Comment Satan trouble-t-il les gens ?

Commenter cet article

Satan le diable dispose de nombreuses tactiques pour détourner les gens de Dieu. Il est, bien sûr, le plus grand MENTEUR de l’univers. Jésus-Christ a dit aux pharisiens : « Vous avez pour père le diable, et vous voulez accomplir les désirs de votre père. Il a été meurtrier dès le commencement, et il ne se tient pas dans la vérité, parce qu’il n’y a PAS de VÉRITÉ en lui. Lorsqu’il profère le mensonge, il parle de son propre fonds ; car il est MENTEUR et le père du mensonge » (Jean 8 :44).


Si nous cherchons, nous et nos bien-aimés, à nous prémunir de l’attirance des forces sataniques qui nous environnent, il est essentiel que nous comprenions bien comment Satan tentera de nous influencer. Souvent, lui et ses serviteurs œuvrent tout simplement par des mensonges directs. Joseph Goebbels, le ministre de la propagande d’Hitler, aurait dit que si l’on répète assez souvent un GROS mensonge, la plupart des gens finissent par y croire. C’est ainsi que, sans preuve valable, Hitler et son entourage commencèrent à faire porter la responsabilité de tous les malheurs de l’Allemagne sur les banquiers « juifs », sur les enseignants juifs – bref, sur ce Juif-ci ou sur ce Juif-là. Et beaucoup de gens y crurent ou acceptèrent ce monstrueux MENSONGE, même en Allemagne qui était à cette époque la nation la plus cultivée de la terre.

Aujourd’hui, on ne cesse de nous répéter que les pervers sexuels sont « tout aussi justes que nous », qu’il n’y a pas de différence, que nous devrions accepter toute espèce de déviations morales « qui sont justes, puisque les pervers le sont ». En fait, la religion de la tolérance inconditionnelle est en train de gagner du terrain. Si vous et moi, nous parlons franchement contre l’avortement, l’homosexualité, le mariage entre les individus du même sexe, et d’autres formes de perversion, on nous considère aussitôt comme des intolérants. On nous accuse d’appartenir à la droite ultra conservatrice, et d’être des fanatiques religieux qui vivent tellement hors de la société moderne qu’il devrait être interdit de nous laisser nous exprimer.

On affirme, aujourd’hui, que nous ne devrions pas nous inquiéter si une émission de télévision, un livre ou un film, est « juste un tout petit peu mauvais ». Cependant, mangerions-nous un quartier de tarte aux pommes contenant « juste un tout petit peu » d’arsenic ?

Pensez-y !

Nous qui sommes dans l’Église de Dieu, il nous importe de comprendre que les SEULS « principes », les seules « valeurs » de la vie qui valent la peine d’être défendues, sont les valeurs de Dieu ! De nos jours, il y a toute une prolifération de livres et d’articles sophistiqués, qui vomissent des opinions divergentes au sujet des grands principes, des vraies valeurs et autres thèmes semblables. Beaucoup de ces livres et articles contiennent quelques bonnes idées. Mais ce mélange avec ce qui est bon produit généralement un tas de raisonnements humains et de confusion. Souvent, ces auteurs sincères tentent de généraliser les valeurs qu’ils défendent, car ils sont obligés de reconnaître qu’ils n’ont pas vraiment un inventaire exhaustif des valeurs traitant de chaque aspect du comportement humain.

Mais nous, nous l’avons !

Nous, qui croyons sincèrement que Dieu a inspiré la Sainte Bible, nous avons un exposé permanent et COMPLET de ces valeurs. Si nous étudions attentivement la parole de Dieu, nous trouvons, clairement exposés, les lois, les directives et les principes qui s’appliquent à chaque situation.

Bien qu’elle soit ignorée ou dédaignée par beaucoup de croyants qui se disent chrétiens, la Bible nous dit exactement quelle doit être la relation entre le mari et la femme, et comment ils doivent se comporter l’un envers l’autre. À maintes reprises, la Bible nous révèle – par des instructions et par des exemples – « l’opinion de Dieu » sur des sujets tels que l’ivrognerie, les relations sexuelles illicites, le mariage entre deux individus du même sexe, l’avortement, les « tricheries » dans les déclarations des revenus, les mensonges – même pour une « bonne cause » – la pornographie, la violence chez les adolescents, le manque de respect envers l’autorité, etc.

La Bible est le manuel d’instructions de Dieu pour l’humanité ; c’est un manuel complet qui contient toutes les connaissances de base, y compris la vérité au sujet du bien et du mal, le véritable chemin de la vie, et le BUT ultime de l’existence. En parlant des dirigeants spirituels de l’Église de Corinthe – ceux qui étaient profondément convertis et remplis de la connaissance de la parole de Dieu – Paul fut inspiré à écrire : « L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne. Car qui a connu la pensée du Seigneur, pour l’instruire ? Or nous, nous avons la pensée de Christ » (1 Corinthiens 2 :15-16).

Ce serait faire preuve de « moquerie », et même de diffamation, qu’essayer de « défendre » les principes des gens du dehors ! Beaucoup d’entre eux – y compris des ministres qui se disent chrétiens – ne veulent PAS laisser la parole de Dieu GOUVERNER littéralement leur vie. « Oui, mais... », disent-ils. Ils ne veulent PAS obéir humblement aux commandements de Dieu et à Ses lois – et croire que les « valeurs » de DIEU sont TOUJOURS bonnes. Même si les gouvernements et les religions du monde actuel ferment les yeux sur l’homosexualité bestiale, le mariage de personnes du même sexe et de tout autre comportement anormal, cela ne devrait avoir AUCUNE INFLUENCE sur la façon dont nous nous conduisons !

Chacun de nous devrait comprendre – et enseigner à ses enfants – qu’il nous faut croître et rechercher la perfection du caractère divin. Nous sommes le reflet authentique de Jésus-Christ dans TOUT ce que nous pensons, disons ou faisons. Le monde et beaucoup de ses religions diluent la morale dans le chaos ; par contre, nous qui sommes membres du véritable corps du Christ devrions Lui faire honneur, même si nous devons souffrir pour Son nom. Vous souvenez-vous des apôtres du début ? Bien qu’ils eussent été sévèrement battus de verges ou fouettés, ils s’en sentaient honorés : « Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, JOYEUX d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus » (Actes 5 :41).

Les premiers apôtres savaient que Dieu est réel. Ils savaient que Sa parole est inspirée et qu’Il – Dieu – connaît absolument ce qu’il y a de meilleur pour l’homme. Les « pères fondateurs » de l’Amérique avaient une considération plus PRONFONDE pour cette vérité que la plupart de nos politiciens modernes.

Dans un livre brillant et plein de perspicacité, le rabbin Daniel Lapin explique le parallèle entre les dirigeants loyaux de l’ancien Israël et les fondateurs de l’Amérique :

Tous deux, l’ancien Israël et l’Amérique, entrèrent en scène parce que leurs fondateurs croyaient – ils connaissaient sans l’ombre d’un doute – cette simple réalité qui peut induire en erreur : Ce que nous pensons de Dieu n’est pas aussi important que ce que Dieu pense de nous. Ou, pour parler d’une manière légèrement plus intéressée, ce que nous attendons de Dieu n’est pas aussi précieux que ce que Dieu Lui-même attend de nous.

Pour les fondateurs d’Israël, et pour ceux de l’Amérique, la Bible était aussi vitale pour le salut de la société que le manuel d’instructions du fabricant pour le bon fonctionnement d’une machine. La seule différence est que la Bible était la parole de Dieu pour ces chrétiens pieux et fervents, tandis que les Juifs n’avaient que la Torah ou les cinq livres de Moïse (America’s Real War, 1999, pages127-128. C’est nous qui traduisons).

Si nous mettons toute notre CONFIANCE en Dieu, dans Sa parole et dans les vraies valeurs, que notre Créateur a clairement révélées dans Sa parole, alors nous marcherons réellement dans les traces d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, ainsi que dans celles de Pierre, Paul, Jacques et Jean. Soyons sûrs, nous et nos enfants, de ne chercher aucune excuse pour ne pas rester fermement attachés aux normes divines, car nous sommes en présence de ce qu’il y a de meilleur !

Comportons-nous donc afin de pouvoir affirmer comme Josué : « Et si vous ne trouvez pas bon de servir l’Éternel, choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir, ou les dieux que servaient vos pères au-delà du fleuve, ou les dieux des Amoréens dans le pays desquels vous habitez. Moi et ma maison, nous servirons l’Éternel » (Josué 24 :15).

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +