’excellentes nouvelles qui surpassent ce mal. Jésus-Christ, le plus grand « reporter » et prophète de toute l’histoire humaine, nous dit que ces atrocités prendront fin : « Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin » (Matthieu 24 :14).

Jésus prophétisa aussi sur les temps dangereux où nous vivons : « Car alors, la détresse sera si grande qu’il n’y en a point eu de pareille depuis le commencement du monde jusqu’à présent, et qu’il n’y en aura jamais. Et, si ces jours n’étaient abrégés, personne ne serait sauvé ; mais, à cause des élus, ces jours seront abrégés » (Matthieu 24 :21-22).

Ici, Jésus ne parle pas du salut spirituel. Il parle du signe à venir de l’annihilation humaine – d’un cosmocide – de l’extinction de toute vie sur la planète Terre ! Ce danger n’est pas seulement admis par ceux qui étudient la Bible, mais aussi par des scientifiques respectés. The Bulletin of the Atomic Scientists surveille les dangers que nous courons en cet âge nucléaire, et situe ce danger d’après son « horloge du jour du jugement ». Lorsque les deux aiguilles se rejoindront à minuit, les scientifiques estiment que l’humanité sera en pleine destruction nucléaire. Le 11 juin 1998, le Bulletin fit bouger l’aiguille des minutes de l’horloge à moins neuf avant minuit, où elle est encore à ce jour ; il s’agissait d’un saut de cinq minutes, signifiant que l’Inde et le Pakistan avaient rejoint le « club nucléaire ». Le Bulletin interpréta cela comme « un échec diplomatique au sein de la sphère nucléaire ».

Le Bulletin fait également ce rapport sérieux : « La Russie et les États-Unis possèdent encore 30.000 armes nucléaires – stratégiques et tactiques. Neuf ans après la chute du mur de Berlin, les États-Unis et la Russie avaient ensemble près de 7000 têtes nucléaires, prêtes à exploser en moins de 15 minutes après l’alerte. » L’humanité, livrée à ses propres engins, a les moyens de se détruire en un délai très court après l’alerte. Serons- nous les auteurs de notre propre destruction ? Harmaguédon jouera-t-elle un rôle en annihilant l’humanité ?

Peut-être ne pourrons-nous jamais analyser ce qui précipitera exactement cet embrasement nucléaire. Le Bulletin nous rappelle qu’au moins huit nations, à ce jour, ont la possibilité d’utiliser des armements nucléaires. À quoi ressemblerait votre ville si elle était la cible d’une bombe atomique d’une mégatonne ? Une mégatonne est l’équivalent d’un million de tonnes de TNT. Une bombe d’une mégatonne serait cinq à dix fois plus explosive que les bombes atomiques terrifiantes qui explosèrent sur Hiroshima et sur Nagasaki ! Après la déflagration de l’explosion, le rayonnement de chaleur et l’intense dégagement de rayons X qui s’en dégagent entraînent une formidable tempête de feu en son sillage.

Combien de gens risqueraient-ils de mourir par l’explosion d’une seule de ces bombes ? Le docteur Alan F. Phillips dit ceci : « Les estimations pour une ville d’un à deux millions d’habitants, frappés par une bombe d’une mégatonne, sont environ d’un tiers de tués instantanément ou de blessés à mort, d’un tiers de blessés graves, et le reste indemne ou blessé légèrement. Si ce nombre de blessés pouvait être réparti dans les hôpitaux de l’Amérique du Nord, il occuperait quelque chose comme le tiers de tous les lits disponibles ; et, bien sûr, aucun hôpital ne serait capable de fournir les soins adéquats avec un tel flux de cas urgents à soigner en si peu de jours » (Position Paper, Physicians for Global Survival, Canada, octobre 1995).

Harmaguédon dans la prophétie

Comme il a été dit plus haut, Harmaguédon est le lieu de rassemblement du combat culminant du grand Jour du Dieu tout-puissant ! De grandes armées s’assembleront dans la vallée de Megguido, pour commencer l’ultime conflagration sur la planète Terre. Quelle est la place d’Harmaguédon sur l’échiquier de la prophétie ? L’apôtre Jean décrit les quatre célèbres cavaliers de l’Apocalypse. Ils symbolisent respectivement les faux Christs et la fausse religion, la guerre et ses effets dévastateurs, les famines qui sont généralement la conséquence des guerres et les épidémies qui s’ensuivent.

Voyez ce que dit la Bible au sujet des terribles destructions que ces quatre cavaliers apporteront : « Je regardai, et voici, parut un cheval d’une couleur verdâtre. Celui qui le montait se nommait la mort, et le séjour des morts l’accompagnait. Le pouvoir leur fut donné sur le quart de la terre, pour faire périr les hommes par l’épée, par la famine, par la mortalité, et par les bêtes sauvages de la terre » (Apocalypse 6 :8).

Même le génocide que nous avons connu à la fin de la Seconde Guerre mondiale n’était rien par rapport à ce qui va arriver sur terre. Le quart de tous les êtres humains mourront de la guerre, de la faim et de la famine qui s’étendront sur la planète.

Outre la Bible, les scientifiques peuvent-ils envisager une telle destruction ? Oui, en effet : « Mon problème majeur avec la technique génétique est [...] qu’elle procure la capacité – soit militairement, soit par une action terroriste délibérée ou accidentelle – de créer la « peste blanche » (Joy, page 249). Les scientifiques modernes savent que de telles monstruosités peuvent poindre à l’horizon !

En dépit de son contrôle exercé en Iraq, les Nations unies n’ont pas réussi à détruire l’ensemble de cette sorte d’armement de destruction massive. Le secrétaire à la Défense des États-Unis, William Cohen, déclara en novembre 1998 que l’Iraq pouvait produire assez d’armes biologiques VX mortelles, pour anéantir tout être humain sur terre. Lors d’une réunion tenue au Département de la Défense, il a dit : « Au départ, on ne parlait que d’une petite quantité de VX. Le dépôt d’une seule goutte sur un doigt peut provoquer la mort en quelques instants. Aujourd’hui, les Nations unies pensent que Saddam [Hussein] ait pu produire au moins 200 tonnes de VX, et que cela serait, bien sûr, théoriquement suffisant pour faire périr tous les hommes, toutes les femmes et tous les enfants de la surface de la terre. »

Nous sommes en face du danger de l’annihilation de l’homme. Le quatrième sceau de l’Apocalypse – qui correspond au quatrième cavalier de l’Apocalypse – provoquera la mort d’au moins un milliard à un milliard et demi d’hommes, de femmes et d’enfants.

Le cinquième sceau, d’après Apocalypse 6 :9, révèle le martyre des chrétiens, au cours de la grande détresse qui s’étalera sur environ 2 ans et demi. Ensuite, nous lisons qu’un sixième sceau se rapporte à des signes célestes : « Je regardai, quand il ouvrit le sixième sceau ; et il y eut un grand tremblement de terre, le soleil devint noir comme un sac de crin, la lune entière devint comme du sang, et les étoiles du ciel tombèrent sur la terre, comme les figues vertes d’un figuier secoué par un vent violent. Le ciel se retira comme un livre qu’on roule ; et toutes les montagnes et les îles furent remuées de leurs places » (Apocalypse 6 :12-14).

Ensuite, Dieu marquera d’un sceau Ses serviteurs, afin de les protéger du Jour du Seigneur (Apocalypse 7), l’époque du jugement sur les nations. Peu de temps après, le Christ ouvrira le septième sceau de l’Apocalypse, qui correspond à sept « trompettes » ou « fléaux ». Les quatre premières trompettes comprennent une grande destruction et un grand bouleversement écologique, comme nous pouvons le lire au chapitre 8. Ensuite, l’apôtre Jean décrit, avec le langage du premier siècle, la guerre qu’il a vue en vision : « Ces sauterelles ressemblaient à des chevaux préparés pour le combat ; il y avait sur leur tête comme une couronne semblable à de l’or, et leur visage était comme un visage d’homme. Elles avaient des cheveux comme des cheveux de femmes, et leurs dents étaient comme des dents de lions. Elles avaient des cuirasses comme des cuirasses de fer, et le bruit de leurs ailes était comme un bruit de chars à plusieurs chevaux qui courent au combat. Elles avaient des queues armées de dards, comme les scorpions, et c’est dans leurs queues qu’était le pouvoir de faire du mal aux hommes pendant cinq mois. Elles avaient sur elles comme roi l’ange de l’abîme, nommé en hébreu Abaddon, et en grec Appolyon » (Apocalypse 9 :7-11).

Jean décrit ici les premières phases de la Troisième Guerre mondiale. Apollyon et Abaddon signifient respectivement «destructeur » et « destruction ». La puissance derrière cette force armée est celle d’un être spirituel, important, décrit ailleurs comme étant le serpent, Satan le diable, le grand destructeur.

Le sixième ange sonne d’une trompette qui introduira une contre-attaque d’une vaste armée venant de l’est. Nous avons déjà vu que le cheval verdâtre, monté par le quatrième cavalier de l’Apocalypse, avait détruit un quart des êtres humains. Maintenant, nous voyons un pourcentage plus élevé de morts à l’échelon mondial : « Le nombre des cavaliers de l’armée était de deux myriades de myriades : j’en entendis le nombre. Et ainsi dans la vision je vis les chevaux et ceux qui les montaient, ayant des cuirasses couleur de feu, d’hyacinthe, et de soufre. Les têtes des chevaux étaient comme des têtes de lions ; et de leurs bouches il sortait du feu, de la fumée, et du soufre. Le tiers des hommes fut tué par ces trois fléaux, par le feu, par la fumée, et par le soufre, qui sortaient de leurs bouches » (Apocalypse 9 :16-18).

Le tiers de l’humanité restante sera détruit ! Après avoir perdu précédemment environ 1,5 milliards de gens, un autre nombre d’environ 1,5 milliards d’êtres humains seront tués ! L’apôtre Jean poursuit sa description : « Car le pouvoir des chevaux était dans leurs bouches et dans leurs queues ; leurs queues étaient semblables à des serpents ayant des têtes, et c’est avec elles qu’ils faisaient du mal. Les autres hommes qui ne furent pas tués par ces fléaux ne se repentirent pas des œuvres de leurs mains, ils ne cessèrent pas d’adorer les démons, et les idoles d’or, d’argent, d’airain, de pierre et de bois, qui ne peuvent ni voir, ni entendre, ni marcher ; et ils ne se repentirent pas de leurs meurtres, ni de leurs enchantements, ni de leur débauche, ni de leurs vols » (Apocalypse 9 :19-21).

Dieu sauvera l’humanité condamnée

Mais Dieu interviendra pour sauver l’humanité de l’annihilation totale. La septième trompette sonnera, annonçant un nouveau gouvernement mondial – un nouvel ordre mondial sous le Roi des rois, Jésus-Christ : « Le septième ange sonna de la trompette. Et il y eut dans le ciel de fortes voix qui disaient : Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ ; et il régnera aux siècles des siècles » (Apocalypse 11 :15).

C’est la Bonne Nouvelle, l’Évangile, dont ce monde a si désespérément besoin. Cependant, curieusement, les nations chercheront encore à combattre les armées conquérantes du Roi des cieux ! Au seizième chapitre de l’Apocalypse, le sixième ange verse symboliquement sa coupe pour la dernière phase de la Troisième Guerre mondiale. « Le sixième versa sa coupe sur le grand fleuve, l’Euphrate. Et son eau tarit, pour préparer la voie aux rois qui viennent de l’Orient. Je vis sortir de la gueule du dragon, de la gueule de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs, semblables à des grenouilles. Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant » (Apocalypse 16 :12-14).

Les démons de Satan – les anges déchus – rassembleront ces armées qui avaient pour but de se détruire et de détruire toute vie sur la terre. Ces forces adverses se réuniront alors pour combattre contre le Christ, à Son retour. Elles s’assembleront à Meguiddo, mais elles se dirigeront en direction du sud de Jérusalem pour y combattre le Christ. Notez Joël 3 :1 : « Car voici, en ces jours, en ce temps-là, quand je ramènerai les captifs de Juda et de Jérusalem, je rassemblerai toutes les nations, et je les ferai descendre dans la vallée de Josaphat ; là, j’entrerai en jugement avec elles. »

La vallée de Josaphat se situe entre le mont des Oliviers et la ville de Jérusalem. Elle est également connue du nom de la vallée du Cédron, qui s’étend sur une certaine distance vers le sud. Le Combat du Grand Jour du Dieu tout-puissant aura lieu à Jérusalem. Josaphat signifie « jugement de l’Éternel ». Dieu jugera les nations au cours de ce combat décisif.

La superpuissance européenne, appelée la bête dans l’Apocalypse, sera également jugée et punie à cette époque-là. Les armées de la terre essaieront de combattre le Christ, à Son retour : « Et je vis la bête, les rois de la terre et leurs armées, rassemblés pour faire la guerre à celui qui était assis sur le cheval et à son armée. Et la bête fut prise, et avec elle le faux prophète, qui avait fait devant elle les prodiges par lesquels il avait séduit ceux qui avaient pris la marque de la bête et adoré son image. Ils furent tous les deux jetés vivants dans l’étang ardent de feu et de soufre. Et les autres furent tués par l’épée qui sortait de la bouche de celui qui était assis sur le cheval ; et tous les oiseaux se rassasièrent de leur chair » (Apocalypse 19 :19-21).

La bonne nouvelle est que ce monde ne sera pas totalement détruit dans un holocauste nucléaire. Mais Dieu jugera les nations, y compris nos nations occidentales, devenues hypocrites – et qui ont l’apparence de la piété, mais qui en renient la force (2 Timothée 3 :5). Il est grand temps de nous réveiller spirituellement, d’être en alerte, et d’être « vêtus » spirituellement. Comme Jésus a dit : « Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu et qu’on ne voie pas sa honte ! » (Apocalypse 16 :15).

Nous devons nous préparer pour le retour du Christ sur cette terre. Nous préparer spirituellement – nous repentir et changer de vie ! Cherchez Dieu par la prière. Lisez la Bible. Préparez-vous à un monde dirigé par le Prince de la paix, Jésus-Christ, lorsque toutes les nations apprendront à vivre par la Bible, par la loi de Dieu, par le gouvernement de Dieu, et par l’amour de Dieu.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +