Q&R - Peut-on observer Noël ?

Commenter cet article

QUESTION :

La Bible enseigne-t-elle comment les chrétiens devraient observer Noël ?

RÉPONSE :

Beaucoup de personnes sont surprises d’apprendre qu’il n’y a aucun commandement biblique, ni aucun exemple que les chrétiens doivent commémorer la naissance de Jésus-Christ.

Pas une seule fois, les Écritures ne parlent d’une célébration d’un anniversaire pour, ou par Jésus-Christ. Certaines personnes affirment à tort que la coutume d’offrir des cadeaux de Noël commença, pour la première fois, dans Matthieu 2 :1-2. Toutefois, en réalité, les « mages » étaient venus honorer le « Roi des Juifs » – qui était déjà un jeune enfant – et non apporter des cadeaux d’anniversaire à un nouveau-né.

Il est intéressant de noter que les seules « fêtes d’anniversaire », que nous trouvons dans les Écritures, sont associées avec des événements désagréables. Dans Matthieu 14, par exemple, le « cadeau d’anniversaire » du roi Hérode fut la tête décapitée de Jean-Baptiste. Même jusqu’en l’an 245 apr. J.-C., Origène, érudit réputé, « rejetait comme un péché l’idée même d’observer la naissance du Christ » (Encyclopaedia Britannica, 11ème édition. C’est nous qui traduisons.).

Les Écritures, cependant, contiennent quelques indications sur la date de la naissance du Christ. Nous y lisons qu’Il est né alors que « des bergers […] passaient dans les champs les veilles de la nuit pour garder leurs troupeaux » (Luc 2 :8). Mais l’hiver, en Judée, les bergers dormaient à l’intérieur à cause du froid. Nous lisons aussi que Zacharie, de la classe d’Abia, assurait le service dans le temple, lorsqu’un ange lui apparut et annonça qu’il aurait un fils – Jean-Baptiste (Luc 1 :5-25, 57-58). La classe d’Abia était la huitième à servir, chaque année, et par calcul, nous découvrons que Jean-Baptiste est né aux environs de la Pâque, au printemps, et Jésus est né six mois plus tard (Luc 1 :24-28), c’est-à-dire en septembre ou en octobre – mais pas un 25 décembre !

Puisque les Écritures ne mentionnent aucune célébration de la naissance de Jésus-Christ – et qu’elles prouvent clairement qu’Il ne pouvait pas être né un 25 décembre – d’où vient la coutume de célébrer « Noël », le 25 décembre ? À Rome, le 25 décembre était la date des Saturnales ; c’était aussi un « jour saint » pour les adorateurs de Mithra et du Sol Invictus. Quant aux païens « convertis », ils changèrent les enseignements originels du christianisme pour adapter leurs anciennes coutumes, et ils continuèrent à observer un jour de fête, le 25 décembre.

Mais quel mal y a-t-il à « christianiser » les célébrations traditionnelles du monde, et de les appliquer à notre Sauveur ? Les Écritures expliquent que nous ne pouvons pas adorer le véritable Dieu en abandonnant Ses lois, pour suivre les coutumes de ceux qui adorent de faux dieux (Deutéronome 12 :30-32). Notez cela : « N’imitez pas la voie des nations [ou des païens], et ne craignez pas les signes du ciel, parce que les nations les craignent. Car les coutumes des peuples ne sont que vanité. On coupe le bois dans la forêt ; la main de l’ouvrier le travaille avec la hache ; on l’embellit avec de l’argent et de l’or, on le fixe avec des clous et des marteaux, pour qu’il ne branle pas » (Jérémie 10 :2-4). Le peuple de Dieu ne devrait pas adopter les coutumes païennes, comme la tradition – décrite dans ces versets – de décorer un arbre faisant partie du décor d’une fête. Cette coutume ne vous rappelle-t-elle pas une fête particulière, tant aimée par le monde ?

Jésus-Christ demanda à Ses disciples : « Pourquoi m’appelez-vous Seigneur, Seigneur ! et ne faites-vous pas ce que je dis ? » (Luc 6 :46). Dans un monde qui devient obsédé par les festivités de « Noël », il est tentant de participer à une célébration qui peut sembler « innocente », et il est parfois difficile de refuser d’y participer. Mais, en tant que chrétiens, nous devons refuser. Au lieu de célébrer Noël, nous devrions suivre l’exemple de Jésus et observer les véritables Jours saints, que Dieu a donnés à Son peuple, et qui décrivent Son plan de salut pour l’humanité. Si vous souhaitez en apprendre davantage au sujet de ces Jours saints, lisez notre brochure : Les Jours saints : le magistral plan divin.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +