Le temps des nations

Commenter cet article

Approchons-nous des temps de la fin ? Le retour de Jésus-Christ est-il tout proche ? Se peut-il que de telles idées soient de fausses alertes, émises par des fanatiques religieux ? Comment savoir – et que révèle la Bible sur ce sujet important ?


Lorsque ces mêmes questions furent posées à Jésus, Il donna des réponses précises. Il annonça toute une succession de signes spécifiques qui indiquera que Son retour est proche. Il demanda à Ses disciples de surveiller ces signes. L’Évangile selon Matthieu nous donne une liste des premiers signes, comme la grande séduction religieuse répandue par de faux enseignants, les guerres, la multiplication de la violence, des sécheresses, des famines, des épidémies de maladies et des catastrophes naturelles – que le Christ appelle « le commencement des douleurs » (Matthieu 24 :1-8). L’apôtre Jean utilisa le symbole de quatre cavaliers, pour décrire ces mêmes événements (Apocalypse 6 :1-8). Ces signes sont de plus en plus visibles, aujourd’hui, et font la une des journaux de par le monde !

Toutefois, Jésus mentionna un autre signe spécifique, qui se manifestera juste avant Son retour, et qu’Il appelle « les temps des nations » (Luc 21 :24). Les prophéties bibliques, relatives à cette époque cruciale – lorsque les nations païennes détiendront des positions importantes sur la scène mondiale – sont en train de s’accomplir, aujourd’hui !

D’autres signes spécifiques

La Bible se réfère à plusieurs reprises au « temps des nations », et en révèle les détails. Jésus a dit que, juste avant Son retour, les armées entoureraient Jérusalem et que la ville serait « foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis » (Luc 21 :20-24). Jésus n’a pas inventé cette idée. Il Se référait à une prophétie donnée par Ézéchiel, six cents ans auparavant : « Le jour de l’Éternel approche, jour ténébreux [une période de malheurs] : ce sera le temps des nations » (Ézéchiel . Ézéchiel associe le temps des nations aux événements-clés des temps de la fin – l’époque où Dieu interviendra, d’une manière spectaculaire, dans l’histoire du monde. Le prophète Joël utilise le même langage pour décrire les grandes sécheresses, la famine et la guerre associées au « jour de l’Éternel », aux temps de la fin (Joël 1 :2-3). Dans la Bible, le « temps des nations » est clairement associé à la période qui précèdera le retour de Jésus-Christ.

L’apôtre Jean déclare que les autorités païennes prendront le contrôle de la ville de Jérusalem, y compris les environs du temple, pendant quarante-deux mois (trois ans et demi), juste avant le retour du Christ (Apocalypse 11 :2). Zacharie est encore plus précis dans sa prédiction : « Voici, le jour de l’Éternel arrive […] je rassemblerai toutes les nations pour qu’elles attaquent Jérusalem ; la ville sera prise […] la moitié de la ville ira en captivité » (Zacharie 14 :1-4). Cette prophétie implique que les nations prendront le contrôle de Jérusalem et que la moitié de la population juive sera emmenée en captivité. C’est ce qui se passera pendant le temps des nations – juste avant le retour du Christ.

Jésus mentionne un autre événement précis, qui aura lieu pendant cette période. Il nous met en garde : « Lorsque vous verrez l’abomination de la désolation, dont a parlé le prophète Daniel, établie en lieu saint […] alors, que ceux qui seront en Judée fuient dans les montagnes » (Matthieu 24 :15-16). Selon Daniel, aux temps de la fin, un chef païen et cruel (le roi du nord) passera un accord avec les Juifs de Jérusalem, pour autoriser la reprise des sacrifices, mais après trois ans et demi, il rompra cet accord (Daniel 9 :27). Il dressera une image qui profanera la ville sainte (Daniel 11 :31 ; 12 :11). Ce sera un signe spécifique indiquant que le retour du Christ est imminent. Il aura lieu pendant le « temps des nations » – lorsque les nations contrôleront Jérusalem.

Une perspective historique

Avons-nous des indices que cela aura réellement lieu, et que le retour du Christ est proche ? L’Histoire récente est très édifiante. Alors que les Juifs contrôlent actuellement la ville de Jérusalem, la haine envers Israël augmente – surtout au sein des nations musulmanes au Moyen-Orient. Dans les conflits israélo-palestiniens, qui datent depuis la fondation de l’État d’Israël, beaucoup d’Arabes ne cachent pas leur désir d’éliminer ce jeune pays. Les nations européennes, y compris le Vatican, ont exprimé leur souhait que Jérusalem soit déclarée « ville ouverte », et qu’elle soit administrée par une agence internationale telle que les Nations unies, pour donner aux chrétiens, aux juifs et aux musulmans, un accès à la ville. Cela nécessiterait une occupation par une force internationale pour maintenir la paix – et qui aura lieu lorsqu’un roi du nord (un païen) s’établira en Terre sainte, pendant le temps des nations (Daniel 11 :40-45). Car les nations européennes cherchent à jouer un rôle sur la scène mondiale, la possibilité d’occuper Jérusalem – de réprimer les tensions croissantes entre les Arabes et les Israéliens, et de « libérer » les lieux saints – sera une répétition de l’Histoire. Au Moyen Age, les Européens menèrent des croisades dans un but similaire. Les événements actuels vont de nouveau dans cette direction, alors que le « temps des nations » approche.

Les spécialistes dans le domaine des affaires ont également noté plusieurs grandes tendances actuelles. Au cours des deux cents dernières années, les nations « israélites » (plus particulièrement la Grande-Bretagne et l’Amérique) ont dominé le monde – contrôlant près de la moitié du monde et de ses habitants. Mais tout cela est en train de changer, et la « présence israélite » de deux cents ans sur la scène mondiale prend fin. Samuel Huntington, professeur à Harvard, remarqua : « Le colonialisme européen est terminé ; l’hégémonie américaine recule […] La puissance croissante des sociétés non occidentales, issues de la modernisation, engendre la renaissance des cultures non occidentales partout dans le monde » (The Clash of Civilizations, pages 91-92. C’est nous qui traduisons tout au long de cet article). Pendant cette transition, le respect et la reconnaissance envers l’occident a fait place à l’hostilité et aux rivalités. Huntington note que cette « révolte contre l’occident a été légitimée par [les nations païennes] affirmant la supériorité des valeurs non occidentales » (Ibid., page 93). La Bible prédit que cela aura lieu à l’approche des temps de la fin (voir Lévitique 26 :17).

Mais, à quoi ressemblera ce « temps des nations » à venir, et comment le monde en sera-t-il affecté ? Jésus a dit que les temps de la fin seront une époque de plus en plus violente, catastrophique et chaotique (Matthieu 24 :1-8). L’apôtre Paul déclare : « Dans les derniers jours, il y aura des temps difficiles » caractérisés par l’égoïsme, l’avidité, l’autosatisfaction et la brutalité (2 Timothée 3 :1-5). Les spécialistes séculiers modernes se font l’écho des mêmes inquiétudes ! Au sujet de l’émergence d’un monde dominé par les païens, Huntington déclare : « Un monde sans la suprématie des États-Unis deviendrait un monde avec plus de violence et de confusion, et moins de démocratie et de croissance économique » (The Grand Chessboard, Brzezinski, page 31). Concernant la rupture mondiale de la loi et de l’ordre, la multiplication de la violence, l’anarchie et le déclin brutal des valeurs morales, Huntington déclare : « Sur une base universelle, la civilisation semble […] se soumettre à la barbarie, et donner l’image d’un phénomène sans précédent, un Moyen Age mondial, qui peut s’abattre sur l’humanité » (The Clash of Civilizations, page 321). Ce ne sont pas des cris alarmistes d’un fanatique religieux, mais d’un professeur de Harvard, dont l’autorité est reconnue dans le monde des affaires. Ses propos se font l’écho des prophéties bibliques au sujet du « temps des nations » – qui est un signe que le retour du Christ est proche. Nous devons veiller, car ces prophéties s’accomplissent aujourd’hui !

AUTRES ARTICLES DANS CETTE REVUE

Voir +