“Rien de tel qu’une bonne pandémie !”

Commenter cet article

Un phénomène inhabituel s’est produit dans la congrégation locale de l’Église du Dieu Vivant à Charlotte, aux États-Unis, où se trouve également le siège central du Monde de Demain.

Tout a commencé avec un nombre plus élevé que d’habitude de jeunes prévoyant de se marier ce printemps ou cet été.

Ces futurs mariés ne sont pas différents des autres qui veulent partager leur vie avec une autre personne. De nombreuses fiancées cherchent « la » robe. Elles planifient ce que les demoiselles d’honneur porteront et elles sélectionnent les fleurs qui décoreront la salle. Les préparatifs incluent aussi la restauration et parfois un groupe de musique pour animer le bal. Alors que l’addition augmente, le père de la mariée s’identifie parfois au personnage joué par Steve Martin dans Le Père de la mariée, même si de nos jours, les futurs époux financent souvent eux-mêmes une partie des noces. Les mariages sont souvent des événements coûteux.

Mais un imprévu est arrivé : les restrictions et le confinement liés à la pandémie de Covid-19. Il fallait donc choisir entre un coûteux mariage « de rêve » qui doit être reporté à une date inconnue ou une cérémonie beaucoup plus simple dès maintenant. Les uns après les autres, ces couples ont choisi la deuxième option, en présence du ministre et de quelques témoins – pas de robe hors de prix, pas de réception sophistiquée, pas de repas gastronomique ni de bal, et le minimum de fleurs. Et lorsque les voyages ne sont pas interdits, la lune de miel doit avoir lieu à proximité.

Ce n’est pas le mariage qu’ils avaient prévu ! Mais cela créera des souvenirs impérissables et certains couples pourraient même avoir économisé suffisamment d’argent pour étoffer leur apport quand ils achèteront leur premier logement.

Un retour à la réalité

Jadis, mon oncle Georges m’avait dit : « Il n’y a rien de tel qu’une bonne dépression pour ramener les gens à la réalité. » À l’époque, j’étais jeune et cela m’avait surpris, car je me demandais ce qu’il entendait par « réalité », lui qui était athée. De quelles valeurs parlait-il ? Nous avions assurément des valeurs différentes. Néanmoins, je pense désormais savoir de quoi il parlait et je suis convaincu qu’il avait raison. Après avoir survécu à la Grande Dépression et à la Deuxième Guerre mondiale, il comprenait – tout comme le roi Salomon (Ecclésiaste 7 :2) – que certains événements ôtent la superficialité de la vie et nous aident à voir ce qui est vraiment important. Le Covid-19 fait partie de ces événements. Pour paraphraser mon oncle : « Il n’y a rien de tel qu’une bonne pandémie pour nous ramener à la réalité. »

C’est peut-être la raison pour laquelle les ventes de Bibles ont augmenté pendant cette crise. Les gens se demandent intérieurement : « Vais-je tomber malade ? Vais-je survivre ? Ou vais-je mourir de cette façon ? » Oui, les gens commencent à se poser des questions essentielles. « Quel est le but de la vie ? Lorsque je vais mourir, vais-je vivre à nouveau ? » Beaucoup de gens ont ces questions à l’esprit. (Si vous avez songé à ces choses-là ces derniers mois, pourquoi ne pas approfondir le sujet en lisant notre brochure Que se passe-t-il après la mort ? La réponse est à la fois grave et encourageante.)

Je ne dis pas que les mariages ne sont pas une occasion importante – la Bible décrit des célébrations de mariage qui durèrent plusieurs jours. Mais à notre époque, les mariages représentent rarement ce qu’ils devraient être. Beaucoup de couples prennent les choses à l’envers : ils emménagent ensemble, il arrive qu’ils aient des enfants, puis ils envisagent parfois de se marier. Pour eux, les noces sont devenues l’occasion d’être « sous les feux de la rampe » pendant une journée. Alors que l’institution du mariage a été dégradée, beaucoup d’unions ont perdu le lien entre la sainteté du mariage et les privilèges matrimoniaux.

De nos jours, peu de gens s’attardent sur la véritable signification du mariage. Beaucoup le considèrent comme une simple tradition culturelle où les époux se disent « oui » devant un officier d’état civil. Combien de fois avez-vous entendu que le mariage n’était rien d’autre qu’un bout de papier ? Avec un tel manque de respect pour l’institution du mariage, il n’est pas surprenant qu’autant de gens s’unissent et se séparent à la moindre occasion – et que beaucoup de mariages ne durent pas.

J’aime bien mentionner la cérémonie de mariage de mes beaux-parents – le moins que l’on puisse dire est que ce fut un mariage « simple » ! Ils sont arrivés à l’improviste au domicile de leur ministre, à l’heure du dîner et ils ont attendu que cet homme et son épouse aient terminé leur repas. Il n’y avait qu’eux quatre lorsqu’ils ont scellé leur union et il n’existe que deux photos de ce jour-là : il prit un cliché alors qu’elle se tenait à côté d’un arbre, puis ils changèrent de place et elle prit l’autre photo. C’était bien avant les selfies, car ils auraient alors pu se tenir ensemble près de l’arbre !

Malgré des débuts modestes, ils ont été mariés pendant 72 ans et ils ont élevé deux filles formidables. Ont-ils eu des difficultés ? Oui, comme tous les couples. Mais ils comprenaient la signification de l’engagement et de la responsabilité. Quelle différence avec les mariages sophistiqués et coûteux que nous voyons parfois, mais où les époux restent « fidèles » tant qu’il n’y a pas trop de difficultés – ou jusqu’à ce que l’un des deux ait « une aventure » avec une autre personne.

Pour la plupart des mariages que nous avons vus récemment dans notre congrégation, les couples ont fait le choix de se marier à la date prévue, plutôt que d’attendre la possibilité d’organiser une cérémonie sophistiquée.

Bien entendu, cela ne signifie pas qu’il serait mal d’attendre la fin des restrictions afin de pouvoir réunir davantage d’amis et de membres de la famille. Mais une chose est sûre : la simplicité ou la sophistication des noces ne définit en aucun cas la durée d’un mariage. Le plus important est de comprendre le but divin du mariage, d’avoir la volonté de s’engager l’un envers l’autre et de travailler ensemble dans les difficultés. La splendeur des noces n’est pas un indicateur fiable de la portée de l’engagement d’une personne.

Le mariage est important !

Peu de gens comprennent le but conçu par Dieu pour le mariage, mais les études montrent inlassablement que le mariage est important. Bien que de nombreuses unions se brisent, le mariage l’emporte toujours sur le concubinage d’un point de vue statistique.

Un sondage Ifop révélait récemment que 62% des Français pensent qu’un couple doit vivre ensemble avant de se marier (“Mariage : enjeux et préparation”, Ifop, page 13, octobre 2019). Dans un autre sondage mené par le centre de recherche Pew en Amérique du Nord, seulement 14% des personnes interrogées ont répondu qu’il était inacceptable d’avoir des rapports sexuels avant le mariage (PewResearch.org, 6 novembre 2019). Autrement dit, seuls 14% des sondés étaient d’accord avec les valeurs bibliques (par ex. 1 Corinthiens 6 :9-10 ; Galates 5 :19-21 ; Éphésiens 5 :3).

Cependant, le mariage est bénéfique pour le couple, la famille et la société. Il serait impossible de détailler tous ses avantages dans cet éditorial. Voici un seul exemple : l’étude du centre de recherche Pew montre que « les adultes mariés expriment un taux de satisfaction plus élevé au sein de leur relation et ils font davantage confiance à leur partenaire que ceux en concubinage » (ibid.). Cela n’est pas une surprise pour ceux qui comprennent le but du mariage.

Oui, il n’y a rien de tel qu’une bonne dépression (économique) ou une pandémie pour ramener les gens à la réalité – mais la société a-t-elle décliné au point de ne plus savoir ce qui est réel et ce qui ne l’est pas ? Concernant le mariage, la plupart des gens ne pensent jamais à ses objectifs conçus par Dieu. En fait, ils pensent que Dieu n’a absolument rien à voir dans leur mariage, en dehors de la jolie cérémonie à l’église. Si vous souhaitez en apprendre davantage à ce sujet, demandez notre brochure Le plan divin pour un mariage heureux. Comme toutes nos publications, elle vous sera envoyée gratuitement et sans engagement de votre part.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +