Une obsession morbide

Commenter cet article

Se divertir avec la mort ?
Au départ, c’était une simple visite chez un libraire. Qui pouvait alors deviner que ce serait une expérience révélatrice ?


Si vous n’allez pas au cinéma, que vous regardez peu la télévision et ne prêtez pas attention aux livres populaires, vous n’avez peut-être pas remarqué l’obsession actuelle autour des vampires, des zombies et d’autres créatures macabres. En parcourant les rayons, il y avait un impressionnant ensemble de livres regroupés sous le label « histoires d’amour paranormales ». D’autres rayons mettaient en avant des livres et des jeux autour des « morts-vivants » ou d’autres personnages démoniaques.

Je suppose que cette mode a pris son essor ces dernières années avec la popularité des livres et des films d’Harry Potter. Les aventures pittoresques des Pirates des Caraïbes ont également rencontré un grand succès, avec leur lot de personnages démoniaques.

À présent, tous les divertissements autour du paranormal et des forces obscures ont une forte connotation sexuelle. Cet aspect semble particulièrement attrayant pour les adolescents qui sont en train de se découvrir et pour qui ce sujet est, semble-t-il, quelque chose de nouveau, d’étrange et d’excitant.

Les éditeurs, les réalisateurs et l’industrie de la musique sont très sensibles aux tendances à la mode et ils se précipitent dans cette mine d’or avec leur marketing de masse. De nombreux parents ne se rendent pas compte de l’impact de ces comportements aberrants et ils achètent à leurs enfants toutes sortes d’articles et de vêtements en rapport avec ce thème.

Un divertissement inoffensif ?

Peut-être penserez-vous : « Bof, ne vous en faites pas ! C’est juste un divertissement. Laissez les enfants s’amuser. » Si toute cette activité n’avait pas une connotation sinistre et démoniaque, il serait peut-être possible de la considérer comme inoffensive. Mais, le mal est bien présent – à plusieurs niveaux.

Vous serez peut-être surpris de lire que ce genre d’activités existe depuis très longtemps et que la Bible a beaucoup de choses à dire à ce sujet. Par exemple, Dieu donna cette instruction, par l’intermédiaire de Moïse : « Lorsque tu seras entré dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne, tu n’apprendras point à imiter les abominations de ces nations-là. Qu’on ne trouve chez toi personne qui fasse passer son fils ou sa fille par le feu, personne qui exerce le métier de devin, d’astrologue, d’augure, de magicien, d’enchanteur, personne qui consulte ceux qui évoquent les esprits ou disent la bonne aventure, personne qui interroge les morts. Car quiconque fait ces choses est en abomination à l’Éternel » (Deutéronome 18 :9-12).

De nombreux autres versets condamnent le fait de jeter des « sorts » ou d’essayer de communiquer avec les morts.

Les morts ne savent rien

Dès le départ, les histoires autour des « morts-vivants » sont basées sur un mensonge – c’est-à-dire que les morts vivent d’une manière ou d’une autre, alors que la Bible montre clairement que ce n’est pas le cas. Le roi Salomon, dans toute sa sagesse, comprenait très bien cela : « Les vivants, en effet, savent qu’ils mourront ; mais les morts ne savent rien » (Ecclésiaste 9 :5). Il écrivit aussi qu’il « n’y a ni œuvre, ni pensée, ni science, ni sagesse, dans le séjour des morts, où tu vas » (verset 10).

Il existe de nombreuses activités saines et bénéfiques pour les jeunes d’aujourd’hui, mais il faut faire l’effort de les trouver. Si vos enfants ou vos petits-enfants sont passionnés par l’obsession morbide et dangereuse des vampires, des zombies et des autres histoires macabres, souvenez-vous des avertissements contenus dans les Écritures, lorsque vous recherchez pour eux des activités plus bénéfiques et réjouissantes.

Lisez notre brochure édifiante, Le christianisme contrefait de Satan, pour apprendre comment autant d’idées contraires aux enseignements du Christ sont devenues acceptables, même chez ceux qui prétendent être chrétiens. Cet ouvrage vous aidera à rester proche de Dieu en vous efforçant de Lui plaire au milieu de l’obsession actuelle pour le mal.

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +