Le rôle parental pendant une épidémie

Commenter cet article

Lorsque les attentats du 11 septembre 2001 eurent lieu à New York, j’étais déjà un jeune adulte, mais je me souviendrai toujours de ma première pensée après avoir pris connaissance de la tragédie : je voulais parler à mon père !


Maintenant que nous traversons la pandémie de Covid-19, je suis moi-même père de quatre enfants et ils veulent prendre conseil auprès de moi. Je suis conscient d’avoir la responsabilité de les aider et de les guider au travers des traumatismes prévisibles de la vie – comme la mort de personnes proches, des relations difficiles et la déception engendrée lorsqu’ils échoueront à atteindre des buts et des espoirs.

Mais tous les traumatismes ne sont pas prévisibles. Lorsque des catastrophes inattendues se produisent, il est extrêmement important que mon épouse et moi soyons présents pour prendre nos enfants par la main et les aider à naviguer au travers d’expériences qu’ils n’ont jamais affrontées auparavant. Même lorsque mon épouse et moi travaillons à maintenir notre propre paix d’esprit, nous reconnaissons que nous avons toujours une responsabilité spéciale envers les enfants que Dieu nous a confiés. Nous pouvons être reconnaissants que Dieu nous ait donné la force et les moyens dont nous avons besoin, en tant que parents, pour aider nos enfants à s’en sortir – et à s’épanouir !

Lorsque mes enfants ont appris que leur école serait fermée à cause du Covid-19, que leurs activités extrascolaires étaient annulées et que les assemblées de l’Église auraient lieu en ligne, ils se demandèrent naturellement ce que cela signifiait pour eux et pour leurs proches. Que pouvais-je leur répondre ?

Heureusement, je pouvais leur dire que Dieu est en charge et qu’Il avait annoncé à l’avance l’arrivée des épidémies à la fin des temps (Luc 21 :11), parmi d’autres souffrances (Matthieu 24 :7). Et ces épidémies ne feront partie que du « commencement des douleurs » (verset 8), aussi savons-nous que beaucoup de prophéties doivent encore s’accomplir avant le retour du Christ. Mais nous savons aussi que nous ne devons pas avoir peur, car Dieu promet de protéger Ses disciples qui se consacrent à Son mode de vie (Apocalypse 3 :10). Si Dieu est notre refuge, les parents comme les enfants peuvent chercher Sa protection pendant les périodes troublées. Nous ne serons pas sous l’emprise de la peur liée à « la peste qui marche dans les ténèbres, ni la contagion qui frappe en plein midi » (Psaume 91 :6).

 

Être sages et prudents !

Bien entendu, même lorsque Dieu est impliqué dans notre vie, Il s’attend à ce que nous soyons sages et prudents. Il serait totalement insensé d’utiliser la foi comme une excuse pour entreprendre des choses qui mettraient notre santé en danger. Penser que « Dieu est mon Guérisseur, donc je peux faire tout ce que je veux » revient à tenter Dieu qui corrigera notre arrogance !

Le fait que Dieu détienne la puissance de nous sauver de toutes les maladies – et des autres problèmes – ne signifie pas que nous devrions être irresponsables. Il s’agit de la même distorsion de la vérité avec laquelle Satan essaya de tenter notre Sauveur. Le psaume 91 promet que Dieu protègera ceux qui Lui sont fidèles et Satan essaya d’utiliser cette promesse pour inciter Jésus-Christ à se jeter du haut du temple afin de démontrer la puissance de la protection divine. Douter de la puissance de la protection divine serait une erreur, mais si nous agissons volontairement en toute imprudence, en supposant qu’il suffira de demander à Dieu de nous protéger, alors c’est une provocation à Son égard – et nous ne devrions pas prendre pour acquis Son intervention !

Au lieu de demander à Dieu de nous protéger des conséquences de notre rébellion volontaire, nous devrions enseigner à nos enfants que nous devons faire notre part – et que nous pouvons prendre certaines mesures qui permettent de protéger notre santé. Beaucoup de lois et d’ordonnances bibliques ont été données aux anciens Israélites au sujet de la santé physique. Si ces instructions étaient observées de nos jours – notamment en ce qui concerne les animaux impurs et la quarantaine – il y a de fortes chances que la pandémie de Covid-19 n’aurait jamais eu lieu ! Ces moments nous fournissent des occasions précieuses d’enseigner à nos enfants la sagesse des lois divines.

Que pouvons-nous faire ? En tant que chrétiens observant les lois alimentaires divines, nous ne mangeons pas de chauve-souris, de porc, ni d’autres animaux impurs desquels proviennent ce type de virus. Avoir une alimentation saine permet d’améliorer notre système immunitaire pour résister non seulement au Covid-19, mais aux autres maladies. En suivant les enseignements bibliques de la quarantaine, nous coopérons avec nos gouvernements (Romains 13 :1-7) lorsque les autorités civiles mettent en place des mesures similaires pour empêcher la maladie de se propager. Les directives sanitaires telles que la « distanciation sociale » et le fait de se laver les mains sont aussi basées sur des principes bibliques. Nous devrions mentionner cela à nos enfants, en leur enseignant à être responsables et en leur assurant qu’ils ne sont pas impuissants – leurs actions peuvent faire la différence.

 

Donnez-leur une perspective plus large

En aidant nos enfants à voir Dieu comme notre Sauveur, notre Guérisseur et notre Protecteur ultime, nous devons considérer deux autres leçons.

Bien que nous fassions tout ce qui est en notre pouvoir, il est important que nos enfants comprennent qu’il existe beaucoup de facteurs que nous ne pouvons pas contrôler. Puisque la période d’incubation du coronavirus peut atteindre 14 jours, beaucoup d’entre nous n’ont aucune idée si nous avons été en contact avec des personnes infectées. Nos actions réduisent fortement la probabilité de contracter le virus et de le transmettre aux autres. Mais il est important d’enseigner à nos enfants que, même lorsque nous ne commettons pas d'imprudence, nous devons compter sur Dieu pour qu’Il nous protège de tout ce qui échappe à notre contrôle. Il y a beaucoup de choses indépendantes de notre volonté, mais rien n’échappe au contrôle de Dieu.

Finalement, nous devons aider nos enfants à acquérir une perspective plus large. Après tout, Dieu n’a jamais promis que Ses fidèles serviteurs ne seraient jamais confrontés aux épreuves ou aux maladies. L’apôtre Paul pria Dieu avec ferveur afin qu’Il lui enlève une « écharde dans la chair », mais sa demande fut déclinée car cette infirmité servait un plus grand objectif que Dieu avait pour Paul (2 Corinthiens 12 :7-9). Paul sera assurément libéré de cette « écharde » à la résurrection. Même lorsque Dieu décide de permettre que certains de Ses fidèles serviteurs meurent de maladie, l’issue ultime sera glorieuse. La puissance de la protection divine est si grande qu’elle s’étend au-delà de la mort ! Nos enfants doivent le savoir. Quelles que soient les circonstances, ils doivent savoir que Dieu les voit. Ils doivent savoir que pas même un passereau ne tombe au sol sans que Dieu ne le sache. Et ils valent bien plus qu’un oiseau à Ses yeux – tellement plus qu’Il connaît même le nombre de cheveux sur leur tête (Matthieu 10 :29-31).

Le Covid-19 m’a donné l’occasion de rappeler ces aspects fondamentaux de la vie chrétienne à mes enfants. Nous devons avoir une confiance totale que Dieu peut nous protéger, qu’Il est activement impliqué dans notre vie et qu’Il conduira Son plan à terme. Néanmoins, nous devons faire notre part et prendre de bonnes décisions. À l’approche de la fin de cette ère – nous nous rapprochons chaque jour du retour du Christ – ces leçons aideront nos enfants et nous-mêmes, les parents, à développer la foi et le courage dont nous avons besoin pour nous épanouir !