Une famine de la parole de l’Éternel ?

Commenter cet article

Le 21ème siècle commença avec un regain d’intérêt mondial pour la religion, qui a surpris les érudits et les dirigeants laïques. Les mouvements religieux fondamentalistes sont en pleine expansion en Afrique, en Chine, en Russie et en Amérique du Sud. Le pape Benoît XVI a parlé d’une « ré-évangélisation de l’Europe ». En Amérique du Nord, les Églises qui « reviennent à la Bible » prospèrent, tandis que les Églises dont le « courant principal » est libéral perdent de nombreux adeptes. Les partisans au « Dessein Intelligent » sont en train de défier la théorie de l’évolution dans les salles de classe et devant les tribunaux.


Tout ceci stimule de nombreux partisans de la Bible aujourd’hui, pourtant la Bible déclare qu’il y a aura une « famine d’entendre la parole de l’Éternel », alors que nous approchons de la fin de cet âge. Comment une telle « famine » peut-elle avoir lieu en pleine résurgence de la religion ? La réponse se trouve dans la Bible, qui nous révèle ce que sera la religion aux temps de la fin – dans des prophéties qui sont en train de s’accomplir, aujourd’hui !

Une famine spirituelle à venir

Dieu inspira ces paroles au prophète Amos : « Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, l’Éternel, où j’enverrai la famine dans le pays, non pas la disette du pain et la soif de l’eau, mais la faim et la soif d’entendre les paroles de l’Éternel. Ils seront alors errants d’une mer à l’autre, du septentrion à l’orient, ils iront çà et là pour chercher la parole de l’Éternel, et ils ne la trouveront pas » (Amos 8 :11-12). Cette prophétie se réfère à une époque où « la fin est venue pour mon peuple d’Israël » (verset 2), et sa réalisation est « double », c’est-à-dire qu’elle s’applique à la fois sur l’ancienne nation d’Israël et sur les nations modernes qui descendent de l’ancien Israël. Une « famine » d’entendre la vérité se produit lorsque les nations israélites sont capturées par une puissance étrangère qui interdit la proclamation et la pratique de la véritable foi biblique. Cela eut lieu vers l’an 720 av. J.-C., lorsque les Assyriens emmenèrent les dix tribus israélites du nord en captivité. Cela se produira encore lors de la Tribulation, lorsque les descendants modernes de l’ancien Israël seront châtiés pour leurs péchés (Matthieu 24 :9 ; Osée 5 :5 ; Jérémie 22 :5-9).

Le prophète Daniel explique comment cette « famine » d’entendre la vérité se produira dans les derniers jours. Dans une vision, Daniel vit une « petite corne » dominer sur l’Empire romain renaissant (le quatrième animal ; voir Daniel 7 :7-8, 19-20). Cette petite corne sera une figure religieuse éminente (et son Église), qui enseignera des doctrines blasphématoires contre les Écritures. Cette « corne » œuvrera pour changer le calendrier des fêtes religieuses, et elle persécutera ceux qui suivront les Écritures (Daniel 7 :21, 24-25).

L’Histoire rapporte que les Evêques de Rome présidèrent plusieurs conciles, au cours desquels ils changèrent le jour d’adoration hebdomadaire du sabbat biblique (jour qui était observé par Jésus, Ses disciples et les chrétiens de l’ère apostolique ; voir Luc 4 :16 ; Actes 13 :42-44 ; 16 :11-13 ; 17 :2) au dimanche. Les adorateurs païens du soleil célébraient déjà le dimanche ; l’un des arguments pour ce changement était qu’il serait plus facile pour les païens de se convertir à cette nouvelle forme de « christianisme ». De même, les Pâques furent substituées à la Pâque biblique, et les célébrations du solstice d’hiver furent « christianisées » pour attirer les païens. La loi romaine appuya ces décisions ecclésiastiques d’accepter des doctrines et des pratiques non bibliques au nom du « christianisme ». Ces dernières années, la papauté a insisté sur l’importance du dimanche comme jour d’adoration, et a recommandé l’adoption d’une loi européenne pour sacraliser le dimanche comme jour d’adoration. De telles lois pourraient être utilisées dans le futur pour décourager l’observance du sabbat biblique et promouvoir la conformité de l’observance du dimanche.

Dans une vision, Daniel vit une autre « petite corne » qui fera cesser le sacrifice perpétuel dans le temple à Jérusalem, et « renversera le lieu de son sanctuaire » (Daniel 8 :8-14). Cette prophétie double s’est déjà accomplie une première fois sous Antiochos Épiphane, lorsqu’il pilla Jérusalem en 168 av. J.-C., qu’il dressa une statue de Zeus dans le temple et offrit du sang de porc sur l’autel – une grande offense pour le peuple juif. Antiochos fit pression sur les prêtres juifs pour qu’ils fassent des compromis avec leurs pratiques religieuses, et acceptent le processus d’hellénisation. The Expositor’s Bible Commentary, dans son commentaire sur Daniel 8 :11-12, déclare que les actes d’Antiochos annoncent « un effort déterminé, fait par un dictateur impitoyable, de supprimer complètement la foi biblique » aux temps de la fin, celui qui tentera de développer une uniformité religieuse (c’est nous qui traduisons tout au long de cet article).

Dans une autre vision, Daniel prophétisa qu’un dirigeant puissant des temps de la fin, associé à un système romain renaissant, fera une alliance de sept ans qui, dans un premier temps, permettra au peuple juif de reprendre les sacrifices, mais « au milieu de la semaine il fera cesser le sacrifice et l’offrande » (Daniel 9 :26-27). Cette alliance commencera par un geste de tolérance religieuse, mais après trois ans et demi « toute simulation de tolérance religieuse tombera », lorsque son dirigeant tentera d’imposer une religion corrompue (Expositor’s Bible Commentary). Ce chef religieux influent des temps de la fin, et ses efforts pour étouffer et faire disparaître la véritable religion biblique, sont clairement associés aux actions des faux enseignants des temps de la fin (Daniel 12 :11 ; Matthieu 24 :3, 11, 15 ; Apocalypse 17 :1-5).

Ce que révèle le Nouveau Testament

Le Nouveau Testament nous donne plus de précisions sur les événements des temps de la fin qui contribueront à « la famine […] d’entendre les paroles de l’Éternel ». Jésus a dit que, dans les années qui précèderont Son retour, « plusieurs viendront sous mon nom […] et ils séduiront beaucoup de gens » (Matthieu 24 :5). De faux enseignants prêcheront un autre Jésus et un évangile différent, en contradiction avec les Écritures (2 Corinthiens 11 :1-4). Ne vous laissez pas séduire par ce faux Jésus et cet évangile différent ! Rappelez-vous : Jésus, Ses apôtres et l’Église qu’Il fonda, observèrent le sabbat du septième jour (à partir du coucher du soleil du vendredi jusqu’au coucher du soleil du samedi), et ils observèrent les Jours saints annuels bibliques. Les sources historiques et le récit biblique montrent que Jésus n’est pas né un 25 décembre. La Bible déclare que personne n’est monté au ciel excepté Jésus (Actes 2 :29, 34 ; Jean 3 :13). Les êtres humains n’ont pas été créés pour passer leur temps assis sur un nuage à jouer de la harpe, mais pour régner sur cette terre avec Jésus-Christ dans le Royaume de Dieu à venir (Matthieu 19 :28 ; Apocalypse 1 :6 ; 5 :10 ; Daniel 2 :44-45 ; 7 :27). Cette information biblique sera supprimée aux temps de la fin, parce qu’elle contredit les croyances traditionnelles encouragées par le système religieux qui dominera le monde.

La Bible indique que, à mesure que nous approchons de la fin de cet âge, l’activité religieuse militante augmentera (Apocalypse 6 :1-2). Dans les derniers jours, les gens auront « l’apparence de la piété », mais elle ne sera pas basée solidement sur les Écritures (2 Timothée 3 :1-5 ; 4 :1-4). Une figure religieuse influente usera de pouvoirs surnaturels pour séduire les gens et les faire croire à des mensonges, et pour supprimer la vérité (2 Thessaloniciens 2 :1-12). De faux enseignants « introduiront sournoisement des sectes pernicieuses », ils ridiculiseront les doctrines bibliques et parleront mal de la vérité, tout en tordant les Écritures pour appuyer leurs idées erronées (2 Pierre 2 :1-3 ; 3 :1-18). Ce climat d’opinion public, de critiques et de mépris pour le véritable christianisme biblique, se développe aujourd’hui, et culminera dans une tentative d’anéantir les véritables enseignements bibliques – une tentative menée par une puissante figure religieuse associée à un système romain renaissant en Europe. Il est très important de comprendre où les événements mondiaux vont nous mener, et que nous « cherchions l’Éternel pendant qu’il se trouve » (Ésaïe 55 :6), car la nuit vient (Jean 9 :4) – et avec elle « la famine […] d’entendre les paroles de l’Éternel ».