Q&R - Réunion ou convocation ?

Commenter cet article

Quelle différence y a-t-il entre une réunion et une convocation ?


Question :

Dans Matthieu 18 :20, Jésus déclara à Ses disciples : « Là où deux ou trois sont assemblés en mon nom, je suis au milieu d’eux. » Cela veut-il dire que les chrétiens peuvent choisir leur propre lieu de culte lors des Jours saints annuels et du sabbat hebdomadaire ?

Réponse :

Pour bien comprendre ce verset, nous devons le lire dans son contexte. Les versets 18-19 montrent qu’il ne s’agissait pas d’une simple réunion de chrétiens, mais que le sujet de la discussion était l’autorité du ministère dans la prise de décisions en cas de conflits. L’expression « en mon nom » montre que le but du rassemblement était de représenter le Christ. Que nous révèlent les Écritures à propos des réunions des chrétiens pour célébrer le sabbat et les Jours saints annuels ?

  • Les chrétiens ne doivent pas abandonner leur assemblée (Hébreux 10 :25). C’est un principe général, particulièrement approprié pour les jours de culte.
  • Nous devons célébrer les jours que Dieu a rendu « saints » (Lévitique 23). Nous devons célébrer le culte dans le lieu choisi par Dieu (Deutéronome 16 :15-16). Le troupeau d’un berger ne peut pas se nourrir seul et le peuple de Dieu doit se rassembler là où Il a choisi de le nourrir. Ceux qui ne peuvent pas se rassembler avec d’autres chrétiens doivent au moins s’assurer de se nourrir des paroles de Dieu, à travers la nourriture qu’Il pourvoit.
  • Les assemblées de sabbat et des Jours saints annuels sont des « convocations » (Lévitique 23).

Souvent, les gens interprètent mal le mot « convocation », pensant que c’est un synonyme de « réunion ». Lisez cependant la définition du mot « convoquer » : « Appeler à se réunir de manière impérative » (Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert). Le dictionnaire cite les synonymes suivants : réunir, nommer, appeler et encore « faire venir à soi ». Autrement dit, quelqu’un doit lancer la convocation – ou l’appel – du rassemblement. Puisqu’il s’agit de saintes convocations, qui a reçu l’autorité de Dieu pour appeler à de tels rassemblements ?

Le mot hébreu traduit par « convocation », dans Lévitique 23, est miqr? : « Littéralement, le mot signifie une “convocation” ou un “appel au rassemblement” » (Expository Dictionary of Bible Words). « Sa définition la plus courante est réservée pour les convocations spéciales des sabbats […] Ces jours (ainsi que le sabbat hebdomadaire) incluent une convocation formelle des personnes à se rassembler pour le culte au son des trompettes » (Theological Wordbook of the Old Testament).

Nous saisissons toute la portée du mot lorsque nous lisons : « Voici les fêtes de l’Éternel, les saintes convocations, que vous publierez à leurs temps fixés » (Lévitique 23 :4). Le verbe « publier » est traduit de l’hébreu qara’, qui peut aussi se traduire par « appeler » dans le sens de proclamer et il apparaît environ 80 fois dans les Écritures avec cette signification.

Dieu travaille toujours à travers Son ministère – avec le sacerdoce de l’Ancien Testament, puis avec le ministère ordonné du Nouveau Testament. Tout au long des Écritures, le peuple n’a jamais fixé de son propre chef le lieu et la date des assemblées sacrées. De même, aujourd’hui, le ministère nous appelle au rassemblement et proclame le lieu particulier de la convocation.

Parfois, il arrive que certains ne puissent pas se rendre au lieu choisi, mais Dieu a tout prévu. Par exemple, si une femme ne peut pas se rendre à la Fête des Tabernacles à cause d’un accouchement, Dieu demande aux hommes d’y aller (Deutéronome 16 :16). Dieu est un Dieu d’amour et de compassion. Il ne nous demande pas de voyager si nous sommes malades ou dans l’incapacité de nous déplacer.

Les mêmes principes s’appliquent pour les sabbats hebdomadaires. Si un membre habite trop loin d’une sainte convocation, les ministres de Dieu prendront les dispositions nécessaires afin que cette personne reçoive des copies audio ou vidéo des sermons, ou qu’elle puisse suivre l’assemblée par téléphone ou par Internet. Mais il est essentiel de se souvenir du modèle biblique – c’est le ministère de Dieu, pas le croyant individuel, qui a reçu l’autorité de déterminer le lieu de culte.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +