Dans la tempête !

Commenter cet article

De nombreuses parties du monde sont ravagées par des ouragans ou des cyclones. Au-delà du terrible impact physique de ces phénomènes climatiques, la force des vents nous conduit à méditer sur la puissance de Dieu qui a créé les cieux et la Terre.


 

Mon père était fasciné par les tempêtes. Dès que l’une d’entre elles s’approchait, il se tenait debout sous le porche de la maison afin de la regarder se former à l’horizon. Pendant mon enfance, je me joignais parfois à lui en regardant au loin les nuages noirs – ils semblaient danser, onduler et se regrouper en s’assombrissant et je me demandais ce qu’ils allaient nous apporter alors qu’ils se rapprochaient de notre maison.

Il existe dans notre monde de nombreuses formes de tempêtes, depuis les fortes pluies qui arrosent les champs aux orages qui font trembler les vitres, en passant par les tornades, les ouragans et les cyclones dévastateurs qui ont la puissance de réduire nos plus grandes villes en gravats et d’emporter des milliers de vies.

Que pouvons-nous apprendre de ces puissants phénomènes ? Avec tout le potentiel de destruction et de dévastation qu’ils peuvent apporter sur nos peuples et les villes que nous avons construites, de quelle utilité pourraient-ils être de nos jours ?

Comme tout aspect de la création dans laquelle nous vivons, les tempêtes ont assurément quelque chose à nous enseigner. Alors que nous sommes toujours incapables de maîtriser les tempêtes, celles-ci ont en revanche un Maître. Pour elles comme pour nous, tout cela est l’œuvre de Ses mains.

 

La dangereuse puissance des tempêtes

Le fait de voir la majesté et la puissance d’une tempête à distance respectable peut être une vision inspirante. Même des phénomènes plus « courants », comme les orages, avec des éclairs qui déchirent le ciel et des trombes d’eaux qui tombent des nuages, peuvent nous émouvoir et générer un sentiment d’émerveillement.

Mais pour ceux qui ont connu la douleur et la souffrance que les tempêtes peuvent apporter, la puissance de ces systèmes climatiques est ressentie encore plus intensément. En 2011, ma famille et moi avions dû nous réfugier à la cave lorsque les médias relayèrent un avertissement concernant une tornade locale. Beaucoup de nos amis furent personnellement affectés par cette catastrophe qui rasa des rues entières de la ville de Joplin, dans le Missouri, aux États-Unis. D’un diamètre supérieur à 1 km et se déplaçant lentement sur une distance de 21 km, cette spirale meurtrière transforma certains quartiers de Joplin en désert et tua 161 personnes.

Aussi impressionnant que fut cet événement, ce n’était rien comparé à la puissance de destruction des tempêtes. Prenez l’exemple des ouragans.

Les ouragans, les typhons et les cyclones désignent le même phénomène mais dans des zones géographiques différentes. Ils représentent une des forces les plus puissantes et les plus destructrices sur notre planète. En novembre 1970, le cyclone de Bhola dévasta totalement la région occupée de nos jours par le Bangladesh en tuant plus de 500.000 personnes en une seule journée.

Les images satellites modernes nous donnent l’occasion de voir de telles tempêtes depuis l’espace. Il est presque impossible de ne pas être impressionné par la taille et l’ampleur de ces monstres océaniques – d’un diamètre moyen de 160 km. Cependant, leur taille colossale ne révèle pas totalement la puissance que ces tempêtes représentent.

 

Une puissance inimaginable

Considérons un instant la dévastation provoquée par le largage de la première bombe atomique en situation de combat sur la ville japonaise d’Hiroshima, vers la fin de la Deuxième Guerre mondiale. En une seule explosion, cette bombe du nom de « Little Boy » (petit garçon) rasa presque entièrement la ville d’Hiroshima, faisant des dizaines de milliers de morts et détruisant environ 60.000 bâtiments en un instant. Dès lors, l’humanité montra – de manière terrifiante et meurtrière – qu’elle avait commencé à puiser dans de nouvelles sources de puissance autrefois inaccessibles.

Cependant, une telle puissance n’est rien comparée à la puissance d’un ouragan.

« En prenant en compte l’ensemble de la masse de nuages d’un ouragan “moyen”, l’énergie quotidienne libérée sous forme de pluie et de vent est de 13.000 mégatonnes – environ le potentiel de destruction de toutes les armes stockées par les États-Unis et l’ex-Union soviétique dans des silos à missiles pendant la guerre froide. Cela représente un million de bombes d’Hiroshima, à raison de 10 bombes par seconde – 20 Little Boy pour chacune des 50.000 villes (estimées) sur la planète » (“The 13,000-megaton storm”, The Globe and Mail, 3 septembre 2005).  

Bien que l’humanité se considère souvent comme le maître de la planète, de telles tempêtes sont un effroyable rappel que ce n’est assurément pas le cas.

Malgré toute la force de destruction et la peur que ces tempêtes puissent inspirer à ceux qui partagent la planète avec elles, elles sont un témoignage de Celui qui est plus grand qu’elles.

Dans les Écritures, Dieu s’associe Lui-même à une tempête ou à un vent impétueux à de nombreuses reprises, en utilisant leur force et leur puissance pour refléter Sa force et Sa puissance. Lorsqu’Il parla à Job, en souhaitant aider le patriarche souffrant à mieux comprendre l’étendue de Sa majesté, Il décida de parler à Job « du milieu de la tempête » (Job 38 :1). Lorsque Dieu apparut au prophète Ézéchiel dans une vision, Il s’approcha de lui au milieu d’une tempête de feu qui venait du nord (Ézéchiel 1 :4).

De la même manière, Dieu identifie souvent Sa colère qui s’abattra sur les nations pécheresses comme une terrifiante tempête ou « un ouragan destructeur » (Ésaïe 28 :2).

 

Le Dieu de la création est le Seigneur des tempêtes

Le lien le plus frappant entre la puissance des tempêtes dans cette création et leur Créateur se produisit probablement pendant le ministère de Jésus, il y a environ 2000 ans.

Lui et Ses disciples étaient dans une barque au milieu de la mer de Galilée. Alors que les disciples manœuvraient pour rejoindre l’autre rive, Jésus s’assoupit à la poupe, pour un repos bien mérité après avoir enseigné la multitude au bord de la mer.

Alors qu’Il dormait, une puissante tempête se forma et les vagues s’écrasaient contre l’embarcation qui commença à prendre l’eau. Les disciples étaient des marins expérimentés, mais ils commencèrent à prendre peur et à paniquer car la tempête risquait de faire couler leur bateau et de les tuer. Ils réveillèrent leur Maître, qui dormait tout ce temps-là, et Lui demandèrent : « Maître, ne t’inquiètes-tu pas de ce que nous périssons ? » (Marc 4 :38).

La Bible rapporte ce qui arriva ensuite de façon très simple : « S’étant réveillé, il menaça le vent, et dit à la mer : Silence ! tais-toi ! Et le vent cessa, et il y eut un grand calme » (verset 39). En trois mots, Jésus-Christ donna un ordre à la création – et la création Lui obéit ! Les disciples « se dirent les uns aux autres : Quel est donc celui-ci, à qui obéissent même le vent et la mer ? » (verset 41).

Les tempêtes sont à la fois impressionnantes et intimidantes à vivre. Elles peuvent nous inspirer par leur envergure et leur puissance, mais elles peuvent aussi nous forcer à fuir la dévastation qu’elles peuvent causer. Les tempêtes – ouragans, tornades, cyclones, orages – nous rappellent que nous ne vivons pas dans un monde que nous avons créé. Nous nous sentons très humbles devant leur puissance.

Mais les tempêtes elles-mêmes sont très humbles devant leur propre Créateur et elles se soumettent à Sa volonté. Nous devrions en faire de même.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +