Le Dieu inconnu ?

Commenter cet article

Pendant son ministère en Grèce et en Macédoine, l’apôtre Paul visita la ville d’Athènes. Sur place, il déclara à propos de l’atmosphère « religieuse » qui régnait dans la société : « Hommes Athéniens, je vous trouve à tous égards extrêmement religieux. Car, en parcourant votre ville et en considérant les objets de votre dévotion, j’ai même découvert un autel avec cette inscription : À un dieu inconnu ! Ce que vous révérez sans le connaître, c’est ce que je vous annonce » (Actes 17 :22-23).


De quoi parlait Paul ? Sur l’Aréopage – la colline d’Arès – se trouvait un temple, non pas dédié à une grande divinité athénienne comme Zeus ou Athéna, mais plutôt à un « dieu inconnu ». La religion athénienne acceptait l’idée qu’il existât des dieux inconnus aux Grecs et ils cherchaient à apaiser même ces dieux inconnus et obtenir leurs faveurs.

Dans l’ancien monde, l’existence de nombreux dieux était communément acceptée – des dieux qui gouvernaient sur différentes parties des cieux, comme le soleil ou la lune, tandis que d’autres dieux étaient régionaux et ne possédaient de pouvoir que sur un pays en particulier. Certains pensent que ce « dieu inconnu » permettait d’adorer tous les dieux inconnus des croyants. D’autres l’identifient comme un dieu spécifique, mais inconnu, ne faisant pas partie du panthéon grec.

Quel contraste avec le récit biblique proclamant que le Dieu d’Israël est le seul Dieu et qu’Il est le Créateur – Celui qui règne sur la terre et dans les cieux.

Connaissez-vous ce Dieu inconnu – Celui dont Paul a parlé sur l’Aréopage ?

En êtes-vous sûr ?

De nombreuses religions prétendent être guidées par la Bible. Mais elles présentent souvent des idées conflictuelles et contradictoires. Pouvons-nous faire confiance à la Bible, comme la source absolue de la vérité ? Considérez un moment l’alternative scientifique. La plupart des postulats de la science moderne partent d’un monde sans Dieu. L’univers est immense et complexe, mais les scientifiques essaient d’expliquer son origine sans avoir besoin d’un Créateur. De nombreux scientifiques croient aussi qu’il n’existe pas une éternité passée de la matière et que notre univers s’est formé lors d’un « Big Bang », il y a environ 14 milliards d’années. L’auteur et journaliste scientifique canadien, Bob McDonald, explique :

« Selon la théorie du Big Bang, l’univers serait né d’une inimaginable soupe d’énergie dont les pressions auraient été tellement élevées qu’aucune masse n’aurait pu exister. Même les quarks, les plus petites particules connues, auraient été réduits en énergie pure… À un certain moment, l’énergie se serait transformée en matière. C’est-à-dire en quarks, en protons, en électrons, en atomes, en molécules, en particules, en planètes et, finalement, en êtres humains qui essaient de comprendre la chose entière. Si l’univers n’avait pas développé ces petits éléments intéressants, nous ne serions pas ici » (“It’s not a ‘god’ particle”, CBC News, 16 décembre 2011).

De nombreux scientifiques affirment que, d’une façon ou d’une autre, l’énergie s’est transformée en matière et la matière nous a formés. Mais d’où venait toute cette énergie ? Quelle était son origine ? La science n’a pas de réponse. De la même manière, la science ne sait pas comment, ni pourquoi, cette énergie apparemment présente depuis l’éternité en est venue à former le Big Bang.

Lorsque nous nous examinons, nous constatons une merveille d’ingénierie. Le corps et l’esprit humains sont la preuve d’une conception intelligente, fonctionnelle et planifiée. C’est également vrai pour les autres créatures vivantes : les oiseaux, les insectes, les reptiles, les poissons ou les mammifères ne sont que beauté, fonctionnalité et le fruit d’un travail d’ingénieur. De plus, l’écosystème de cette planète fonctionne harmonieusement pour permettre l’existence de la vie sous toutes ses formes.

Est-ce vraiment difficile de voir la main d’une Intelligence dans toutes ces choses ? Paul affirma aux Athéniens qu’il y avait un Dieu derrière tout cela. « Le Dieu qui a fait le monde et tout ce qui s’y trouve, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite point dans des temples faits de main d’homme ; il n’est point servi par des mains humaines, comme s’il avait besoin de quoi que ce soit, lui qui donne à tous la vie, la respiration, et toutes choses » (Actes 17 :24-25).

La vie est-elle si simple ?

Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi les scientifiques sont incapables de dupliquer la moindre forme de vie, même la plus simple ? Pensez-y. On nous dit que des substances chimiques inertes se seraient regroupées par accident dans une soupe primordiale et auraient commencé à s’unir de manière à produire la vie. Mais est-ce aussi simple ? Si oui, pourquoi les scientifiques sont-ils incapables de reproduire ce processus ? Après tout, ils connaissent les substances chimiques qui ont produit la vie.

Supposons qu’ils arrivent à assembler les bonnes substances chimiques et à les connecter de la bonne manière, comme s’ils réussissaient un puzzle très complexe. Supposons maintenant qu’ils arrivent à les maintenir ensemble pendant quelques instants. Afin de créer une cellule vivante, ils devraient alors emballer cet incroyable puzzle dans une sorte d’enveloppe, une membrane, pour maintenir l’assemblage. Cela s’apparenterait à une bulle, comme nous pouvons en voir à la surface de l’eau. Désolé mes amis, mais nous devons percer cette bulle, car rien n’est simple à propos de la membrane qui entoure une cellule, et l’idée que cela ait pu se produire par chance est presque insultant pour notre propre intelligence. Pensez-y. Pour que cette cellule survive, son ADN doit contenir les instructions détaillées lui permettant de construire sa paroi cellulaire de protection. Mais qui est apparu en premier ? La paroi cellulaire qui maintient l’ADN et toutes les autres structures de la cellule ensemble, ou l’ADN qui donne les instructions pour construire la paroi cellulaire ?

Même si tout s’assemblait ensemble, par hasard, cela produirait-il la vie ? La réponse est non. Vous avez beau avoir tous les éléments d’un organisme dans la bonne configuration, vous n’obtenez pas la vie si quelque chose ne la donne pas. Les scientifiques spéculent parfois qu’une étincelle (ou un éclair) aurait soudainement fait entrer la vie dans ce puzzle. Mais jusqu’à présent, l’homme, avec toute son intelligence, n’a jamais réussi à assembler ce puzzle à partir de zéro, et encore moins à lui insuffler la vie. En fait, nous avons déjà du mal à ramener à la vie un organisme autrefois vivant. Lorsqu’une personne ne respire plus, nous sommes parfois capables de la réanimer, mais si le cœur et les poumons ne repartent pas rapidement, son état se détériore vite et les espoirs de la ramener à la vie disparaissent rapidement.

Un jour, dans un cours de biologie, notre professeur nous expliquait comment des scientifiques avaient mélangé diverses substances chimiques et réussi à produire des acides aminés simples – le matériau de base des protéines, elles-mêmes le matériau de base de la vie. Mais il ne mentionna pas le fait qu’ils avaient précautionneusement mélangé les bonnes substances chimiques dans un environnement très contrôlé, ni le fait que cela ne se produit jamais dans la nature. Il commença plutôt à parler de la première forme de vie monocellulaire. J’ai alors demandé : « Comment pouvez-vous partir de quelques acides aminés et aller vers une cellule fonctionnelle, très complexe et entièrement développée ? » Sa réponse fut surprenante : « C’est la plus grande lacune dans l’évolution, mais puisque nous sommes ici, nous savons que cette lacune a été comblée. »

Bien entendu, nous ne contestons pas la réalité de notre existence, mais plutôt les moyens d’y parvenir. Sans contestation possible, il enseignait dur comme fer une théorie contenant, de ses propres aveux, une énorme lacune. À moins que l’évolution n’explique la première cellule (et elle ne le peut pas), comment peut-elle expliquer toutes les autres merveilles de la vie ?

Il existe une Source !

Paul et la Bible affirment qu’il existe une autre explication, une Intelligence qui aurait créé l’univers et donné la vie. C’est le Dieu que les Athéniens ne connaissaient pas. De plus, cette Intelligence a un plan pour l’humanité : « “C’est par lui que nous vivons, que nous bougeons et que nous sommes.” C’est bien ce que certains de vos poètes ont également affirmé : “Nous sommes aussi ses enfants” » (Actes 17 :28, Bible en français courant).

Ses enfants ? Arrêtons-nous quelques instants. Pourquoi Dieu a-t-Il créé l’homme à Son image et à Sa ressemblance ? Quel était Son but ?

Le point de vue purement matérialiste, aussi appelé naturalisme, consiste à dire qu’à une certaine époque seule l’énergie existait. Personne ne sait d’où elle vient, mais cette énergie aurait alors commencé à se concentrer à un endroit donné (personne ne sait comment, ni pourquoi) où elle aurait explosé dans le Big Bang pour se transformer d’énergie en matière. Cette matière s’est dispersée en formant les étoiles, les planètes, ainsi que les autres corps et systèmes célestes. Sur l’une de ces planètes, des substances chimiques inertes se sont assemblées pour former un puzzle. Il n’y avait pas de vie, mais avant que le puzzle ne se détériore, la vie est entrée en lui grâce à une étincelle, une étincelle minuscule car notre future créature monocellulaire était microscopique.

Puis, ce minuscule et unique organisme monocellulaire a su qu’il avait besoin de nourriture et où la trouver, à partir de matière inerte. Il savait comment l’ingérer et il a survécu suffisamment longtemps pour se reproduire ; bien que personne ne sache comment il a fait ou appris à le faire – mais il l’a fait, grâce au hasard, et lorsque le puzzle s’est assemblé, il avait tous les codes et structures ADN nécessaires ! Des millions d’années plus tard, cela a produit toutes les formes de vie que nous connaissons aujourd’hui.

La solution pour que le hasard puisse produire un tel résultat s’appelle le super-naturalisme ; en d’autres termes : Dieu. Le Dieu dont Paul et la Bible enseignent qu’Il a fait l’homme à Son image et à Sa ressemblance. Pourquoi ?

Le roi David posa cette question : « Quand je contemple les cieux, ouvrage de tes mains, la lune et les étoiles que tu as créées : Qu’est-ce que l’homme, pour que tu te souviennes de lui ? Et le fils de l’homme, pour que tu prennes garde à lui ? Tu l’as fait de peu inférieur à Dieu, et tu l’as couronné de gloire et de magnificence. Tu lui a donné la domination sur les œuvres de tes mains, tu as tout mis sous ses pieds » (Psaume 8 :4-7).

Voici quelles étaient les intentions de Dieu pour l’homme, dès le commencement (Genèse 1 :26). Mais pourquoi l’homme est-il appelé à diriger ? L’apôtre Paul répond à la question du roi David : « Tu as mis toutes choses sous ses pieds. En effet, en lui soumettant toutes choses, Dieu n’a rien laissé qui ne lui soit soumis. Cependant, nous ne voyons pas encore maintenant que toutes choses lui soient soumises » (Hébreux 2 :8).

De nos jours, la planète Terre est presque entièrement soumise à l’humanité. Les humains ont domestiqué les animaux sauvages en les utilisant comme bêtes de somme, animaux de compagnie ou nourriture. Cependant, il est évident que le règne humain est aussi très limité et qu’il ne s’étend pas beaucoup au-delà des aspects basiques de la vie physique sur notre planète. Nous savons que nous sommes, en fin de compte, des êtres physiques destinés à mourir, alors pourquoi Dieu nous a-t-Il placés dans une position unique pour régner ? La Bible répond à cette question.

« Car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions : Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu. Or, si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers : héritiers de Dieu, et cohéritiers de Christ, si toutefois nous souffrons avec lui, afin d’être glorifiés avec lui » (Romains 8 :14-17). Et aussi : « Je serai pour vous un Père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant » (2 Corinthiens 6 :18).

Pensez à ce que vous venez de lire : nous sommes décrits comme les enfants de Dieu, héritiers de Dieu et cohéritiers avec Christ, des fils et des filles, et Dieu est notre Père. Commençons-nous à voir pourquoi nous sommes faits à l’image et à la ressemblance de Dieu ? Alors que nous essayons de rabaisser Dieu à notre image, d’après notre imagination et notre cœur, Il est en train de nous former à Son image !

Ce processus implique d’apprendre les voies de notre Père et de développer Son caractère, afin que nous puissions vivre en harmonie avec Lui pour l’éternité. Le développement de ce caractère peut passer par des douleurs et des souffrances. Malheureusement, c’est parfois la seule façon dont notre Dieu créateur arrive à attirer notre attention. « J’estime que les souffrances du temps présent ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous » (Romains 8 :18).

Quelle est cette gloire qui sera révélée pour nous ? Qu’est-ce qui pourrait nous enthousiasmer afin de vouloir en apprendre davantage et adorer le Créateur ? C’est l’avenir que nous voyons lorsque nous serons dans une relation familiale harmonieuse avec Lui : « Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu. Car la création a été soumise à la vanité – non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise, – avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu. Or, nous savons que, jusqu’à ce jour, la création tout entière soupire et souffre les douleurs de l’enfantement. Et ce n’est pas elle seulement ; mais nous aussi, qui avons les prémices de l’Esprit, nous soupirons en nous-mêmes, en attendant l’adoption [la filiation], la rédemption de notre corps » (Romains 8 :19-23).

Le grand dessein

Si nous sommes le produit du hasard, il est logique de vivre au jour le jour sans se soucier de l’avenir. Mais si Dieu est réel, vous devriez peut-être penser à votre vie future dans la Famille de Dieu. Les êtres humains n’ont pas été créés comme de simples animaux, pour vivre et mourir sans espoir. Nous sommes différents ! La foi, l’espoir et notre capacité à planifier l’avenir nous rendent différents. Romains 8 nous dit que le Christ est le premier-né de beaucoup de frères : « Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils soit le premier-né de beaucoup de frères […] Lui qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui ? » (Romains 8 :29, 32).

Voici le plan de ce « Dieu inconnu » que Paul a annoncé aux philosophes à Athènes – ce Dieu qui, de nos jours, est encore inconnu pour une grande partie du monde.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +